Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Huawei, Hikvision et autres entreprises chinoises seraient détenues ou contrôlées par l'armée chinoise,
Selon l'administration Trump

Le , par Bill Fassinou

1.2KPARTAGES

3  0 
L'année dernière, Washington a placé Huawei et Hikvision sur une liste noire commerciale pour des problèmes de sécurité nationale et a mené une campagne internationale pour convaincre ses alliés d'exclure Huawei de leurs réseaux 5G. Cette décision des autorités américaines visait 20 bureaux de sécurité publique chinois et huit entreprises, dont la société de vidéosurveillance Hikvision, ainsi que des leaders de la technologie de reconnaissance faciale SenseTime Group Ltd et Megvii Technology Ltd.

Selon l'administration Trump, les principales entreprises chinoises, y compris le géant de l'équipement de télécommunications Huawei Technologies et la société de surveillance vidéo Hikvision, sont détenues ou contrôlées par l'armée chinoise, jetant les bases de nouvelles sanctions financières américaines. Pour Reuters, un document du ministère de la Défense répertoriant 20 sociétés opérant aux États-Unis qui, selon Washington, sont soutenues par l'armée chinoise.

Ledit document comprend également China Mobile Communications Group et China Telecommunications Corp ainsi que l'avionneur Aviation Industry Corp of China. Cette liste a été établie par le ministère de la Défense, qui a été mandaté par une loi de 1999 pour dresser une liste des sociétés militaires chinoises opérant aux États-Unis, y compris celles « détenues ou contrôlées » par l'Armée populaire de libération qui fournissent des services commerciaux, fabriquent, produisent ou exportent des équipements.


Pour l'instant, le Pentagone n'annonce pas de sanctions à l'endroit de ces entreprises, mais la loi stipule que le président peut imposer des sanctions qui pourraient inclure le blocage de tous les biens des parties énumérées. Huawei, China Mobile, China Telecom, AVIC et l'ambassade de Chine à Washington n'ont pas répondu aux demandes de commentaires. Hikvision a qualifié ces allégations de « sans fondement », notant qu'il ne s'agissait pas d'une « entreprise militaire chinoise » et n'avait jamais participé à des travaux de R&D pour des applications militaires. L'entreprise annonce qu'elle travaillerait avec le gouvernement américain pour résoudre le problème.

Le Pentagone a subi la pression des législateurs des deux partis politiques américains pour publier la liste, au milieu des tensions croissantes entre Washington et Pékin sur la technologie, le commerce et la politique étrangère. En septembre dernier, le principal démocrate du Sénat américain Chuck Schumer, le sénateur républicain Tom Cotton et le représentant républicain Mike Gallagher ont écrit une lettre au secrétaire à la Défense, Mark Esper, exprimant ses préoccupations concernant l'enrôlement de Pékin de sociétés chinoises pour exploiter les technologies civiles émergentes à des fins militaires.

Mercredi dernier, Cotton et Gallagher ont félicité le ministère de la Défense pour avoir publié la liste et exhorté le président à imposer des sanctions économiques contre ces entreprises. La Maison-Blanche n'a pas annoncé si elle sanctionnerait les entreprises figurant sur la liste, mais un haut responsable de l'administration a déclaré que la liste peut être considérée comme « un outil utile pour le gouvernement américain, les entreprises, les investisseurs, les établissements universitaires et les partenaires aux vues similaires pour mener à bien une diligence raisonnable en matière de partenariats avec ces entités, d'autant plus que la liste s'allonge ».

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Les États-Unis élargissent leur liste noire pour inclure les principales startups d'IA chinoises, avant les pourparlers commerciaux de cette semaine

Une fuite de données révèle que la Chine suit près de 2,6 millions de personnes dans Xinjiang, avec 6,7 millions de données GPS collectées en 24h

Chine : en remplaçant ses employés par des robots, un entrepôt voit ses coûts de main-d'œuvre réduits de moitié et son efficacité en hausse de 30 %

De plus en plus de pays imitent l'exemple chinois en déployant des IA pour pister les citoyens, selon un rapport

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 25/06/2020 à 11:11
La cas est aussi vrai pour l'armée américaine ou certaines agences directement ou indirectement.
1  0 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 26/06/2020 à 12:42
Bonjour,

Huawei, Hikvision et autres entreprises chinoises seraient détenues ou contrôlées par l'armée chinoise

Qu'en pensez-vous ?
"Comme c'est étonnant" ... Une loi chinoise autorise l'état à posséder et prendre le controle de toute entreprise d’intérêt publique (banque, télécom, énergie, ... ) à hauteur de 100%. Pour le reste l'état chinois prend en général 51% du capital minimum (automobile, commerce, distribution, … ) , quand c’est une machine a cache.

Citation Envoyé par »pierre-y»

La cas est aussi vrai pour l'armée américaine ou certaines agences directement ou indirectement.
Vrai, avec le cas de la société de cryptographie acheté dans les années 1960/1970.

Citation Envoyé par »pierre-y»
Le dit document comprend également China Mobile Communications Group et China Telecommunications Corp ainsi que l'avionneur Aviation Industry Corp of China. Cette liste a été établie par le ministère de la Défense, qui a été mandaté par une loi de 1999 pour dresser une liste des sociétés militaires chinoises opérant aux États-Unis, y compris celles « détenues ou contrôlées » par l'Armée populaire de libération qui fournissent des services commerciaux, fabriquent, produire ou exporte des équipements.
Pour éponger la dette de certains pays (Pakistan par exemple). China Mobile a fait main basse sur « Zong », a Hong Kong c’est sur « CMMobile ». Même chose à Macao , CTM et sous la coupe de « China Telecom ». https://fr.qwe.wiki/wiki/Zong_Pakistan

Pendant ce temps , le poids lourd indien « Bharti » est de plus en plus dépendant de la Chine : https://www.moneycontrol.com/news/bu...t-5437971.html (airtel, idea cellular, mts, SOFT BANK, Telekom Malaysia, vodacom ,Vodafone...). C’est envrion 1,3 milliards de clients en Asie , Europe et Afrique.
Je vois bien un opérateur Chinois racheter le tout . La il sera difficile de mettre des batons dans les roues. Les entreprises chinoises auront l’infra + les clients + la techno.

Quand est ce que l’UE ou les USA vont comprendre que c’est nécessaire racheter et non pas de brader les bijoux de famille ?

Après on va s’étonner que tout dépend des chinois …
1  0