Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Huawei signe un accord avec TomTom pour utiliser son service de cartographie dans ses smartphones
Le Chinois réduit encore plus sa dépendance aux entreprises US

Le , par Stéphane le calme

573PARTAGES

12  0 
Mi-mai, l'administration Trump a publié un décret qui plaçait Huawei sur une liste noire, une décision qui contraignait les entreprises américaines à ne plus faire affaire avec l'équipementier chinois, à moins de disposer d'une autorisation officielle. Suite à cette décision, Google a décidé de ne plus fournir de logiciels, de matériel informatique ou service technique à Huawei à l’exception des services disponibles en open source. L'éditeur d'Android a toutefois assuré que Google Play et les protections de sécurité de Google Play Protect continueront de fonctionner sur les appareils Huawei existants.

En plus d’être coupé du système d’exploitation le plus vendu au monde, Huawei a vu certains des principaux concepteurs et fournisseurs de puces au monde suspendre également leurs relations commerciales jusqu’à nouvel ordre.

S'étant sans doute vite rendu compte de la sévérité du décret de Trump et de ses conséquences sur les USA eux-mêmes, Washington a réduit les restrictions commerciales imposées à Huawei. L’administration Trump a publié un nouvel arrêté qui prolonge jusqu’en février 2020 « ;la période de grâce ;» durant laquelle elle autorise les entreprises américaines à faire des affaires avec l’entreprise chinoise Huawei Technologies. Il a également été rapporté que le département américain du Commerce examinait en parallèle la possibilité d’octroyer des licences individuelles aux entreprises locales qui souhaitent continuer à faire des affaires avec des entités « ;à risque ;» comme Huawei qui figurent sur la liste noire du gouvernement US pour des raisons de sécurité nationale. Des sociétés comme Google, Intel ou Microsoft sont particulièrement intéressées par la seconde option qui leur procurerait, à eux ainsi qu’à leurs partenaires (Huawei en l’occurrence) une certaine stabilité et de meilleures garanties pour la poursuite de leurs transactions commerciales.

Les entreprises de technologie américaines ont donc obtenu le feu vert de Washington pour reprendre leurs affaires avec le constructeur de smartphones Huawei Technologies Co..

Cependant, l'entreprise a démontré qu'elle veut prendre son indépendance vis-à-vis des constructeurs et éditeurs US. Elle a d'abord commencé à développer son propre système d'exploitation, puis elle a lancé une campagne de séduction des développeurs pour les encourager à proposer leurs applications sur sa vitrine de téléchargement.

Elle est également allée plus loin ; Huawei construit actuellement des smartphones sans puce américaine. Le dernier téléphone de Huawei, qu'il a dévoilé en septembre (le Mate 30 avec un écran incurvé et des caméras grand-angles qui rivalise avec l'iPhone 11 d'Apple Inc.) ne contenait aucune pièce américaine, selon une analyse effectuée par UBS et Fomalhaut Techno Solutions, un Laboratoire technologique japonais qui a démonté l'appareil pour en inspecter l'intérieur. Le décret de Trump en mai a empêché des sociétés comme Qualcomm Inc. et Intel Corp. de vendre des puces à Huawei, bien que certaines ventes de pièces aient repris au cours de l’été, après que les sociétés ont déterminé qu’elles n’étaient pas concernées par cette interdiction. Pendant ce temps, Huawei a beaucoup progressé dans la réduction de sa dépendance vis-à-vis de sociétés américaines.


Dans la même lancée, vendredi dernier, la société néerlandaise de navigation et de cartographie numérique TomTom a annoncé avoir conclu un accord avec Huawei Technologies en Chine pour l'utilisation de ses cartes et services dans les applications pour smartphones. Il faut noter qu'après avoir été mis sur liste noire par l'administration du président américain Donald Trump l'année dernière pour des raisons de sécurité nationale, la situation était telle que le chinois se voyait interdit d'utiliser le système d'exploitation Android officiel de Google, ainsi que des applications largement utilisées telles que Google Maps, dans ses nouveaux téléphones.

L'accord avec TomTom signifie que Huawei peut désormais utiliser les cartes, les informations sur le trafic et le logiciel de navigation de la société néerlandaise pour développer des applications pour ses smartphones. Le porte-parole de TomTom, Remco Meerstra, a déclaré que l'accord avait été conclu il y a quelque temps, mais n'avait pas été rendu public par la société. Meerstra a refusé de fournir plus de détails sur l'accord.

TomTom a déjà fourni des données pour Apple Maps. En fait, Apple Maps a été lancé pour la première fois sur iOS 6. Avant, c'était sur Google Maps que l'entreprise s'appuyait pour proposer un service de cartographie sur iPhone. Mais la relation entre Apple et Google s'est vite dégradée, car Google ne proposait plus de caractéristiques essentielles à l'expérience de cartographie sur iPhone. À cette période, certains utilisateurs avaient noté que Google Maps sur l'iPhone n'avait même pas de directions étape par étape intégrées. Apple a commencé le processus de remplacement de Google Maps par Apple Maps et a dévoilé son travail lors de la keynote de la WWDC 2012. C'est à ce moment que TomTom est venu sur la scène pour proposer d'alimenter le service de cartographie Apple Maps.

Selon des rapports précédents, Huawei est en train de développer un système de cartographie à part entière appelé Map Kit. Ce logiciel serait destiné aux développeurs d'applications et pourrait utiliser les données de la grande enseigne technologique russe Yandex et des propres « stations de base de télécommunications » de Huawei. L'accord TomTom peut être un indicateur du fait que Huawei a décidé de mettre fin au moins temporairement à son projet Map Kit, ou que l'éditeur continue tout simplement de travailler sur sa technologie, mais a besoin d'une solution à court terme.

Comme de nombreux fabricants de téléphones Android, Huawei s'est jusqu'ici appuyé sur Google Maps. Mais l'administration Trump a imposé des sanctions à la société l'année dernière, menaçant ses liens avec des entreprises technologiques américaines comme Google. Huawei utilise toujours Android pour l'instant, mais l'avenir de cet accord n'est pas clair, et Huawei développe son propre système d'exploitation appelé HarmonyOS. L'accord TomTom montre qu'Huawei réduit encore sa dépendance à l'égard de Google.

Source : Reuters

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/01/2020 à 15:54
Les USA ont essayé d'écraser Huawei et ça a rendu l'entreprise encore plus puissante, c'est génial
Huawei a créé son propre système d'exploitation, ses smartphones ne contiennent plus de puce américaine, au lieu d'utiliser Google Maps ils vont passer par TomTom (Pays-Bas).
C'est beaucoup trop risqué de dépendre d'entreprise US. (Google, Intel, Microsoft aimeraient continuer de collaborer avec Huawei, mais le gouvernement US peut poser problème parfois, donc autant s'émanciper le plus possible)

En parlant de Huawei ça me fait penser à ça : Le ministre de l’Intérieur allemand refuse d’exclure Huawei du futur réseau 5G (mais c'est encore autre chose).
Bon après il y a Nokia et Ericsson qui doivent faire des antennes 5G, mais ils ont peut-être du retard par rapport à Huawei.
0  0 
Avatar de MRSizok
Membre actif https://www.developpez.com
Le 21/01/2020 à 11:56
"Ouah Ouai" (comme dit ma Maman) on lui dit non ta pas le droit à la cantine Américaine. Il se fait lyncher dans tout les sens et ensuite on lui repropose de revenir ? Trop drôle.

@OuahOuai : Vends plus aux USA. Il te restera encore 7,4 Milliards de clients. (USA 333 Millions). Chine+ Inde = 2,8 Milliards + Russie = 3 Milliards. On est déjà pas mal!
0  4