Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le ministère US de la Justice a arrêté trois opérateurs du service de prêt BitConnect
Qui auraient récolté l'équivalent de 722 millions de dollars en cryptomonnaie grâce à une pyramide de Ponzi

Le , par Stéphane le calme

257PARTAGES

9  0 
Le département américain de la Justice a arrêté trois hommes dans le cadre d'une enquête visant à démanteler une pyramide de Ponzi qui aurait permis aux compères d'engranger l'équivalent de 722 millions de dollars en cryptomonnaie.

L'émergence de la cryptomonnaie a explosé en un écosystème actif impliquant des altcoins (toute cryptomonnaie qui s'inspire du Bitcoin) et des Initial Coin Offerings (une méthode de levée de fonds fonctionnant via l’émission d’actifs numériques échangeables contre des cryptomonnaies durant la phase de démarrage d’un projet. Ces actifs, appelés « tokens », sont émis et échangés grâce à la technologie blockchain).

L'enthousiasme autour de la blockchain a suscité des consommateurs et des investisseurs cherchant à tirer profit des jetons numériques. Cependant, comme avec la monnaie traditionnelle, tous les stratagèmes pour se faire de l'argent ne sont pas légitimes. Et un épisode vient encore souligner qu'il faut faire preuve de prudence lorsqu'on se lance dans ce genre d'aventure.

En effet, mardi, trois hommes en relation avec BitClub Network, un programme de minage de cryptomonnaie qui a fonctionné d'avril 2014 à décembre 2018, ont été inculpés. Le réseau BitClub a promis aux investisseurs des parts dans des pools de minage, utilisés pour générer des cryptomonnaies, en échange d'injection de fonds par virement bancaire, en espèces, par chèque et par transfert de cryptomonnaie. De plus, des récompenses ont été offertes pour le recrutement de nouveaux membres, dont une cotisation de 99 $ a été imposée.

Cependant, les procureurs du DoJ ont déclaré que les hommes arrêtés (Matthew Brent Goettsche, 37 ans, Jobadiah Sinclair Weeks, 38 ans et Joseph Frank Abel, 49 ans) ont fourni des « chiffres faux et trompeurs » qu'ils présentaient aux participants comme étant des « revenus miniers de Bitcoin » (malgré le fait qu'aucun pool de minage dédié aux membres n'existait).

L'argent obtenu par les utilisateurs n'a pas été utilisé pour investir dans du matériel ou des ressources de minage. Au lieu de cela, le trio aurait dépensé le produit « généreusement » tout en se moquant tranquillement des participants au programme ; selon les forces de l'ordre, Goettsche a déclaré à Weeks et Abel que le réseau BitClub s'était développé « sur le dos d'idiots » et a également qualifié les investisseurs de « moutons ».

Après avoir été accusée d'avoir lancé une pyramide de Ponzi à plusieurs reprises, l'équipe de développement de BitConnect a annoncé début janvier 2018 qu'elle allait fermer son service de prêt et son service d'échange dans les cinq jours qui suivront.


La pyramide des commissions promises par BitConnect

Le service de prêt de l'entreprise a permis aux utilisateurs de prêter leurs cryptomonnaies en échange de rendements tributaires du montant qu’ils étaient disposés à prêter et de l’échéance de remboursement. Bien sûr, les utilisateurs n'étaient pas en mesure de prêter en dollars ou de convertir leurs dollars directement en jetons BCC (le jeton BitConnect). Pour participer, les utilisateurs devaient acheter un jeton bitcoin, puis convertir leur bitcoin en BCC, qui pourraient ensuite être prêtés. Le fait que BCC soit la seule cryptomonnaie qui puisse être prêtée, et que tous les intérêts et le principal de remboursement aient été payés en BCC, a naturellement aidé à augmenter la valeur du jeton de BitConnect.

Selon un graphique publié sur le site de prêt de BitConnect, son « intérêt logiciel volatil » promettait des rendements allant jusqu'à 40 % par mois, avec des prêts supérieurs à 1010 $, et des intérêts journaliers de 0,1 %, 0,2 % ou 0, 25% selon le montant du prêt. Par exemple, une personne prêtant 10 010 $ en BCC gagnerait jusqu'à 40 % par mois d'intérêt en raison de la volatilité du logiciel , 0,25 % par jour, et retrouverait son apport initial en intérêt après seulement 120 jours.

Pour booster son activité, BitConnect avait également mis en place un programme de bonus de parrainage à plusieurs niveaux. Son jeton, BCC, a perdu 92 % de sa valeur après la publication de ce communiqué pour ne plus valoir que 19,28 $. Notons que BCC valait seulement 0,15 $ le 20 janvier 2017, mais le 28 décembre 2017, un jeton BCC valait jusqu'à 479,30 $, selon CoinMarketCap.com.

Le trio a révélé dans des courriels que les chiffres de revenus quotidiens étaient altérés au-delà de taux raisonnables et crédibles (comme une augmentation quotidienne des revenus de 60%) et en septembre 2017, Goettsche a suggéré que le réseau « affiche des revenus liés au minage de cryptomonnaie significativement bas dès maintenant » afin qu'ils puissent « prendre leur retraite étant RAF [Rich as Fuck] ».

Le ministère de la Justice affirme que la pyramide de Ponzi a rapporté aux opérateurs 722 millions de dollars.

Une autre plainte déposée, cette fois par la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, a indiqué que le réseau BitClub n'a pas enregistré d'actions vendues auprès de l'agence. La SEC estime que ces actions devraient être considérées comme des titres.

Goettsche et Weeks sont accusés de complot en vue de commettre une fraude électronique, alors que tous les trois sont également accusés de complot en vue d'offrir et de vendre des titres non enregistrés. La fraude électronique peut entraîner une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 20 ans et une amende maximale de 250 000 $. Quant aux accusations de la SEC, elles peuvent leur valoir jusqu'à cinq ans derrière les barreaux et une amende pouvant aller jusqu'à 250 000 $.

Deux autres suspects n'ont pas été appréhendés et leur identité n'a pas été révélée. « Ce qu'ils auraient fait ne représente guère plus qu'une pyramide de Ponzi high-tech moderne qui a délesté des victimes de centaines de millions de dollars », a déclaré le procureur américain Carpenito. « En travaillant avec nos partenaires chargés de l'application des lois ici et partout au pays, nous veillerons à ce que ces escrocs soient tenus responsables de leurs crimes ».

« Il ne me reste plus rien. J’ai mis tout ce que j’avais dessus, car je leur faisais confiance. Littéralement, toutes les économies de ma famille sont en BCC parce qu’un ami m’a dit que le risque en valait la peine. Êtes-vous en train de me dire que j’ai tout perdu ? 80 000 $ ont disparu ? Je suis tellement en colère. Ma femme ne sait rien encore, elle arrive à la maison bientôt. Qu’est-ce que je suis censé lui dire ?  » Les réactions de cet ordre fusaient sur internet. Pourtant, fin juin 2019, Bitconnect a fait son retour, visiblement avec une autre équipe, et promettait à des victimes potentielles des gains substantiels. Moins de 5 heures après le lancement de la nouvelle version, l'équivalent de 180 000 dollars avait déjà été injecté par les victimes.

BitConnect

Source : DoJ

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

La Chine exclut l'extraction du bitcoin de la liste des activités restreintes, alors qu'elle est en train de développer sa propre cryptomonnaie, selon un rapport
Craig Wright, l'inventeur autoproclamé du Bitcoin, a été condamné à payer 5 milliards de dollars dans l'affaire qui l'oppose à la famille du défunt Dave Kleiman
Un expert canadien en bitcoin réussit à arnaquer un escroc, et donne l'argent à une organisation caritative
Cryptomonnaies : Trump s'en prend au Bitcoin et à la Libra de Facebook, et exige qu'ils soient soumis à la réglementation bancaire

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de rawsrc
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 11/12/2019 à 19:52
La cupidité des hommes est réellement sans limites.
Quand tu vois la difficulté pour gagner sa croûte au quotidien, croire à des taux de rendement de l'ordre de 40% mensuel... C'est carrément être débile.
C'est pareil avec certains qui sont en transe dès qu'ils voient le mot "GRATUIT". A enfermer, j'vous dis, lucidité zéro.

En tout cas j'ai bien ri avec, le RAF
2  0 
Avatar de Fab le Fou
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 9:48
Il y a quelques années, à une période où j'utilisais le site OVS, j'avais vu passer une annonce pour une réunion "d'information" concernant les crypto-monnaies, la blockchain, etc.
La réunion était proposée par deux membres du site. J'y suis allé en curieux mais déjà un peu méfiant, car en m'étant renseigné sur les deux organisatrices, j'avais trouvé qu'elles géraient des sociétés de vente à domicile de produits de bien-être, etc. Bref, assez loin du sujet :-)

Et effectivement, la réunion consistait à recruter des personnes pour intégrer le OneCoin, déjà connu pour être une grosse arnaque. Il suffisait de faire quelques recherches sur internet.
Depuis un des responsables a été arrêté...

Localement, j'avais prévenu une association de consommateur pour signaler ces réunions. J'attends toujours leur réponse...
1  0 
Avatar de L33tige
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 11:44
Citation Envoyé par Fab le Fou Voir le message
Il y a quelques années, à une période où j'utilisais le site OVS, j'avais vu passer une annonce pour une réunion "d'information" concernant les crypto-monnaies, la blockchain, etc.
La réunion était proposée par deux membres du site. J'y suis allé en curieux mais déjà un peu méfiant, car en m'étant renseigné sur les deux organisatrices, j'avais trouvé qu'elles géraient des sociétés de vente à domicile de produits de bien-être, etc. Bref, assez loin du sujet :-)
Pas si loin au final car les ventes de produit à domicile sont des pyramides de Ponzi légales, ça marche quasiment de la même manière ! Je paraine, j'ai un pourcentage, je parraine deux personnes etc. C'est juste qu'ici l'argent vient des plus-values du travail, donc ya pas vraiment arnaque.
0  0