Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Dans l'industrie technologique, Google est sacré champion dans les dépenses pour le lobbying.
Facebook et Amazon atteignent aussi des niveaux record

Le , par Stéphane le calme

429PARTAGES

18  0 
Alors que les plus grandes entreprises américaines du secteur de la technologie font l’objet d’une surveillance accrue de la part des organismes de réglementation en matière de protection de la vie privée et de contrôle du marché, elles dépensent beaucoup plus d’argent pour tenter d’influencer les législateurs. Aucune entreprise américaine ne consacre plus d’argent à ces efforts que Google, d’après un rapport.

L'année dernière, la société a dépensé 21,7 millions de dollars en lobbying, selon le Center for Responsive Politics, un organisme à but non lucratif non partisan basé à Washington et retraçant l'utilisation de l'argent en politique. Pendant deux années consécutives, le numéro un de la recherche a été le principal acteur de lobbying, devançant les leaders traditionnels comme Boeing et AT&T. Amazon et Facebook ont ​​également atteint des niveaux record de dépenses de lobbying en 2018.

Pendant des années, leurs capitalisations boursières augmentant parallèlement à l’influence des consommateurs, les plus grandes entreprises américaines du secteur de la technologie se sont préparées au jour où leurs pratiques commerciales seraient examinées de plus près. Il semble que ce temps est venu. Il y a quelques jours, les médias ont rapporté que le ministère de la Justice préparait une enquête antitrust sur Google et a obtenu la compétence d’enquêter sur Apple dans le cadre d'un examen plus large du secteur des technologies. La Federal Trade Commission quant à elle devait se charger d’enquêter sur Amazon et Facebook.

Même avant les dernières évolutions en matière de réglementation, les législateurs démocrates et républicains faisaient monter la pression sur les entreprises de technologie. La sénatrice du Massachusetts, Elizabeth Warren, candidate démocrate à la présidentielle, a fait la promotion de la campagne visant à démanteler les grandes entreprises.


Les dépenses de lobbying des entreprises de technologie ont augmenté régulièrement ces dernières années et ont augmenté considérablement au cours de la dernière décennie. En 2009, Google a dépensé seulement 4 millions de dollars en lobbying, un chiffre qui a été multiplié par cinq par rapport à l'année dernière, selon le Center for Responsive Politics.

La société a commencé à dépenser davantage en lobbying en 2011 et 2012, confrontée aux défis de la FTC. En 2012, Google a payé plus de 22,5 millions USD d'amendes pour réparer les dommages évoqués par la FTC relatifs à la confidentialité, et l'année suivante, l’entreprise a accepté de modifier certaines de ses pratiques commerciales en raison d'inquiétudes selon lesquelles la société étouffait la concurrence.

Amazon, qui a dépensé 14,4 millions de dollars en lobbying l’année dernière, et Facebook, qui a distribué 12,6 millions de dollars, figurent également parmi les 20 principaux investisseurs des grandes entreprises américaines. Les coûts de Facebook ont ​​augmenté de 45% par rapport à 2016 et près de soixante fois par rapport à 2009. La société s'attend à une amende pouvant aller jusqu'à 5 milliards de dollars à la suite d'une enquête de la FTC lancée après le scandale de Cambridge Analytica, visant à déterminer si Facebook avait violé un accord conclu en 2011 avec l'agence qui consistait notamment à obtenir le consentement explicite pour partager les données utilisateur.

Les dépenses d’Amazon ont augmenté de 27% en deux ans et presque huit fois en une décennie.

Microsoft a consacré 9,6 millions de dollars au lobbying, soit une augmentation d'environ 8,7 millions de dollars pour chacune des deux années précédentes. Et Apple a dépensé 6,68 millions de dollars l’an dernier, en légère baisse par rapport à 2017 mais bien au-dessus de 2016. Les entreprises dépensent pour des problèmes allant de la concurrence à la protection de la vie privée.

Les États-Unis sont loin derrière l’Europe en matière d’amendes. En mars, une amende de 1,7 milliard de dollars de la Commission européenne a été infligée à Google pour avoir étouffé la concurrence dans le domaine de la publicité en ligne. Depuis 2017, l'UE a imposé à la société deux autres amendes totalisant près de 8 milliards de dollars pour pratiques anticoncurrentielles.

Alors que les sommes investies par les grandes entreprises de technologie dans le lobbying politique ne représentent qu'une infime fraction de leurs énormes réserves de liquidités, l’allocation accrue témoigne de l’importance que pourraient avoir les décisions prises à Washington, DC, sur leur croissance future.

Source : Center for Responsive Politics

Et vous ?

Pensez-vous que le climat politique aux États-Unis et en Europe, surtout après des scandales comme Cambridge Analytica, de l'entrée en vigueur du RGPD ou du combat autour de la réforme européenne du droit d'auteur avec ses articles 11 et 13, peuvent expliquer au moins en partie l'augmentation des dépenses en lobbying du secteur technologique ?

Voir aussi :

Le G20 appelle à la création d'une taxe numérique pour les grandes entreprises de technologie comme Facebook, Google et bien d'autres
Google donne plus de détails sur l'incident de mise en réseau de ses services cloud après l'explication de son vice-président de l'ingénierie
Kotlin gagne trois places et dépasse Scala dans le classement PYPL, l'indice qui analyse la fréquence de recherche des tutoriels sur Google
Les dirigeants d'Apple, Facebook, Google et Amazon seront appelés à témoigner dans l'enquête antitrust menaçant leurs entreprises
Apple demande aux développeurs de placer son bouton de connexion au-dessus de ceux de Google et Facebook, dans les applications pour iPhone et iPad

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !