Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le gouverneur de la Californie propose l'instauration d'un dividende numérique
Qui permettrait aux consommateurs de partager une partie des bénéfices

Le , par Stéphane le calme

343PARTAGES

15  0 
Le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, a proposé l’instauration d’un « dividende numérique » qui permettrait aux consommateurs de partager les milliards de dollars générés par les entreprises de technologie du plus peuplé des États-Unis.

Dans son discours « State of the State Address » mardi, Newsom a déclaré que la Californie était fière d’abriter des entreprises de technologie. Mais il a déclaré que les entreprises qui gagnent des milliards de dollars « en collectant, conservant et monétisant nos données personnelles ont le devoir de les protéger. Les consommateurs ont le droit de savoir et de contrôler la manière dont leurs données sont utilisées ».

Rappelons que le State of the State Address est un discours prononcé habituellement une fois par an par les gouverneurs de chacun des États des États-Unis (bien que la terminologie employée pour ce discours diffère d’un État à l’autre: dans l’Iowa, le discours est appelé Condition of the State Address; dans le Kentucky, le Massachusetts, la Pennsylvanie et la Virginie, on l’appelle State of the Commonwealth Address.). Le discours est habituellement prononcé devant les deux chambres de l'Assemblée législative des États siégeant en séance commune, à l'exception de l'Assemblée législative du Nebraska, qui est un organe monocaméral. Le discours est donné pour satisfaire à une stipulation constitutionnelle selon laquelle un gouverneur doit faire rapport chaque année, ou dans une fréquence plus vague comme indiqué dans les constitutions plus anciennes où il est marqué « de temps en temps », sur l’état ou la situation d’un État américain.

Il est allé plus loin en suggérant que les sociétés partagent une partie de ces bénéfices, rejoignant d’autres politiciens appelant à des taxes plus élevées sur les riches dans la société américaine.


Gavin Newsom

« Les consommateurs californiens devraient également pouvoir partager la richesse créée à partir de leurs données », a déclaré Newsom. « C’est pourquoi j’ai demandé à mon équipe de développer une nouvelle proposition de loi sur un dividende en données pour les Californiens, car nous reconnaissons que les données ont une valeur et qu’elles vous appartiennent.»

Newsom n'a pas décrit la forme que pourrait prendre le dividende, bien qu'il ait déclaré: « Nous pouvons faire quelque chose d'audacieux dans cet espace ». Il a également salué la sévère loi californienne sur la confidentialité des données qui entrera en vigueur l'année prochaine.

La proposition de dividende de données fait suite à l'adoption par le législateur de l'État, l'année dernière, d'un projet de loi historique sur la protection des données, accordant aux consommateurs des droits spécifiques relatifs à leurs informations numériques personnelles collectées, partagées ou conservées par les entreprises. La législation permet aux consommateurs de demander la suppression de leurs informations personnelles et impose aux entreprises qui collectent des données personnelles de divulguer comment et pourquoi elles sont utilisées.


Les sociétés de publicité sur Internet les plus importantes au monde, notamment Google et Facebook Inc., sont basées en Californie. L'année dernière, Google a généré plus de 30 milliards de dollars, tandis que Facebook a généré plus de 22 milliards de dollars.

Les groupes de défense de la vie privée ont salué l’annonce du gouverneur tout en réclamant une transparence totale de la part des consommateurs sur la manière dont leurs données sont utilisées et sur ce qu’elles valent pour les entreprises qui profitent des habitudes de navigation en ligne des utilisateurs.

« Bien que les plateformes utilisent rapidement des données sur les consommateurs, elles ne sont pas aussi disposées à partager ce qu'elles font avec les données ou à en tirer des bénéfices », a déclaré James Steyer, fondateur de Common Sense Media, qui a joué un rôle central dans la rédaction et l’adoption de la California Consumer Privacy Act en 2018.

« Nous appuyons pleinement la proposition du gouverneur concernant les dividendes liés aux données et prévoyons présenter un projet de loi qui en tiendra compte dans les prochaines semaines ».

Une fausse bonne idée ?

Bien que cela puisse sembler une bonne idée, les grandes entreprises technologiques ne seront pas vraiment prêtes à payer les consommateurs. Au cours de différentes auditions, elles ont répété à maintes reprises qu'elles étaient en mesure de fournir les services gratuitement parce qu'elles se servaient des données des utilisateurs pour la publicité. Et il est à noter que cette proposition est seulement pour les résidents de la Californie, une adoption au niveau national ou mondial est très difficilement envisageable.

D’ailleurs certains internautes n’ont pas manqué de souligner les limites de ce raisonnement

En plus de la révolte de Google et de Facebook, qui devrait être à l’horizon, Newsom a rejoint la longue liste de politiciens qui démontrent qu’ils ne comprennent pas le fonctionnement de l’économie numérique. Les plateformes de médias sociaux ou les sites Web d’hébergement vidéo sont proposés gratuitement au consommateur, les données étant considérées comme un paiement. L'échange de valeur est un service gratuit permettant de monétiser des données personnelles.

Bien que cela puisse sembler un excellent moyen pour Newsom de marquer des points politiques auprès des électeurs de Californie, vous devez vous demander comment les acteurs de l'Internet vont réagir. Il y aura bien sûr un lobbying intense, mais si la proposition devenait une loi, les services continueraient-ils d'être offerts gratuitement ? Peut-être que les acteurs Internet remplaceront les pertes de revenus générées par le dividende numérique par un paywall ?

Certains politiciens semblent très opposés aux acteurs de l'Internet, apparemment convaincus que les plateformes telles que Facebook et Twitter sont un service public et non des sociétés privées dont les actionnaires sont heureux. Ce sont des entreprises qui devraient bien sûr être tenues responsables en ce qui concerne les normes de protection et de confidentialité des données, mais l’échange de valeur dans l’économie numérique a été accepté comme un modèle commercial qui profite aux deux côtés de l’équation.

Ce n'est pas la première fois qu'une telle idée est exprimée, bien qu'elle ait rarement été laissée de côté par de hautes fonctions politiques. Les bénéfices qui affluent dans la Silicon Valley sont attaqués de nombreuses manières actuellement, mais vous devez également vous demander quels seront les autres impacts sur le développement de l'économie numérique.
Source : CNBC

Et vous ?

Que pensez-vous de cette idée ?
Les consommateurs devraient-ils être payés pour l'utilisation de leurs données ? Pourquoi ?
L'approche de ce gouverneur vous semble-t-elle bonne ? Dans quelle mesure ?

Voir aussi :

La Californie autorise la voiture autonome de Waymo (division Google) à rouler sans conducteur de secours, une première dans le domaine
La Californie accepte de suspendre temporairement l'application de sa la loi sur la neutralité de l'internet, dans le cadre d'un accord avec le DoJ
La Californie va interdire les mots de passe par défaut sur tout appareil connecté à Internet, afin d'améliorer la sécurité sur les réseaux sans fil
Toute l'industrie du haut débit aux USA porte plainte contre la Californie pour bloquer la restauration de la neutralité du Net initiée par cet État

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web