Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Ne dites plus « deepfake » mais dites « vidéotox », préférez « divulgâcher » à « spoiler ».
La Commission propose de nouvelles traductions officielles

Le , par Stéphane le calme

511PARTAGES

21  0 
La Commission d’enrichissement de la langue française a noté qu’à partir d'un nom de marque (iPod), créé pour désigner un baladeur numérique, s'est développée en anglais une série lexicale (podcast, to podcast, podcasting), qui s'est francisée dans notre langue essentiellement sous les formes substantive « un podcast » et verbale « podcaster ».

Or, note la Commission, l'usage de ces termes en français est souvent source de confusion. Il convient selon elle de distinguer plusieurs notions :
  • le programme audio, couramment désigné aujourd'hui par l'anglicisme « un podcast » ;
  • l'action, pour le diffuseur, de mettre à la disposition du public un tel programme (to podcast) ;
  • l'action, pour l'auditeur, de télécharger un tel programme, couramment désignée aujourd'hui par l'anglicisme « podcaster », ou de l'écouter ou de le réécouter ;
  • enfin le service de diffusion offrant à l'usager la possibilité d'accéder à tout moment à un programme choisi dans un ensemble de titres proposés (podcasting).

Ce qui a conduit la Commission a recommandé l’utilisation des termes suivants :
  • « audio » n.m., « audio à la demande (AAD) », voire « programme ou émission à la demande » ;
  • « télécharger », « écouter », « réécouter » ;
  • « service audio à la demande ».

Cette publication vient donc annuler et remplacer celle de la Recommandation sur les équivalents français du mot podcasting au Journal officiel du 15 décembre 2006.

Concernant l’audio à la demande, la Commission donne la définition suivante : contenu audio mis à la disposition du public dans l'internet. Elle précise que lorsque l'audio est une émission de radio préalablement diffusée, on parle également d'« audio en réécoute » ou d'« audio de rattrapage » ; lorsque l'audio est créé spécialement pour l'internet, on parle d'« audio original » (en anglais : native podcast). Cette publication annule et remplace celle du terme « diffusion pour baladeur » au Journal officiel du 25 mars 2006.


Elle a publié également au Journal officiel une autre liste de traductions officielles, qui doivent être obligatoirement utilisées par les fonctionnaires à la place des termes et expressions équivalents en langues étrangères :
  • piège à clics : défini comme un lien hypertextuel accrocheur conduisant à un contenu qui n'est qu'un leurre, mis en place à seule fin d'augmenter le trafic en incitant les internautes à cliquer ; par extension, le contenu lui-même. Il vient remplacer clickbait.
  • Divulgâcher : gâcher l'effet de surprise chez le lecteur ou le spectateur en dévoilant tout ou partie de l'intrigue d'une œuvre de fiction. La Commission note qu’on parlera de « divulgâcheur, -euse » (en anglais : spoiler), pour désigner la personne qui divulgâche, de « divulgâchage » (en anglais : spoiling), pour désigner l'action de « divulgâcher », et de « divulgâchis » (en anglais : spoiler), pour désigner le résultat d'un divulgâchage.
  • Infox : information mensongère ou délibérément biaisée. La Commission note qu’une infox peut servir, par exemple, à favoriser un parti politique au détriment d'un autre, à entacher la réputation d'une personnalité ou d'une entreprise, ou à contredire une vérité scientifique. L’équivalent étranger est fake news.
  • infox vidéo ou vidéotox : une infox qui se présente sous la forme d'une vidéo falsifiée grâce aux techniques de l'intelligence artificielle, en particulier à celles de l'apprentissage profond. La Commission note que la production d'infox vidéo fait notamment appel à l'analyse de l'expression faciale, à la synthèse vocale et à la synchronisation labiale. L’équivalent étranger est deepfake.
  • responsable de la promotion en ligne : personne chargée de la promotion de biens, de services ou de marques sur la toile et dans les réseaux sociaux, qui recourt notamment au référencement et au ciblage publicitaire. L’équivalent étranger est traffic manager.
  • responsable des réseaux sociaux : personne chargée de la stratégie de communication d'une entreprise ou d'une organisation dans les réseaux sociaux. L’équivalent étranger est social media manager ou encore social media marketing manager.
  • ajustement automatique d'intonation : procédé sonore numérique qui permet, lors d'une séance d'enregistrement ou d'un concert, d'aligner la fréquence d'une voix sur une hauteur prédéfinie ; par extension, l'effet ainsi obtenu. La Commission note que l'ajustement automatique d'intonation est utilisé pour corriger la hauteur d'une voix ou pour obtenir un effet artistique. L’équivalent étranger est autotune.

Source : Journal officiel (1, 2, 3)

Et vous ?

Que pensez-vous de ces traductions ?
Quelles sont celles que vous adopteriez volontiers ?
Quelles sont celles qui vous semblent le plus difficile à passer dans votre vocabulaire ?

Voir aussi :

Commission d'enrichissement de la langue française : ne dites plus « hackathon » mais « marathon de programmation ». Voici la nouvelle vague de traductions proposées
Ne dites plus « web » mais « toile » ! La commission propose des termes et définitions, dans les domaines de l'Internet et de l'IA
Commission d'enrichissement de la langue française : ne dites plus « cryptojacking » mais « minage pirate ». Voici la nouvelle vague de traductions proposées

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/05/2020 à 8:43
Autant, pour la plupart des termes, je n'ai pas grand-chose à redire, autant pour "spoiler" -> "divulgacher" c'est du grand n'importe quoi.

Le verbe anglais "to spoil" signigie "gâcher" en français. Je ne vois pas l'intérêt de créer une abomination comme "divulgacher" alors que gâcher était parfaitement compréhensible.

Y a des fois, je me demande à quoi pensent ces personnes
12  2 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 25/05/2020 à 23:43
Ne dites plus « deepfake » mais dites « vidéotox »

Ils ont rien compris de ce qu est un deepfake😂
Un deepfake n est pas forcément une vidéo, cela peut être une image ou un enregistrement audio. Un deepfake n a pas toujours popour but de tromper, cela peut être de l humour.
Inversement toute vidéo mensongère n est pas un deepfake.
Un deepfake c est quand on truque un document numérique pour changer un discourt ou un personnage a l aide de la technologie d IA de deeplearning. Autrement dis c est comme n importe quel montage faux (cinema, musique ou photo). Sauf qu avec l IA c est juste plus facile a faire et généralement mieux fais.
7  0 
Avatar de el_juky
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/05/2020 à 5:32
Ils ont du boulot... mais le font bien tard.

Comme tout le monde, je passe du temps à chercher le sens de certains mots car sortir des mots anglais est vu comme chic en français -(et vice-versa : les anglais font l'inverse et viennent piocher des mots dans notre langue quand il s'agit de faire le même effet).

A l'instant, je viens de chercher le sens du mot KAM... Ça craint !

Autant pour certains mots, il n'y a pas d'équivalent direct en français (je pense à deepfake, qui spécifie l'utilisation des réseaux de neurones pour falsifier la réalité), autant pour d'autres ça me navre de voir qu'on utilise un terme anglais : je pense à spoiler qui sort partout sur internet alors qu'on a divulguer, dévoiler, révéler, mais aussi à coach alors qu'on a entraîneur ainsi qu'à tous les noms de métiers : CEO pour PDG, Account, Asset, Community.... C'est sans fin. J'ai des collègues qui parlent de backup au lieu de sauvegarde, de repository au lieu de dépôt et qui pensent que la programmation, c'est de l'anglais !

Mais c'est malheureusement ainsi : le Français trouve chic de faire ainsi et il n'y a pas toujours d'équivalent, notamment pour les termes techniques.

En ce moment, c'est "digital". On l'utilise partout au lieu de "numérique". Comme si le terme digital n'avait jamais eu d'autre sens !
7  0 
Avatar de gretro
Membre actif https://www.developpez.com
Le 25/05/2020 à 20:22
Je me demande si l'Office de la langue Française du Québec va suivre ces recommendations. Ils ont quand même réussi à faire entrer "courriel" plutôt que email dans le language common des gens d'ici.

J'aime bien l'expression "piège à clics", mais je n'aime pas trop "infox" ou "vidéotox". :s
4  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/05/2020 à 21:43
divulgâcher, v.
Domaine : AUDIOVISUEL-ÉDITION ET LIVRE.
Définition : Gâcher l'effet de surprise chez le lecteur ou le spectateur en dévoilant tout ou partie de l'intrigue d'une œuvre de fiction.
Note : On parle de « divulgâcheur, -euse » (en anglais : spoiler), pour désigner la personne qui divulgâche, de « divulgâchage » (en anglais : spoiling), pour désigner l'action de « divulgâcher », et de « divulgâchis » (en anglais : spoiler), pour désigner le résultat d'un divulgâchage.
Équivalent étranger : spoil (to).
J'aime bien cette traduction. Il y a bien à la fois les idées de divulguer et de gâcher, contrairement au mot anglais sploil qui, à l'origine, n'a pas l'idée de divulguer mais uniquement l'idée de gâcher, de détruire, d'endommager.
Mais, comme d'habitude, c'est dommage que la traduction française arrive largement trop tard, de nombreuses années après que le terme anglais se soit enraciné dans le langage courant.
3  0 
Avatar de vanskjære
Membre averti https://www.developpez.com
Le 26/05/2020 à 21:49
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Y a des fois, je me demande à quoi pensent ces personnes
A justifier leurs salaires en nous pondant leurs immondices dix ans après l'apparition du mot d'origine tout en essayant de parler un beau français........qui ne seras jamais utilisé car comme déjà dit dans une autre discussion du même sujet....l'usage fait loi. Spoiler restera spoiler!
3  0 
Avatar de KiLVaiDeN
Membre expert https://www.developpez.com
Le 27/05/2020 à 14:53
Le titre de cette vidéotox est un piège à clics, j'en suis conscient, mais si vous en dites encore plus, il se peut que vous en divulgâchiez trop. Veuillez donc bien allez vous faire anussifier profond, avec tout le respect que je vous doigte.
3  0 
Avatar de Glutinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 29/05/2020 à 12:05
Citation Envoyé par Ryu2000
Si on continue comme ça un jour "crypté" existera en français et là ce sera la déchéance totale...
Ça existe déjà. Après, il y a du bon usage, et les experts vont engueuler ceux qui utilisent le terme à mauvais escient.

Citation Envoyé par air-dex
Ou encore "selfie" à la place de "autoportrait".
Nos amis canadiens francophones disent "egoportrait". Je trouve ça parfait.

Perso, pour Divulgâchis je trouve ça très joli. Je l'utilise déjà. La traduction littérale donnerait un truc bizarre. "Me spoile pas !" "[Ne] Me gâche pas !" est assez bizarre, autant compléter "Ne me gâche pas le plaisir en me révélant l'intrigue d'un épisode que je n'ai pas encore visionné, dans lequel le baron de la mafia en apparence handicapé était le frère jumeau du père caché qui a voyagé dans le temps sous forme de fantôme et essayait en réalité de protéger le héros, sacrebleu !"

Comme Developpez est une communauté francophone, je demande d'ailleurs qu'on remplace les balises [SPOILER] par des balises [DIVULGÂCHIS].
3  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/05/2020 à 8:30
Citation Envoyé par air-dex Voir le message
L'informatique reste quelque chose de fait par des anglo-saxons pour des anglo-saxons (sinon l'encodage des lettres accentuées ou non occidentales serait moins problématique ). Voir des anglicisme n'est pas déconnant dans le fond.
En fait, ce n'est pas un problème en soi de franciser les termes technologiques anglophones. Le problème vient de la lenteur du processus. Les termes francisés arrivant alors que les termes anglais sont entrés dans l'usage courant.
2  0 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 28/05/2020 à 9:30
Bonjour,

Citation Envoyé par halaster08 Voir le message
Je ne comprends pas bien en quoi rajouté "tox" a la fin d'un mot fait le lien avec le fait que ce soit faux ou truqués.
La seule chose que m'évoque "tox" c'est plutôt "toxico" donc un rapport avec de la drogue, rien a voir avec le sens voulu au départ
Toxique , nocif, nuisible , poison quoi. L'idée et dire une "video nocive"
2  0