Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La confiance des acheteurs des services informatiques plonge aux Etats-Unis tandis que des signes de stabilisation apparaissent en Asie-Pacifique,
Selon IDC COVID-19 Tech Index

Le , par Stan Adkens

134PARTAGES

5  0 
Alors que la pandémie du Covid-19 était en pleine expansion dans le monde entier en mars, le cabinet de conseil IDC avait prédit que les dépenses informatiques allaient subir l'impact du coronavirus. La dernière mise à jour de l'IDC COVID-19 Tech Index du cabinet confirme cette tendance. En effet, les attentes en matière de dépenses informatiques restent inégales, avec des différences significatives selon les pays, les secteurs et les entreprises. Le sentiment général aux États-Unis ayant chuté au cours des deux dernières semaines, les entreprises s'adaptant à des prévisions de PIB baissières pour le deuxième trimestre, et la confiance restant faible en Europe. Toutefois, IDC a observé des signes d'amélioration dans la région Asie-Pacifique, avec des niveaux de confiance qui montrent une reprise progressive en Chine et dans d'autres pays.

Selon l’indice d’IDC, les entreprises continuent d'indiquer des réductions probables des dépenses pour les produits et services informatiques traditionnels à court terme, des réductions importantes étant prévues par les entreprises qui ont été directement touchées par la pandémie et se conséquences économiques. Alors que certaines entreprises indiquent une augmentation des dépenses dans des technologies spécifiques, tous les indicateurs indiquent une contraction globale significative au cours des prochains mois, le rythme de la reprise dépendant fortement du rythme et de la stabilité des mesures de réouverture des économies dans le monde au cours du troisième trimestre, lit-on dans le rapport d’IDC.

« Il y a un mois, les projections de dépenses globales des acheteurs de technologies de l'information étaient encore positives dans quelques domaines comme l'intelligence artificielle (IA) et d'autres projets de transformation numérique », a déclaré Stephen Minton, vice-président du programme au sein du groupe Customer Insights & Analysis d'IDC. « Les entreprises américaines étaient particulièrement réticentes à imposer des délais aux projets et déploiements informatiques stratégiques, mais la réalité d'une contraction économique majeure au deuxième trimestre semble avoir rattrapé les DSI et les départements informatiques au cours des dernières semaines. Là où la demande continue d'augmenter, elle se concentre de plus en plus sur une gamme étroite de technologies qui sont essentielles pour soutenir les travailleurs à distance, telles que les solutions de vidéoconférence et d'accès à distance ».

L'IDC COVID-19 Tech Index est un indicateur avancé des dépenses en services informatiques, qui est conçu pour fournir des mises à jour rapides des changements dans le sentiment des acheteurs et des indicateurs de marchés sous-jacents avant que ceux-ci ne soient pris en compte dans les prévisions officielles du marché et de la macroéconomie.

Il utilise une échelle de 1000 pour fournir un indicateur directionnel des changements dans les perspectives des dépenses en services informatiques et est mis à jour toutes les deux semaines. Cet indice est basé en partie sur une enquête mondiale auprès des acheteurs des IT des entreprises et en partie sur un ensemble d'indicateurs de marché, qui sont calibrés avec les données des analystes nationaux concernant les taux d'infection médicale, la distance sociale, les restrictions de voyage, la vie publique et les mesures de relance du gouvernement. Ainsi, un score supérieur à 1 000 indique que les dépenses en services informatiques devraient augmenter, tandis qu'un score inférieur à 1000 est signe d’une baisse probable.


Selon les données IDC, la confiance des acheteurs des services informatiques en Europe a semblé se stabiliser au cours de la première moitié du mois d'avril, mais a ensuite chuté à nouveau vers la fin du mois. Le cabinet prévoit que cette tendance se poursuivra pendant un certain temps, les entreprises réagissant à l'incertitude en fonction du rythme, de l'efficacité et des risques associés à la réduction des mesures restrictives qui ont permis de ralentir la propagation du virus, mais qui ont également entraîné ce que la plupart des économistes estiment être un énorme recul du PIB pour le trimestre en cours.

Selon M. Minton, « Alors que les entreprises américaines et européennes sont devenues un peu plus pessimistes au cours de la seconde moitié du mois d'avril, les entreprises d'Asie-Pacifique ont montré certains signes d'amélioration de la confiance, ce qui reflète un sentiment général d'optimisme quant à la possibilité que le pire soit passé dans quelques pays, dont la Chine ».

« La crise a commencé en Chine et il est logique qu'elle s'y termine le plus tôt possible, même s'il est trop tôt pour être sûr qu'il ne s'agit pas d'une fausse aube, étant donné que les mesures d'ouverture de l'économie seront gérées avec soin pour éviter tout signe d'une deuxième vague d'infections. L'impact sur les dépenses informatiques sera une incertitude continue pendant un certain temps, de nombreuses entreprises n'ayant pas la visibilité nécessaire pour prendre des décisions stratégiques majeures ou s'engager à augmenter leurs dépenses à court terme », a-t-il ajouté.

Les indicateurs du marché toujours négatifs, la plupart des économistes étant pessimistes quant au court terme

Selon l’indice d’IDC, les indicateurs du marché sont toujours négatifs, la plupart des économistes étant désormais extrêmement pessimistes quant au court terme, alors que les restrictions restent pleinement en vigueur dans de nombreux pays. Les premières mesures visant à commencer à assouplir des mesures strictes de confinement mises en place dans certains pays européens seront surveillées de près par d'autres pays, dont les États-Unis, et tout signe de retour de la pression sur les services de santé pourrait entraîner une période plus prolongée de distanciation sociale, selon IDC. Si c’est le cas, les entreprises continueront à financer les déploiements informatiques essentiels, notamment les services cloud computing, et chercheront à soutenir les travailleurs à distance, mais certains nouveaux projets seront inévitablement reportés.

« Le cloud ne va nulle part, toutes les données stockées dans le cloud ne vont nulle part, et la nécessité pour les entreprises d'analyser et d'extraire de la valeur de toutes ces informations n'est pas moins importante aujourd'hui qu'il y a trois mois », a déclaré M. Minton. « Mais les décisions de financement de nouveaux déploiements seront difficiles à prendre pour les entreprises qui connaissent une baisse importante de leurs revenus et les cycles de dépenses seront plus longs alors que les décideurs sont dispersés dans le monde entier dans des endroits éloignés. Les nouveaux produits technologiques arriveront sur le marché plus lentement et la mise à niveau des réseaux ou des équipements de bureau ne sera pas une priorité tant que les bureaux resteront fermés. Ces vents contraires passeront, mais il reste des étapes à franchir avant que les dépenses informatiques ne recommencent à augmenter ».


Malgré un deuxième trimestre qui s’annonce très difficile avec une tendance baissière de la confiance des acheteurs des services informatiques particulièrement aux États-Unis, selon IDC, certains secteurs comme les services cloud computing sont en hausse, et pourraient même résister à une éventuelle prolongation des mesures de restriction. En effet, selon un rapport publié en fin mars par Canalys, les dépenses en services d'infrastructure cloud ont atteint un nouveau record au premier trimestre 2020, augmentant de 34 % pour atteindre 31,0 milliards de dollars, en glissement annuel par rapport aux 23,1 milliards de dollars pour la période correspondante de l'année dernière, et ce, principalement en raison de la demande de travail à distance.

Un peu plus tôt en mars, Canalys avait également signalé que le marché du cloud computing chinois a connu une croissance de 67 % au dernier trimestre 2019, tout en indiquant que cet essor ne sera pas freiné par la pandémie du Covid-19. Aussi selon un rapport d’enquête de TBR publié en avril, 48 % des responsables d’achat de services informatiques interrogés pensent que la pandémie entraînera une augmentation de leur utilisation des technologies du cloud computing dans le cadre de leurs stratégies informatiques à long terme.

Source : IDC

Et vous ?

Que pensez-vous de l’indicateur directionnel des changements dans les perspectives des dépenses en services informatiques d’IDC ? Pessimiste ou pertinent ?
Quel commentaire faites-vous de la confiance des acheteurs des services informatiques qui plonge aux États-Unis ?

Lire aussi

Les prévisions de dépenses informatiques frappées par l'impact du coronavirus, et les risques de baisse continuent à s'intensifier, selon les prévisions d'IDC
Budgets informatiques : les dépenses mondiales devraient atteindre 3870 milliards de dollars en 2020, soit une hausse de 3,7 % par rapport à 2019, rapporte Gartner
IDC : les dépenses en IT devraient augmenter de 6 % cette année grâce au déploiement de la 5G, mais la baisse des ventes de PC et les craintes autour du coronavirus vont freiner la croissance globale
COVID-19 : les dépenses IT vont diminuer en 2020, selon un rapport qui met également en évidence certaines opportunités pour les vendeurs IT

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !