Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un candidat à la présidentielle US envisage d'obliger les entreprises qui suppriment les emplois suite à une automatisation
à offrir aux travailleurs de nouveaux emplois avec un salaire égal

Le , par Stéphane le calme

86PARTAGES

22  0 
Le maire de la ville de New York et candidat démocrate à la présidentielle 2020, Bill de Blasio, a approuvé une « taxe sur les robots » et la création d'une nouvelle agence gouvernementale chargée de superviser l'automatisation. De Blasio a présenté son plan à la fin de la semaine dernière dans une tribune sur les colonnes de Wired, le décrivant comme une alternative au revenu de base universel soutenu par son rival Andrew Yang.

Dans son projet, De Blasio envisage de créer une nouvelle agence appelée FAWPA (Agence fédérale pour l’automatisation et la protection des travailleurs), qui régirait la manière dont les entreprises pourraient automatiser les emplois. Cela inclurait la suppression des incitations fiscales à l’automatisation et l’ajout d’un « processus de délivrance de permis » à toute entreprise souhaitant « augmenter l’automatisation qui remplacerait les travailleurs ».

La taxe sur les robots, quant à elle, s'appliquerait aux « grandes entreprises » qui éliminent des emplois grâce à l'automatisation sans offrir de nouveaux emplois à leurs employés. Ces sociétés devraient payer cinq années d’impôt sur les salaires dans un fonds spécial. Ce fonds servirait à créer « une nouvelle génération de projets d'infrastructure à forte intensité de main-d'œuvre et à fort taux d'emploi, ainsi que de nouveaux emplois dans des domaines tels que les soins de santé et les énergies vertes ». Les travailleurs remplacés se verraient garantir de nouveaux emplois dans ces domaines « à des salaires comparables ».


Les mots du maire

« En tant que maire de New York et candidat aux fonctions de président axé sur les besoins des travailleurs, j'ai constaté chez moi et dans tout le pays que les travailleurs peuvent bénéficier de ces changements technologiques, mais nous ne pouvons pas laisser les emplois américains être remplacés par eux. C’est la raison pour laquelle je propose aujourd’hui un nouveau projet visant à protéger les travailleurs américains et à faire en sorte que nous partagions tous les bénéfices des avancées technologiques.

« Pour commencer, mon projet prévoit la création d’une nouvelle agence fédérale, la FAWPA (Federal Automation and Worker Protection Agency), chargée de superviser l’automatisation et de protéger les emplois et les communautés.

« La FAWPA créerait un processus d’obtention de permis pour toute entreprise cherchant à accroître l’automatisation qui remplacerait les travailleurs. L’approbation de ces demandes serait subordonnée à la protection des travailleurs ; si leurs emplois sont supprimés par le biais de l'automatisation, l'entreprise serait obligée d'offrir à ses travailleurs de nouveaux emplois avec un salaire égal, ou une indemnité de départ correspondant à leur mandat dans l'entreprise.

« De plus, mon projet éliminerait des échappatoires fiscales de centaines de milliards de dollars pour les sociétés qui investissent dans l’automatisation et les déduisent souvent de leurs impôts, même si elles savaient que leur "investissement" allait probablement détruire les emplois de leurs employés.

« Enfin, ma proposition instituerait une "taxe sur les robots" pour les grandes entreprises qui éliminent des emplois suite à une automatisation accrue et ne parviennent pas à fournir des emplois de remplacement adéquats. Ils seraient tenus de payer cinq ans d’impôt sur les salaires pour chaque employé remplacé. Ces revenus iraient directement à une nouvelle génération de projets d’infrastructures à forte intensité de main-d’œuvre et à fort emploi, ainsi qu’à de nouveaux emplois dans des domaines tels que les soins de santé et l’énergie verte, qui créeraient de nouveaux emplois. Les travailleurs remplacés se verraient garantir de nouveaux emplois créés dans ces domaines à des salaires comparables ».


Bill de Blasio

Les retombées potentielles

De Blasio affirme que ce projet résoudrait les problèmes d'un système de revenu universel « totalement inadéquat » (le projet de Yang sur le sujet garantirait 12 000 dollars américains par an aux Américains). Diverses personnes ont critiqué le système de revenu universel pour de nombreuses raisons, notamment la crainte que cela ne remplace les programmes sociaux existants ou ne résolve pas les grands problèmes de l’emploi. De Blasio a déclaré que ce système « négligerait la valeur intrinsèque d'un emploi, estimant que le soutien financier à la vie d'un chèque mensuel pourrait se substituer à un emploi sérieux ». Aussi, il a assuré aux électeurs que son « projet n'accepterait pas un avenir après le travail. Au lieu de cela, cela précipiterait un avenir rempli de travail ».

« Cette taxe, ainsi que les emplois créés dans les domaines du XXIe siècle, changeraient radicalement l’avenir de la prochaine économie pour les travailleurs. Il aura deux effets fondamentaux qui garantiraient aux travailleurs américains un bouclier contre le chômage.

« Premièrement, mon projet assurerait la stabilité aux travailleurs qui occupent les emplois d’aujourd’hui. Deuxièmement, en récupérant les revenus générés par la suppression de la faille de l'automatisation et de la taxe sur les robots et en les investissant dans de nouveaux programmes, cela faciliterait la création d'emplois de la prochaine génération - emplois syndiqués bien rémunérés dans les domaines de l'énergie verte, de la petite enfance, des soins de santé à domicile, etc. Pendant des générations, les Américains sont allés travailler avec confiance, non seulement d’avoir la sécurité d’un travail bien rémunéré et de bénéficier d’allocations syndicales, mais aussi de leur sécurité pour les années à venir. Ceux d'entre eux qui font encore partie de la population active, ainsi que ceux de la génération X et de la génération Y, méritent la même tranquillité d'esprit.

« Pour faire face à cette menace imminente, certains leaders technologiques de la Silicon Valley, et mon compatriote, Andrew Yang, ont proposé de fournir à chaque Américain un revenu de base universel de 12 000 dollars par an. Bien que cette idée puisse faire partie d’une solution plus large, elle n’est malheureusement pas à la hauteur d’une proposition autonome et peut faire plus de mal que de bien.

« Au mieux, ce système néglige la valeur intrinsèque d'un emploi, estimant que le soutien financier financier d'un chèque mensuel peut remplacer un emploi intéressant. Dans le pire des cas, c’est un tour de passe-passe, qui consiste à dire aux Américains que l’automatisation créera un meilleur avenir pour tous, tout en enfermant les familles de la classe moyenne dans le chômage et en garantissant que les profits générés par les nouvelles avancées technologiques ne concernent que les riches.

« Mon projet n’accepterait pas d’avenir après le travail. Au lieu de cela, cela il précipiterait un avenir rempli de travail - un avenir dans lequel nous utilisons les avancées technologiques pour combler le fossé entre nos effectifs actuels risquant d'être licenciés par l'automatisation et le personnel syndical résistant dont nous avons besoin. Une "taxe sur les robots" nous aidera à créer des emplois stables et bien rémunérés dans la classe moyenne pour les générations à venir ».

Les taxes sur les robots sont sur la table depuis quelques années maintenant. Bill Gates a discuté de cette idée en 2017, et les législateurs européens l'ont envisagée, mais l'ont rejetée. D'autres candidats à la présidentielle ont également promis d'aider à protéger les travailleurs contre l'automatisation, mais pas via une taxe sur les robots. Le sénateur Bernie Sanders (I-VT) et d'autres candidats démocrates ont soutenu une garantie d'emploi pour les Américains. Sanders a critiqué le système de revenu universel dans une argumentation similaire à celle de Blasio, affirmant que « les gens veulent travailler ».

Source : tribune Bill de Blasio

Et vous ?

Que pensez-vous de l'idée du revenu universel ?
D'où pourrait-il provenir ?
Est-ce une solution pérenne face à l'automatisation accrue selon vous ? Pourquoi ?
Que pensez-vous de la proposition de la création d'une agence gouvernementale chargée de superviser l'automatisation ?
« Si leurs emplois sont supprimés par le biais de l'automatisation, l'entreprise serait obligée d'offrir à ses travailleurs de nouveaux emplois avec un salaire égal, ou une indemnité de départ correspondant à leur mandat dans l'entreprise », utopique ou réalisable ?
Partagez-vous l'opinion de Bill de Blasio qui pense que le revenu universel ne tient pas compte du fait que « les gens veulent travailler » ?

Voir aussi :

Amazon s'engage à verser 700 millions $ pour apprendre à ses employés à coder, alors qu'il continue à intensifier ses efforts d'automatisation
Le chiffre d'affaires des outils d'automatisation des processus robotisés a augmenté de 63,1% en 2018 pour atteindre les 846 millions de dollars
Trop d'heures sup non rémunérées, télétravail, stress, inégalités, automatisation, le rapport sur le travail dans l'IT
La taxe robot rejetée par les eurodéputés est reprise par San Francisco : des impôts sur salaires et charges sociales pour l'utilisation de robots
Benoît Hamon donne plus de précisions sur la taxe robot et assure que les machines intelligentes vont confisquer les emplois de demain

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 16:09
L'automatisation, la robotisation et l'Intelligence Artificielle vont détruire des emplois, et pas qu'un peu.

Ce qui est amusant c'est qu'au XXe siècle, on a pu voir des tâches manuelles répétitives dites à "faible valeur ajoutée" être remplacées par des machines et des chaînes automatisées.
Et qu'au XXIe siècle, ce sont les tâches intellectuelles dites plutôt à "forte valeur ajoutée" qui elles aussi vont être remplacées par des machines, des IA notamment. Le processus de prise de décision va se déprécier tout comme il est devenu "ringard" d'être cultivé et d'avoir une connaissance encyclopédique. A quoi bon quand tout est sur Google...

Ne restera finalement plus que des activités intrinsèquement non automatisables liées à l'affect, comme tous les métiers basés sur le relationnel (accompagnateurs, guides touristiques, chargé de clientèle, etc.) ou les métiers dont la valeur est intrinsèquement liée au fait qu'elle est réalisée par une personne (artisanat notamment). Sans oublier les activités de création pure, l'artistique qui me semble encore difficilement remplaçable par une IA, puisqu'au delà du résultat esthétique, est valorisée l'intention et le sens de l'oeuvre. L'IA est encore loin de cette étape, car il faudrait pratiquement aboutir à une conscience artificielle.

Sur le projet politique, on va sans doute voir fleurir encore beaucoup de propositions de la part de nombreux personnes, et bien sûr les politiciens. Je ne m'inquiète pas trop quand à la peur de voir le "travail" disparaître. Les lois de la physique nous disent que l'entropie d'un système ne fait qu'augmenter. Or, le travail dans sa nature même, qu'il soit mécanique ou humain, c'est justement de lutter contre cette entropie. Le besoin en travail ne peut donc qu'être amené à augmenter, à mon humble avis. Par contre, la nature et le statut social respectifs des futurs emplois risquent d'être fortement chamboulés, ça c'est sûr.

Il est possible que l'IA et la robotisation aient un impact encore plus fort qu'Internet à son époque sur nos sociétés, seul l'avenir nous le dira.
6  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/09/2019 à 10:17
Citation Envoyé par yahiko Voir le message

...

Ne restera finalement plus que des activités intrinsèquement non automatisables liées à l'affect, comme tous les métiers basés sur le relationnel (accompagnateurs, guides touristiques, chargé de clientèle, etc.) ou les métiers dont la valeur est intrinsèquement liée au fait qu'elle est réalisée par une personne (artisanat notamment). Sans oublier les activités de création pure, l'artistique qui me semble encore difficilement remplaçable par une IA, puisqu'au delà du résultat esthétique, est valorisée l'intention et le sens de l'oeuvre. L'IA est encore loin de cette étape, car il faudrait pratiquement aboutir à une conscience artificielle.
...
Tu dis juste... Malheureusement tu es encore trop optimiste:

1. Des banques et des assurances ont déjà viré leur "chargé de clientèle": Quand tu téléphones au service client, tu te retrouves à parler avec un système robotisé (seuls les cas imprévus et complexes sont redirigés vers un humain)

2. Certaines sociétés de RH mènent déjà les premiers entretiens via téléphone avec les candidats au moyen d'une application.

3. Même l'aspect artistique est touchée, les médias ont présenté dernièrement des peintures créées de toutes pièces par des algo IA. Tu les affiches dans un musée au milieu d'oeuvres d'origine "humaine" sans pouvoir y voir une différence.

En voici un exemple: https://plugin.01net.com/tech/une-pe...s-1552488.html
3  0 
Avatar de NBoulfroy
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 11/09/2019 à 10:11
Je n'aime pas le principe du revenu universel. Donner de l'argent gratuitement sans contrepartie fournit grâce aux impôts et taxes ... Il y a peut être mieux à faire de cet argent justement !

Les USA et leur manie de penser que tout ce qui est pas de l'ordre "c'est par l'effort qu'on s'en sort" est forcément socialiste ...

Si un emploi est remplacé par un robot, c'est parce qu'il est plus efficace, moins problématique et il ne se repose pas. Alors à moins de parvenir à ce résultat sur l'Humain (augmentations ?), on est pas prêt de réussir à faire aussi bien voir mieux qu'eux dans le cadre de l'exécution manuelle de certaines taches.

Cette histoire d'agence, c'est de la fumisterie. Ce n'est pas possible autrement ... Après, ça dit ça mais on va pas non plus nier le fait qu'il est fort probable qu'un lobby "robotique" va s'opposer et chercher à éviter un maximum que cela ponctionner un maximum d'argent des sociétés concernées (si ce lobby existe pas déjà en plus ...). Alors oui, pour moi, c'est utopique.

Je pense que le revenu universel, c'est la supercherie de notre époque : on promet de l'argent sans "travailler" (sans souffrir de quelque chose qui nécessite une aide de l'État, je précise) et ça passe mal à mes yeux. Je pense que beaucoup d'Américains sont contre aussi (l'idée du rêve américain, même si c'est un peu mort aujourd'hui parce que l'ascenseur social est en panne). De Blasio, son nom me dit quelque chose ... Bref, c'est beau de dire ça mais taxer les sociétés va pas non plus résoudre les problèmes à venir avec l'avènement de la robotique.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/09/2019 à 14:02
Ceux qui soutiennent l'idée du revenu universel disent que grâce à lui :
- les gens ne vont pas avoir peur de quitter leur travail et de suivre une formation pour pouvoir changer de travail
- les gens vont oser créer leur entreprise

Moi perso je pense que les gens resteraient chez eux à déprimer comme une personne au RSA.
Et il faut aussi voir à quel âge ça commence, parce que si t'es au lycée et qu'on te donne 600€/mois ou je sais pas combien, tu risques d'aller acheter des bières...
Si quelqu'un ne touche pas de bourse il pourra quand même faire des études, il y a moyen de payer une chambre de CROUS et de survivre avec un RSA.

Je ne pense pas que le revenu universel sera vraiment instauré quelque part.
Revenu universel, la Finlande l'a tenté et ne l'adopte pas
Il y a deux ans, quelque 2 000 chômeurs finlandais ont été stupéfaits de découvrir, dans leurs boîtes aux lettres, un courrier les informant qu'ils toucheraient 560 euros par mois jusqu'en décembre 2018. Et ce, sans conditions. "Au début, je ne pouvais pas croire à ma chance", se souvient Mira Jaskari. "C'était comme si j'avais gagné au loto", se remémore pour sa part Tuomas Muraja.
(...)
Contrairement à l'allocation chômage, ce revenu de base peut se cumuler sans variation avec un emploi rémunéré. "J'ai signé un contrat d'informaticien mi-décembre, juste avant de recevoir la lettre de Kela, s'excuse presque Mika Ruusunen. Ce bonus m'a essentiellement permis de rembourser un prêt." Il a simplifié la vie de Mira Jaskari. "Je n'aurais pas pu accepter un emploi à mi-temps sans ce revenu de base, car il était dans une autre ville et n'aurait pas suffi à payer mes factures, explique cette habitante d'Helsinki, cheveux bleus et piercing dans le nez. J'ai malheureusement dû le lâcher, à cause d'une dépression."
Le revenu universel serait bien pour les patrons, ils pourront maintenir les salaires bas et dire "ben ça va, si t'ajoutes le revenu universel ça fait une bonne paie".

===
Après on sait pas, peut-être que Génération point S prendra le pouvoir en 2022 ? Tout peut arriver.
2  0 
Avatar de Aurelien Plazzotta
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 11:10
Ce projet de loi est du même acabit que l'acte d'exploitation d'une écoute automatisée et son amende de 40 000$; seule les très grandes entreprises pourront assumer de reverser un salaire à un employé remplacé par un automate.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 13:53
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous de l'idée du revenu universel ?
D'après moi le revenu universel est un RSA qu'on donne à tout le monde.
Je ne pense pas que ce soit un super plan. Mais c'est bien de se dire que dans le futur une grosse partie de la population risque de se retrouver sans travail et qu'il faut trouver des solutions pour que ceux qui n'ont pas la chance d'avoir un travail puisse vivre.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
D'où pourrait-il provenir ?
Peut-être qu'il y a peut-être moyen de convaincre la FED de créer de l'argent pour financer le revenu universel.
De toute façon elle créer déjà la blinde d'argent, elle pourrait distribuer cet argent différemment.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Est-ce une solution pérenne face à l'automatisation accrue selon vous ? Pourquoi ?
Survivre au RSA ce n'est pas top...

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Partagez-vous l'opinion de Bill de Blasio qui pense que le revenu universel ne tient pas compte du fait que « les gens veulent travailler » ?
Quand tu ne travailles pas, tu te sens en dehors de la société et tu peux très vite sombrer dans la dépression.
Il faudrait créer des jobs pour que les gens puissent contribuer à la société, mais pour l'instant personne n'arrive à imaginer des métiers pour ceux qui vont perdre leur emploi.
Plein de gens disent "dans l'histoire il est arrivé à plusieurs reprises que la technologie supprime des emplois, mais à chaque fois des nouveaux métiers sont apparu, donc ça va faire exactement comme d'habitude" sauf que pour le moment on ne voit pas ce que ce sera.

Enfin si, moi j'ai bien une idée de scénario sympa : un retour de l'artisanat, du fabriqué à la main, une réponse à l’industrialisation.
Les consommateurs vont vouloir des pièces uniques, 100% faites à la main, sans aucun ordinateur dans le processus.
Les consommateurs voudront également des légumes bio qui ne sont pas calibré du tout, qui ont poussé à partir de graines, qui ont été créer par le producteur.
Là il y a une trop d'aseptisation et comme dit le proverbe :
« C'est du roots man, roots qu'il nous faut
C'est du roots woman, un retour aux racines
C'est du roots man, roots qu'il nous faut
C'est du roots qui dit roots woman
Un retour au tempo »

Au lieu de faire de la monoculture, d'utiliser pleins de produits (pesticide, insecticide, fongicide, herbicide, engrais), de récolter avec des machines, il faut produire en permaculture sans produit et tout faire à la main.
Je vois bien une réaction "on est allé trop loin dans la technologie maintenant on va faire de l'agriculture comme avant le tracteur et on va produire comme avant l'industrialisation (mais sans esclave cette fois)".

======
Ce n'est qu'une promesse de campagne d'un candidat à la primaire démocrate, même si il gagnait les primaires, puis la présidentielle et qu'il essayait de réaliser ce projet il ne pourrait probablement pas le faire.
L'important pour les démocrates c'est que Joe Biden perde les primaires, après ils verront, mais qu'ils commencent par régler ce problème.

===
- Quand il n'y a plus de boulot il reste toujours la prostitution.
- Il faudrait une guerre, la dernière à provoqué les 30 glorieuses parce qu'il fallait tout reconstruire
3  2 
Avatar de CoderInTheDark
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 11/09/2019 à 9:36
"Fawpa" ça donne phonétiquement "Faut pas"

J'imagine un Mr Sylvestre de la World company dir
beuah bahhh alors on va délocalisser où il n'y a pas de loi puis on va virer les ctit n'employé loll

On nous parle de lois mais les grandes entreprises ont toujours un coup d'avance, ou une façon de tourner en dérision le système

Et comme déjà dit même la personne armée des meilleurs intentions devra rendre les armes une foi en place
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/09/2019 à 9:48
Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
beuah bahhh alors on va délocalisser où il n'y a pas de loi puis on va virer les ctit n'employé loll
Après il suffit de mettre des gros frais de douane pour les produits fabriqué par des machines.
Il faut juste que ce soit plus cher d'importer le produit que de la produire là où il y a des taxes sur les robots.

Mais en parlant de délocalisation, ça me fait penser à l'évolution : esclavagisme, industrialisation, délocalisation, robotisation.
Au début les états du Sud des USA gagnaient plein d'argent grâce aux esclaves dans les champs.
Ensuite les états du Nord ont développé l'industrialisation (les ouvriers sont un peu des esclaves qui viennent d'eux même et avec leur salaire ils consomment, ça fait tourner l'économie, les ouvriers sont donc plus rentable que les anciens esclaves).
Après les entreprises comme Nike se sont dit qu'elles pourraient exploiter des peuples pour produire pour moins cher.
Aujourd'hui les entreprises se disent que les robots sont encore plus rentable que les taïwanais et les chinois.

Le futur proche ne va pas être rayonnant, c'est difficile d'être optimiste aujourd'hui.
1  0 
Avatar de cedric57
Membre averti https://www.developpez.com
Le 13/09/2019 à 23:55
Je pense que le temps qu'un truc ultra efficace soit développé, le monde aura déjà été à cours de ressources naturelles qui s'épuisent trop vite. Le jour où ça arrivera, toute notre économie tombera…et y aura un retour à la low tech…ainsi que la loi du plus fort…et pas mal de gens partiront malheureusement.
1  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 11:28
Bonne idée mais complètement utopique.
0  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web