Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon fait l'objet d'une plainte affirmant qu'il procède à un stockage et une analyse illégaux
Des commandes vocales passées par des enfants

Le , par Stéphane le calme

294PARTAGES

13  0 
Amazon a été la cible de deux poursuites judiciaires aux États-Unis concernant l'enregistrement et le stockage de voix d'enfants via son assistant numérique Alexa.

Les poursuites, qui ont été déposées devant les tribunaux de Californie et de Washington cette semaine par les tuteurs d’enfants de 8 et 10 ans (dont les noms n’ont pas été divulgués) se ressemblent : toutes les deux affirment qu’Amazon profite illégalement de l’analyse des demandes et des requêtes que des mineurs ont adressé à sa famille de dispositifs Écho, ainsi que d’autres familles d’appareils utilisant la technologie de reconnaissance vocale.

Les poursuites font valoir que « bien que la plupart des gens croient que lorsqu'ils parlent à un appareil compatible avec Alexa, il convertit leur voix en un ensemble d'instructions numériques… Ils ne s'attendent pas à ce qu'Alexa crée et stocke un enregistrement permanent de leur voix ».

Une base de données pour un avantage commercial ?

Les plaignants soutiennent qu’il ne s’agit là que de la moitié du problème. Ils allèguent qu'Amazon conserve une copie permanente de ces enregistrements et les utilise « à son propre avantage commercial ».

Ils soutiennent notamment qu'Amazon « crée des empreintes vocales d'utilisateurs, qui peuvent être utilisées pour les identifier lorsqu'ils parlent à d'autres appareils situés ailleurs », créant ainsi une « base de données massive d'enregistrements vocaux contenant les détails privés de des millions d'Américains ».

Les plaintes soulignent qu'en Californie et à Washington, des lois spécifiques interdisent l'enregistrement de toute communication orale sans le consentement de toutes les personnes concernées. Elles rejettent l'idée selon laquelle Amazon a obtenu ce consentement lorsque les utilisateurs ont configuré leur appareil pour la première fois.


De quoi les demandeurs sont-ils inquiets ?

« Il existe un groupe important d'individus qui ne consentent pas à être enregistrés lors de l'utilisation d'un appareil compatible Alexa et qui utilisent Alexa sans comprendre ni savoir qu'Amazon est en train de les enregistrer et faire des empreintes vocales sur la base de ce qu’ils disent ainsi que leurs enfants ».

De quoi les demandeurs sont-ils inquiets ? D’une utilisation future et des abus de telles bases de données vocales. « Il ne faut pas beaucoup d'imagination pour craindre qu'Amazon n'élabore des empreintes vocales pour des millions d'enfants, ce qui pourrait permettre à l'entreprise (et éventuellement aux gouvernements) de suivre l'utilisation par un enfant d'appareils compatibles Alexa dans plusieurs endroits et de les associer à la vie de l'enfant avec un grand niveau de détail, allant des questions personnelles posées à Alexa aux produits qui ont été utilisés à la maison ».

Pourquoi garder les enregistrements ?

Au centre de la discussion se trouve la question de savoir si Amazon a réellement besoin de stocker les enregistrements vocaux des commandes ou requêtes. L’entreprise a expliqué qu’elle fait cela pour améliorer son service, bien qu'elle soit notoirement vague sur la façon dont cela fonctionne.

« En termes simples, plus le nombre de données collectées par Amazon est élevé, plus l'utilisation d'Amazon pour chaque point de données incrémentiel collecté est importante », poursuit la plainte.

Certains soupçonnent l’entreprise de se servir des enregistrements vocaux dans le cadre d'une base de données plus vaste pour déterminer comment vendre davantage de biens et de services aux personnes. Par exemple, si Amazon sait combien de personnes vivent chez vous (peut-être en raison de commandes et de livraisons via le site Web Amazon), il sera également en mesure de connecter les voix de cette maison aux individus. Et connectez ensuite ce que ces personnes demandent via des appareils compatibles Alexa à ces personnes.

Il portera également votre nom et vous permettra de vous connecter à d'innombrables informations glanées dans d'autres bases de données pour créer un profil complet d'individus spécifiques.


Si cela n’est qu’une théorie, il faut dire qu’elle pourrait s’appuyer sur des success story comme celle de Google et Facebook qui, grâce à des bases de données sur des millions d’internautes, ont pu générer des milliards de dollars et figurer dans le club des entreprises les plus riches de la planète. Il est donc raisonnable de penser qu’Amazon pourrait tenter de faire quelque chose qui s’y rapproche.

Mais la plainte affirme qu’il n’est pas nécessaire pour Amazon de faire quoi que ce soit. Les plaignants affirment qu’il est parfaitement possible d’offrir des services d’assistant numérique sans créer ni stocker d’enregistrements. Ils ont fait référence à d'autres services tels que Siri d'Apple et à la technologie de conduite de Mercedes-Benz pour affirmer qu'il n'est nécessaire de stocker des enregistrements vocaux que pendant une courte période pour être efficaces.

Un recours collectif

Outre la Californie et Washington, sept autres États américains exigent le consentement de toutes les parties pour pouvoir enregistrer un enregistrement vocal: Floride, Illinois, Maryland, Massachusetts, Michigan, New Hampshire et Pennsylvanie. La plainte espère attirer les citoyens de tous ces États dans un plus grand recours collectif contre Amazon.

Aux États-Unis, où l'utilisation de cette technologie est en pleine expansion (on estime à 100 millions le nombre d'appareils compatibles avec Alexa), il est inévitable que les poursuites tentent d'imposer des contraintes juridiques à l'utilisation des informations obtenues.

Les enfants sont, bien entendu, un bon groupe sur lequel se concentrer car les lois sont plus strictes quant à ce qui peut être fait pour les mineurs.

Le mois dernier, des militants se sont plaints auprès du FTC, organisme de surveillance du commerce américain, pour leur faire part de leur malaise croissant vis-à-vis de la nouvelle Echo Dot Kids Edition d'Amazon et de la gestion de la vie privée des jeunes. Certains groupes recommandent également aux parents de ne pas acheter ou utiliser l'appareil, malgré les affirmations d'Amazon selon lesquelles Amazon cherche activement à obtenir le consentement de ses parents pour tout enregistrement.

Source : plainte (au format PDF)

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?

Voir aussi :

Un perroquet utilise l'assistant vocal Alexa pour passer des commandes d'articles sur Amazon en l'absence de son propriétaire
USA : Amazon va rembourser 70 millions $ à des parents pour des achats in-app effectués par leurs enfants sans leur consentement
Trump accuse Facebook, Google et Amazon de discrimination envers lui et de collusion avec les démocrates lors de sa campagne électorale
Dans l'industrie technologique, Google est sacré champion dans les dépenses pour le lobbying. Facebook et Amazon atteignent aussi des niveaux record
Les sonnettes de porte « Ring » d'Amazon créent-elles un réseau massif de surveillance policière ? La police obtiendrait des vidéos Ring sur demande

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SkyZoThreaD
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 13/06/2019 à 17:51
Absolument d'accord Paul.

5  0 
Avatar de Paul TOTH
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 13/06/2019 à 17:43
la société est vraiment schizophrène, ils veulent des boîtiers connectés à qui on dit "Alexa, passe moi le sel", mais ne veulent pas qu'on les écoute. Amazon pourra toujours justifier de conserver les enregistrements, non pas pour leur contenu ou un usage commercial, mais pour améliorer leur algorithme de reconnaissance vocale...et quand bien même il serait suffisamment élaboré pour convertir "leur voix en un ensemble d'instructions numériques", cela n'empêcherait pas d'exploiter ces données non vocales à des fins commerciales.

après je ne dis pas, le danger de détournement de ces outils est bien réel, mais j'attends le fait divers qui indiquera qu'un dealer ou un terroriste aura été localisé grâce Alexa pour que tout le monde oublie que c'est un dispositif de mise sur écoute généralisé, et on se félicitera de notre perte d’intimité.
3  0