Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des entreprises font basculer les avis de leurs employés en leur faveur sur les sites de notation selon une étude,
Qu'en est-il des entreprises IT ?

Le , par Bill Fassinou

141PARTAGES

12  0 
Faites-vous confiance aux classements Glassdoor que vous voyez d’habitude sur les entreprises que vous suivez ou pour lesquelles vous désirez travailler ? Glassdoor est un site Internet où les employés actuels et anciens d’entreprises évaluent leur environnement de travail de manière anonyme. Dans un récent article publié par le Wall Street Journal (WSJ), il expose les résultats d’une étude effectuée avec l’appui de statisticiens de l’université de Columbia et de l’université de Washington. Ces résultats montrent que la note de certaines entreprises sur certaines plateformes de notation en ligne n’est pas toujours en conformité avec ce qu’on observe dans la réalité. En d’autres termes, l’enquête du journal montre que ces notes peuvent être manipulées par des employeurs qui tentent de faire basculer les opinions en leur faveur.

D’après son étude, certains de ces classements doivent être pris avec un peu de réserve. Il présente à cet effet le cas de la société Guaranteed Rate Inc et d’autres. Il s’agit d’une société américaine de prêts hypothécaires résidentiels basée à Chicago dans l’Illinois. La société était le sixième prêteur hypothécaire en importance en 2017 avec un volume financé de 19,2 milliards de dollars. En 2018, la société comptait environ 3500 employés et plus de 300 bureaux dans tout le pays. En effet, rapporte le WSJ, plusieurs employés de Guaranteed Rate Inc ont publié à l’été 2018, de nombreuses critiques négatives à son propos sur Glassdoor.


Une chose qui n’est certainement pas très glorieuse pour l’entreprise et pouvant nuire à sa réputation puisque, à en croire le journal, ces réactions de la part de ses employés ont fait chuté sa note à 2,5 étoiles. « Pour analyser les tendances parmi les avis de Glassdoor, le Wall Street Journal a rassemblé 4,8 millions d'avis pour plus de 8500 entreprises, classées selon les critères d'une étoile à cinq étoiles. Les données ont été collectées auprès des entreprises présentes aux États-Unis ayant effectué au moins 100 revues. Dans un premier temps, le Journal a examiné si la composition des revues de Glassdoor avait changé entre 2013 et 2018, ce qui représente environ 90 % des critiques collectées, soit 4,3 millions. Ils ont eu, pour la plupart, une augmentation des notes cinq étoiles de 28 % en décembre 2018, une hausse de 11 % par rapport à janvier 2013 », précise le journal.

Vous pouvez vous référer à la source pour lire plus de détails sur la méthodologie utilisée par le journal. Quelques-uns de ces commentaires rapportés par le journal ressemblaient à “La pire entreprise pour laquelle j’ai travaillé” ou encore “Un atelier clandestin américain”. Des critiques qui ne jouent pas du tout en faveur du recrutement de nouveaux employés ou pour la confiance des clients. Comment faire donc pour passer outre ces critiques négatives, surtout lorsqu’elles sont présentent sur un site comme Glassdoor, un arbitre important du sentiment des employés sur le marché travail ? Selon le WSJ, pour tourner la page des critiques négatives, Victor Ciardelli, le PDG de Guaranteed Rate Inc aurait demandé de recruter des employés qu’il juge susceptibles de poster des critiques positives sur l’entreprise.

Un ordre qui a sans doute été exécuté puisque, rapporte le journal, déjà en octobre 2018, des commentaires venant de ces nouveaux employés ont inondé le site Glassdoor avec des centaines de notes 5 étoiles. Cette idée aurait donc fait grimper la note de l’entreprise qui est maintenant de 4,1. Cependant, Guaranteed Rate ne serait pas la seule à pratiquer de tels agissements, indique l’analyse du journal. D’après leurs résultats, environ 400 entreprises, dont le géant du logiciel SAP SE affichent également une augmentation anormale du nombre d’avis. D’un autre côté, Glassdoor ne serait pas non plus le seul site de notation dans cette situation selon le journal.

« Le problème de Glassdoor fait écho aux difficultés rencontrées par d’autres plateformes de classement en ligne qui s'efforcent de rendre leur classement réel », peut-on lire dans l’article. S’adressant à d’autres sociétés pour connaître leur façon de faire, plusieurs entreprises dont Slack, LinkedIn et Anthem ont déclaré avoir effectivement encouragé leurs employés à donner leurs avis, mais sans pour autant les influencer, ce qui serait le cas de certaines entreprises qui font pression sur leurs employés pour qu’ils rédigent des critiques positives. Une justification donnée par le PDG de Guaranteed sur cette affaire est que les évaluations du site de notation Glassdoor ne reflétaient pas fidèlement l’environnement de travail de l’entreprise. Ce dernier a donc demandé de publier des évaluations.

De son côté, Glassdoor aurait déclaré à travers une porte-parole que le site rejetait environ 5 à 10 % des avis soumis, car ils enfreignaient les consignes de la communauté. Des consignes qui interdisent notamment des avis créés par de faux comptes ou dont le contenu était choquant. Les soupçons de “bourrage” pourraient également amener Glassdoor à supprimer les critiques positives. D’après le WSJ, pour arriver à ses fins, Glassdoor revendique une combinaison de modérateurs humains et de filtres technologiques pour détecter les tentatives d'abus.

À en croire le journal, face à ce genre de situation, le site Glassdoor aurait averti les entreprises de ne pas contraindre leurs employés à publier des critiques positives ou à les inciter à le faire avec de l'argent ou des prix. Glassdoor encourage donc les entreprises à solliciter les commentaires de tous les employés et indique aux clients comment cibler des groupes plus enthousiastes, tels que les nouveaux employés. Le site de notation Glassdoor dit vouloir s’assurer que les employés et clients s'expriment librement sans la contrainte de quelque employeur et invite les entreprises à participer à cela.

Source : WSJ

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avez-vous été témoin de ce genre de manipulations dans votre société ? Comment ?

Voir aussi

Quelles sont les entreprises qui contribuent le plus aux projets open source ? Microsoft positionné en tête sur GitHub

Trolldi : quelle est la structure interne de votre entreprise ou groupe de travail ?

BYOD : 85 % des entreprises autorisent l'accès à leurs données sur des appareils personnels, mais, craignent pour la sécurité et la confidentialité

Les bureaux open spaces ont un impact négatif sur notre mémoire d'après un article publié par la BBC

Une étude montre que les bureaux open spaces augmentent l'échange électronique entre collègues et diminuerait la productivité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de gretro
Membre actif https://www.developpez.com
Le 25/01/2019 à 2:00
Perso, j'avais écrit une belle review de mon ancienne boite en essayant de présenter les points positifs et négatifs. Mon review a été rejeté sans aucune raison apparente. Depuis ce temps, je ne fais plus confiance à Glassdoor. Qui me dit que mon ancienne entreprise n'a pas payé pour conserver sa cote positive? J'ai aussi entendu d'autre collègues que les notes étaient déjà bel et bien compromises.
0  0 
Avatar de adericov
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/01/2019 à 17:22
Je crois d'ailleurs ce que font toutes les entreprise d'ailleurs... Suffit que le boss vous intimide
0  0