Comment la police sait-elle que vous étiez non loin d'une scène de crime ?
C'est simple, Google le lui dit

Le , par Patrick Ruiz

113PARTAGES

13  0 
Les services de localisation disponibles sur les smartphones peuvent collecter et transférer les données des possesseurs vers les serveurs d’entreprises comme Google et Apple. En fonction de ce que la législation prévoit dans chaque pays, ces entreprises peuvent être amenées à partager à leur tour les informations avec les forces de l’ordre. Dans les cas de la firme de Mountain View, le contrat final d’utilisateur est clair quant à ceci que la firme peut passer les data aux autorités si elles en font la demande. C’est ce que rapporte le Minnesota Public Radio – un réseau de radios publiques de l’État du Minnesota – dans le cadre d’une enquête relative à un cambriolage.

Citation Envoyé par le Minnesota Public Radio
En octobre dernier, les forces de l'ordre ont répondu à l'appel d'une femme d'Eden Prairie sur le 911, ce, suite à un cambriolage à son domicile. Son mari, Oukham Oudavanh, 63 ans, a été victime d'une crise cardiaque et est mort sur les lieux tandis que les suspects emportaient 50 000 dollars issus des activités de leurs populaires marchés pour denrées alimentaires situés à Minneapolis et St Paul.

Sachant que le géant de la Silicon Valley détient une mine de données sur l'emplacement des téléphones portables des consommateurs, les enquêteurs ont demandé à un juge du comté de Hennepin de signer un mandat de perquisition ordonnant à Google d'identifier les téléphones portables qui avaient été utilisés près du lieu du crime à Eden Prairie et près de deux marchés pour denrées alimentaires.
L’approche actuelle de la police du Minnesota s’inspire de celles d’autres États comme la Virginie ou la Caroline du Nord. Par les mêmes moyens, c’est-à-dire, par le biais d’une décision de justice, les forces de l’ordre de ces contrées ont pu obtenir de Google des données de localisation des possesseurs de smartphones. C’est depuis août 2018 que la pratique a pris son envol dans le cas de la Caroline du Nord et, à date, le Minnesota Public Radio dénombre au moins 22 mandats de perquisition de ce type dans le seul cas de cet État.


L’imprécision … l’un des facteurs à problèmes dans le cadre de l’exploitation des données de géolocalisation

En mode GPS assisté, c’est-à-dire, en combinant les données du GPS et celles des tours de téléphonie cellulaire ainsi que celles des points d’accès Wifi, on peut localiser un appareil dans un rayon de 8 mètres. Les malfrats le savent bien et désactivent le GPS la plupart du temps. Même avec le GPS désactivé, des firmes comme Google savent quand même localiser des appareils mobiles, ce, en combinant les data du Wifi et celles des tours de téléphonie ; dans de tels cas le rayon de localisation augmente et tourne autour de 80 mètres.

Citation Envoyé par le Minnesota Public Radio
L'affaire Brooklyn Park illustre les difficultés auxquelles sont confrontés les juges lorsqu'ils analysent ces types de mandats.

En août dernier, la police en a obtenu un tenter de retrouver un suspect dans une série de cambriolages nocturnes dans un bar, un salon de coiffure et une station-service en mars, tous cambriolés de façon distinctive.

Les fenêtres de géolocalisation étaient assez étroites et d'une durée d'une heure. Un juge a signé le mandat, et Google s'est conformé.

Il y a eu une correspondance, mais elle n’était pas satisfaisante. D'après la police, l'appareil se trouvait près de la station-service, mais pas du bar ou du salon de coiffure. En bref, les données n'étaient pas précises.

"L'on ne devrait pas s'appuyer totalement sur les données de localisation de Google et leur précision à problèmes ", selon une étude réalisée l'an dernier par une équipe de spécialistes des données médico-légales. La recherche a révélé que même si ces dernières permettent habituellement de localiser quelqu'un dans une région, certaines conditions poussent l'entreprise à les surestimer dans 93 % des cas.

Dans le cadre de l'affaire du Brooklyn Park, Google a dit à la police que l'appareil était "dans un rayon de 52 mètres", soit environ 170 pieds, de la station-service.

Avec un rayon aussi large, un juge n'aurait aucun moyen de savoir avec certitude si l'appareil était en la possession du cambrioleur, de quelqu'un qui achetait du carburant ou encore s'il s'agissait simplement du téléphone ou de la tablette du propriétaire de l'entreprise à l'intérieur du lieu sous investigation, ou si c'était le smartphone de quelqu'un qui conduisait simplement sur la route. Pourtant, l'appareil a été repéré à 2 h 29 et 2 h 54 du matin alors que le cambriolage a eu lieu à 2 h 47 du matin.

La portée des zones de recherche … l’autre pan qui fait débat

Dans le cadre de l’affaire du cambriolage du domicile des possesseurs des supermarchés Shuang Hur, la police a demandé que Google identifie tous les appareils mobiles dans la zone du lieu du crime sur une période de 6 heures. Elle a également requis les données de localisation pour chaque téléphone cellulaire dans les zones urbaines denses entourant lesdits marchés pour denrées alimentaires sur une fenêtre de 33 heures. Une carte permet de juger de la portée de ladite requête.

Les zones couvertes sont larges, mais la police rassure quant à ceci qu’elle reçoit des données anonymisées de Google après une première requête. Ce n’est qu’au terme des recoupements effectués sur la base des jeux de données sous anonymat qu’elle initie la demande d’un second mandat pour obtenir de la firme de Mountain View plus de détails sur l’identité d’un suspect.


L’association américaine des libertés civiles (ACLU) est d’avis que des procédés de ce type sont problématiques. « Des personnes complètement innocentes qui se trouvaient dans une zone pour des raisons légitimes pourraient êtres traitées comme des suspects alors que ça ne devrait pas être le cas », a-t-elle souligné. Les forces de l’ordre soulignent pour leur part que « même si elles venaient à cibler la mauvaise personne, cela ne veut pas dire qu'elle sera condamnée ou arrêtée, cela donne juste au détective un aperçu de qui pourrait être impliqué. »

Source : Minnesota Public Radio

Et vous ?

Quel commentaire faites-vous de l’application de telles méthodes dans le cadre d’enquêtes policières ?

Êtes-vous en phase avec les craintes de l’association américaine des libertés civiles ?

Voir aussi :

Des chercheurs savent déterminer la localisation d'un possesseur de smartphone Android même lorsque le GPS est désactivé
Mozilla propose un service de géolocalisation sans GPS, il sera basé sur la détection de réseaux publics
Smartphones : du nouveau dès 2018 avec des récepteurs GNSS bifréquence pour une précision de localisation centimétrique
La DARPA prépare la succession du GPS avec une technologie de géolocalisation sans satellite et résistante aux brouillages

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Shepard
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/02/2019 à 8:27
Les malfrats le savent bien et désactivent le GPS la plupart du temps.
Ce genre de phrase me fait un peu peur ... On n'est jamais loin de l'inversion d'implication et de dire "Si ton GPS est désactivé, c'est probablement que tu es un malfrat". Alors qu'on peut le désactiver simplement pour économiser la batterie ou parce qu'on ne se sert pas de cette fonctionnalité du smartphone ou simplement parce qu'on n'a pas envie de dire aux multinationales où est-ce qu'on se trouve "Ah tien, tu es allé dans un magasin de costume de marié ? On va t'innonder de pubs en rapport avec le mariage. Oui ta promise risque de le voir et de deviner la surprise que tu comptes lui faire mais ce qui compte pour nous c'est de placer nos contenus publicitaires ..."
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/02/2019 à 9:52
Citation Envoyé par Shepard Voir le message
"Si ton GPS est désactivé, c'est probablement que tu es un malfrat"
Quand on désactive l'historique des positions Google garde quand même nos positions.

AP Exclusive: Google tracks your movements, like it or not
Storing your minute-by-minute travels carries privacy risks and has been used by police to determine the location of suspects — such as a warrant that police in Raleigh, North Carolina, served on Google last year to find devices near a murder scene. So the company lets you “pause” a setting called Location History.

Google says that will prevent the company from remembering where you’ve been. Google’s support page on the subject states: “You can turn off Location History at any time. With Location History off, the places you go are no longer stored.”

That isn’t true. Even with Location History paused, some Google apps automatically store time-stamped location data without asking. (It’s possible, although laborious, to delete it .)

For example, Google stores a snapshot of where you are when you merely open its Maps app. Automatic daily weather updates on Android phones pinpoint roughly where you are. And some searches that have nothing to do with location, like “chocolate chip cookies,” or “kids science kits,” pinpoint your precise latitude and longitude — accurate to the square foot — and save it to your Google account.
Les criminelles devraient éviter de posséder un téléphone.
Se balader avec un truc qui fait micro / caméra / gps et qui est potentiellement connecté à internet c'est pas la meilleure idée quand on commet un crime.
Avatar de elmino02
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 20/02/2019 à 21:34
De nos jours pour devenir invisible, point besoin de magie ni de potion. Il suffit de ne pas être connecté.
Ni smartphone, ni ordinateur, ni tablette, ni aucune espèce d'identité numérique.
On disparaît des radars voire on n'existe même plus.
Avatar de Shepard
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/02/2019 à 8:07
Citation Envoyé par elmino02 Voir le message
De nos jours pour devenir invisible, point besoin de magie ni de potion. Il suffit de ne pas être connecté.
Ni smartphone, ni ordinateur, ni tablette, ni aucune espèce d'identité numérique.
On disparaît des radars voire on n'existe même plus.
Tu oublies le compte bancaire, je ne suis pas sûr d'être d'accord avec toi, mais il y a une part de vérité. Le problème c'est que tu deviens une sorte d'outlier et que ça pourrait avoir l'effet inverse où ils vont se demander pourquoi tu cherches tant à rester à l'écart de la société.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/02/2019 à 8:43
Citation Envoyé par elmino02 Voir le message
Ni smartphone, ni ordinateur, ni tablette, ni aucune espèce d'identité numérique.
Il y a encore plus que ça.
Par exemple les compteurs Linky qui sont imposé partout en France.
Officiellement la consommation est envoyé une fois par jour, du coup ils savent les jours où t'es chez toi.
Dans le futur il va y avoir des appareils capable de communiquer avec le compteur, donc ils pourront savoir quand est-ce que t'as lancé ton lave-linge, ton lave-vaisselle, ta TV.
Ils auront plus d'informations sur l'occupation du domicile (ils pourront compter combien il y a des personnes).

Citation Envoyé par Shepard Voir le message
Le problème c'est que tu deviens une sorte d'outlier et que ça pourrait avoir l'effet inverse où ils vont se demander pourquoi tu cherches tant à rester à l'écart de la société.
Ben non t'es encore libre de ne pas avoir internet ni de smartphone... (on doit encore pouvoir trouver des téléphones sans GPS, sans caméra, sans 3G)
Autant ils ont tout fait pour t'obliger à avoir un compte bancaire, autant tu peux te passer d'internet.
Avatar de yoyo3d
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 21/02/2019 à 10:36
Ni smartphone, ni ordinateur, ni tablette, ni aucune espèce d'identité numérique.
On disparaît des radars voire on n'existe même plus.
tu oublies juste la reconnaissance faciale qui va scanner la trombine de tout le monde dans la rue....

donc pour résumer, tu ne peux plus avoir de matériel connecté, tu ne peux plus acheter quoi que ce soit avec ta carte de crédit (ni même en liquide d'ailleurs puisqu'il te faut un compte bancaire... et que tous tes retrais sont épluchés par ta banque) et comme la reco faciale va t'identifier dans les centre ville, il ne te reste que... la vie en Hermite, loin de presque tout ... classe comme vie, ça fait réver.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/02/2019 à 11:27
Citation Envoyé par yoyo3d Voir le message
il ne te reste que... la vie en Hermite, loin de presque tout ... classe comme vie, ça fait réver.
Ben quoi ?
C'est le projet des survivalistes de vivre en communauté en étant le plus autonome par rapport au système. Il y a moyen de retaper des vieilles ferme dans le massif central par exemple.
Tu fais pousser tes légumes, tu en fais des conserves, t'élèves des poulets et des dindons.
Bon après le lien social est important, il faut un groupe qui englobe le plus de savoir-faire possible.

Le jour où l'économie s'effondre t'en a rien à foutre, t'as tes panneaux et toute la technologie pour être indépendant (rendre l'eau potable et tout ça).
Avatar de Aiekick
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 21/02/2019 à 21:53
Citation Envoyé par elmino02 Voir le message
De nos jours pour devenir invisible, point besoin de magie ni de potion. Il suffit de ne pas être connecté.
Ni smartphone, ni ordinateur, ni tablette, ni aucune espèce d'identité numérique.
On disparaît des radars voire on n'existe même plus.
et pas non plus de carte bancaire. tu seras invisible oui mais a 'lagonie
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web