Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Que se passe-t-il lorsque les gens arrêtent d'utiliser Facebook ?
Environ 80 % des personnes testées ont convenu que la désactivation était bonne pour eux, selon des économistes de renom

Le , par Stan Adkens

369PARTAGES

7  0 
Censé permettre aux inscrits de rester en contact les uns avec les autres et d’échanger des informations, des photos, et des actualités de tous ordres, Facebook, le plus grand des réseaux sociaux en ligne, est devenu en très peu de temps un phénomène d’une ampleur inouïe. Le réseau social ayant induit une pratique rapidement devenue un authentique fait social, on est tenté de se poser la question de savoir se qui se passerait si les gens arrêtaient d'utiliser Facebook.

Un groupe d'économistes de renom s’est penché sur la question à travers des essais de déconnexion d’un groupe de personnes, selon un article intitulé "The Welfare Effects of Social Media" publié dans le dernier numéro de la prestigieuse American Economic Review. Dans le cadre de leur expérience, les chercheurs, à l'aide de publicités sur Facebook, ont recruté 2 743 utilisateurs qui étaient prêts à quitter Facebook pendant un mois en échange d'une récompense en argent. Ils ont ensuite divisé ces utilisateurs au hasard en un groupe "Treatment", qui a procédé à la désactivation du réseau social, et un groupe "Control", à qui il a été demandé de continuer à utiliser la plateforme.


Les chercheurs ont déployé des enquêtes, des e-mails, des SMS et un logiciel de contrôle pour mesurer à la fois le bien-être subjectif et le comportement des deux groupes, pendant et après l'expérience. Calnewport.com, le site Web officiel du professeur agrégé d'informatique à l'Université de Georgetown Cal Newport, a rapporté quelques points saillants des résultats de l'un des plus grands essais randomisés jamais réalisés pour mesurer directement l'impact personnel de la désactivation de Facebook :

  • « La désactivation de Facebook a libéré 60 minutes par jour pour la personne moyenne de notre groupe "Traitement" ». Une grande partie de ce temps a été réinvestie dans des activités hors ligne, notamment dans les relations avec les amis et la famille, a rapporté le site Web Calnewport.com.
  • « La désactivation a entraîné des améliorations faibles, mais significatives du bien-être, et en particulier du bonheur, de la satisfaction de la vie, de la dépression et de l'anxiété autodéclarés », d’après le site Web. Selon les chercheurs, cet effet représente environ 25 à 40 % de l'effet généralement attribué à la participation à une thérapie.
  • « À la fin de l'expérience, les participants ont indiqué qu'ils prévoyaient d'utiliser Facebook beaucoup moins à l'avenir ». 5 % des membres du groupe "Traitement" sont allés encore plus loin et ont refusé de réactiver leur compte après la fin de l'expérience, a rapporté le site Web.
  • « Le groupe "Traitement" était moins susceptible de dire qu'il suivait les nouvelles sur la politique ou le président, et était moins capable de répondre correctement aux questions factuelles sur les événements récents », d’après le rapport. Cela n'est pas surprenant, étant donné que ce groupe a passé 15 % moins de temps à lire tout type de nouvelles en ligne pendant l'expérience de déconnexion volontaire.
  • « La désactivation a réduit de manière significative la polarisation des opinions sur les questions politiques et une mesure de l'exposition aux nouvelles polarisantes ». D'autre part, cela n'a pas réduit de manière significative les sentiments négatifs envers l'autre parti politique, a rapporté le site Web.

Selon Calnewport.com, l’étude des économistes valide bon nombre des idées du Digital Minimalism (le journal cite, par ailleurs, le livre dans son introduction). Selon la définition du professeur Cal Newport, le minimalisme numérique est « Une philosophie d'utilisation de la technologie dans laquelle vous concentrez votre temps en ligne sur un petit nombre d'activités soigneusement sélectionnées et optimisées qui soutiennent fortement les choses auxquelles vous tenez, et vous passez heureusement à côté de tout le reste ».

Les gens passent plus de temps sur les médias sociaux qu'ils ne le pensent, et le fait de s'éloigner libère du temps pour des activités hors ligne plus gratifiantes, ce qui entraîne une augmentation du bonheur et une diminution de l'anxiété, selon le site Web du professeur Cal Newport. Plusieurs études menées dans l'univers Facebook montrent que le numéro un des réseaux sociaux, qui compte plus de deux milliards d’utilisateurs connectés, ne les rend pas nécessairement plus heureux.

Dans une étude publiée en 2013 par la revue scientifique PLOS ONE, une équipe de chercheurs de l'université du Michigan (USA) en collaboration avec l'université de Leuven (Belgique) a mis au point un protocole pour évaluer les effets de Facebook sur les aspects affectifs et cognitifs du sentiment de bien-être des utilisateurs, avec une approche dynamique. Les résultats de l’étude ont montré que plus les sujets utilisent Facebook, plus leur sentiment subjectif de bien-être se dégrade.

Ethan Kross, psychologue de l’université du Michigan, a conclu à l’époque que « en surface, Facebook donne les moyens de remplir le besoin naturel de développer des liens sociaux. Mais en réalité, plutôt que d’améliorer le bien-être, cela le dégrade. »


Selon la récente étude, le principal impact négatif subi par le groupe "Traitement" est qu'il est moins à jour dans les actualités. Certains pourraient dire que ce n'est pas vraiment négatif, mais même pour ceux qui privilégient la connaissance de l'actualité, il y a, de toute évidence, de bien meilleures façons de se tenir au courant des nouvelles que Facebook.

Selon le site Calnewport, le plus intéressant a peut-être été le décalage entre l'expérience des sujets avec la désactivation de Facebook et leur prédiction sur la façon dont les autres personnes réagiraient. « Environ 80 % des membres du groupe "Treatment" ont convenu que la désactivation était bonne pour eux », d’après les chercheurs. Mais ce même groupe était susceptible de croire que les autres ne ressentiraient pas des effets positifs similaires, car ils en « rateraient » probablement davantage. Le spectre de la FOMO, en d'autres termes, étant difficile à ébranler, même après avoir appris par expérience directe que dans votre propre cas, cette "peur" était largement exagérée.

Selon le professeur Newport, d’après les résultats de cette étude, une première étape importante pour libérer notre culture de la servitude contractuelle dans les mines d'attention des médias sociaux serait de convaincre les gens que l'abstention est une possibilité en tout premier lieu.

Un commentateur qui disait être à son avant-dernier jour de déconnexion numérique de 30 jours, le 29 février, a écrit qu’il n’a pas remarqué qu’il avait beaucoup plus de temps libre dans sa journée, comme le dit un des résultats de l’étude. « Les seuls changements significatifs qui se sont produits au cours de ce mois sont que j'ai fini de lire 6 livres, que je suis beaucoup plus tolérant vis-à-vis de l'ennui en faisant la queue, en mangeant, etc. et que je parle moins à certaines personnes. Le temps d’écran de mon téléphone est également descendu à une moyenne de 18 minutes/jour ».

« Mes niveaux de bonheur me semblent à peu près les mêmes. Je ne parle pas beaucoup de la polarisation des opinions et je suis moins les actualités puisque je n'ai pas utilisé Facebook pour les actualités au départ. Donc, dans l'ensemble, des résultats intéressants, mais rien qui ne semble avoir eu un effet profond sur moi », a ajouté le commentateur.

Source : American Economic Association

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de l’étude ?
Avez-vous déjà fait l’expérience du désabonnement de Facebook ? Avez-vous expérimenté les résultats obtenus par les chercheurs ? Partagez votre expérience ?

Lire aussi

L'utilisation de Facebook aurait un impact négatif sur notre humeur, selon des études
Scandale Cambridge Analytica : Facebook a perdu plus de 70 Md$ de capitalisation, néanmoins Zuckerberg refuse de répondre aux députés britanniques
Le cofondateur de WhatsApp qui a vendu la société à Facebook pour 19 milliards de $ dit aux étudiants de supprimer leur compte Facebook, à Stanford

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de eldran64
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/03/2020 à 9:32
J'ai supprimé mon compte Facebook depuis maintenant 4 mois... et j'ai parfaitement survécu. Au début j'étais un poil stressé de rater des notifications ou des évènements, puis simplement de ne pas pouvoir faire partie de certains groupes et au bout d'un mois j'avais complètement oublié FB. Pour moi ça fait partie de l'histoire ancienne et c'est tant mieux. Au final ça m'économise du temps et de l'énergie que je ne met plus à parcourir ce réseau social. J'envisage de supprimer également mon compte Tweeter qui ne me sert quasiment pas.
Par contre, je fais vraiment la séparation entre les réseaux sociaux grand publique/privé et les réseaux pro comme LinkedIn. Ces derniers ne me demandes que 5min d'attention grand max par mois et ça me conviens parfaitement.

Bref, c'est juste un retour d'expérience. Pour ceux qui veulent tenter l'aventure sans FB vous pouvez désactiver votre compte mais la libération ne viendra qu'à la suppression.
2  0 
Avatar de Fab le Fou
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 03/03/2020 à 10:13
Cela fait de nombreuses années que je n'utilise plus facebook, après l'avoir testé pendant un ou deux ans.

Pour l'actualité, j'avais déjà mes habitudes avant, principalement via des flux de syndications et certaines newsletters. Donc cela n'a rien changé.
J'utilise un peu diaspora* + twitter une ou deux fois par mois. Mais j'avoue de manière plutôt active en partageant des informations, en étant peu réceptif à ce que partagent les autres...

Mais le fait de ne pas être sur FB coupe des certaines informations sociales, puisque certaines personnes y racontent leur vie... et quand on les rencontre IRL, elles sont étonnées que l'on ne soit pas au courant
1  0 
Avatar de tanaka59
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 03/03/2020 à 18:11
Bonjour,

Que pensez-vous des résultats de l’étude ?
Faire chuter le temps inutile passée sur Facebook c'est très bien ! La fameuse procrastination .

Avez-vous déjà fait l’expérience du désabonnement de Facebook ? Avez-vous expérimenté les résultats obtenus par les chercheurs ? Partagez votre expérience ?
Il y a quelques temps j'ai entrepris un grand ménage sur les forums et autres plates formes comme FB, insta, Twitter ou j'étais inscrit. Suppression de comptes , de groupes suivis, ménage dans les contacts obsolètes. Idem j'ai jarté les applis FaceBook , la raison est simple des dings, des glings, des clings toutes les 5 minutes ... Noyeé et pollué par les notifications . J'en reviens aux bon vieux SMS ou MMS ou appel.

Ce qui est bien, c'est que cela fait moins sur charge en notification. Donc moins pollué.

Faire une sorte de ménage printemps c'est aussi comme faire le vide et le tri dans son esprit. On ne s'encombre plus à penser à des tartines d'infos.

Quid du temps gagné ? 1h à 1h30 par jour comme le souligne l'étude, ou il est possible de penser à autre chose. Surtout aussi de faire autre !
1  0 
Avatar de dvassart
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 03/03/2020 à 13:33
J'ai toujours un compte Facebook, mais j'ai complètement désinstallé les applis de mes appareils mobiles.
J'avais par ailleurs une page (à différencier du profil) relative à mes activités photographiques, que j'ai supprimée il y a quelques semaines, faute de temps pour l'alimenter et la gérer.
Les activités photographiques en question m'avaient en outre conduit, au fil des ans, à accepter un peu tout le monde en demande d'amis, résultat: je me suis retrouvé avec un fil d'actualité surchargé, dans lequel les publications de mes amis IRL et de ma famille étaient complètement noyées. J'ai donc aussi entrepris un grand nettoyage de ce côté-là. A terme, je ne conserverai que mes amis proches et ma famille.
A la question de savoir si je prévois de supprimer mon compte, la réponse, dans mon cas, serait plutôt négative: ma famille est disséminée un peu partout sur le globe, pareil pour quelques uns de mes bons amis. Le fait de pouvoir poster des nouvelles sur FB me paraît dès lors le moyen le plus commode pour tenir tout ce petit monde au courant, et pour être moi aussi à jour par rapport aux nouvelles de mes proches.

Le petit enfant candide qui sommeille en moi ne peut d'ailleurs pas s'empêcher de penser qu'au départ, Zuckerberg et ses amis ont certainement conçu leur joujou dans cette optique, et que la machine s'est emballée par la suite sans qu'ils ne l'aient vraiment anticipé. Mais, c'est vrai, je suis un peu naïf parfois
0  0