Les cofondateurs d'Instagram estiment que le démantèlement de Facebook n'est pas la bonne manœuvre
Contrairement à ce que préconisent les politiciens

Le , par Stéphane le calme

350PARTAGES

13  0 
Dans une déclaration vendredi, lors d’un événement de campagne dans le Queens, la sénatrice Elizabeth Warren a fait la promesse de démanteler des géants de la technologie comme Amazon, Google et Facebook si elle était élue présidente des États-Unis afin de promouvoir la concurrence dans le secteur technologique. La candidate démocrate à la présidence pour 2020 veut ainsi se démarquer des autres candidats démocrates en ciblant le pouvoir de la Silicon Valley avec son message populiste dans un contexte où les géants de l'Internet font face à une réaction politique grandissante avant les élections présidentielles de 2020, selon un article de Reuters.

Si Elizabeth Warren veut rompre le mariage entre Facebook et Instagram (entre autres) qui a transformé Facebook en un géant publicitaire de 55 milliards de dollars par an, les concepteurs d’Instagram ne pensent pas que ce soit une bonne idée.

Dans leur première interview publique ensemble depuis le départ brusque de Facebook l'automne dernier, Kevin Systrom et Mike Krieger ont partagé leurs réflexions sur un certain nombre de sujets lors de la conférence South By Southwest, lundi après-midi, le 11 mars.

Regrettent-ils d’avoir accepté de vendre leur entreprise à Facebook en dépit des informations selon lesquelles leur séparation avec Facebook n’était pas vraiment amicale ? Non.

Aiment-ils l’idée de Facebook de combiner toutes ses applications de messagerie ? Oui.

Pensent-ils que Facebook et Instagram doivent être dissociés ? Pas exactement.

« Nous vivons à une époque où la colère contre les grandes technologies a été multipliée par dix », a déclaré Systrom, l'ancien PDG d'Instagram. « Maintenant, que ce soit parce que les prix de l'immobilier dans votre quartier ont augmenté, ou parce que vous n'aimez pas l'ingérence de la Russie lors des élections, peu importe, il existe une longue liste de raisons pour lesquelles les gens sont en colère contre la technologie. Je pense que certaines sont bien fondées. Mais cela ne veut pas dire que la solution est de démanteler toutes les entreprises ».

Systrom et Krieger semblent convenir que le fait de dissoudre des sociétés de technologie crée en réalité plus de problèmes qu’il n’en résout. Ils veulent que les politiciens commencent à réfléchir, plus précisément, au problème qu’ils veulent réellement résoudre.


Kevin Systrom, cofondateur d'Instagram

« S'agit-il de produits étiquetés en blanc par Amazon et de leur vente sur Amazon ? Parce que c'est un problème très différent de savoir si Facebook doit également posséder Instagram, ce qui est un problème vraiment différent de celui de savoir si Apple a le droit d'être un seul App Store », a déclaré Krieger.

« La scission d'entreprises est une prescription très spécifique à un problème très spécifique », a rappelé Systrom. « Si vous voulez régler des problèmes économiques, il y a moyen de le faire. Si vous voulez régler l'ingérence russe, il y a moyen de le faire. Diviser une entreprise ne résout pas ces problèmes spécifiques ».

Pour être clair, cela ne signifie pas que Systrom pense que procéder au démantèlement d’une entreprise technologique est nécessairement une mauvaise chose. En plaisantant, il a demandé si le duo « récupérerait notre travail » si Instagram était arraché à Facebook. Systrom ne veut tout simplement pas voir Facebook démantelé pour de mauvaises raisons.

« Je crains que quelque chose comme une proposition visant à démanteler toute entreprise technologique ne tienne compte que du sentiment actuel d'anti-technologie de chacun, plutôt que de faire ce que les politiciens devraient faire, c'est-à-dire régler les vrais problèmes et donner de vraies solutions », a-t-il déclaré.

Dans une déclaration, un assistant de Warren a réitéré certains aspects du projet de démantèlement de grandes entreprises de technologie en réponse aux commentaires de Systrom.

« Elizabeth Warren a expliqué exactement comment les grandes technologies étouffaient la concurrence et a présenté un moyen simple et efficace de résoudre le problème. Voici comment procéder: Les entreprises générant un chiffre d’affaires de 25 milliards de dollars ou plus offrant un marché en ligne, un échange ou une plateforme pour connecter des tierces parties se verraient interdit de posséder à la fois l'utilitaire de plateforme et les données de tout participant sur cette plateforme », a déclaré l'assistant. « Les petites entreprises ne seraient pas obligées de se séparer dans leur structure, mais devraient respecter une norme de traitement équitable, raisonnable et non discriminatoire avec les utilisateurs. Une personne dans l’administration [de Warren] nommerait également des régulateurs déterminés à utiliser les outils existants pour annuler des fusions anticoncurrentielles, y compris les fusions de Facebook, WhatsApp [et] Instagram ».


Un point de vue qui n'est pas propre aux politiciens

Le père du World Wide Web a estimé que les géants de la technologie de la Silicon Valley tels que Facebook et Google sont devenus tellement dominants qu’ils ont peut-être besoin d’être démantelés, à moins que des challengers ou des changements de goût ne réduisent leur influence.

La révolution numérique a donné naissance à une poignée de sociétés de technologie basées aux États-Unis depuis les années 1990, qui disposent désormais d’un pouvoir financier et culturel combiné supérieur à celui de la plupart des États souverains.

Tim Berners-Lee s'est dit déçu de l'état actuel de l'internet, à la suite des scandales sur l'utilisation abusive de données personnelles et l'utilisation des médias sociaux pour diffuser la haine.

« Ce qui se produit naturellement, c’est que vous vous retrouvez avec une société qui domine le secteur. À travers l’histoire, il n’y a pas eu d’autre solution que de véritablement intervenir et casser des choses », a déclaré Berners-Lee lors d’un entretien avec Reuters. « Il y a un danger dans cette concentration »

Source : CNBC

Voir aussi :

Facebook poursuit en justice 2 développeurs ukrainiens pour vol de données des utilisateurs par l'intermédiaire d'applications de quiz
Facebook prouve le point de vue d'Elizabeth Warren en supprimant ses publicités sur le démantèlement de la firme, les annonces ont été restaurées
Le nouveau plan d'Elizabeth Warren : démanteler les géants Amazon, Google et Facebook, pour promouvoir la concurrence dans le secteur technologique

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de MiaowZedong
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/03/2019 à 14:02
Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message

Facebook n'a pas le monopole des réseaux sociaux, il en existe d'autres (VKontakte, Diaspora, etc.).
As-tu seulement utilisé Diaspora? Pour retrouver des gens que tu as perdu de vue (la principale force de FB d'après mes connaissances) ou se faire des nouveaux amis, ce n'est pas adapté et ce n'est pas fait pour. Diaspora respecte trop la vie privée pour être un réseau social viable, c'est-à-dire que les utilisateurs sont plutôt encouragés à rester dans leur cercle privé. C'est plutot pour garder le contact avec les gens avec qui tu discutes déjà, et il y a une pléthore de services qui font ça très bien aussi...

VK n'est pas vraiment un concurrent de FB parce qu'il est principalement présent sur un autre marché où FB n'a jamais percé, le marché de la Russophonie. Et sur son marché VK est autant un quasi-monopole que FB.

Citation Envoyé par el_slapper Voir le message

Qu'est-ce qui est plus facile : avoir 150 sites web, chacun par spécialité, ou un seul, ou on achète tout en masse? Et sans avoir à se déplacer, ce qui le rend encore plus fort que les supermarchés. L'hyperconcentration dans sce domaine, sans être inévitable, est quand même fortement encouragée par le besoin de simplicité des utilisateurs. "naturel" peut être excessif, mais c'était quand même une probabilité forte, à mon sens, de finir avec un quasi monopole.
C'est le principe de "tout sous un seul toit" de Walmart, Carrefour, etc. Ces grands groupes n'ont pas tués leur concurrence dans l'espace physique et je pense que l'internet, en facilitant un commerce à longue distance, permet justement plus de concurrence que l'espace physique où il est difficile de faire cohabiter deux hypermachés trop proches.

Le moteur de recherche est le point d'entrée pour tout. Une très légère supériorité d'un moteur sur un autre donne en quelques années un avantage concurrentiel immense. Et si, les infrastructures de Google sont monstrueuses, il le faut bien pour référencer le net en entier. Là aussi, le "monopole naturel" peut être excessif, mais "monopole probable", pas tant que ça.
Google/Alphabet a des infrastructures assez monstrueuses, mais si tu prends la seule partie reservée au moteur de recherche, je pense que ce n'est pas aussi énorme que ce qu'a un CDN comme Akamai ou un fournisseur cloud comme AWS. S'offrir une infrastructure capable de supporter le traffic de Google Search doit coûter quelques milliards, ce qui est une barrière d'entrée considérable mais loin d'être inabordable. Le plus dur pour concurrencer Google Search, ce n'est pas l'infrastructure mais le mathématique et le marketing.
3  0 
Avatar de Edrixal
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 14/03/2019 à 14:19
Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
Google/Alphabet a des infrastructures assez monstrueuses, mais si tu prends la seule partie reservée au moteur de recherche, je pense que ce n'est pas aussi énorme que ce qu'a un CDN comme Akamai ou un fournisseur cloud comme AWS. S'offrir une infrastructure capable de supporter le traffic de Google Search doit coûter quelques milliards, ce qui est une barrière d'entrée considérable mais loin d'être inabordable. Le plus dur pour concurrencer Google Search, ce n'est pas l'infrastructure mais le mathématique et le marketing.
Au niveau de Google Search, le point principal qui à propulser Google au devant de la scène, c'est avant tout sont algo de recherche et la capacité de Google à fouillé le net (ainsi que la sauvegarde en cach des pages, la recherche par image, ect...).
J'me rappel à mes débuts sur le net, on ne passer pas forcément par Google. Mais lorsqu'on ne trouver pas sur un moteur de recherche on passer par un autre. Et à force de toujours tout trouver sur Google, c'est devenu la référence.

J'avoue ne pas avoir tester les nouveaux moteur de recherche qui émerge, mais s'ils ne font pas au moins aussi bien sinon mieux, ils ne pourrons jamais grossir et cela même s'ils garantissent aucune collecte de donnée, ou je ne sais quoi d'autre...
Pour le coup au delà du coût de l'infrastructure, c'est avant tout le travail qui à été fournis à l'époque qui à propulser Google dans la situation de quasi monopole (on parle ici d'utilisation et pas de seul sur le marcher).
2  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/05/2019 à 10:13
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je n'utilise pas de moteur de recherche chinois, je n'utilise pas de boite email chinoise, je n'utilise de plateforme vidéo chinoise, je n'utilise pas d'OS chinois, je n'utilise pas de d'OS mobile chinois, je n'utilise pas de réseau social chinois, etc.

Donc non je m'en fous des poids lourds chinois, je n'ai jamais rien commandé sur Alibaba.
C'est bien dommage de t'en taper le coquillard car tu oublies juste un petit détail : l'économie de marché. Ces sociétés acquièrent localement au fil du temps un poids économique gigantesque et en vertu de l'économie de marché mondialisée, finissent par s'imposer sur tous les marchés petit à petit. Regarde attentivement ce que fait la Chine... Tu verras qu'en tant que consommateur éclairé et encore moins en tant que décideur, tu ne peux te permettre de faire l'impasse sur l'économie étrangère à périmètre régionalisé. Les répercussions, tu vas les avoir tôt ou tard, autant avoir un coup d'avance, non ?

Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
ça s'est déjà vu par le passé avec Rockfeller : https://www.capital.fr/economie-poli...istoire-516486
Ouaip, mais c'était à quelle époque ? Qu'est ce qu'il y avait en face capable de rivaliser avec l'empire Rockfeller ?
Aujourd'hui ce n'est plus du tout la même salade. Si les US avait réellement voulu s'attaquer aux monopoles, ils auraient déjà démantelé Microsoft depuis belle lurette.
Tout ça ce n'est que de la poudre aux yeux et autres postures de politicards.
2  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 14/03/2019 à 12:20
Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
Apple n'est pas un monopole tout court
un point pour toi. Je ne pensais pas à Apple dans ma réponse, mais je ne l'ai pas écrit, donc j'ai écrit une connerie. Dont acte.

Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
(.../...) Amazon n'est pas plus un monopole naturel que Walmart ou Carrefour
Qu'est-ce qui est plus facile : avoir 150 sites web, chacun par spécialité, ou un seul, ou on achète tout en masse? Et sans avoir à se déplacer, ce qui le rend encore plus fort que les supermarchés. L'hyperconcentration dans sce domaine, sans être inévitable, est quand même fortement encouragée par le besoin de simplicité des utilisateurs. "naturel" peut être excessif, mais c'était quand même une probabilité forte, à mon sens, de finir avec un quasi monopole.

Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
Google Search n'est certainement pas un monopole naturel puisqu'il n'y a aucun souci de compatibilité et l’investissement en infrastructure n'est pas si énorme.
Le moteur de recherche est le point d'entrée pour tout. Une très légère supériorité d'un moteur sur un autre donne en quelques années un avantage concurrentiel immense. Et si, les infrastructures de Google sont monstrueuses, il le faut bien pour référencer le net en entier. Là aussi, le "monopole naturel" peut être excessif, mais "monopole probable", pas tant que ça.
1  0 
Avatar de MiaowZedong
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/03/2019 à 15:43
Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
Si tu veux retrouver de vieilles connaissances, tu peux aller sur copainsdavant...

Facebook ne fonctionne bien sur ces points là, qu'en utilisant et recoupant tes données perso avec celles des autres, après faut savoir ce que l'on veut. On peut pas leur reprocher d'utiliser les données des membres, puis se plaindre que les autres réseaux fonctionnent moins bien car ils respectent les données des membres. ^^
Pour utiliser un réseau social, il faut être prêt à balancer une partie de ta vie sur internet. Ce n'est pas ma tasse de thé, mais je constate que Diaspora ne remplit pas le cahier des charges.



Bref encore une fois, un monopole, c'est quand il n'y a qu'un choix. Même si les concurrents sont moins développés, que leurs fonctionnalités sont moins bonnes ou autres, et que personnes ne les utilisent, on s'en fiche, à partir du moment où tu es capable de citer et de pouvoir d'inscrire chez des concurrents, il n'y a pas, "au sens propre", de monopole.

Après Facebook ne va pas s'excuser d'être plus fonctionnel ou de mieux marcher que la concurrence, c'est le but de chaque entreprise. Si ce n'était pas eux, cela en serait un autre comme dit el_slapper.
Sauf qu'il n'y a pas, malgré la toile, un marché mondial unique. La Chine ou la Russie sont des marchés à part, mais sur le marché Occidental/"principal" FB est en situation de monopole, ou peu s'en faut.
1  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 14/03/2019 à 17:57
Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
Le marché n'a pas de tendance "naturelle". Le marché n'est pas une personne. Ce n'est qu'une conception d'un mode de vie pour éviter que l'on s'entre-tue tout le temps.(.../...)
Le marché, c'est ce qui se passe quand les politiciens ne fourrent pas leur nez dans l'économie. Après, on peut défendre l'un ou l'autre modèle, mais les deux existent. Et si, le marché a une tendance naturelle, puisque les acteurs survivants se ressemblent tous.
2  1 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 18/05/2019 à 7:31
Quelle rigolade ! Qui va croire que les US vont démanteler leurs géants technologiques pour les affaiblir ?
En plus imaginer que l'administration Trump pourrait le faire est d'une naïveté crasse.
Tout ça, ce n'est que pour justifier la prise de contrôle par le gouvernement d'une partie des contenus (à l'image de ce que fait la Chine, ni plus ni moins).
Et nous ne sommes pas en reste non plus : Audition de journalistes par la DGSI

Je ne sais pas vers quoi se dirige le monde mais ça dégringole à toute vitesse.
2  1 
Avatar de AoCannaille
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/05/2019 à 10:01
Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
Quelle rigolade ! Qui va croire que les US vont démanteler leurs géants technologiques pour les affaiblir ?
ça s'est déjà vu par le passé avec Rockfeller : https://www.capital.fr/economie-poli...istoire-516486
John Rockefeller devient le «Roi du pétrole» : sa fortune atteint 150 millions de dollars de l’époque[*] et son revenu est 20 000 fois plus élevé que le salaire moyen d’un Américain.

Cette position exceptionnelle va se retourner contre lui. Si les Etats-Unis adulent et respectent la figure de l’entrepreneur, surtout s’il est parti de rien, en revanche, la concentration des affaires suscite une forte inquiétude, voire une franche hostilité. Pour l’opinion publique, la domination du marché par quelques groupes géants va à l’encontre de la liberté d’entreprendre. Le « trust» apparaît comme protecteur d’intérêts privés étroits opposés au bien public. Les politiques eux-mêmes mènent la charge, à l’instar du président des Etats-Unis, Theodore Roosevelt, qui, dès 1901, fait de Rockefeller une de ses cibles favorites. C’est ainsi qu’un procès, aussi long que retentissant, oppose le pouvoir fédéral à la Standard Oil, jusqu’à ce que la Cour suprême ordonne, en 1911, la dissolution de la fi rme, laquelle doit alors céder le contrôle de ses 33 filiales. La dislocation de l’empire donne naissance à des entreprises indépendantes : Amoco, Chevron, Mobil, Esso… Forcé d’abandonner son bien en revendant la totalité de ses actions, Rockefeller devient le premier milliardaire américain et l’homme le plus riche du monde.
[*] J'ai pas trouvé d'acualiseur pour un peu avant 1900. En tout cas d'après ce site, le dollard de 1913 vallait 2013 fois plus que celui d'aujourd'hui, ce qui revient à dire si mes calculs sont exacts, que Ce cher Rockfeller était à la tête d'une fortune de 300 milliards de dollar (3x Jeff Bezos), et qu'une fois passé milliardaire (en supposant qu'il n'avait qu'un seul milliard), il avait l'équivalent de 2000 milliards de dollar actuels (La France à un PIB d'environ 2500 Milliards de Dollar, ce qui veut dire qu'il a amassé en 60 ans ce que 65 millions de Français produisent en 1 an ).

Mes estimations sont a prendre avec des pincettes, la valeur du dollard ayant pu évoluer dans un sens comme dans l'autre juste avant la 1ere guerre mondiale. Mais à mon avis l'ordre de grandeur est conservé, qu'on passe de 2000x à 1500x ou 2500x, les chiffres sont éloquents.
1  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 14/03/2019 à 12:30
Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
La plupart du temps, les monopoles actuels ont été anciennement des monopoles d'Etat.
Windows? Office? Facebook?

Le premier reste en quasi monopole sur les PC, le deuxième est quand même la référence à 95% dans le monde corporate, et le troisième le point d'aggrégation autour duquel les autres réseaux sociaux sont bien obligés de graviter pour exister

Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
Les monopoles dans la technologie ne sont dus qu'au fait des hommes politiques qui, comme beaucoup, ne voient que leur petite vie et leur carrière.
Pas dans ce cas là. Tu as possiblement raison en France(je ne rentre pas dans ce débat), mais pour les 3 que j'ai cité, aucune politique n'est entré en ligne de compte. Seule la tendance naturelle du marché.

Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
Demain, quand tout le monde sera pucé (pour notre bien), quand la moindre dissidence intellectuelle sera automatiquement punie, quand ta vie sociale ne sera régie que par un score, tu te diras, si j'avais su...
Quel est le rapport entre la choucroute et le pâté? Ceux qui ont déjà commencé à faire ça, ce sont les chinois, et ils ne sont pas le sujet de ce fil.

Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
Mais on le sait, purée, on connait d'avance la finalité, faut juste une vraie volonté politique à infléchir le chemin de croix déjà tracé.
De tous temps, tous les dirigeants ont voulu contrôler le peuple, ça n'a rien de nouveau. Et pas seulement les dirigeants politiques. Bon, je suis d'accord sur ce point. Ce que je dis, c'est que si tu démantèles Amazon, Google ou FAcebook, un autre prend sa place en 5-10-15 ans max. Et qu'un démantèlement n'a donc pas vraiment de sens, quand on fait une comparaison coût-bénéfice.
1  1 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/03/2019 à 16:43
Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
mais sur le marché Occidental/"principal" FB est en situation de monopole, ou peu s'en faut.
Oui mais encore une fois, si la concurrence ne suit pas (tu le dis toi-même en partie, Diaspora par exemple, ne fait pas le taff) et/ou ne propose rien de plus, pourquoi les gens iraient ailleurs ? (Bien que cela change un peu dernièrement, avec une partie de la fachosphère qui part sur VK).

Dans le cas de Facebook, outre les moyens dont dispose l'entreprise, c'est un peu le problème du 1er arrivé, 1er servi, ils ont été très longtemps les seuls à proposer un tel niveau de qualité (même si au dépend du respect des données), et en soit aujourd'hui, il n'y a rien qui empêche la concurrence, sauf que bah, faut que celle-ci propose un truc innovant avec des fonctionnalités en plus, bien sûr qu'un simple "clone" ne fonctionnera jamais, car cela ne fera jamais bouger des foules entières.

C'est tout le souci, le problème c'est pas un manque de concurrence, c'est que tous tes potes, les groupes de musiques, les séries, les entreprises, les "stars", etc. que tu veux suivre, sont très majoritairement sur Facebook, donc oui, t'as pas envie d'aller te faire chier sur un réseau concurrent aussi peuplé que le Groenland.

Si les "stars" et les entreprises bougent, les gens bougeront, comme cela a été le cas pour MySpace à l'époque (et cela a déjà d'ailleurs un peu commencé avec Twitter chez les plus jeunes).
0  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web