Sondage : 40% des Américains soutiennent une action antitrust contre Facebook
Quelle est votre position ?

259PARTAGES

9  0 
Que pensez-vous du démantèlement de Facebook ?
Dans un éditorial publié dans le New York Times, l’un des cofondateurs de Facebook a appelé à la dissolution du réseau social. Chris Hughes, qui a aidé Mark Zuckerberg à lancer Facebook de son dortoir à Harvard il y a 15 ans, a déclaré que la Federal Trade Commission devrait annuler l'acquisition de WhatsApp et Instagram par Facebook afin de créer une concurrence accrue sur les marchés des médias sociaux et de la messagerie.

Hughes avance l'argument économique selon lequel Facebook est en situation de monopole, ce qui a limité la concurrence et freiné l'innovation. Il est impossible pour les utilisateurs de passer à un autre réseau social, car il n’existe aucun concurrent sérieux. Hughes affirme qu'aucun nouveau réseau social n'a été lancé depuis 2011 et que 84% des dépenses en publicités sur les médias sociaux vont directement à Facebook.

Il n’était pas le seul à vouloir un démantèlement de Facebook : des hommes politiques, comme le sénateur américain Richard Blumenthal, se sont eux aussi prononcés en faveur de cette voie.

Certains sondages avancent que les Américains eux aussi veulent voir le démantèlement de Facebook. Dans une récente enquête SurveyMonkey auprès d'adultes américains réalisée pour le compte de Business Insider et de INSIDER, 40% des personnes interrogées ont déclaré être en faveur d'une action antitrust contre Facebook - et seulement 15% s'y opposent.

Facebook a fortement argumenté contre les mesures antitrust - mais les données de Business Insider indiquent que de nombreux Américains soutiennent déjà cette idée et pourraient renforcer les arguments de responsables politiques de gauche tels qu'Elizabeth Warren et Bernie Sanders, qui ont plaidé en faveur d'une action anti-monopole contre Facebook. et les autres grandes enseignes de la technologie.


Le sondage

À la suite de la publication de la tribune de Hughes, INSIDER a interrogé 1 072 personnes sur l'attitude antitrust de Facebook par l'intermédiaire de SurveyMonkey Audience. Environ 17% ont déclaré qu'ils soutenaient fermement l'action antitrust, et 12% et 11% l'ont soutenu ou légèrement soutenu.

Dans le même temps, 28% des répondants n’ont ni soutenu ni rejeté l’action antitrust, 5% l’ont plutôt rejeté, 4% l’ont rejeté et 5% l’ont fortement rejeté. 17% des répondants n’étaient même pas au courant d’une telle suggestion. La marge d'erreur de l'enquête est de plus ou moins 3,12 points de pourcentage.

La prise en charge de la répression sur Facebook s'étend à toutes les lignes du parti
Les répondants au sondage de Business Insider se sont vu poser la question : « le cofondateur de Facebook, Chris Hughes, a appelé le gouvernement fédéral à prendre des mesures antitrust contre la société et à la démanteler, par exemple en les obligeant à transformer WhatsApp et Instagram en sociétés distinctes. Vous opposez-vous ou soutenez-vous les actions antitrust contre Facebook ? »


Les réponses étaient globalement similaires quel que soit le groupe démographique: les hommes étaient un peu plus susceptibles d’appuyer une action antitrust (23% fortement favorables, contre 11% des femmes), tandis que les femmes étaient plus susceptibles de dire qu’elles ne le savaient pas (25% contre 8% des hommes interrogés); et les répondants plus âgés étaient plus favorables à l'action antitrust et moins susceptibles de dire qu'ils ne le savaient pas.

Les résultats montrent également qu'il existe un soutien bipartite en faveur d'une action antitrust, les répondants républicains et affiliés à des démocrates donnant des réponses largement similaires (les démocrates étaient un peu plus favorables).

La réaction de Facebook

La porte-parole de Facebook, Monique Hall, a refusé de commenter les données, mais a indiqué à Business Insider les résultats de sondages précédents d'Américains sur le sujet, deux publications antérieures à la publication de la tribune de Hughes et du débat public quant à la possibilité d'une action antitrust.

Dans un sondage du Wall Street Journal / NBC de mars 2019, l’attitude vis-à-vis de la dissolution des entreprises de technologie était tributaire de la formulation des principales déclarations sur la dissolution des grandes entreprises de technologie. Dans l’un, 47% ont soutenu le démantèlement et 50% s'y sont opposés. Dans l’autre, 68% ont déclaré qu'il ne devrait pas y avoir d'action dans ce sens et 28% ont déclaré qu'il devrait en être ainsi. Ces questions ont regroupé plusieurs grandes entreprises de haute technologie - Apple, Amazon, Facebook et Google - au lieu de s’adresser spécifiquement à Facebook, comme le faisait le sondage de Business Insider.

Un sondage CNN que Hall a mis en évidence, également mené en mars, a révélé que 42% des personnes interrogées étaient favorables à une réglementation gouvernementale plus stricte des entreprises du secteur de la technologie - mais dans ce groupe de 42%, 64% ont déclaré que « ces entreprises ne devraient pas être obligées de vendre leurs parts ».

Cette enquête n'a pas non plus précisé Facebook dans ses questions, se référant uniquement aux « grandes entreprises de technologie » au sens large, sans donner de noms.

Après la publication de la tribune de Hughes la semaine dernière, Nick Clegg, responsable de la communication chez Facebook, a déclaré dans un communiqué : « Facebook accepte le principe de responsabilité. Mais vous ne faites pas respecter la responsabilité en demandant la dissolution d’une société américaine prospère. La responsabilisation des entreprises de technologie ne peut être réalisée que par l’introduction laborieuse de nouvelles règles pour Internet. C’est exactement ce à quoi Mark Zuckerberg aspire ».

La société, dotée d’un budget de 518 milliards de dollars, renforce actuellement de manière proactive son équipe d’experts antitrust, recrutant de nouveaux avocats et gourous des politiques spécialisés dans les questions de concurrence afin de renforcer ses activités de lobbying et de renforcer son appareil juridique contre la menace potentielle.

Source : BI

Et vous ?

Êtes-vous pour ou contre le démantèlement de Facebook ?

Voir aussi :

Facebook pourrait conclure un accord avec la FTC qui le placerait sous une surveillance de 20 ans, en matière de protection de la vie privée
Une nouvelle poursuite judiciaire enclenchée par Facebook rappelle Cambridge Analytica, suite à la mauvaise utilisation des données
Facebook se défend contre l'appel à la dissolution du cofondateur, selon la société, les défis ne s'évaporeront pas avec le démantèlement
Des politiciens se rallient derrière l'appel à la dissolution de Facebook lancé par son co-fondateur, le dénommé Chris Hughes
Chris Hughes, cofondateur de Facebook, appelle au démantèlement du RS : « le pouvoir de Mark Zuckerberg est sans précédent et anti-américain »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/05/2019 à 3:08
Il n'y a pas véritablement d'alternative. Oui en théorie, elles existants si tu arrive à convaincre tout ton entourage de faire la même chose. Autrement cela devient une démarche inutile.

Mais Facebook, n'est que la tête de l'Iceberg. Twitter est aussi problématique. À eux seul, ils représentent la majorité du marché. Alors quand c'est deux-la décident de faire une purge dans un camp, c'est certain que cela a un impact sur la vie politique des Américains. À toute fin pratique, c'est comme si un parti avait le droit de mettre des affiches publicitaires et pas les autres. Il y a également PayPal et Pantheon qui s'amusent à couper leur compte s'ils n'apprécient pas tes opinions politiques.

Si Trump minimise le risque que cela représente, ce pourrait compromettre lourdement sa réélection.
1  0 
Avatar de weed
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/05/2019 à 21:40
Ce qui est amusant, c'est que les gens (je généralise) sont pour le démantèlement mais ils ne cherchent pas à utiliser des alternatives.

Je suis bien conscient que l'on est lié à nos interlocuteurs, des alternatives sans contacts ne vaut pas grand chose mais les gens pourrait tout du moins essayé
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web