Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SpaceX veut apporter aux consommateurs du monde entier une connexion Internet haut débit qui n'est pas chère.
Baptisé Starlink, ce projet pourrait modifier le paysage de l'industrie des télécoms

Le , par Stéphane le calme

474PARTAGES

15  0 
SpaceX a pour mission de transmettre aux consommateurs du monde entier une connexion Internet haut débit qui n'est pas onéreuse. La semaine dernière, la société a dévoilé quelques sites terrestres déjà connectés au réseau, notamment la maison du directeur général Elon Musk et les cockpits de quelques avions à réaction de la Force aérienne américaine. Ils font partie des premiers essais du test de la connexion fournie par les 60 satellites à large bande et des deux dispositifs de démonstration que SpaceX a déjà mis en orbite.

À terme, la société souhaite exploiter des milliers de satellites qui feront le tour de la planète à une altitude d'environ 300 à 700 miles (482 à 1126 kilomètres). Le projet s’appelle Starlink et, s’il aboutit, pourrait modifier à tout jamais le paysage de l’industrie des télécommunications.

Cela pourrait aussi rapporter des dizaines de milliards de dollars à SpaceX chaque année si Starlink pouvait concurrencer les fournisseurs Internet existants et aider à mettre davantage de personnes en ligne. Selon des études, environ la moitié de la population mondiale n'a pas accès à Internet.

Un groupe de 60 satellites a été lancé sur l'une des fusées Falcon 9 de SpaceX en mai. Dans un document déposé le 30 août, SpaceX a demandé à la Federal Communications Commission de « modifier l’espacement orbital de ses satellites ». Avec ce changement, chaque lancement de SpaceX déploierait des satellites dans « trois plans orbitaux différents » au lieu d'un, « accélérant le processus de déploiement de satellites couvrant une zone de service plus large ».

« Cet ajustement accélérera la couverture dans les États du sud et les territoires des États-Unis, potentiellement dans les régions du sud des États-Unis d'ici la fin de la prochaine saison des ouragans et atteindra d'autres territoires des États-Unis avant la prochaine saison des ouragans », a déclaré SpaceX à la FCC. Les saisons des ouragans de l'Atlantique et du Pacifique commencent chacune au printemps et se terminent le 30 novembre de chaque année.

SpaceX prévoit pas moins de 24 lancements Starlink dédiés - chacun avec environ 60 satellites - l’année prochaine. Les dépôts publics montrent que SpaceX veut lancer son service dans le sud des États-Unis l’année prochaine. En attendant, le réseau est en mode test. Musk a annoncé mardi sur Twitter qu'il « envoyait ce tweet par l'espace via le satellite Starlink ».


SpaceX prévoit de commencer à offrir des services haut débit Starlink en 2020

SpaceX est confiant de pouvoir commencer à offrir un service haut débit aux États-Unis via sa constellation Starlink à la mi-2020, a déclaré la présidente et chef de l'exploitation de la société, Gwynne Shotwell, le 22 octobre.

Pour y parvenir, la société devra lancer de six à huit lots de satellites, a déclaré Shotwell aux journalistes lors d'une table ronde des médias. Selon Shotwell, SpaceX doit également achever la conception et l’ingénierie des terminaux utilisateurs, ce qui n’est pas un problème mineur.

La société a fait un peu grincer les dents il y a deux semaines lorsqu'elle a demandé à l'Union internationale des télécommunications d'approuver le spectre de 30 000 satellites Starlink supplémentaires afin de construire la plus grande constellation de haut débit sur orbite terrestre basse du monde. Cela s’ajoute aux 12 000 déjà approuvés par la US Federal Communications Commission.

Shotwell a déclaré que SpaceX n’est pas certain qu’il faudra autant de satellites. Il en faut beaucoup moins pour assurer une couverture mondiale, mais la société souhaite que davantage de vaisseaux spatiaux soient en mesure d’offrir aux clients des options de service personnalisées. « Nous continuerons à améliorer le réseau jusqu’à la mi-fin de l’année prochaine », a déclaré Shotwell. « Nous espérons 24 lancements d'ici la fin de l'année prochaine ».


La présidente et chef de l'exploitation de SpaceX, Gwynne Shotwell

Quand est prévu le prochain lancement ?

Le programme de la Force aérienne, connu sous le nom de Global Lightning, a commencé ses essais avec SpaceX au début de 2018 et utilisait les deux premiers satellites d’essai de Starlink pour desservir des terminaux fixés à un avion de transport militaire C-12 en vol, démontrant une vitesse Internet de 610 mégaoctets par seconde, a déclaré le vice-président de SpaceX, Tim Hughes, a déclaré. Une connexion suffisamment rapide pour télécharger un film en moins d’une minute.

SpaceX a lancé en mai le premier lot de 60 satellites opérationnels en orbite terrestre basse et prévoit d’en lancer 60 autres en novembre depuis une station de l’armée de l’air en Floride.

Shotwell a déclaré que le programme, qui fait partie d'un contrat de 28 millions de dollars accordé par le Pentagone à SpaceX à la fin de 2018, est en cours et prévoit de tester Starlink avec « un certain nombre » de types d'avions militaires supplémentaires. Ce contrat comprend également des tests de communication entre satellites en orbite.

L’armée américaine dépend de plus en plus des satellites pour déterminer ce qu’elle fait au sol, guidant les munitions à l’aide de lasers et de satellites dans l’espace et protégeant ces actifs de la technologie de brouillage de satellites venant de Russie et de Chine. Le général John Raymond, chef du nouveau commandement spatial américain, a déclaré aux journalistes en septembre qu’il s’était rendu à l’usine Starlink de SpaceX à Redmond (Washington), sans toutefois entrer dans les détails du projet du Pentagone.


Le prix reste à déterminer

Alors que SpaceX a annoncé son intention de fournir des vitesses en gigaoctets et une latence de 25 ms, une grande question reste sans réponse : combien cela va-t-il coûter ? SpaceX semble être encore en phase de réflexion sur le sujet.

« Shotwell a déclaré que des millions de personnes aux États-Unis paient 80 dollars par mois pour bénéficier d'un "service de merde" », a rapporté SpaceNews. « Elle n'a pas précisé si Starlink coûterait plus ou moins de 80 dollars par mois, mais elle a suggéré que c'est un segment du public ciblé par la société, ainsi que des zones rurales actuellement dépourvues de connectivité ».

L'article de SpaceNews contient d'autres informations intéressantes. SpaceX souhaite proposer Starlink aux utilisateurs d'Internet à domicile et au gouvernement américain. Vendre directement aux consommateurs réguliers constituera un nouveau défi pour la société, ce qui nécessitera un support technique et un personnel d’ingénierie produit. Shotwell a reconnu que « c'est une affaire très différente pour SpaceX ».

SpaceX est toujours en train de travailler sur la technologie pour les terminaux utilisateur, qui seront installés dans les foyers qui se connectent à Starlink.« Connaissant Elon, il veut que tout soit beau. Ainsi, le terminal utilisateur sera beau », a déclaré Shotwell.

Starlink est en concurrence avec OneWeb, soutenu par Softbank, qui vise à fournir à des millions de personnes vivant dans des zones rurales et isolées un accès à Internet haut débit rayonné depuis l'espace. Il a déjà lancé un lot de six satellites. Raymond a déclaré avoir également visité la nouvelle ligne de production de satellites OneWeb à Cape Canaveral, en Floride.

Sources : Elon Musk, Space News

Et vous ?

Que pensez-vous de ce projet ?

Voir aussi :

Tesla et Elon Musk ont enfreint la loi dans un différend syndical-patronal, estime un juge de la Californie, mais l'entreprise peut encore faire appel
« On peut voir l'humanité comme une sorte de chargeur d'amorçage biologique pour l'intelligence artificielle », d'après Elon Musk
Voitures autonomes : « Tous ceux qui comptent sur le lidar sont condamnés », selon Elon Musk, PDG et co-fondateur de Tesla
Microsoft investit 1 Md$ dans OpenAI, la société fondée par Elon Musk, qui tente de développer une IA semblable à l'intelligence humaine

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/11/2019 à 8:38
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
[...] Contrairement aux satellites traditionnels, les Starlinks auront une durée de vie limitée d'environ cinq ans, a expliqué Shotwell. SpaceX va maintenir la technologie du réseau Starlink en remplaçant rapidement les satellites qui sont conçus pour brûler intentionnellement dans l'atmosphère terrestre.
Ah, ça c'est de l'écologie bien maîtrisée et du développement durable de haut vol, bravo les gars !
Et pas un seul Vert pour monter au créneau et gueuler contre ?

Et tout ça pour quoi ? Pour échanger des vidéos de chats ?
Lamentable…
12  2 
Avatar de eldran64
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/02/2020 à 8:44
C'est le pot de terre contre le pot de fleur.
Je ne suis pas partisan de l'internet via les satellites.

Si on oublie le coût monstrueux d'autant de lancement, c'est surtout la pollution environnementale générée pour le lancement de tout ces satellites qui me préoccupe le plus.
Pour la partie pollution lumineuse, elle aura probablement des impacts sur les animaux diurnes (il faudrait faire des études là dessus).

Bref l'environnement d'un côté et le fric de l'autre pour moi la messe est dite.
12  2 
Avatar de Leruas
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/01/2020 à 12:30
C'est indiqué dans l'article justement
9  0 
Avatar de phoebios
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 12/11/2019 à 12:27
On peut voir le problème de plusieurs manière différentes. Le fait que l'on fasse brûler un satellite n'est pas forcément le "pire".

Les satellites Starlink sont conçus pour brûler à 95% dans l'atmosphère pour la première itération. Les derniers envoyés sont censés brûler à 100%. Ce choix a été fait pour ne pas encombrer les orbites avec des satellites morts (ou des débris). Starlink étant en orbite basse n'importe quel débris de la constellation brûlera en quelques semaines. On évite d'encombrer l'orbite de la terre. Ça c'est le coté "pratique" de ce choix technique.

D'un point de vue des matériaux et de la ressource, est-ce que les satellites Starlink ne sont pas moins gourmands finalement qu'un réseaux télécom en fibre optique et câbles ? Fabrication, installation et entretien avec tout le BTP que ça implique, notamment le béton, sont des activités extrêmement polluantes aussi (surtout la fabrication du béton, une des pires). Je n'ai pas la réponse à cette interrogation mais ça me semble pas évident dans un sens ou dans l'autre.

L'utilité ensuite d'un tel réseau en plus du terrestre? Plusieurs activités sont envisageables:
- Les vidéos de chat évidemment ;-)
- Décongestionner une zone géographique comme un centre urbain par exemple, en faisant passer certaines communications longues distances par l'espace au lieu de transiter par tout les intermédiaires terrestres. Créer ainsi des interconnections qui n'existent pas au sol plus directes quand c'est avantageux.
- Accès internet en zone non développée: De la zone rurale en France au désert de je ne sais quel coin du monde.
- Accès internet pour le maritime permettant plus de débit et de nouveaux usages. Idem pour l'aviation.
- Fourniture d'une couverture mondiale pour les scientifiques aussi (balises et télémétrie n'importe ou dans le monde pour leurs armées de capteurs environnementaux)
- Connectivité sans apport terrestres pour l'industrie et les collectivités publiques (feux de route connectés, radars automatiques dans des zones encore plus paumées :-/ , etc...)

Globalement fournir une connectivité la ou ce n'était pas possible ou financièrement envisageable avant.

Alors après il est clair que cramer des trucs dans l'atmosphère c'est pas bon du tout. A notre époque on préférerai ne pas le faire. Mais est-ce mieux que la situation actuelle ou pas ? Je ne sais pas mais encore une fois la réponse me semble pas si évidente.

EDIT:Typo
8  0 
Avatar de yoyo3d
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/11/2019 à 13:45
Vivement qu'ils cessent leur pitreries et qu'on cesse d'entendre parler de cette boîte et de son fondateur !!!
Ils vont finir par faire faillite comme les gus du projet iridium...
alors ok, je n'ai pas cherché sa situation actuelle mais la boite que tu cites, elle à plutôt bien rebondi.. https://www.iridium.com/

Au 31 décembre 2015, le chiffre d'affaires de la société Iridium atteint 411 millions US$ pour 782 000 abonnés, en augmentation de 6 % par rapport à l'année précédente. 51 % de ces abonnements concernent des liaisons machine to machine (M2M : échanges automatiques de données entre machines distantes).
bon, on aime ou pas Musk, tesla, ses projets ambitieux etc ok, à titre personnel, j'ai quelques doutes sur le risque de collision entre les 12000 satellites de musk et les autres mais le fait est que sa constellation est plutôt bien partie et que son projet de lanceurs réutilisables semble fiable....
donc wait & see , ses projets ambitieux ont au moins l’intérêt de faire avancer la roue technologique... il apporte sa pierre à l'édifice et ça oblige la concurrence à se bouger également...
6  0 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/02/2020 à 10:11
Citation Envoyé par eldran64 Voir le message
[…] il serait de bon ton que des scientifiques spécialisés en faune et en flore prennent le temps de se pencher sur la question histoire de trancher efficacement.
Et comment ? En allant trouver les bestioles au fond des campagnes à trois heures du matin pour leur demander leur avis ?

Citation Envoyé par eldran64 Voir le message
Pour ce qui est de l'observation du ciel par les hommes au sol pour étudier le cosmos (je ne parle pas de tata micheline qui admire les étoiles mais des observatoires),
Mais peut-être que tata micheline aimerait avoir au-dessus de ses yeux un ciel comme elle l'a toujours connu… En tout cas, c'est mon souhait : quelle merveille ce ciel d'un noir pur constellé de points brillants, par les froides nuits d'hiver sans lune, quel bonheur pour les yeux.
Et ils vont nous pourrir aussi ça !
Bientôt le ciel va ressembler à une fête foraine, du grand nawak,

Citation Envoyé par eldran64 Voir le message
En fait, je n'ai pas trop envie qu'on limite l'avancée de la science (en gênant les observations) pour que tata micheline puisse regarder des chatons en 4K au fin fond du Vercors.
On est d'accord.
6  0 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/02/2020 à 10:53
Citation Envoyé par MarieKisSlaJoue Voir le message
Bah qu'on nous rende alors la Voie lactée. Le ciel nocturne est déjà pollué par les activités au sol. Pourquoi les michel et micheline ne se manifestent que maintenant ?
Ils se manifestaient, avant, mais on ne les entendait pas.

Et puis là, maintenant, ça prend une autre dimension : avant, il "aurait suffi" de ralentir les activités au sol, on peut y aller à pied, alors qu'envoyer des machins "là-haut" ça a une dimension d'inaccessible et d'éternel (parce que, oui, si un engin tombe en panne, on peut compter sur eux pour en envoyer 10 à la place…), sans aucun pouvoir là-dessus donc.
7  1 
Avatar de rawsrc
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 09/12/2019 à 10:25
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Maintenant, Shotwell a admis que personne dans l'entreprise n'avait prévu le problème au moment de la conception des satellites. « Personne n'y a pensé », a-t-elle dit. « Nous n'y avons pas pensé. La communauté astronomique n'y a pas pensé ».
Comment à ce niveau d'étude, un truc aussi évident a-t-il pu être omis ?
La communauté a bon dos... Ce n'est pas la communauté astronomique qui a demandé à avoir 12 000 satellites supplémentaires autour du globe en orbite basse qui plus est...
Sincèrement, cette boîte donne l'impression de lancer des tas de projets sans vraiment réfléchir à toutes les conséquences. C'est juste effarant. Et les régulateurs, y font quoi ? Tout le monde pionce sur ses confortables émoluments ? Y'a pas si longtemps, l'ESA a dû faire une manœuvre d'évitement à la station internationale un satellite d'observation pour éviter une collision avec un de leur engin, car en face aucune réponse ! Non mais où va t'on avec ces conneries ?
7  2 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/01/2020 à 10:55
Oui une éruption solaire peut abimer les satellites, et même si c'est improbable pour la terre dans un avenir proche, souffler l’atmosphère d'une planète jusqu'à la rendre inhabitable.

Maintenant dans la réalité actuelle, on a depuis des dizaines d'années des satellites géostationnaires, qui malgré quelques nuisances, survivent plutôt bien dans l'ensemble. Starlink a beaucoup moins de risque d'être touché puisse que ces satelittes sont en orbite basse et donc mieux protégés par le champs magnétique terrestre.

Les vents solaire sont assez étudiés, il n'y a pas de grosse craintes dans l'avenir proche. Le jour où on aura des vent solaires assez forts pour griller l'intégralité d'une constellation en orbite basse, on risque d'avoir des soucis bien plus graves que l'internet haut débit ou la luminosité du ciel.
5  0 
Avatar de spyserver
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 06/02/2020 à 9:09
Starlink est une catastrophe et c'est que le début ... c'est l'inverse de ce qu'il faut faire ..! Il trompe déjà les observatoires ... arrêter de foutre ces objets dans le ciel juste pour pouvoir aller sur Facebook dans le désert australien !!!
8  3