Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SpaceX annonce qu'il déploiera le haut débit par satellite à travers les États-Unis plus rapidement que prévu
Et demande le feu vert des autorités

Le , par Stéphane le calme

65PARTAGES

12  0 
SpaceX a annoncé son intention de modifier sa stratégie de lancement de satellites de manière à accélérer le déploiement de son service haut débit Starlink et s'est fixé pour objectif de fournir un haut débit dans le sud des États-Unis à la fin de l'année prochaine.

Dans un document déposé le 30 août, SpaceX a demandé à la Federal Communications Commission de « modifier l’espacement orbital de ses satellites ». Avec ce changement, chaque lancement de SpaceX déploierait des satellites dans « trois plans orbitaux différents » au lieu d'un, « accélérant le processus de déploiement de satellites couvrant une zone de service plus large ».

Un plan orbital

« Cet ajustement accélérera la couverture dans les États du sud et les territoires des États-Unis, potentiellement dans les régions du sud des États-Unis d'ici la fin de la prochaine saison des ouragans et atteindra d'autres territoires des États-Unis avant la prochaine saison des ouragans », a déclaré SpaceX à la FCC. Les saisons des ouragans de l'Atlantique et du Pacifique commencent chacune au printemps et se terminent le 30 novembre de chaque année.

SpaceX a déjà annoncé son intention de « fournir une couverture continue sur les États du nord du pays après seulement six lancements supplémentaires », mais a indiqué qu'une modification de licence était nécessaire pour accélérer le déploiement dans le sud des États-Unis. Le dossier de SpaceX souligne l’importance d’obtenir rapidement le service dans certaines parties des États-Unis où la couverture haut débit est limitée.

« Grâce à cet ajustement simple, SpaceX peut élargir sa couverture géographique dès les premières étapes du déploiement de la constellation et permettre au service initial de desservir les clients plus tôt dans les latitudes moyennes et à l'extrême sud des États et, surtout, aux Américains souvent mal desservis à Hawaii, à Porto Rico. et les îles Vierges américaines », a déclaré la société à la FCC.

SpaceX a été quelque peu vague sur les dates de lancement de son service haut débit. En octobre 2017, SpaceX a annoncé devant un comité du Congrès qu'il lancerait au moins 800 satellites avant d'offrir un service commercial, affirmant que ce service commercial serait probablement disponible en 2020 ou 2021, comme le rapportait SpaceNews à l'époque. L'année dernière, Reuters a annoncé que l'objectif de SpaceX d'un lancement en 2020 était « à peu près conforme ». Le PDG de SpaceX, Elon Musk, avait licencié certains des cadres supérieurs de Starlink afin de respecter son calendrier.

Moins de satellites lancés

Dans sa nouvelle demande à la FCC, SpaceX a déclaré que le réglage de l'espacement orbital signifiait qu'il faudrait « moins de lancements de satellites - peut-être même la moitié en moins - pour pouvoir desservir l'ensemble des États-Unis contigus (ainsi que Hawaii, Porto Rico, Virgin Samoa américaines et les îles Mariannes du Nord) ». Dans le reste du monde, « la modification permettrait une couverture plus rapide de toutes les longitudes et se développerait vers l'équateur, ainsi qu'une capacité accrue dans les zones à plus forte densité de population », a déclaré SpaceX.

Afin de couvrir une région donnée, SpaceX a déclaré qu'il devait « déployer un nombre suffisant de nœuds pour assurer une couverture continue » et « disposer d'assez d'antennes dans les bonnes configurations physiques pour transmettre les signaux ».

Si la modification est approuvée, les satellites SpaceX voyageront dans 72 plans orbitaux au lieu des 24 précédemment approuvés, et il y aurait 22 satellites dans chaque plan au lieu des 66 déjà approuvés. L'altitude et l'inclinaison resteraient inchangées à 550 km et 53°, respectivement.


SpaceX a lancé 60 satellites en mai de cette année pour tester le système avant de se préparer à un déploiement plus large. SpaceX a déclaré que son « processus itératif » avait conduit à sa nouvelle proposition. « SpaceX a démontré l'efficacité de son processus de déploiement révolutionnaire et a confirmé sa capacité à équiper trois plans orbitaux en un seul lancement », a déclaré la société dans un nouveau dossier. « En réorganisant ensuite ses satellites à l'altitude déjà autorisée, SpaceX peut assurer une couverture et une capacité plus homogènes et plus rapides sur une plus grande partie du territoire américain ».

SpaceX a également annoncé son intention de « procéder à plusieurs autres lancements de Starlink avant la fin de 2019 » et a demandé à la FCC de se prononcer rapidement sur sa demande.

Une collision évitée

Au début du mois, l'Agence spatiale européenne (ESA) a pris des mesures pour éviter une collision avec un satellite à large bande SpaceX après qu'un bogue dans le système de pagination sur appel de SpaceX ait empêché la société d'obtenir une mise à jour cruciale.

« Pour la première fois de son histoire, l'ESA a réalisé une "manœuvre d'évitement de collision" afin d'empêcher l'un de ses satellites d'entrer en collision avec une "méga constellation" », a annoncé l'ESA sur Twitter. Elle faisait référence au système large bande Starlink de SpaceX, qui en était aux premières étapes de son déploiement. Des mesures ont dû être prises car le satellite Aeolus de l'ESA et un satellite Starlink suivaient une trajectoire comportant plus d'une chance de collision sur 1 000.


Un article paru dans Forbes était intitulé « SpaceX a refusé de déplacer un satellite Starlink malgré la menace de collision avec un satellite européen » et incluait des citations de Holger Krag, responsable du Bureau des débris spatiaux de l'ESA :

« Sur la base de ce [risque de collision], nous avons informé SpaceX, qui a répondu en disant qu'ils n'envisageaient pas d'agir », a déclaré Krag, qui a informé SpaceX par courrier électronique. « Il était au moins clair de savoir qui devait réagir. Nous avons donc décidé de réagir car le risque de collision était proche de 1 sur 1000, ce qui était dix fois plus élevé que notre seuil ».

SpaceX a expliqué dans un communiqué qu'il n'avait pas pris de mesures à cause des premières estimations selon lesquelles le risque de collision était beaucoup plus faible que ce qu'il s'est avéré. SpaceX a déclaré qu'il se serait coordonné avec l'ESA pour éviter une collision une fois les estimations empirées, si seulement le bogue du système de pagination n'avait pas empêché SpaceX d'obtenir une mise à jour de la probabilité de collision. SpaceX a déclaré qu'il essayait de corriger le bogue afin d'éviter de tels incidents à l'avenir.

Dans un billet publié sur le site de l'ESA. Krag a précisé qu'il ne blâmait pas SpaceX, mais il a déclaré que l'incident mettait en évidence le besoin de systèmes plus performants pour prévenir les collisions :

« Personne n'était en faute ici, mais cet exemple montre le besoin urgent d'une gestion appropriée du trafic spatial, avec des protocoles de communication clairs et une automatisation accrue », a déclaré Krag dans le billet sur le site de l'ESA. « C’est ainsi que le contrôle du trafic aérien fonctionne depuis plusieurs décennies et les opérateurs spatiaux doivent à présent se rassembler pour définir la coordination automatisée des manœuvres ».

Sources : ESA (twitter), ESA (billet), demande de SpaceX

Voir aussi :

« On peut voir l'humanité comme une sorte de chargeur d'amorçage biologique pour l'intelligence artificielle », d'après Elon Musk
Voitures autonomes : « Tous ceux qui comptent sur le lidar sont condamnés », selon Elon Musk, PDG et co-fondateur de Tesla
Microsoft investit 1 Md$ dans OpenAI, la société fondée par Elon Musk, qui tente de développer une IA semblable à l'intelligence humaine
Neuralink d'Elon Musk annonce que l'interface cerveau - ordinateur est prête pour des tests sur les humains et entend procéder aux premiers en 2020

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/11/2019 à 8:38
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
[...] Contrairement aux satellites traditionnels, les Starlinks auront une durée de vie limitée d'environ cinq ans, a expliqué Shotwell. SpaceX va maintenir la technologie du réseau Starlink en remplaçant rapidement les satellites qui sont conçus pour brûler intentionnellement dans l'atmosphère terrestre.
Ah, ça c'est de l'écologie bien maîtrisée et du développement durable de haut vol, bravo les gars !
Et pas un seul Vert pour monter au créneau et gueuler contre ?

Et tout ça pour quoi ? Pour échanger des vidéos de chats ?
Lamentable…
11  2 
Avatar de phoebios
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 12/11/2019 à 12:27
On peut voir le problème de plusieurs manière différentes. Le fait que l'on fasse brûler un satellite n'est pas forcément le "pire".

Les satellites Starlink sont conçus pour brûler à 95% dans l'atmosphère pour la première itération. Les derniers envoyés sont censés brûler à 100%. Ce choix a été fait pour ne pas encombrer les orbites avec des satellites morts (ou des débris). Starlink étant en orbite basse n'importe quel débris de la constellation brûlera en quelques semaines. On évite d'encombrer l'orbite de la terre. Ça c'est le coté "pratique" de ce choix technique.

D'un point de vue des matériaux et de la ressource, est-ce que les satellites Starlink ne sont pas moins gourmands finalement qu'un réseaux télécom en fibre optique et câbles ? Fabrication, installation et entretien avec tout le BTP que ça implique, notamment le béton, sont des activités extrêmement polluantes aussi (surtout la fabrication du béton, une des pires). Je n'ai pas la réponse à cette interrogation mais ça me semble pas évident dans un sens ou dans l'autre.

L'utilité ensuite d'un tel réseau en plus du terrestre? Plusieurs activités sont envisageables:
- Les vidéos de chat évidemment ;-)
- Décongestionner une zone géographique comme un centre urbain par exemple, en faisant passer certaines communications longues distances par l'espace au lieu de transiter par tout les intermédiaires terrestres. Créer ainsi des interconnections qui n'existent pas au sol plus directes quand c'est avantageux.
- Accès internet en zone non développée: De la zone rurale en France au désert de je ne sais quel coin du monde.
- Accès internet pour le maritime permettant plus de débit et de nouveaux usages. Idem pour l'aviation.
- Fourniture d'une couverture mondiale pour les scientifiques aussi (balises et télémétrie n'importe ou dans le monde pour leurs armées de capteurs environnementaux)
- Connectivité sans apport terrestres pour l'industrie et les collectivités publiques (feux de route connectés, radars automatiques dans des zones encore plus paumées :-/ , etc...)

Globalement fournir une connectivité la ou ce n'était pas possible ou financièrement envisageable avant.

Alors après il est clair que cramer des trucs dans l'atmosphère c'est pas bon du tout. A notre époque on préférerai ne pas le faire. Mais est-ce mieux que la situation actuelle ou pas ? Je ne sais pas mais encore une fois la réponse me semble pas si évidente.

EDIT:Typo
8  0 
Avatar de yoyo3d
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/11/2019 à 13:45
Vivement qu'ils cessent leur pitreries et qu'on cesse d'entendre parler de cette boîte et de son fondateur !!!
Ils vont finir par faire faillite comme les gus du projet iridium...
alors ok, je n'ai pas cherché sa situation actuelle mais la boite que tu cites, elle à plutôt bien rebondi.. https://www.iridium.com/

Au 31 décembre 2015, le chiffre d'affaires de la société Iridium atteint 411 millions US$ pour 782 000 abonnés, en augmentation de 6 % par rapport à l'année précédente. 51 % de ces abonnements concernent des liaisons machine to machine (M2M : échanges automatiques de données entre machines distantes).
bon, on aime ou pas Musk, tesla, ses projets ambitieux etc ok, à titre personnel, j'ai quelques doutes sur le risque de collision entre les 12000 satellites de musk et les autres mais le fait est que sa constellation est plutôt bien partie et que son projet de lanceurs réutilisables semble fiable....
donc wait & see , ses projets ambitieux ont au moins l’intérêt de faire avancer la roue technologique... il apporte sa pierre à l'édifice et ça oblige la concurrence à se bouger également...
6  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 09/12/2019 à 10:25
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Maintenant, Shotwell a admis que personne dans l'entreprise n'avait prévu le problème au moment de la conception des satellites. « Personne n'y a pensé », a-t-elle dit. « Nous n'y avons pas pensé. La communauté astronomique n'y a pas pensé ».
Comment à ce niveau d'étude, un truc aussi évident a-t-il pu être omis ?
La communauté a bon dos... Ce n'est pas la communauté astronomique qui a demandé à avoir 12 000 satellites supplémentaires autour du globe en orbite basse qui plus est...
Sincèrement, cette boîte donne l'impression de lancer des tas de projets sans vraiment réfléchir à toutes les conséquences. C'est juste effarant. Et les régulateurs, y font quoi ? Tout le monde pionce sur ses confortables émoluments ? Y'a pas si longtemps, l'ESA a dû faire une manœuvre d'évitement à la station internationale un satellite d'observation pour éviter une collision avec un de leur engin, car en face aucune réponse ! Non mais où va t'on avec ces conneries ?
7  2 
Avatar de fredinkan
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/10/2019 à 13:04
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
Je ne sais pas ce que bois et fume ce mec, mais ça fait vraisemblablement longtemps qu'il n’a plus les pieds sur terre...

https://www.lefigaro.fr/secteur/high...t-en-fumee.php
Un article de 2018 ?
Sérieusement ?
Ca a été abordé plusieurs fois sur ce forum... ça fait un peu déterrage là...
4  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/11/2019 à 13:18
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
Ils vont finir par faire faillite
Même si je ne suis pas fan de ce projet qui consiste à mettre 300 satellites pour avoir une connexion internet sur toute la terre, ni du projet de constellation de + de 11 000 satellites, il faut cependant reconnaître que SpaceX fait avancer la technologie, notamment au niveau des fusées. (ils ont des lanceurs qui reviennent sur leur base)
SpaceX innove, la société fait progresser les voyages spatiaux.
4  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/12/2019 à 11:12
Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
Y'a pas si longtemps, l'ESA a dû déplacer la station internationale pour quitter sa trajectoire et éviter une collision avec un de leur engin, car en face aucune réponse ! Non mais où va t'on avec ces conneries ?
C'était un satellite d'observation de la Terre, faut pas exagérer non plus.

Même si je suis d'accord avec le reste du message^^
4  0 
Avatar de kelumden
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/10/2019 à 17:42
Bizarrement, personne ne semble se poser la question de l'encombrement relatif et des difficultés qui pourraient apparaître pour placer 42000 satellites en orbite terrestre à une altitude comprise "entre 328 km et 580 km" (l'ISS orbite à une altitude de 408km !). Quels sont les risques de collision d'un lanceur avec un de ces satellites ? En fin de vie, seront-ils totalement désintégrés en rentrant dans l'atmosphère ? N'y a-t-il aucun risque de chute dans l'atmosphère ? L'article suivant (https://www.quora.com › Does-the-ISS-use-fuel) indique une perte de vitesse de 2 m/s par mois qui est compensée régulièrement.

Il est louable de vouloir fournir à tous une connexion à débit élevé au plus grand nombre mais certainement pas au détriment d'autrui: d'autres satellites (observation de la Terre, météo, télécom plus classique, etc) peuvent avoir besoin de ces orbites, l'espace doit rester accessible (qui a dit Mars ?).
4  1 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/10/2019 à 10:37
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Si ce projet est un succès et que des centaines de millions de personnes se mettent à l'utiliser, l'entreprise qui gérera ça aura accès à beaucoup d'informations personnelles.
Il n'aura pas accès à plus que les FAI actuels.
3  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/10/2019 à 11:18
En effet, ton FAI connait les domaines auxquels tu te connectes, à moins de passer par des outils de redirection comme un VPN ou Tor. Ceci dit la plupart du web est en https de nos jours ce qui signifie que le contenu que tu consultes lui est inconnu.

Ce qui est intéressant c'est que tu as un apriori négatif sur Space X alors que je ne vois pas en quoi il serait moins de confiance que les opérateurs français qui ont beaucoup plus de relations avec les sociétés qui font de la collecte de données que Space X, qui est avant tout une société du spatial.
En fait dès qu'on parle de Elon Musk, on dirait que personne n'est capable de tenir un discours raisonné. Soit on l’enscence sans raison, soit on imagine le pire, sans raison non plus.
3  0