Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

IA : une firme a mis au point un outil permettant aux fournisseurs de services de streaming de lutter contre le partage d'identifiants
Entre amis

Le , par Bill Fassinou

175PARTAGES

11  0 
Le streaming est devenu aujourd’hui très populaire partout dans le monde. Il est utilisé pour fournir des jeux en ligne, par beaucoup de services musicaux tels que Spotify et Deezer ou encore Youtube et Netflix avec la formule de diffusion appelée le “live streaming”. Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter ont également contribué au succès du streaming. Le visionnage de films en streaming (flux vidéo) sur internet est payant ou gratuit. La législation encadrant le streaming gratuit des films protégés par le copyright n'est pas très claire. En revanche, sur certaines plateformes vidéos gratuites (Youtube, dailymotion), de nombreux films sont disponibles légalement en streaming. Cependant, les sites de streaming offrant un accès payant sont souvent exposés à de nombreux problèmes tels que le partage d’informations d’identification ou le partage de mot de passe occasionnel, une chose qui n’avantage pas le modèle économique des fournisseurs de services de streaming.

En octobre dernier, une étude indiquait que la montée des services de streaming vidéo avec contenu exclusif a poussé certains consommateurs au piratage. En effet, Sandvine, une société d'équipements réseau basée en Californie, fournissait dans un rapport, des informations intéressantes sur les habitudes des utilisateurs en matière de vidéo et Internet. Sandvine indique dans son rapport que le gaming devient un contributeur important dans le volume du trafic, alors que les téléchargements de jeux, le streaming Twitch et le gaming professionnel prennent de l'ampleur. Le 17 décembre passé, Synamédia, une entreprise ayant pour objectif d'améliorer continuellement la solution de diffusion vidéo la plus complète, la plus sécurisée et la plus avancée au monde pour permettre aux opérateurs de télévision payante de façonner en permanence l'avenir de la vidéo, indiquait avoir mis au point un outil pour permettre aux fournisseurs de services de streaming de lutter contre l’augmentation rapide du partage de compte entre amis et familles et dans le même temps de tirer profit de cet abus pour générer des revenus.


« Jusqu'à présent, la plupart des fournisseurs OTT ont fermé les yeux sur le partage de mot de passe occasionnel, le considérant comme un moyen de commercialiser leur service auprès de nouveaux publics. Mais l'industrie reconnaît maintenant que les jeunes générations ont l'habitude d'accéder gratuitement aux services de streaming et deviennent rarement des clients payants. Il est constaté qu’aujourd’hui, 26 % des millénaires partagent les mots de passe des services de streaming vidéo », a écrit Synamedia. Parks Associates prédit qu’en 2021, 9,9 milliards de dollars de revenus tirés de la télévision à péage et 1,2 milliard de dollars de revenus OTT seront perdus au profit du partage des informations d’identité. Comment procéder pour éviter ces pertes et les rentabiliser ?

Synamedia Credentials Sharing Insight, le nom de la solution, identifie, surveille et analyse l’activité de partage des informations d’identification sur plusieurs comptes en continu, en utilisant l’intelligence artificielle, l’analyse comportementale et l’apprentissage automatique. Les tableaux de bord en temps réel mettent en évidence une activité de partage inhabituelle, notamment des alertes et une analyse des tendances. Cette activité de la solution, selon le site de l’éditeur, va permettre de prendre le contrôle de l’activité de partage des informations d’identification entre les comptes en continu et de détecter et de fermer les comptes de partage des informations d’identification à grande échelle et à but lucratif gérés par les fraudeurs. Jean Marc Racine, directeur des finances et directeur général de la région EMOA de Synamedia chez GM dénonce le fait que le partage des identifiants occasionnels devienne trop coûteux pour être ignoré.

La nouvelle solution, dit-il toujours, donne aux opérateurs la possibilité d'agir. De nombreux utilisateurs occasionnels seront heureux de payer des frais supplémentaires pour un service premium partagé avec un plus grand nombre d'utilisateurs simultanés. C'est un excellent moyen de garder les gens honnêtes tout en bénéficiant d'une source de revenus supplémentaire. Synamedia explique que son outil repose sur l’intelligence anonyme et collective de plusieurs clients de Synamedia, réduisant ainsi la courbe d'apprentissage pour les nouveaux clients. De plus, la conception intègre l'expertise de l'équipe d'experts en sécurité de Synamedia, qui selon Synamedia, comprend comment et où rechercher une activité suspecte et comment intégrer cette connaissance et cette compréhension dans les modèles comportementaux. La solution est déjà dans sa phase d’essai et disponible sous forme de cloud ou de site.

En plus de tout ceci, Synamedi Credentials Sharing Insight intègre un moteur de politique de partage des informations d'identification à votre base de données d’abonnés pour monétiser vos abonnés légitimes. « En intégrant le moteur de règles de partage des informations d'identification à sa base de données d'abonnés, l'opérateur peut appliquer des règles spécifiques, telles qu'une action de vente incitative, à tout compte dont le score de partage dépasse un seuil prédéfini. Forts de ces informations, les équipes marketing peuvent faire la part des choses entre trouver des contributeurs et harceler un client », a expliqué Synamedia.

Pour certains internautes, les fournisseurs de services de streaming pourraient juste mettre en place des fusions et des scissions de comptes pour palier au problème. D’autres leur proposent d’essayer de limiter simplement le nombre de connexions simultanées pour un identifiant donné à ce que l’entreprise préférerait (généralement 2 ou 3). En attendant que sa solution soit totalement prête, Synamedia vous invite au CES (Consumer Electronic Show) de cette année pour en savoir plus et voir des démonstrations de Synamedia Credential Sharing Insight.

Source : Synamedia

Et vous ?

Avez-vous déjà utilisé un service de streaming avec le compte de quelqu’un d’autre ? Comment peut-on y remédier selon vous ?
Que pensez-vous de la solution de Synamedia ?

Voir aussi

La montée des services de streaming vidéo avec contenu exclusif pousse les consommateurs au piratage selon une étude, qu'en est-il en France ?

La Belgique fait la chasse aux sites de téléchargement illégal, 450 domaines bloqués et les utilisateurs renvoyés vers un annuaire d'offres légales

Le piratage des contenus en ligne serait-il vraiment nuisible aux tiers ? MUSO révèle que les pirates sont les plus gros acheteurs d'œuvres légales

Google a rétrogradé plus de 65 000 sites « pirates » de ses résultats de recherche, mais l'industrie du divertissement lui demande leur suppression

Hadopi : une internaute est condamnée à 200 euros d'amende pour avoir téléchargé cinq films et décide de prendre un abonnement Netflix

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Citrax
Membre actif https://www.developpez.com
Le 04/01/2019 à 23:04
Tant que certains ne penseront qu'a GENERER DES PROFITS..........................D'autres s'eforceront de PARTAGER AVEC LE MONDE !!!
2  1 
Avatar de Itachiaurion
Membre averti https://www.developpez.com
Le 05/01/2019 à 10:46
Et du coup concrètement si on se fait flaguer comme contrevenant sans l'être c'est quoi leur preuve autre que l'IA? Je suppose que niveau recours on peut aller se faire voir ou je pense dans le cas présent? J'éspères au moins qu'ils auront définis le risque de faux positif avec leur flicage. Puis de toute façon c'est pas en mettant plus de protection qu'ils auront plus de sous, faut pas réver, les plus de 9G € ils peuvent s'asseoir dessus, c'est un peu comme les fameux chiffre du piratage dans le jeux vidéos, les films DvD ect. Quand les gens ont pas les moyens pour s'acheter une conscience, avant de pirater, ils ne les auront surement pas si ont les empêches de pirater, ils ne consommeront pas. Faut que les ayants droit et autre parasite du genre se mettent dans le crane que les "pertes" lié au piratage ou pratique similaire ne leur sont pas dû.
1  0