Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Eric Schmidt, ex-PDG de Google, avertit que Huawei est une menace pour la sécurité nationale :
Les informations provenant de ses routeurs « ont fini » entre les mains du gouvernement chinois

Le , par Stan Adkens

379PARTAGES

7  0 
Le géant chinois de la technologie Huawei est à nouveau à la Une des médias suite à une interview accordée à la BBC par Eric Schmidt, ancien patron de Google. Selon M. Schmidt, Huawei représente un risque pour la sécurité nationale et s'est livré à des actes inacceptables comme l'acheminement d'informations sur le réseau vers le gouvernement chinois. « Il ne fait aucun doute que Huawei s'est livré à des pratiques inacceptables pour la sécurité nationale », a déclaré Eric Schmidt lors de l’interview. Mais il affirme que l'Occident devrait réagir en faisant concurrence à la Chine et à ses technologies, plutôt que de se désengager.

Schmidt, qui a dirigé Google de 2001 à 2011, est aujourd'hui président du Conseil consultatif de l'innovation en matière de la défense du Pentagone. Dans son interview, Eric Schmidt, a averti que Huawei représente une menace pour la sécurité nationale et affirme qu'il ne fait aucun doute que les informations provenant de ses routeurs ont « finalement fini » entre les mains du gouvernement chinois.

« Il ne fait aucun doute que les informations provenant des routeurs de Huawei ont fini par se retrouver entre les mains de ce qui semble être l'État », a déclaré M. Schmidt. « Quoi qu'il en soit, nous sommes sûrs que cela s'est passé », a-t-il ajouté.


Le géant des télécommunications a souvent été accusé de poser des risques pour la sécurité nationale, les responsables américains craignant qu'il ne permette l'espionnage chinois. Schmidt a comparé Huawei à des organisations d'espionnage telles que le GCHQ au Royaume-Uni, décrivant leurs opérations comme une forme de "renseignement sur les signaux", qui travaillent au nom de l'État. Huawei a maintes fois nié ces affirmations, se décrivant comme une entreprise privée qui n'a jamais transmis de données aux autorités.

Huawei Technologies est une entreprise basée à Shenzhen en Chine et qui fournit des solutions dans le secteur des technologies de l'information et de la communication. Elle a été fondée par Ren Zhengfei, ancien officier de l’Armée de libération du peuple. Huawei est désormais le deuxième fabricant mondial de smartphones, après le Sud-Coréen Samsung. Malgré les difficultés qu’elle connaît actuellement, Huawei a déjà vendu 15 millions de smartphones compatibles 5G, une performance qui lui permet de capturer 33 % du marché mondial, a annoncé la société lors de son événement interne Global Analyst Summit. Samsung reste tout de même un peu devant.

Huawei a toujours nié les accusations selon lesquelles il serait un bras de l'État chinois ou qu'il transmettrait des données sur les clients aux autorités. « Les allégations faites par Eric Schmidt, qui travaille maintenant pour le gouvernement américain, ne sont tout simplement pas vraies et, comme pour les affirmations similaires dans le passé, ne sont pas étayées par des preuves », a déclaré à la BBC Victor Zhang, le chef britannique de Huawei. « Huawei est indépendant de tout gouvernement, y compris du gouvernement chinois ». Il a ajouté que « Là où nous sommes d'accord, et c'est une chose que nous avons toujours dite, c'est que l'application de normes au niveau mondial garantit l'innovation, favorise la concurrence et profite à tous ».

Les commentaires de l'ancien patron de Google font suite à des mois de pression exercée par les États-Unis sur l'entreprise chinoise concernant son rôle dans les réseaux mobiles 5G de nouvelle génération dans les pays occidentaux.

Washington a exercé une pression importante sur ses alliés pour empêcher Huawei d'accéder à leurs réseaux mobiles 5G de nouvelle génération. Le Wall Street Journal a publié en 2018 que les États-Unis avaient lancé dans ce que le quotidien a qualifié de « campagne extraordinaire de sensibilisation » de ses alliés afin de tenter de persuader les fournisseurs d'accès sans fil et Internet dans ces pays d'éviter les équipements de télécommunication provenant du chinois Huawei. Les autorités américaines ont également indiqué à la presse que l'administration envisageait d'offrir une aide financière aux pays qui franchiraient le pas pour bloquer Huawei.

Toutefois, selon The Telegraph, certains signes indiquent que la pression américaine s'atténue après qu'il soit apparu lundi que le ministère du Commerce assouplirait ses sanctions contre Huawei pour permettre aux entreprises américaines d'engager des discussions sur les normes techniques de la 5G.

Il est « extrêmement important » que l'Occident « ait des choix » comme options viables à la technologie chinoise

Selon Eric Schmidt, le véritable problème avec Huawei réside dans le défi que représente le leadership américain : une entreprise chinoise opérant sur une scène mondiale qui construit un meilleur produit que ses concurrents, a rapporté la BBC. Schmidt a déclaré qu'il avait auparavant des "préjugés" sur la Chine, comme la croyance que les entreprises technologiques du pays sont « très douées pour copier les choses ». Il a ajouté que ces préjugés doivent maintenant « être éliminés ».


« J'ai porté les préjugés sur la Chine pendant les années où j'ai travaillé avec elle », dit-il. « Qu'ils sont très bons pour copier les choses, qu'ils sont très bons pour organiser les choses, qu'ils y jettent un grand nombre de personnes. Mais ils ne vont rien faire de nouveau. Ils sont très, très bons pour voler, si vous voulez, nos affaires. Il faut se débarrasser de ces préjugés ».

Schmidt a souligné qu'il était « extrêmement important » que l'Occident « ait des choix » qui pourraient servir d'options viables à la technologie chinoise après avoir admis que les innovateurs du pays sont « tout aussi bons, et peut-être meilleurs » en matière de recherche et développement. Il a exhorté les pays occidentaux à suivre le rythme de la deuxième économie mondiale en investissant davantage dans le financement de la recherche, en assurant une collaboration accrue entre les secteurs public et privé et en restant ouverts aux talents internationaux.

Selon Schmidt, l'un des problèmes aux États-Unis, et en particulier dans la Silicon Valley, est une cécité historique quant au rôle du gouvernement dans le soutien à la recherche. « Tout ce que vous voyez dans la Silicon Valley, au premier degré, provient des subventions scientifiques fédérales initiales, d'un type ou d'un autre ».

Huawei fait également l'objet d'un examen minutieux au Royaume-Uni, où le gouvernement a lancé un vaste examen des équipements 5G de Huawei en raison de craintes liées à la sécurité. The Telegraph rapporte qu’il est apparu le mois dernier que les ministres avaient fait pression sur le Premier ministre Boris Johnson pour qu'il envisage de revenir sur sa décision d’impliquer Huawei dans le déploiement de la 5G au Royaume-Uni, et de demander à la place un retrait complet de sa technologie d'ici 2023.

Boris Johnson avait affirmé à la sortie du Conseil national de sécurité en janvier que les équipementiers « à haut risque », dont fait partie Huawei, pourront participer au déploiement de la 5G au Royaume-Uni. Toutefois, Huawei ne pourra pas dépasser les 35 % de parts de marché et ses antennes ne devront pas être installées près des sites militaires et nucléaires. Mais, d’après un article du Telegraph publié en mai, le Premier ministre a demandé aux fonctionnaires d'élaborer des plans visant à réduire à zéro la participation de la Chine au réseau 5G du Royaume-Uni.

Ce n'est pas la première fois que M. Schmidt fait des commentaires sur la Chine. En 2018, le milliardaire a mis en garde contre une "bifurcation" de l'Internet en deux modèles distincts - l'un dirigé par les États-Unis, l'autre par la Chine. Il a également admis avoir défendu le travail de Google en Chine lors de son retrait du pays. Google a rejeté le projet de lancer un moteur de recherche censuré en Chine en 2018, suite à l'indignation des employés.

Source : BBC News

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Les entreprises chinoises volent-elle vraiment toutes leurs technologies ?
Que pensez-vous de l’appel de Schmidt à l’Occident à avoir ses propres choix comme options viables à la technologie chinoise ?

Lire aussi

Le gouvernement britannique autorise Huawei à participer au déploiement de la 5G du Royaume-Uni, mais à certaines conditions
Eric Schimdt de Google prédit que l'Internet sera divisé en deux branches, une dirigée par la Chine, avec plus de censure et de contrôle
Après l'Allemagne et le Royaume-Uni, la Belgique blanchit Huawei, nouveau coup dur pour la campagne de diabolisation des États-Unis ?
Les États-Unis demandent à leurs alliés de boycotter les équipements télécoms du chinois Huawei, évoquant des préoccupations de sécurité nationale

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de bcag2
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 19/06/2020 à 11:49
oui, si on remplace dans cet article Huawei par Google, occident par Europe et chinois par américain… ça a du sens, non?

"Il est « extrêmement important » que l'Europe « ait des choix » comme options viables à la technologie américaine"
17  1 
Avatar de ElementaryJoe
Inactif https://www.developpez.com
Le 19/06/2020 à 11:10
Ah bon ?

et les infos de google ? elles ne passent pas dans les mains des différents gouvernements ?
14  2 
Avatar de disedorgue
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/06/2020 à 13:57
Oui, mais les américains, c'est les gentils
5  2 
Avatar de pierre.E
Membre actif https://www.developpez.com
Le 27/06/2020 à 13:14
tous les chemins menent à washington ou pékin
3  0 
Avatar de jpiotrowski
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/06/2020 à 21:33
Citation Envoyé par vbarr Voir le message
On pourrait tout aussi bien boycotter les deux !
On a pas besoin de la 5G. Des ondes, encore des ondes toujour des ondes, toujours plus d'ondes.
C'est quoi le projet de société ? Pouvoir se faire bourrer le mou 24/7 par des séries Netflix circulant sur des réseaux Huwei tout en permettant de streamer nos sens (ce qu'on voit, ce qu'on entend, ce qu'on dit) vers des entreprises privées et les gouvernements étrangers qui vont derrière ?
Pendant ce temps : https://twitter.com/AsiaNews_FR/stat...53120207835137
2  0 
Avatar de vbarr
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 19/06/2020 à 18:04
On pourrait tout aussi bien boycotter les deux !
On a pas besoin de la 5G. Des ondes, encore des ondes toujour des ondes, toujours plus d'ondes.
C'est quoi le projet de société ? Pouvoir se faire bourrer le mou 24/7 par des séries Netflix circulant sur des réseaux Huwei tout en permettant de streamer nos sens (ce qu'on voit, ce qu'on entend, ce qu'on dit) vers des entreprises privées et les gouvernements étrangers qui vont derrière ?
4  4 
Avatar de Jiji66
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/06/2020 à 7:12
Citation Envoyé par vbarr Voir le message
On pourrait tout aussi bien boycotter les deux !
On a pas besoin de la 5G. Des ondes, encore des ondes toujour des ondes, toujours plus d'ondes.
C'est quoi le projet de société ? Pouvoir se faire bourrer le mou 24/7 par des séries Netflix circulant sur des réseaux Huwei tout en permettant de streamer nos sens (ce qu'on voit, ce qu'on entend, ce qu'on dit) vers des entreprises privées et les gouvernements étrangers qui vont derrière ?
La meilleure des protection n'est pas de se priver d'une technologie mais de la contrôler.
Pour contrôler une technologie, rien n'est plus efficace que de la développer.
Sachant qu'en France l'on ne développe plus rien depuis une éternité, nous avons sciemment choisi de n'être que les esclaves des autres !

C'est exactement comme pour les batteries et les voitures électriques, l'on nous dis à longueur d’antenne que c'est l'avenir et on se débrouille pour laisser les autres s'en occuper sans que personne n'en soit informé.

https://www.tesla.com/fr_fr/gigafact...in?redirect=no
1  1 
Avatar de cdubet
Membre averti https://www.developpez.com
Le 28/06/2020 à 15:05
Citation Envoyé par bcag2 Voir le message

"Il est « extrêmement important » que l'Europe « ait des choix » comme options viables à la technologie américaine"
Tout a fait mais l UE a choisit (en grande parti a cause de la pression francaise) de claquer la moitie de son budget en subventions agricoles
Et si on regarde au niveau de la france seule, on a une seule entreprise de rang mondial (dassault systeme) et le gros des ingenieurs francais n ont d autres choix que d aller dans des SSII qui ne creeront jamais rien (leur metier c est de vendre de l ingenieur a la journee)
0  0 
Avatar de singman
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/06/2020 à 9:29
Depuis le début de cette affaire (et c'est pas nouveau puisque tout a commencé avec l'accusation de Cisco de vol de brevets contre Huawei), aucun spécialiste ou expert n'a pu apporter la moindre preuve irréfutable. Ce sont juste des soupçons qui durent depuis 2003. Tous ces beaux experts (ou non, par exemple E. Schmidt....) n'ont pu apporter le moindre début d'une quelconque preuve en 17 ans ! Et ça continue. L’intérêt est bien plus politique que technique, cela va sans dire...
0  0