Google permettra aux utilisateurs d'Android en Europe de choisir leur moteur de recherche par défaut
Et augmentera ses profits par la même occasion

8PARTAGES

8  0 
En réponse à une amende de 5 milliards de dollars qui lui a été infligée par la Commission européenne pour abus de position dominante avec son système d’exploitation pour appareils mobiles Android, Google a prévenu en mars dernier qu’elle va demander aux utilisateurs d’Android en Europe quel moteur de recherche ils veulent utiliser par défaut sur leurs mobiles. La société a également présenté aux utilisateurs d’Android une option permettant de télécharger des applications de recherche et de navigateur supplémentaires dans Google Play.


La firme de Mountain View a récemment fourni davantage de précisions concernant la stratégie qu’elle compte adopter pour se conformer à la justice européenne. Google a prévu d’introduire à partir de l’année prochaine une nouvelle option afin de permettre aux utilisateurs européens de plateformes Android de choisir plus librement leur moteur de recherche par défaut. À compter de l’an prochain, Android affichera un écran de sélection permettant de définir le moteur de recherche par défaut (Google, Yahoo, Qwant, Bing, Yandex ou autre), lors de la phase de configuration de l’appareil.

À ce propos, Google a déclaré : « L’année prochaine, nous proposerons aux utilisateurs d’Android un nouveau moyen de sélectionner un moteur de recherche pour alimenter un champ de recherche sur leur écran d’accueil et par défaut dans Chrome (si installé). Les fournisseurs de recherche peuvent demander à faire partie du nouvel écran de sélection qui apparaitra lorsque quelqu’un configurera un nouveau smartphone ou tablette Android en Europe ».

L’entreprise indique aussi que « les fournisseurs de recherche éligibles devront remplir un formulaire de candidature et pourront enchérir pour une inclusion basée sur une enchère ». Qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

À priori, quatre options (incluant le moteur de recherche de Google et trois alternatives déterminées au terme d’une sélection payante) devraient être proposées dans un ordre aléatoire aux utilisateurs. Les alternatives éligibles devront participer à des enchères par pays et faire une offre par pays en précisant le montant qu’elles consentent à verser à la firme de Mountain View pendant la période de grâce - de janvier à décembre 2020 pour la première phase - chaque fois qu’un client utilisera leur moteur de recherche sur Android à la place Google. Le moteur de recherche défini durant cette étape obligatoire avant la poursuite du premier démarrage d’un dispositif tournant sous Android sera utilisé par défaut dans le champ de recherche d’Android et dans Chrome (si l’application est installée).


Google a prévu une offre minimale par pays pour figurer dans la short-liste et expliqué que les trois offres les plus élevées atteignant ou dépassant le seuil d’enchère minimal pour un pays donné apparaitront dans l’écran sélection de ce pays. L’entreprise assure qu’en cas d’égalité des voix, elle « attribuera les créneaux horaires de manière aléatoire entre les soumissionnaires liés ». Et si moins de trois fournisseurs de recherche éligibles atteignent ou dépassent le seuil d’enchères, elle « remplira les emplacements restants de manière aléatoire à partir du pool de fournisseurs de recherche éligibles. Le groupe de fournisseurs éligibles comprendra ceux qui ont demandé à participer à l’écran de choix, mais n’ont pas soumis d’offre ».

Les moteurs de recherche retenus seront connus le 31 octobre. Après la première vague d’enchères, toutes les séries suivantes auront lieu une fois par an. Ce système permettra à la firme de Mountain View d’empocher un joli bonus « en offrant plus de visibilité à ses concurrents et en donnant le choix aux utilisateurs ».

Source : Android, Google

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Antitrust : Bruxelles inflige une amende de 1,49 milliard d'euros à Google, après 3 ans d'enquête sur ses restrictions sur AdSense
Comparateurs de prix : Google cherche à promouvoir ses rivaux pour se conformer à la loi antitrust de l'UE et éviter de nouvelles amendes
Google pourrait faire face à une enquête antitrust imminente du ministère américain de la Justice sur ses vastes activités en ligne

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de michel.bosseaux
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 02/08/2019 à 19:36
Suis je le seul à penser que cela viole les lois antitrusts ? (européennes ou américaines d'ailleurs). La concurrence doit être libre et non faussée. Ici, Google s'arroge le droit de faire payer les concurrents et seuls les grandes boites (capable de payer cher) pourront bénéficier de la liberté de choix du consommateur.
Magnifique, non ?
4  0 
Avatar de michel.bosseaux
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 02/08/2019 à 23:58
@bk417 : l'attribution des fréquences est régulé par les gouvernements, les mêmes qui décident des règles d'ouverture de marchés et de concurrences secteurs par secteurs.
Ici c'est une société qui a été condamnée pour pratique monopolistique, et qui pour tenter de se dédouaner, ouvre la porte à la concurrence, mais uniquement celle qui sait payer. Ca ne répond toujours pas à ce qui lui était reproché, parce qu'en l'occurence, cela fausse les règles de la concurrence définie par les autorités, remplacées par la vision de Google.

Si tu ne vois pas le problème, ça ne sert à rien que j'insiste ...
2  0 
Avatar de archqt
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 02/08/2019 à 20:47
D'un autre côté est ce que l'utilisateur peut de lui même changer cela. On ne lui propose pas le moteur de recherche qu'il veut, mais ensuite, de façon volontaire, et non dans une liste, il modifie le moteur qu'il va utiliser.
Dans ce cas, pour moi c'est correct.

Après pour certain cela peut paraître immorale à certains, mais google "donne" Android de façon gratuite les constructeurs peuvent mettre un fork de celui-ci et proposer leur store aussi
1  0 
Avatar de bk417
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 02/08/2019 à 20:02
@michel.bosseaux
"La concurrence doit être libre et non faussée."
Les concurrents sont libres de vendre ou offrir un système d'exploitation pour tél mobile.
Il est juste demandé à Google de ne pas abuser de sa position dominante pour museler toute concurrence.
En offrant de la visibilité aux plus riches il répond correctement à ce qui lui est reproché.
Le critère "le plus riche" n'est pas joli-joli selon ta morale à toi mais est tout à fait acceptable. Ça fonctionne comme ça pour l'attribution des fréquence 4G et 5g par exemple.
0  0 
Avatar de bk417
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 03/08/2019 à 12:19
Citation Envoyé par michel.bosseaux Voir le message
@bk417 : l'attribution des fréquences est régulé par les gouvernements, les mêmes qui décident des règles d'ouverture de marchés et de concurrences secteurs par secteurs.
Ici c'est une société qui a été condamnée pour pratique monopolistique, et qui pour tenter de se dédouaner, ouvre la porte à la concurrence, mais uniquement celle qui sait payer. Ca ne répond toujours pas à ce qui lui était reproché, parce qu'en l'occurence, cela fausse les règles de la concurrence définie par les autorités, remplacées par la vision de Google.

Si tu ne vois pas le problème, ça ne sert à rien que j'insiste ...
La concurrence "qui sait payer" pour être opérateur mobile ne te dérange pas, mais la concurrence "qui sait payer" pour être moteur de recherche te dérange.
Je veux bien que tu dises en quoi ça fausse les règles de concurrence.
Je te rappelle que Android n'est pas un service public mais un service qu'une entreprise crée et améliore avec son argent.

Par exemple Apple fait payer les développeurs pour pouvoir être sur l'AppStore, les autorités n'ont rien à y redire.
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web