Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, appelle à une réglementation plus stricte des grandes entreprises de technologie,
Même si cela peut aussi nuire à la sienne

Le , par Jonathan

471PARTAGES

3  0 
C’est au cours de la Munich Security Conference, que Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook s’est exprimé et a fait savoir qu’il était nécessaire de réglementer le contenu nuisible en ligne. S’attaquant ainsi aux grandes entreprises technologiques y compris la sienne, il a affirmé qu'il n'appartenait pas à cette catégorie d’entreprises de décider de ce qui peut être considéré comme du contenu nuisible ou pas. Il s’est plaint de ce que beaucoup trop de décisions étaient prises par ces entreprises, surtout que quelques fois ces décisions touchent à des valeurs démocratiques.

En effet, la principale difficulté rencontrée par les gouvernements dans la conception d’une réglementation plus stricte du contenu en ligne, est le fait qu’ils ne savent pas comment fonctionnent les systèmes des médias sociaux. Zuckerberg a exhorté les gouvernements à proposer un nouveau système de réglementation pour les médias sociaux, suggérant qu'il devrait s'agir d'un mélange de règles existantes pour les sociétés de télécommunications et de médias.

Lors de sa prise de parole, il a d’ailleurs présenté le type de réglementation qu’il envisageait : « Actuellement, il y a deux modèles pour les secteurs existants : le premier pour les journaux et autres médias, et le second pour les firmes télécoms. On ne va pas tenir une firme télécom pour responsable, si quelqu'un profère des menaces au téléphone. Je pense qu'il faut trouver un juste milieu ».


Zuckerberg a également fait savoir que Facebook n’attendra pas que de nouvelles règles soient mises en place avant d’agir. D’ailleurs, il a listé quelques actions qu’entreprend déjà la société pour faciliter la tâche aux gouvernements dans la conception de cette nouvelle réglementation plus stricte. Parmi ces actions, on peut citer le fait que Facebook publie déjà des rapports plus détaillés sur les contenus nuisibles que tout autre service internet majeur. Il y a aussi le fait que la société aurait même montré aux régulateurs comment ses systèmes fonctionnent. Il a ajouté qu’ils envisageaient au sein de Facebook, d'ouvrir leurs systèmes de modération de contenu à un audit externe. D'autre part, il a déclaré que Facebook a recours aujourd'hui à 35000 personnes pour visionner le contenu en ligne et faire respecter les règles. Il a continué en disant que l'entreprise supprime chaque jour plus d'un million de faux comptes et ceci souvent quelques minutes seulement après qu'ils aient été créés.

Zuckerberg est conscient de ce que la mise en place de cette nouvelle réglementation puisse par la même occasion impacter les activités de Facebook, mais il pense que ce serait mieux pour le bien de tous. Il l’a fait savoir en ces termes : « Je crois qu'une bonne réglementation peut nuire aux activités de Facebook à court terme, mais ce sera mieux pour tout le monde, y compris nous, à long terme ». Ceci n’est pas la première sortie du PDG de Facebook sur ce sujet. L’an dernier, il avait appelé à une réglementation dans quatre domaines principaux : les élections, le contenu préjudiciable, la confidentialité et la portabilité des données.

Le sujet portant sur une réglementation plus stricte des entreprises technologiques, semble donc vraiment tenir à cœur à Zuckerberg et cela se voit par les mesures qu’il dit avoir déjà prises au sein de Facebook. Il espère que cette nouvelle réglementation plus stricte puisse rapidement voir le jour, car d’après lui, les entreprises technologiques ont besoin de plus de surveillance et de responsabilisation. Pour lui, les gens doivent sentir que les plateformes technologiques mondiales répondent à quelqu'un, donc la réglementation doit tenir les entreprises responsables lorsqu'elles font des erreurs.

Il faut également préciser qu’il s’est dit prêt à accepter le projet de réforme de fiscalité internationale portée par l'OCDE visant les Gafa. « Nous souhaitons que le processus aboutisse pour que nous ayons un système stable et fiable pour l'avenir et nous acceptons que cela puisse nous mener à payer plus d'impôts et à les payer dans différents pays », déclare-t-il. L'OCDE a estimé que cette réforme pourrait engendrer jusqu'à 4 % de recettes supplémentaires d'impôt sur les bénéfices au niveau mondial, soit près de 100 milliards de dollars par an. Ce qui pourrait grandement influencer la décision de l’adoption d’une telle réforme, mais ceci est peut-être sans compter sur les objections des autres entreprises.

Source : Financial Times

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Comment percevez-vous cette volonté de Zuckerberg de responsabiliser les entreprises en cas d’erreur, surtout lorsqu’on connaît tous les scandales autour de Facebook ?

Voir aussi :

Mark Zuckerberg annonce les changements qui, selon lui, seront les plus importants dans la prochaine décennie pour son réseau social
fleche: Zuckerberg : l'objectif pour la prochaine décennie « n'est pas que nous soyons aimés, mais que nous soyons compris ». Facebook est prêt à faire des choses impopulaires tant qu'elles sont comprises
Mark Zuckerberg devrait être tenu pour responsable des problèmes de confidentialité de Facebook, selon un sénateur américain

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Thomasa21
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/02/2020 à 16:46
Citation Envoyé par Jonathan Voir le message
Comment percevez-vous cette volonté de Zuckerberg de responsabiliser les entreprises en cas d’erreur, surtout lorsqu’on connaît tous les scandales autour de Facebook ?
Pour ma part, il ne s'agit ni plus ni moins que d'une fuite en avant. Le mec sait que tôt ou tard de telles mesures seront prises, alors il se dit "vaut mieux y prendre part et collaborer pour espérer être mieux traité en cas d'erreur à l'avenir, plutôt que d'être spectateur et subir pleinement les foudres de la loi plutard". Avec tous les scandales auxquels sont liés Facebook, je ne peux me résoudre à penser que ceci soit sincère et non calculé.
3  0 
Avatar de CS FS
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/02/2020 à 9:56
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
[...] Que se passerait-il dans le cas contraire ?
La même chose que ces quinze dernières années ; ils vont payer des amendes budgétisées.
2  0 
Avatar de emilie77
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/02/2020 à 10:45
C'est bien de le dire, il n'avait pas bien compris
1  0 
Avatar de Jaujon
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 18/02/2020 à 16:46
Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
C'est bien de le dire, il n'avait pas bien compris
Mouais, dans cette affaire, l'UE n'est pas dans son rôle le plus vertueux: les mesures qu'elle veut faire respecter fleurent bon le Patriot Act à la mode du Vieux Continent sous fond de velléités de contrôle politique.
1  1