Disney aurait retiré les fonds alloués pour la publicité sur YouTube
Suite à une controverse liée à l'exploitation des enfants

Le , par Stéphane le calme

80PARTAGES

14  1 
Walt Disney Co. aurait retiré les fonds alloués pour la publicité sur YouTube, rejoignant d'autres sociétés telles que Epic Game (le développeur de Fortnite) mais aussi Nestlé SA et Dr. August Oetker KG, après qu'un blogueur ait expliqué comment les commentaires sur le site vidéo de Google étaient utilisés pour faciliter la création d'un « réseau de pédophilie à noyau mou ». Certaines des vidéos impliquées voyaient s’afficher des annonces placées par Disney et Nestlé.

En effet, dimanche dernier, un YouTuber du nom de Matt Watson a publié un clip de 20 minutes expliquant comment les commentaires sur YouTube ont été utilisés pour identifier certaines vidéos dans lesquelles des jeunes filles participaient à des activités pouvant être interprétées comme sexuellement suggestives, telles que poser devant un miroir. et faire de la gymnastique. La vidéo de Watson montre comment, si les utilisateurs cliquent sur l’une des vidéos, les algorithmes de YouTube en recommandent des similaires. À l’heure actuelle, la vidéo de Watson a été visionnée plus de 1,8 million de fois.


« Tout contenu - y compris les commentaires - mettant en danger les mineurs est odieux et nous avons des politiques claires l'interdisant sur YouTube. Nous avons pris des mesures immédiates en supprimant des comptes et des chaînes, en signalant toute activité illégale aux autorités et en désactivant les commentaires violents », a déclaré une porte-parole de YouTube.

Le total des dépenses publicitaires pour les vidéos mentionnées a été inférieur à 8 000 USD au cours des 60 derniers jours, et les remboursements sont prévus par YouTube, a déclaré la porte-parole.

YouTube a déjà eu des précédents

Rappelons que vendredi 17 mars 2017, la filiale britannique du groupe publicitaire français Havas, sixième groupe publicitaire mondial, a annoncé qu'elle retirait ses publicités de Google et YouTube au Royaume-Uni à l’issue d’une polémique sur des bannières et vidéos publicitaires placées dans des contenus inappropriés ou choquants.

Havas UK, qui dépense environ 500 millions de £ par an sur toutes les formes de publicité, compte parmi ses clients Dominos, Emirates et la BBC. La filiale britannique a expliqué que la liste noire s'applique aussi bien à la publicité YouTube qu’à tout affichage numérique sur le réseau de Google. « Nous avons le devoir d'assurer à nos clients que leurs marques sont placées sur le marché britannique dans le bon contexte et qu'ils puissent être certains que cet environnement est sûr et régulé », a expliqué Paul Frampton, responsable de Havas au Royaume-Uni dans une interview accordée au quotidien britannique The Guardian.

« Notre position restera inchangée tant que nous n'aurons pas confiance dans la capacité de la plateforme YouTube et de Google Display Network d'offrir des standards que nous et nos clients sommes en droit d'attendre », a-t-il continué.

Cependant, quelques heures plus tard, la maison mère à Paris est revenue sur cette décision par le biais de son PDG, Yannick Bolloré : « cette décision ne correspond pas du tout à la position du groupe », s’est-il défendu. Rappelant que Havas a un « partenariat très fort avec Google », le PDG a assuré ne pas avoir été tenu au courant de cette décision. « À titre personnel, je trouve ça très bien de proposer aux clients au cas par cas » de retirer des publicités, « mais je trouve ça un peu extrême de le faire à leur place », a-t-il poursuivi. Selon lui, le groupe va mener une enquête « pour essayer de comprendre ce qui s’est passé dans notre filiale UK ».

« La décision de notre équipe britannique de faire une pause dans les activités avec notre partenaire Google est une initiative temporaire prise par notre équipe locale pour le compte de nos clients britanniques et de leurs besoins spécifiques », a précisé dans la soirée le groupe dans une déclaration transmise à Reuters.

Il faut noter que la même année, plusieurs grands annonceurs ont retiré leurs dépenses de YouTube après la diffusion d'annonces à côté de contenus extrémistes et violents. Le journal The Guardian ainsi que Channel 4 et la BBC ont également annoncé qu'ils retiraient leurs publicités de YouTube et Google. Des publicités pour le Guardian avaient été placées sur des contenus extrémistes comme des vidéos d'Américains suprématistes ou d'un prêcheur islamiste controversé, a indiqué le journal en annonçant sa décision sur son site.


YouTube a également été critiqué pour avoir hébergé des vidéos inappropriées destinées aux enfants. Google a pris plusieurs mesures au cours des deux dernières années pour rassurer les annonceurs sur le problème. De nombreuses marques qui ont boycotté YouTube, notamment Procter & Gamble Co. et AT & T Inc., ont depuis lors repris l’achat d’annonces sur le site.

YouTube met à jour sa politique

Mardi, YouTube a publié une mise à jour de sa politique sur la manière dont elle gérera le contenu qui « dépasse les limites » de la pertinence. Dans la section Sécurité des enfants, YouTube explique que

Citation Envoyé par YouTube
Les contenus mettant en danger le bien-être émotionnel et physique des mineurs ne sont pas autorisés sur YouTube. Un mineur est une personne n'ayant pas l'âge minimum légal, c'est-à-dire ayant généralement moins de 18 ans dans la plupart des pays.

Si vous constatez qu'un contenu enfreint ces règles, merci de le signaler. Si vous pensez qu'un enfant court un danger, vous devez immédiatement signaler la situation à votre organisme local chargé de l'application des lois.
La filiale d’Alphabet, entreprise parent de Google, demande de ne pas publier du contenu s’il correspond à l’une des descriptions ci-dessous :
  • Sexualisation des mineurs : contenu à caractère sexuel explicite mettant en scène des mineurs et contenu exploitant sexuellement des mineurs. Nous signalons tout contenu comportant des images d'abus sexuel sur des mineurs/enfants au National Center for Missing and Exploited Children, qui travaille avec des organismes internationaux chargés de l'application des lois.
  • Actes dangereux ou pernicieux impliquant des mineurs : contenu montrant un mineur participant à des activités dangereuses, ou encourageant les mineurs à se livrer à de telles activités. Ne mettez jamais les mineurs dans des situations risquées pouvant entraîner des blessures, comme des cascades, des défis ou des canulars dangereux.
  • Infliction de détresse émotionnelle à des mineurs : contenu susceptible de provoquer une détresse émotionnelle chez les participants ou spectateurs mineurs (par exemple, contenu qui aborde des thèmes réservés aux adultes, qui simule une maltraitance parentale, qui contraint des mineurs ou qui montre des scènes violentes).
  • Contenu familial trompeur : contenu qui induit en erreur les spectateurs en se faisant passer pour du contenu familial, mais aborde en réalité des thèmes sexuels, violents, obscènes ou d'autres thèmes réservés aux adultes et inadaptés à un jeune public.
  • Cyberintimidation et harcèlement impliquant des mineurs : contenu qui cible des individus dans le but de les maltraiter ou de les humilier, qui divulgue des informations personnelles telles que des adresses e-mail ou des numéros de compte bancaire, qui enregistre quelqu'un sans son consentement, qui harcèle sexuellement, ou qui encourage des tiers à intimider ou harceler.

Sources : blog YouTube, Bloomberg

Voir aussi :

Presque tous ceux qui croient en la théorie de la Terre plate ont commencé sur YouTube, selon une étude
Une jeune fille de 13 ans gagnerait plus de 1000 $ par jour sur YouTube en créant des vidéos ASMR, selon un rapport
Deux jeunes hackers français jugés pour avoir piraté la chaîne Vevo sur YouTube et y avoir fait disparaître un clip populaire
Le système de mise en garde pour atteinte aux droits d'auteurs sur YouTube déjà utilisé par des escrocs comme un outil d'extorsion d'argent
À sept ans, il devient le YouTuber le mieux payé de 2018 selon Forbes, qui estime ses entrées à 22 millions de dollars

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de strato35
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 21/02/2019 à 12:25
...pouvant être interprétées comme sexuellement suggestives, telles que poser devant un miroir. et faire de la gymnastique
Genre en vrai ? Je veux dire l'humanité en est à ce point là ?
Une position ou une action n'est interprété comme sexuellement suggestive que par ceux qui la juge en tant que tel, et n'étant pas pédophile quand je vois une gamine manger une banane ben ... c'est juste une gamine qui mange une banane et c'est tout.
Si des gens interprète une pose devant un miroir comme "sexuellement suggestives", c'est surtout eux qu'on un problème, la gamine n'a pas forcément l'impression de faire quelque chose pouvant être interprété comme tel.

Après c'est sûr que si la personne l'interprétant comme ça le fait le bambou en main là c'est probablement un pédophile, mais encore une fois c'est son interprétation de la situation, et ceux choqués par cette position le sont car ils y voient aussi quelque chose de sexuel, sans qu'il y est forcément quelque chose de malsain dans l'intention de la gamine.

Bref je perds chaque jour un peu plus foi en l'humanité.
Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/02/2019 à 13:45
Citation Envoyé par strato35 Voir le message
Genre en vrai ? Je veux dire l'humanité en est à ce point là ?
Une position ou une action n'est interprété comme sexuellement suggestive que par ceux qui la juge en tant que tel, et n'étant pas pédophile quand je vois une gamine manger une banane ben ... c'est juste une gamine qui mange une banane et c'est tout.
Si des gens interprète une pose devant un miroir comme "sexuellement suggestives", c'est surtout eux qu'on un problème, la gamine n'a pas forcément l'impression de faire quelque chose pouvant être interprété comme tel.

Après c'est sûr que si la personne l'interprétant comme ça le fait le bambou en main là c'est probablement un pédophile, mais encore une fois c'est son interprétation de la situation, et ceux choqués par cette position le sont car ils y voient aussi quelque chose de sexuel, sans qu'il y est forcément quelque chose de malsain dans l'intention de la gamine.

Bref je perds chaque jour un peu plus foi en l'humanité.
Pourquoi "la gamine" ? Les "gamins" n'ont pas le droit de faire une pose sexuellement suggestive ? C'est très binaire comme raisonnement. Il ne faut pas confondre identité de genre et expression de genre.
Avatar de strato35
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 21/02/2019 à 13:59
Citation Envoyé par sebastiano Voir le message
Pourquoi "la gamine" ? Les "gamins" n'ont pas le droit de faire une pose sexuellement suggestive ? C'est très binaire comme raisonnement. Il ne faut pas confondre identité de genre et expression de genre.
Parce que je fais parti de ceux qui s'en foutent du genre et qui utilise l'un ou l'autre aléatoirement sans se poser la question de qui ça pourrais gêner.
Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/02/2019 à 10:11
Je vois que tout le monde ne connaît pas ça : https://www.koreus.com/video/arret-i...mme-blanc.html
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/02/2019 à 10:16
Citation Envoyé par strato35 Voir le message
n'étant pas pédophile quand je vois une gamine manger une banane ben ... c'est juste une gamine qui mange une banane et c'est tout.
Le problème c'est qu'il existe des gens qui cherchent ce genre de contenu.
YouTube leur propose d'autres vidéos avec tes enfants en maillot de bain, qui font de la gym, ou je sais pas quoi.

Les algorithmes de YouTube aident des pédophile à trouver du contenu.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web