Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Quel changement induira le coronavirus dans la société ? En dehors du télétravail
La pandémie accélérera l'intégration des technologies numériques et Internet, selon des experts

Le , par Victor Alisson

815PARTAGES

10  0 
Le post-pandémique forcera en quelque sorte l’humanité à accepter certains changements qui n’auront peut-être pas vu le jour sans cette catastrophe sanitaire ayant secoué le monde entier. La plupart de ceux-ci sont sans doute caractérisés par la systématisation d’habitudes et de comportements associés à la prudence préventive qui seront probablement cristallisés avec le traumatisme que chacun a vécu et continue de vivre actuellement. Cela impactera donc le mode de vie, le social et le relationnel, l’environnement professionnel, l’économie, voire la politique et la gouvernance en mettant l’accent sur des termes comme le télétravail, la télémédecine, l’e-gouvernance, le vote électronique, la réalité augmentée / virtuelle, et plus globalement « Internet ».


Bien évidemment, ces notions sont déjà d’actualité et constituent une réalité vécue dans la société moderne, même avant l’apparition publique et officielle du coronavirus en décembre 2019-janvier 2020. Cependant, la prédiction de certains penseurs (sociologue, linguiste, psychologue, journaliste, historien, etc.) à propos de la période post-pandémique laisse entrevoir que les technologies numériques et Internet joueront encore plus un rôle capital dans le quotidien de ladite société, et cela s’intégrera probablement dans la culture de l’après COVID-19.

L’on pourra alors être confronté au paradoxe de la communication en ligne qui crée à la fois davantage de distance et de connexion. En effet, ceux qui n’ont pas eu l’habitude des réseaux sociaux, voire ceux qui ont toujours vu Internet d’un mauvais œil, commenceront probablement à s’inquiéter lorsqu’ils seront invités à faire une rencontre physique en se demandant : « y-a-t-il une bonne raison de ne pas le faire en ligne ? ». Désormais, alors que la menace associée à la pandémie sera dissipée, l’héritage d’un TOC à l’échelle de la société (comme celui de se laver fréquemment la main) maintiendra la méfiance de la présence d’autrui à proximité de soi. Il est donc fort possible que l’Internet haut débit couvrira rapidement une cohorte de population qui n’a jamais eu l’intention de vivre une expérience « en ligne » avant cette grande crise sanitaire mondiale.

Sur le plan professionnel, de nombreuses boîtes tenues par des bureaucrates pouvant être qualifiés de « trop prudents » car se méfiant du télétravail sont et seront obligées de rester dans cette nouvelle perspective. Le coronavirus a brisé, de manière brutale, le paradigme traditionnel de la culture du travail « au bureau », une transformation qui n’aurait peut-être jamais eu lieu sans un choc massif comme celui qui s’est produit actuellement.

De nombreux dirigeants d’entreprises n’auraient peut-être pas pu apprécier les avantages de la délocalisation et de la décentralisation du lieu de travail, et il en est de même pour des milliers de salariés qui n’ont pu goûter aux avantages conférés par le travail à distance que « grâce » à la peur partagée d’être contaminé par le virus mortel : ces avantages sont sans doute mis en évidence essentiellement dans la réduction des coûts relatifs au déplacement. Les nouveaux entrants dans cette ère de l’e-travail verront ensuite qu’il sera encore plus coûteux de faire marche arrière, lorsque les acteurs de l’entreprise auront l’habitude de la visioconférence et des plateformes de collaboration en ligne, par exemple.

Il a été estimé que cela touchera aussi certains secteurs qui ont eu une forte réticence de l’éloignement physique malgré des progrès considérables dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC). Il en est de la télémédecine, en l’occurrence : le coronavirus a ainsi initié la démocratisation de la consultation en ligne (bien que cela ne touche peut-être que des cas de problème sanitaire bénins), et cela ouvrira la discussion sur l’extension de cette perspective pour des cas plus critiques. Qui aurait pensé à une utilisation courante (et plus probable à un avenir proche) de Skype, de Face time et plus généralement du courrier électronique dans la communication entre les personnels médicaux et les patients ? Si tel sera le cas, les progrès technologiques dans ce sens s’afflueront incontestablement.

Peut-on également parler du développement de l’enseignement à distance, mais cette fois en mettant davantage l’accent du côté de l’éducation de base, voire pour les élèves de la maternelle. En effet, l’intérêt porté par de nombreuses familles à l’enseignement en ligne pour leurs enfants pourrait continuer à se raviver (du moins pour la prochaine rentrée scolaire), en craignant que le scénario avec le COVID-19 ne se répètera. Les développeurs et les éducateurs auront ainsi la lourde tâche de concevoir des outils et des applications faisant en sorte que l’environnement pédagogique en ligne ne diffère pas trop de l’environnement de classe.

Concernant le mode de vie de l’après-pandémie, il faut dire que les objets connectés attireront peut-être une masse de nouveaux utilisateurs dans les prochains mois. La réalité augmentée / virtuelle prendra probablement une place privilégiée parmi les technologies mises en avant dans ce développement. Cela permettra des expériences qui rapprochent les utilisateurs de l’environnement réel même s’ils doivent encore s’isoler ou vivre en confinement dans la solitude pour une période indéterminée. L’on pourrait voir alors une intégration accélérée de ces technologies dans le quotidien des rescapés du coronavirus.

Enfin (dans cette énumération, mais la liste de ce que l’on peut évoquer est loin d’être exhaustive), il a été estimé que cette catastrophe sanitaire accélérera aussi la dynamique de l’e-gouvernance. En effet, le coronavirus va possiblement forcer de nombreuses institutions politiques à devenir virtuelles, à l’instar du Congrès américain : se réunir physiquement n’est peut-être plus une option viable actuellement, étant entendu que deux membres du Congrès au moins ont déjà été testés positifs pour le virus. La discussion s’ouvrira ainsi sur la pérennisation du processus de législation virtuelle, qui trouvera certainement des partisans au regard de certains avantages évoqués : les législateurs pourraient alors se rapprocher davantage et physiquement de leurs électeurs et se détacher des pressions émanant des lobbyistes à l’occasion des interminables réceptions que ces derniers organisent à Washington.

Dans ce même domaine, les problèmes relatifs au COVID-19 généraliseront probablement le vote électronique pour l’ensemble des citoyens. Il faut rappeler que ce procédé est déjà en vigueur pour les électeurs militaires et étrangers, avec une perspective qui se dessine également pour les électeurs aveugles et en situation de handicap. L’heure est peut-être venue pour l’adoption de technologies avancées, en matière de vote sécurisé et transparent par exemple, et cela pourrait même se réaliser via ces appareils mobiles habituels. En tout cas, le passage vers ces nouveaux horizons empruntera sans doute par des trajectoires de transition avant la généralisation de la numérisation totale, en empruntant un modèle hybride (un vote mobile à distance qui génèrera des bulletins de vote papier, par exemple).

Source : Politico Magazine

Et vous ?

Selon vous, quel est l'impact du coronavirus sur la dynamique du développement informatique en général ?

Voir aussi :

En Chine, le coronavirus force la plus grande expérience de travail à domicile au monde, le télétravail semble être la seule solution dont disposent les entreprises

Coronavirus : les opérateurs français pourraient réduire la bande passante vers des sites comme Netflix et YouTube au profit du télétravail

Crise du coronavirus : 88 % des organisations ont encouragé ou obligé leurs employés à travailler à domicile, selon une enquête de Gartner RH

Crise du coronavirus : un afflux massif vers le travail à domicile crée une opportunité pour les pirates informatiques, selon des experts en cybersécurité

Les applications de téléconférence et les nouvelles technologies font l'objet d'une forte demande dans le contexte de l'épidémie de coronavirus

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/03/2020 à 20:53
Quel changement induira le coronavirus dans la société ? En dehors du télétravail
Il n'y aura tout simplement aucun changement! Ce sera retour au système "avant coronavirus", celui qui optimise le cash flow et l'accumulation des richesse par quelques uns sur le dos des autres!

1.
Qu'est-ce qui a changé après la crise mondiale de 1929?

Des règles stricts ont été fixées à la finance pour éviter le retour d'une telle crise mondiale par le président américain Roosevelt. Bill Clinton a supprimé toutes ces règles, ce qui a déclenché la crise de 2008.

Et qu'est-ce qui a changé en 2008, après que les états aient dû sauver les banques du monde entier avec l'argent du contribuable? Rien!

2.
Après la pandémie grippale de 1918, dite « grippe espagnole », qui était une pandémie de grippe due à une souche (H1N1) particulièrement virulente et contagieuse qui a entraîné entre 50 à 100 millions de morts dans le monde, qu'est-ce qui a changé? Rien!

102 ans après, le monde est dans la même m...

3.
Idem pour le télétravail!

Quand on constate que la populace n'est pas capable de rester à la maison pour éviter la propagation d'un virus mortel, qui peut croire un seul instant que cette même populace va vraiment travailler quand elle est confinée à la maison???

Quand la pandémie sera terminée, les entreprises feront le constat que la majorité de leur employés ne sont pas "adultes" et que leur "télétravail" s'est résumé à jouer à la play station! Et donc? Fin du télétravail et retour au bureau!
3  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/03/2020 à 20:56
Citation Envoyé par Sodium Voir le message

Il serait sérieusement temps que le télétravail devienne la norme pour ceux qui en ont la possibilité. Avec cette crise les entreprises se seront au moins rendues compte que... ben ça marche.
Quelles sont les sources qui permettent de dire que le télétravail fonctionne pour tout le monde et que cela peut devenir une norme?

Vous avez beaucoup d'entreprises qui, après une semaine de confinement, peuvent conclure que la télétravail fonctionne?
2  0 
Avatar de melka one
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/03/2020 à 11:51
matrix a la différence que c'est l’être humain qui créera le monde virtuel

faut arrêter la paranoia
0  0 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/03/2020 à 20:29
Le télétravail ça :

- Réduit son empreinte carbone en limitant les déplacements
- Réduit le niveau de stress induit par le temps de transport, bruit etc
- Libère de l'espace dans les transports pour ceux qui ne peuvent pas faire autrement
- Libère des logements à proximité des centre-villes pour ceux qui, toujours, ne peuvent pas faire autrement

entre-autres

Il serait sérieusement temps que le télétravail devienne la norme pour ceux qui en ont la possibilité. Avec cette crise les entreprises se seront au moins rendues compte que... ben ça marche.
0  4