Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

UK : Facebook ne doit pas se considérer comme étant un « gangster numérique » qui est au-dessus des lois
Les législateurs envisagent de le superviser

Le , par Stéphane le calme

593PARTAGES

15  0 
Selon un nouveau rapport parlementaire publié par le Royaume-Uni, Facebook ne devrait plus être autorisé à se gouverner et le moment est venu pour le gouvernement d'agir en tant que policier.

La commission restreinte du Parlement britannique au numérique, à la culture, aux médias et aux sports a publié son rapport final après plus de 18 mois d’enquête sur Facebook et ses pratiques en matière de protection de la vie privée. Des députés ont demandé que les entreprises de médias sociaux soient tenues de supprimer les contenus « préjudiciables » ou « illégaux » de leurs plateformes et d'en être tenues responsables en vertu d'un code de déontologie obligatoire, une politique qui a été vivement contestée dans les médias américains.

Ce nouveau rapport jette les bases d'une législation ultérieure susceptible de codifier officiellement ces demandes. « Notre enquête de l'année dernière a identifié trois grandes menaces pour notre société », a déclaré Damian Collins, président du conseil d'administration de DCMS, qui a dirigé cette enquête. « Le défi pour l’année à venir est de commencer à les réparer, nous ne pouvons plus tarder ».

Dimanche, les législateurs britanniques ont accusé Facebook d’avoir « violé intentionnellement et sciemment les lois sur la protection des données et la concurrence » dans le pays, et ont appelé à des enquêtes sur les pratiques commerciales du géant des médias sociaux.


C’est un rapport de 108 pages rédigé par des membres du Parlement qui vient clôturer cette enquête lancée en 2017 sur Facebook et la diffusion de contenus malveillants en ligne. Ils ont conclu que le Royaume-Uni devrait adopter de nouvelles réglementations afin que les législateurs puissent tenir Facebook et ses pairs du secteur de la technologie de la Silicon Valley pour responsables des méfaits du numérique.

« Des entreprises comme Facebook ne devraient pas être autorisées à se comporter comme des "gangsters numériques" dans le monde en ligne », ont déclaré les législateurs britanniques dans leur rapport, « estimant être à l'avant-garde et au-dessus de la loi »

Citant des documents autrefois secrets obtenus au cours de l'enquête, les dirigeants du Royaume-Uni ont affirmé que Facebook était disposé depuis des années à « passer outre les paramètres de confidentialité de ses utilisateurs » dans le cadre d'une campagne plus vaste visant à maximiser les revenus générés par des informations aussi sensibles.

Au cours du processus, ont déclaré des députés, Facebook a délibérément désavantagé ses concurrents en limitant l'accès au site et aux précieuses données des utilisateurs. Les législateurs ont décidé que le gouvernement britannique devrait enquêter sur la question de savoir si « Facebook utilise injustement sa position dominante sur le marché des médias sociaux pour décider quelles entreprises doivent réussir ou échouer », selon le rapport.

« Le principe directeur de la culture du "avancer rapidement et casser des choses” semble souvent être qu'il est préférable de présenter des excuses que de demander la permission », a déclaré le président du comité, Damian Collins.

« Nous avons besoin d'un changement radical dans le rapport de force entre les plateformes et le peuple ».

Collins a déclaré que l'ère de l'autorégulation inadéquate devait prendre fin. « Les droits du citoyen doivent être établis dans la loi, en obligeant les entreprises de technologie à adhérer à un code de conduite rédigé dans la loi par le Parlement et supervisé par un régulateur indépendant », a-t-il déclaré.

Collins et son comité ont souligné dimanche la nécessité de nouvelles réglementations ciblant les médias sociaux, notamment celles qui obligeraient Facebook et d'autres entreprises du secteur des technologies à prendre des mesures rapides pour supprimer les contenus préjudiciables ou illégaux en ligne. Une loi similaire a été mise en œuvre en Allemagne et proposée ailleurs en Europe. En Grande-Bretagne, les législateurs ont utilisé leur rapport pour soutenir l'idée d'un régulateur indépendant doté du pouvoir d'enquêter sur les géants de la technologie et d'imposer de « lourdes amendes » à ceux qui ne se conforment pas.


La réaction de Facebook

Dans une déclaration, Facebook a assuré avoir apporté des modifications considérables à ses pratiques commerciales et appuyé la réglementation dans des domaines tels que la confidentialité, mais la société a nié avoir enfreint les lois du pays.

« Bien que nous ayons encore beaucoup à faire, nous ne sommes pas la même société que nous l'étions il y a un an », a déclaré Karim Palant, responsable des politiques publiques pour Facebook au Royaume-Uni.

L’enquête du comité a duré 18 mois, après que le dénonciateur Christopher Wylie ait affirmé que le consultant politique Cambridge Analytica avait obtenu les données de millions d’utilisateurs du réseau social.

Zuckerberg s'est excusé l'année dernière pour un « abus de confiance » suite au scandale.

Mais il a refusé de comparaître à trois reprises devant les législateurs britanniques, une position qui, pour le comité, dénonçait un « mépris » envers le Parlement et les membres de neuf assemblées législatives du monde entier.

« Nous pensons que, dans ses témoignages devant le comité, Facebook a souvent délibérément cherché à entraver notre travail en donnant des réponses incomplètes, peu sincères et parfois trompeuses », a déclaré Collins.

« Mark Zuckerberg omet continuellement de montrer les niveaux de leadership et de responsabilité personnelle qui devraient être attendus de quelqu'un qui siège au sommet de l'une des plus grandes entreprises du monde ».


Le législateur a identifié les principales menaces pesant sur la société en raison de la domination d'entreprises technologiques telles que Facebook, également propriétaire de WhatsApp et Instagram, Google et Twitter.

L’appel du Parlement à un examen plus approfondi de Facebook vient augmenter la quantité de difficultés juridiques et politiques, qui n’a de cesse de grandir, du numéro un des réseaux sociaux, augmentant en parallèle le potentiel d’amendes et d’autres peines. Il y a eu des demandes pour d’examens supplémentaires dans toute l'Europe, où les régulateurs disposent de nouvelles règles qui promettent des sanctions sévères pour les entreprises qui violent la vie privée des citoyens. Aux États-Unis, Facebook fait également l’objet d’une enquête de la Federal Trade Commission, qui cherche à savoir si la société a enfreint un accord de 2011 qu’elle avait conclu avec le gouvernement américain pour améliorer ses pratiques en matière de protection de la vie privée. Les deux parties sont au début de discussions sur un nouveau règlement qui pourrait obliger le géant de la technologie à payer une amende de plusieurs milliards de dollars.

Sources : Reuters, Washington Post

Et vous ?

Que pensez-vous de l'idée d'une supervision de Facebook par un comité indépendant d'éthique ?

Voir aussi :

L'équipe de sécurité de Facebook suit l'emplacement des utilisateurs considérés comme une menace, pour protéger ses employés
USA : Facebook pourrait faire face à une amende de l'ordre du milliard de dollars par la FTC, un record pour une entreprise technologique
Edouard Philippe annonce avoir lancé une série d'expérimentations avec Facebook, pour concevoir une loi qui régule les contenus des RS avant l'été
Facebook ajouterait 5 div, 9 span et 30 classes CSS à chaque publication dans la Timeline pour rendre difficile le blocage des messages sponsorisés
L'activité publicitaire de Facebook en Allemagne est compromise, car les autorités du pays lui interdisent de combiner les données de ses services

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 18/04/2019 à 14:59
Cela arrive à tout le monde, y'a pas de quoi en faire un drame.

Tiens, pas plus tard que la semaine dernière, je me baladais tranquillement au centre-ville, et paf ! Je braque une banque par erreur.
Cela m'arrive tout le temps, je suis vraiment tête en l'air.
15  1 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/06/2019 à 10:18
Je trouve cela quand même légèrement déplacé, ils connaissaient parfaitement ce à quoi ils s'engageaient en achetant des actions de type A, plutôt que de celles de type B. Les règles du jeu ne sont pas une surprise.
S'ils ne sont pas content, pourquoi ne vendent-ils par leurs actions ?

C'est comme aller à une boulangerie, acheter une baguette de 100g, et se plaindre que celui qui achète une flûte de 200g a plus de pain en sortant...
7  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 15/04/2019 à 11:15
Rien que pour le choix de la photo ça mérite +1
6  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/06/2019 à 12:23
Citation Envoyé par Jonathan Voir le message
L'Italie inflige à Facebook une amende d'1,1 million de dollars

En décembre 2018, l'agence avait condamné Facebook à une amende de 10 millions d'euros pour avoir induit en erreur ses utilisateurs en raison de ses pratiques de connexion et au mois de mars de cette année, elle a mis en cause Facebook sur l'utilisation abusive des données, mais cette fois là, le géant des réseaux sociaux avait choisi de payer un montant réduit de 52000 euros dans l'espoir de régler le problème.
Il faut changer d'échelle pour tout remettre en perspective :
Je vous informe que Facebook réalise un chiffre d'affaires de 1 776 $ par seconde qui passe (24/24h sur 365j), la première amende représente 619 secondes d'activité de Facebook et la deuxième : 29 secondes.

Sous cet angle, c'est tout de suite beaucoup plus parlant, vous ne trouvez pas ?
6  0 
Avatar de schmiddy
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 15:20
Je ne suis pas surpris. Facebook n'a pas la même emprise sur la nouvelle génération. J'ai créé mon compte en 2007 ou 2008, à l'époque où en effet Facebook n'était pas encore traduit, et c'était le seul réseau social qui visait large, à l'inverse de MySpace plus orienté artistique. Au fil du temps, de nouveaux réseaux sociaux sont apparus et Facebook n'a fait que tenter de suivre pour enrayer son érosion et l'émergence de ces nouveaux réseaux spécialisés dans un domaine (LinkedIn pour l'emploi par exemple). Je ne sais pas si c'est moi qui vieillis ou non, mais Facebook m'insupporte depuis des années avec la publicité omniprésente, la timeline qui me présente tout sauf ce que j'attends d'un réseau social, c'est à dire l'actualité de mon réseau. Au final après 4-5 ans en friche mais des nettoyages de liste d'amis réguliers, j'ai fini par désactiver mon compte il y a quelques mois. Ce n'est pas tant les scandales qui m'ont fait quitter FB car j'étais parfaitement conscient de ce que je faisais, c'est simplement que FB est devenu une gigantesque poubelle d'internet, tout comme le réseau à l'oiseau qui pourtant était plutôt intéressant il y a encore quelques années. Désormais, je "réseaute" autrement ; ce qui m'inquiète est qu'au final LinkedIn devient un peu comme Facebook, on commence à y voir de tout et n'importe quoi.

Simplement, je redécouvre les agrégateurs de flux RSS et je me suis fait un Feedly aux petits oignons pour cibler ce qui m'intéresse et je reste en contact avec mes relations perso / pro différemment... comme je faisais avant Facebook.
5  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 05/06/2019 à 11:28
Fin 1er trimestre 2019 :

Entreprise Trésorerie Chiffre d'affaires
Google 113 milliards $ 137 milliards $
Apple 245 milliards $ 265 milliards $
Facebook 45 milliards $ 56 milliards $
Amazon 37 milliards $ 242 milliards $
Microsoft 131 milliards $ 110 milliards $
Dell 15 milliards $ 90 milliards $
Uber 8 milliards $ 11 milliards $
Total 594 milliards $ 911 milliards $

Total GAFAM : 571 milliards de $ de trésorerie
Total GAFAM : 810 milliards de $ de chiffre d'affaires (Cela représente grosso modo le PIB cumulé de 90 pays de la planète sur 194)

tu veux lutter toi ? A part la puissance de feu d'un état comme la Chine, je ne vois pas comment tout ce petit monde ne pourrait pas racheter n'importe quelle société concurrente ou qui commencerait à marcher sur leur plates bandes (d'ailleurs c'est se qui se passe, d'où l'entrevue d'un abus de position dominante)
5  0 
Avatar de Titnain
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 16/07/2019 à 13:32
Alors évidemment je suis contre les abus, contre l'utilisation de nos données personnelles, etc. Mais je trouve ça quand même un peu abusé.... C'est quoi l'idée ? Mettre un quota maximum d'employé pour les entreprises ? Un quota maximum de vente/prestations ?
Hum, comment dire. L'idée c'est de supprimer un trust. De la même manière que Rockefeller s'est fait démanteler sa Standard oil.

Pour information, un trust n'est jamais bon, ni pour le consommateur ni pour le pays. Aujourd'hui on est arrivé à quelque chose d'encore plus gros, d'encore plus pesant sur l'économie d'un pays et même l'économie mondiale ( Les GAFAMs ont des revenus plus importants que certains PIB).

Il est normal et plutôt sain de vouloir abaisser leur pouvoir et leur main-mise. D'autant plus que Facebook a déjà commencé à vouloir s'étendre sur le marché bancaire. Une société qui aurait un aussi gros pouvoir serait véritablement dangereuse.

Il est grand temps d'agir d'après moi.
5  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/04/2019 à 15:42
Le cout du téléchargement du carnet d'adresse c'est ce que les journalistes avaient supputés quand l'affaire avait déjà été révélée dans la news précédente, et cette confirmation prouve que c'est exactement ce qu'ils ont fait.
Pour moi cela va au delà d'une violation du RGPD, Zuckerberg devrait écoper de 10 ans de prison ferme pour piratage de données.
4  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 05/06/2019 à 10:47
Citation Envoyé par eldran64 Voir le message
PLe fait que Marc soit encore à la tête de son entreprise est peut être l'une des meilleure chose qui soit pour FB (pour les utilisateurs) mais pas forcément pour les comptes de la boite.
Euh malgré le raffut, ça roule plutôt bien pour FB : de ce document, tu peux juste extraire ceci :
Cash and cash equivalents and marketable securities – Cash and cash equivalents and marketable securities were $45.24 billion at the end of the first quarter of 2019.
45 milliards de dollars et des brouettes de réserves de cash au 1er trimestre 2019, ça laisse le temps de se retourner.

Après le seul moyen que les actionnaires minoritaires ont pour renverser la situation c'est de croiser les doigts pour que le compte rendu de l'enquête fédérale US sur l'abus de position dominante soit au vitriol. Ça va coûter, c'est sûr mais comme on dit c'est peut-être un mal pour un bien.
4  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 11/11/2019 à 16:52
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Brian Acton, le cofondateur de WhatsApp, maintient qu'il faut quitter Facebook
Ben alors si Facebook c'est le mal, il fallait pas vendre à Facebook !

Ah oui mais dès qu'il s'agit de percevoir une belle somme d'argent frais (lors de la vente de WhatsApp), là, tous les principes sont remis au placard. Pourri, va.
4  0