Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Faut-il pister les smartphones des gens pour s'assurer qu'ils s'isolent pendant cette pandémie globale ? La méthode a déjà cours dans certains pays
Et la France envisage de faire pareil via Orange

Le , par Patrick Ruiz

479PARTAGES

7  0 
Le suivi et la limitation des mouvements des voyageurs et des personnes soupçonnées d'être porteuses du coronavirus (COVID-19) se sont révélés être des outils essentiels pour contrôler la pandémie. C’est en tout cas ce que suggère l’exemple de pays comme Singapour.

Depuis que Singapour a confirmé son premier patient le 23 janvier, le pays a eu 385 cas de COVID-19 et 131 se sont complètement rétablis. Singapour a fait état de deux décès au cours du week-end dernier. Les personnes susceptibles d'avoir été exposées au nouveau coronavirus (en particulier celles qui revenaient de l'étranger) ont été soumises à des périodes d'isolement à domicile de 14 jours. Les patients confirmés pour leur part ont été hospitalisés. Pour faire respecter les périodes d'isolement à domicile, les fonctionnaires demandaient aux citoyens d'activer les services de géolocalisation sur leurs smartphones et de cliquer de façon périodique sur un lien envoyé par SMS.

Ce lien signalait leur position, confirmant qu'ils restaient effectivement chez eux. Ces derniers devaient répondre aux messages dans un court laps de temps pour empêcher que des tiers ne trichent en laissant leurs téléphones pendant qu’ils s’aventurent à l’extérieur. En sus, les autorités ont procédé à des descentes sur le terrain pour confirmer la localisation des personnes placées en quarantaine. La dernière innovation technologique des autorités de Singapour pour le suivi des mouvements est l’introduction d’une application dénommée TraceTogether. Elle utilise la technologie Bluetooth pour noter les contacts étroits des citoyens – les personnes dont ils se sont approchés à moins de 2 mètres et avec lesquelles ils ont passé au moins 30 minutes. L’application de ces mesures de suivi combinées à d’autres recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) permettent aujourd’hui au pays de 5,7 millions d’habitants d’être parmi ceux qui contrôlent le mieux la propagation de l’infection. À date, Singapour a l’un des taux d’infection les plus lents.


En Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a, la semaine dernière, autorisé l'agence de sécurité intérieure du pays à puiser dans une vaste banque de données de téléphones portables (GPS), jusqu'alors non divulguée, pour retracer les mouvements des personnes qui ont contracté le coronavirus et identifier d'autres personnes qui devraient être mises en quarantaine parce que leurs chemins se sont croisés. L'idée est de passer au crible les données de géolocalisation collectées de façon régulière par les fournisseurs de téléphonie mobile israéliens sur des millions de leurs clients en Israël, de trouver les personnes qui ont été en contact étroit avec des porteurs de virus connus et de leur envoyer des SMS leur enjoignant de s'isoler immédiatement.

La décision sans précédent d'utiliser des données recueillies de façon secrète pour lutter contre le terrorisme à des fins de santé publique a fait l'objet de débats pendant des heures dimanche dernier par le cabinet du Premier ministre israélien. L’une des résolutions au sortir des travaux est que l’approche, en principe réservée aux cas de lutte contre le terrorisme, va continuer à être appliquée au combat contre le coronavirus avec une autorisation spéciale du procureur général. Ces mesures d’urgence prennent effet sous peu, ce, pour une période de 30 jours.

En parallèle, le ministère israélien de la santé met à la disposition des populations l’application The Shield. L’objectif poursuivi au travers de cette dernière est le même qu’avec le dispositif antiterroriste (collecte de données GPS et SSID). Toutefois, la différence est que The Shield s’appuie sur des données de géolocalisation constituées à partir de déclarations de patients.

L’application The Shield

En Europe, certains opérateurs de téléphonie mobile d’Italie, d’Allemagne et d’Autriche partagent les données de localisation avec les autorités sanitaires depuis peu. En France, l’approche serait en étude. Dans le cadre d’un partenariat avec l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Orange entend utiliser les données de géolocalisation pour modéliser et gérer la propagation de la pandémie.

Le difficile équilibre entre droits individuels et intérêt général

Depuis le début du mois dernier, Taïwan a bloqué l’accès à son territoire aux citoyens chinois, puis a mis en place un système de quarantaine ciblant ceux et celles qui s’étaient rendus dans les provinces chinoises touchées. À Taïwan, les porteurs potentiels du virus sont dotés d'un smartphone équipé d'un GPS et d’une application de pistage. Ces dispositifs font office de « barrière électronique » et permettent de garantir que les personnes en quarantaine restent chez elles en prévenant les forces de l’ordre si ces dernières sortent de quarantaine, s’éloignent de leur domicile ou éteignent leur téléphone. La police locale appelle jusqu’à deux fois par jour pour s’assurer que les personnes en isolement se trouvent là où ils devraient être.

À Hong Kong, les citoyens de retour au pays sont accueillis par des fonctionnaires de police qui leur posent des bracelets électroniques au poignet. Ces derniers sont liés à une application que les concernés téléchargent avant d’entrer en quarantaine pendant 14 jours. Ainsi, les autorités ont en temps réel la maîtrise de leur situation géographique.

C’est des exemples pour illustrer le dilemme auquel l’humanité fait face. Nous avons une urgence terrifiante sur les bras. Il existe une technologie qui pourrait être vraiment utile pour mesurer en temps réel l'efficacité (ou non) des politiques publiques. Mais elle est si intrusive qu'en temps normal, nous hésiterions beaucoup à l'adopter. Toutefois, les temps actuels ne sont pas normaux, ce qui fait qu’elle va continuer de faire l’objet d’adoption, ce, pour la durée de la période de crise. C’est l’après qu’il faudra ensuite envisager. Avec les événements du 11 septembre, les USA sont passés par une situation (d’urgence) similaire. Cette urgence a conduit le pays, pris de panique, à mettre en place l'État de surveillance qu'Edward Snowden a fini par exposer en 2013. Une fois qu'un gouvernement s'engage dans ce genre de choses, il semble qu'il n'y ait pas de retour en arrière.

Sources : scmp, NYT, LeFigaro, AFP

Et vous ?

Êtes-vous pour l’adoption des technologies de pistage des individus dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ?
Droits individuels vs intérêt général : lequel des aspects devrait avoir la primeur dans les décisions des gouvernements en cette période de pandémie mondiale ?
Est-il selon vous possible de trouver un équilibre entre les deux ?

Voir aussi :

Pour l'Iran, la réponse à l'épidémie du coronavirus est de couper l'Internet, une initiative du gouvernement pour garder la mainmise sur le récit de l'épidémie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de onilink_
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/03/2020 à 10:08
Yep, n'importe quoi, en plus d'être liberticide sur le principe, ça n'a aucun intérêt pratique, car il suffit de ne pas prendre son smartphone pour éviter le pistage... ou en avoir deux et basta.
Bref, totalement stupide, je comprend même pas qu'on ose débattre de ça en France, la réponse devrait pourtant être évidente.

Sur le même principe, pourquoi pas mettre les gens sur écoute hein? Ça pourrait aider aussi a luter contre le virus
14  1 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/03/2020 à 9:57
Êtes-vous en accord avec l’idée selon laquelle les situations de crise sont d’excellents moyens pour les gouvernements de voler chaque fois un peu plus des libertés au peuple ?
Pensez-vous aussi que les mesures en cours finiront par devenir permanentes ? Pourquoi ?
Ben on l'a bien vu avec les mesures d'exception antiterroristes qui avaient été mises en place lors des attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan... elles ont fini dans la loi de manière générale. Donc oui, la plupart des mesures prises dans le cadre de la crise actuelles continueront d'etre utilisées une fois l'épidémie passée...
7  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/03/2020 à 8:54
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Êtes-vous pour l’adoption des technologies de pistage des individus dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ?
Non.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Est-il selon vous possible de trouver un équilibre entre les deux ?
Non. Il ne faut jamais accepter de perdre un peu de liberté, quelque soit le prétexte, c'est une question de principe. Un gouvernement encore pire pourrait prendre le pouvoir (ou le gouvernement actuel pourrait évoluer dans le mauvais sens), il ne faudrait pas donner trop d'outils de surveillance au gouvernement.

Beaucoup d'israéliens critiquent Netanyahu car ils jugent que c'est une pratique dictatoriale.
Le prophète de malheur Netanyahu lutte contre le virus qui détruit la démocratie
Quelques minutes après la fin de l’interview de Netanyahu, Yaalon apparaissait sur la même chaîne pour accuser Netanyahu d’entraîner Israël vers une dictature – avec la Knesset temporairement suspendue, et sans contrôle parlementaire des mesures radicalement intrusives pour surveiller tous les mouvements des Israéliens et les avertir s’ils ont été en contact involontaire avec des porteurs du coronavirus. Mais Netanyahu avait pris des mesures préventives pour désamorcer l’accusation selon laquelle il détruisait la démocratie, en attribuant à l’intransigeant Kakhol lavan l’impasse de la Knesset qui a conduit son président, Yuli Edelstein, à fermer le plénum mercredi.
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Pour faire respecter les périodes d'isolement à domicile, les fonctionnaires demandaient aux citoyens d'activer les services de géolocalisation sur leurs smartphones et de cliquer de façon périodique sur un lien envoyé par SMS.

Ce lien signalait leur position, confirmant qu'ils restaient effectivement chez eux. Ces derniers devaient répondre aux messages dans un court laps de temps pour empêcher que des tiers ne trichent en laissant leurs téléphones pendant qu’ils s’aventurent à l’extérieur.
Il doit y avoir moyen de créer un service Android qui clique sur le lien automatiquement, ou de forcer les coordonnées GPS du smartphone à ne pas bouger, ou alors si il y a plusieurs personnes dans le foyer, il y a moyen de donner tous les smartphones à quelqu'un pour qu'il clique.
Mais du coup on a pas le droit d'éteindre son téléphone ou de désactiver la géolocalisation.
Est-ce que la nuit ça s'arrête ou il faut se lever pour cliquer encore sur le lien ?
Ceux qui n'ont pas de smartphone sont obligé d'en acheter un ?
6  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 24/03/2020 à 22:35
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Êtes-vous pour l’adoption des technologies de pistage des individus dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ?
Non.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Droits individuels vs intérêt général : lequel des aspects devrait avoir la primeur dans les décisions des gouvernements en cette période de pandémie mondiale ?
Celui que le peuple décide d'avoir. On a une constitution et des lois, il s'agit de ne pas en sortir sous prétexte qu'on serait dans une situation extraordinaire. Les épidémies, ça n'a rien de nouveau. On en a déjà eu et on en aura encore. Si on n'a rien dans nos lois pour ces cas là, il faudra les compléter une fois la crise passée. Si on en a déjà, il faut les respecter et -si elles ne plaisent pas- revenir dessus après la crise. L'important est de garder nos décisions "de crise" dans le scope de la crise, et de ne pas les prendre si des décisions "sereines" ont déjà été prises pour ça.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Est-il selon vous possible de trouver un équilibre entre les deux ?
Trouver un équilibre, toujours, trouver un équilibre qui satisfasse tout le monde, jamais. C'est pourquoi il est important que ça reste une décision démocratique.
6  0 
Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/03/2020 à 7:16
Citation Envoyé par Darktib Voir le message
Je vois que certains traitent les français de cons. Les seuls cons dans l'histoire, c'est ceux qui gouvernent est qui, en plus de ne pas prévoir le matériel médical ne serait-ce que pour le personnel soignant (masques, gel, ...), se permettent aussi de prendre une stratégie d'une débilité profonde, tout en étant très condescendant envers le peuple. Vu ces décisions, on a plus le choix, faut rester chez soi, mais ça laisse quand même un goût très amer...
Celle-là, à juste titre, elle est pour moi.

Ma réponse : non, les gouvernants ne sont pas les seuls cons dans l'histoire.

Je m'explique. Peu importe la pertinence (ou non...) de la réaction du gouvernement, en l'état actuel, ils n'ont pas proposé de dépistage systématique et de confinement dans des lieux dédiés. Et dans cette configuration, le meilleur moyen d'éviter la propagation du virus, c'est de rester a casa.

Mais, comme toujours, il faut qu'une partie de la population se la joue réfractaire, rebelle, moi il ne m'arrivera rien et je pisse sur ceux que je pourrai contaminer, y compris le personnel médical qui me soigne sans compter ses heures.

J'ai déjà fait mon spleen sur developpez.net à propos des cons qui pullulent sur la route avec une attitude arrogante, à jouer au maximum avec le code de la route voire à ne rien respecter du tout, à tenter des justifications minables dès qu'ils se font pincer par l'autorité : c'est exactement la même attitude que l'on retrouve face au coronavirus. Je fais ce que je veux, je ne calcule aucune conséquence, je ne respecte pas la loi, seule ma personne compte.

Pour moi c'est une attitude de con (individualiste).

Tu parlais des Coréens plus haut, eh bien eux si on leur demande des distances de sécurité et de rester chez eux sauf cas exceptionnels, ils le feront.
6  0 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 27/03/2020 à 18:18
Avant-hier la pédopornographie, hier le terrorisme islamiste, aujourd'hui le coronavirus, demain... Les prétextes changent, mais l'idée de s'en servir de chevaux de Troie pour faire passer des choses dangereuses de surveillance de masse reste la même.
8  2 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 24/03/2020 à 23:23
Citation Envoyé par Beginner. Voir le message
Ben le problème c'est l'inégalité : certains n'ont pas d'imprimante ! Alors oui on peut recopier à la main mais c'est franchement plus long...
C'est pas comme si en confinement tu devais en rédiger plusieurs par jour.
J'ai une imprimante, mais j'ai rédigé mon attestation à la main justement parce que ce n'est pas si long.
Et puis ça fait travailler un peu la rédaction, parce que moi et mon écriture de docteur...

Ça ne sert à rien de tout recopier, il s'agit d'avoir les éléments clés (infos persos, éléments légaux, etc.).
Inutile par exemple de rédiger tous les cas, seul celui qui te concerne est utile.

Mon attestation je l'ai même rédigée sur une demi page, pour te dire.
5  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 25/03/2020 à 9:11
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Les masques pour le grand publique non-malade est peu efficace.

Déjà parce qu'on est en rupture, et qu'il faut le changer toutes les 4h, se couper la barbe, et surtout ne pas toucher le masque de l'extérieur, et plus compliqué, ne pas se toucher le visage avec ses mains… ce qui n'est pas si simple à faire.
C'est très efficace. Ya un petit apprentissage pour s'en servir correctement c'est tout. Nos gouvernants ayant merdé dans les grandes largeurs sur la gestion des stocks et la préparation de cette épidémie (ils avaient presque 3 mois pour le faire) on est équipé comme un pays du tiers-monde donc c'est plus pratique de dire que c'est pas efficace mais la vérité c'est que ça l'est mais qu'on peut pas en fournir.

Pour info ma compagne est chirurgienne, en ce moment elle fait 3 à 4 opérations par jour ... Avec seulement 2 masques pour tenir la journée. Je te laisse imaginer ce que ça donne en terme d'hygiène. Hier elle a pris une giclée de sang contaminé à l'hépatite je sais plus combien et une giclée de salive d'un covid+ au moment où elle l'extubait. Voilà. On en est là.
5  0 
Avatar de nasserk
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 27/03/2020 à 16:48
Hier ils utilisaient l'excuse ridicule des enfants pour interdire le chiffrement, là c'est corona corona, et c'est même pas interdire le chiffrement c'est de pister tous les citoyens, un totalitarisme digne de la chine et de la corée du nord qui ne va surtout pas s'arrêter avec le corona virus. Les mesures d'urgences exceptionelles temporaires il y a des décénies, perdurent encore aujourd'hui...
Ne tombez pas dans le piége. Le choix ce n'est pas la santé ou la dictature, c'est un faux choix. On peut avoir la santé sans dictature. Avec une simple preparation on peut en finir, comme la corée du Sud est entrain de le faire...
6  1 
Avatar de TheLastShot
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/04/2020 à 13:04
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Mais bon peut-être que ce sera utile à la prochaine nouvelle maladie. Il faudra faire comme à Singapour et réagir extrêmement vite, c'est en Janvier 2019 qu'il aurait fallut tester en masse, puis suivre les contaminés.
Tu compares un pays de 5 millions d'habitants, répartis sur quelques 720km², avec un de 65 millions d'habitants, sur près de 650.000 km² ? T'es conscient que le stock de tests n'est pas illimité ? Qu'en plus il y a eu deux cas détectés à Paris et 1 à Bordeaux ? Que les premiers symptômes mettent du temps à apparaitre et ne sont pas toujours détectés ?

Après je dis pas que les dirigeants n'ont pas fait d'erreurs, mais faut peut-être comparer ce qui est comparable...
5  0