Pourquoi les développeurs informatique ont-ils des salaires 5x plus élevés aux USA
Que dans les autres pays ?

Le , par Patrick Ruiz

275PARTAGES

16  1 
On s’est tous retrouvés à un moment de notre carrière à se demander quelle est la destination qui nous assure de renflouer nos caisses au maximum ; de profiter du salaire le plus élevé possible. Dans le processus de recherche de réponses, l’un des aspects les plus importants à évaluer est celui du rapport entre l’offre et la demande. Dans un domaine d’activité précis, un pays qui exhibe une demande supérieure à l’offre marque un point.

C’est le cas des États-Unis dans l’univers du développement informatique. Au pays de l’oncle Sam, l’industrie de la Tech. est une grosse composante de l’économie. D’après de récents chiffres du Cyberstates 2018 (une analyse annuelle de l’industrie américaine publiée par CompTIA), elle est classée comme 5e contributeur dans 22 états et se retrouve dans le top 10 lorsqu’on prend en compte une vingtaine d’autres. Pour ne prendre que le cas de l’IT seul, le Cyberstates 2018 prévoit une augmentation de 13 % du taux d’emploi entre 2016 et 2026 ; c’est dire quels seront les besoins futurs du pays en professionnels de l’IT. Les États-Unis comptent six des plus grosses enseignes de l’IT dans le top 10 mondial et on peut déjà voir la guerre qu’elles se font sur le terrain pour s’attacher les services de travailleurs qui constituent une denrée rare.

Aux USA, il est courant de voir des mastodontes comme Google ou Apple offrir des salaires de 100 000 à 200 000 $. Dans des domaines qui ont le vent en poupe comme l’intelligence artificielle, les experts ont des paies annuelles qui, dans certains cas, frôlent le million de dollars. En 2016, OpenAI d’Elon Musk a arraché Sutskever et Ian Goodfellow – deux chercheurs en IA – à Google grâce à des salaires respectifs de 1,9 million et 800 000 dollars l’an. Une étude de Hired publiée sur cette plateforme avait déjà souligné ces disparités. Hors des États-Unis, les entreprises du logiciel sont bien moins généreuses avec les développeurs. Selon les statistiques de la plateforme de recrutement, le salaire réel moyen d’un ingénieur logiciel n’est que de 73 000 $ à Londres et de 55 000 $ à Paris.


Un volet additionnel pour voir plus clair sur cette question de traitement salarial est celui du coût de la vie qui inclut des charges comme le loyer, le prix de l’immobilier, la nourriture, le transport, les services publics, les taxes foncières, etc. Une publication de Hired parue en début d’année apporte la lumière et il en ressort qu’en prenant ces paramètres en compte, le salaire d’un professionnel de l’IT à Paris remonte à 85 000 $. D’après les chiffres publiés par Hired, un travailleur installé à San Francisco a une paie de 142 000 $ en moyenne, soit 67 % de plus. En Europe, la ville de Londres est considérée comme l’une des plus chères, mais on peut bien voir que même après réévaluation le salaire d’un développeur qui y réside sera inférieur à celui de son homologue aux USA.


Ces développements laissent apparaître les États-Unis comme l’eldorado pour les informaticiens, mais avant d’y être un tour à la rubrique emploi.developpez.com est conseillé. 19000 offres d’emploi en informatique y attendent les visiteurs et le tour d’horizon ne se fera pas sans guide puisqu’ils disposent d’une cartographie complète des langages les plus demandés et les moins payés.

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Les ingénieurs du logiciel bénéficient-ils d’une meilleure évaluation de leur salaire aux USA ?

Quel commentaire faites-vous du cas de la France qui connaît une pénurie d’informaticiens ?

Êtes-vous satisfait de votre traitement salarial en tant qu’informaticien dans un pays francophone ?

Voir aussi :

Étude : les salaires des développeurs et de l'IT en France sont parmi les plus bas, pour quelle raison selon vous ?

À coût de la vie égal, le salaire d'un professionnel de l'IT à San Francisco est 67 % plus élevé que celui d'un Parisien, d'après une étude de Hired

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 11/12/2018 à 17:58
Les ingénieurs du logiciel bénéficient-ils d’une meilleure évaluation de leur salaire aux USA ? Ils bénéficient surtout du capitalisme sauvage du pays avec peu de services et peu d'impôt. Là, c'est une période faste, mais quand ça va retomber, ça va être sauvage... Les geeks de chez Lehman Brothers en 2008 se sont trouvé massivement dehors avec leur carton !

Quel commentaire faites-vous du cas de la France qui connaît une pénurie d’informaticiens ? La France est sclérosée essentiellement avec ses contrats de travail hyper contraignant pour les deux parties. Ça rend la mobilité très difficile et permet aux SSII de garder leur monde avec des conditions pas très reluisantes. Changer de job en quelques semaines comme je l'ai fait ici lorsqu'un nouvel employeur ne correspondait pas à mes attentes, impossible en France, t'es obliger de subir pendant au moins quelques mois.

Êtes-vous satisfait de votre traitement salarial en tant qu’informaticien dans un pays francophone ? Je suis dans un pays bilingue, mais je vais tout de même me permettre de répondre
Mon salaire est assez proche de ce que j'aurais en France, ce qui change, c'est le niveau de vie et les conditions de travail. Et c'est essentiellement ce dernier point qui me fait rester au Canada, je ne me vois absolument pas retravaillé avec des chefaillons français qui bloquent toutes initiatives personnelles. Donc le salaire, même à 50% de ce que je gagne, je ne retourne pas en France...
14  0 
Avatar de Anselme45
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 12/12/2018 à 10:25
Pourquoi les développeurs informatique ont-ils des salaires 5x plus élevés aux USA que dans les autres pays ?
Faire une telle comparaison est une pure foutaise!

1. Les salaires indiqués aux USA ne concernent que quelques individus clé de l'industrie. On peut aussi comparer le salaire d'un Ronaldo ou d'un Messi avec Alphonse Bolomet, arrière-droit au football club de Peigne-Cul-le-Petit, sympathique petite bourgade de 120 habitants dans un coin appelé "Loin de tout", les différences seront encore plus importantes. Quel est le salaire moyen d'un développeur US?

2. Parler salaire ne veut rien dire. Si tu touche 100'000 euro et que tu dois en dépenser 110'000 pour vivre décemment, es-tu plus riche que le mec qui gagne que 50'000 mais qui en dépense 20'000 pour vivre?

3. Il y a "développeur informatique" et "développeur informatique". Est-ce que le développeur d'un jeu video vendu à 100 millions d'exemplaire dans le monde et un mec qui développe une application basée sur Excel pour la gestion des stocks de sa boulangère font le même métier?
14  0 
Avatar de kbadache
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 12/12/2018 à 15:07
Autres questions.

Pourquoi quand on essaie de recruter un développeur, les choses principalement misent en avant sont :
- L'ambiance de travaille
- La stack technique
- Le babyfoot
- Les bières et pizza
Très rarement le salaire.

Pourquoi quand on essaie de recruter un commercial, on parle de :
- Salaire
- Prime
- Évolution de carrière
- Responsabilité
Et pas du babyfoot disponible pendant les heures de pause?



J'ai rien contre les commerciaux (vraiment) mais quand je vois les différences de traitement et de salaire, je me pose des questions.
14  0 
Avatar de NBoulfroy
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 12/12/2018 à 10:24
Je pense que le problème réside déjà dans le fait qu'en France, on estime qu'un cadre doit gagner plus qu'un technicien sauf que quand le cadre est une brelle en informatique et qu'il a sous sa responsabilité une équipe de développeurs, là est le souci car c'est eux qui en général apporte la productivité et la valeur commerciale à l'entreprise et non l'inverse.

Dans un pays, quand on estime que si tu ne finis pas cadre, tu as raté ta carrière professionnelle (vieille mentalité insupportable), on ne peut pas tirer grand chose de celui-ci.
13  0 
Avatar de geekorlife
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 15/12/2018 à 6:42
Petit retour d'experience perso.
Je suis actuellement aux US en plein coeur de la silicon valley ou je bosse comme senior frontend engineer. Mon salaire n'est pas trop degeu ($160k), et comme la plus part des dev ici, l'assurance sante est paye par mon entreprise ($2000 environ par mois pour moi et ma petite famille, sante, dentaire et vision).
J'ai aussi pas mal d'autres assurances payees par mon entreprise (une assurance deces, une assurance handicap etc...), 401K avec matching de l'entreprise (fond investit pour la retraite) etc...
Je suis en dessous de la moyenne qui est ici de $170k pour une senior frontend et je sais pertinament que je depasserais ce montant pour atteindre les 200k sans trop de souci d'ici l'annee prochaine.
Tout le monde parle des heures interminables aux US et il est vraie que si tu debarque dans une jeune startup, tu vas taper dans les 70h facilement (ca a ete mon cas pour 2 startups) mais une fois un certain cap passe (main features dev, base client faite etc...), on revient a des heures plus standard. Je peux me taper des coups de bourre mais en moyenne je tourne a 40-45h semaines maintenant.
J'ai un pack vacances ilimitees. En pratique , ca donne toujours 5 semaines environs pour moi mais j'en connais dans ma boite qui prennent facilement 7semaines dans l'annee. Le principal etant de livrer les features en temps et en heure.
De plus je peux bosser a la maison quand je veux meme si mon entreprise est a 10min de chez moi (ca aide avec les enfants malade) et poser des aprem / matinee quand je veux et du genre a la derniere seconde.
Tout ceci sont des perks ici tout a fait banals. Rien d'extraordinaire voir meme dans la moyenne basse.
Revenir en france (si ce n'est pas pour ma famille) me serait dur... Et en dehors du fait des salaires et autres avantages, je suis SANS diplome et donc 100% autodidacte. Ici c'est valorise, mis en avant, et ca prouve ta soif d'apprendre et de performer. Alors que en France, je ne pense meme pas pouvoir trouver un job meme avec une experience silicon valley.
PS: dsl pour le manque d'accent du a mon clavier US.
12  0 
Avatar de NBoulfroy
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 13/12/2018 à 12:07
Citation Envoyé par super_navide Voir le message
Moi franchement les états unis ça me dit rien même pour le salaire.
Moi j'ai 43 ans je bosse en province en tant que développeur pour une boite d'assurance , je gagne 2750 euros net par mois plus les primes d'intéressement sur lesquels je paye pas d’impôts quand elle sont placée sur un PEE )
Cette année ça faisait 10 000 euros de primes non imposée.
En plus dans ma boite on est régulièrement formé à des technos récente donc à jour dans les compétence techniques donc très employable..
A oui j'oubliais un CE avantageux ou les locations pour les vacances sont deux fois moins chères.
Et encore aussi le nombre de jours travaillé par ans 200 jours travaillés.
Et aussi la protection social ...

Donc le salaire ça ne fait pas tous, donc je reste en France avec oui une hiérarchie parfois pesante mais bon vu les avantages ça reste supportable.
Je pense que vous faites parti des chanceux.
10  0 
Avatar de Mathieu__
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 14/12/2018 à 9:42
Et sinon quand même dans le contexte français, oui, toute l'IT c'est bien payé.
Pour mémoire le salaire médian en France c'est 1750€/mois net, vous avez tous commencé à mieux que ça.
Il y a plein d'ingé chimistes, mécaniciens, biologistes qui regardent les salaires riquiqui de reconversion offerts par Sopra et autres comme des bons plans. (et ce sont des bons plans)
Il y a plein de responsables marketing issus d'écoles de commerce qui plafonneront à 45k.

Bon après je reconnais que j'ai un biais, je pense surtout aux bac+5 et licence pro. Je sais qu'un dev' sans diplôme va galérer comme c'est pas possible.
En France où les études sont gratuites ça va rester comme ça longtemps. C'est le contrecoup de l'école gratuite : si vous n'avez pas fait une formation bac+5 vous êtes regardé comme un semi-cassos.

Ma boîte vient de se mettre à l'offshore à Madagascar. Les locaux qu'on recrute là-bas c'est 100% sur test technique, on ne regarde que vaguement la formation et on regarde les Mooc comme des diplômes crédibles. Et les gars qui sont pris sont appréciés pour leur compétence.
En France non. On ne prendra jamais autre chose qu'un bac+5, à la rigueur une licence pro d'une formation réputée avec de l'XP.

Après oui, ça ne veut pas dire qu'il faut s'en contenter des salaires actuels, non mais ho.
10  1 
Avatar de Ekolamar
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 13/12/2018 à 14:23
Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
Je pense que vous faites parti des chanceux.
Même pas chanceux, c'est "l'élite" qui travail dans la banque/assurance et qui ont 3 fois les avantages/salaires du reste du monde, on est sur le très haut du panier qu'on obtiendrait plus aujourd'hui.

200jours travaillé donc grosso-modo 10 semaines de congés (jours ouvrés 2019 = 251j).
10k€ de prime, c'est 4-5 fois plus que tout ce que j'ai entendu en banque (souvent c'est 2-3k€)
50% de réduction sur les voyages en CE, c'est du bon CE de banque/assurance mais standard (souvent réservé aux familles avec enfants par contre).

Actuellement on est plus à créer des DSI filiales à la convention syntec (donc séparé, plus de bénéfices, donc 0 intéressement/Participation, les conditions syntec pourris etc.) qu'embaucher des informaticiens au contrat de la société mère.

Ca fait contrat du pic des années 2000 (où les salaires/avantages étaient mirobolants), après j'aurais aussi préféré qu'on aligne tout le monde sur ce type de contrat (nivellement par le haut), que par le bas (vers syntec) mais on choisit pas ^^.

Après un bémol :
"Donc le salaire ça ne fait pas tous, donc je reste en France avec oui une hiérarchie parfois pesante mais bon vu les avantages ça reste supportable"

Vous êtes aussi dans le haut du panier niveau salaire (+45k€/an + primes en sus sachant que le taux horaires est beaucoup plus élevé vu tous les congés), surtout en province, donc le salaire fait beaucoup, si
8  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/12/2018 à 14:31
Citation Envoyé par Kihmé Xs Voir le message

Si pour moi kbadache se trompe sur l'analyse des chiffres (voir ma première ligne), il a vraiment raison sur le fait que les informaticiens en France ne savent pas se vendre et ne savent pas faire jouer la concurrence. Il y a beaucoup à faire, car non, vouloir très bien gagner sa vie n'est pas un problème, osez, vous obtiendrez beaucoup plus que les autres, et vous l'aurez mérité.
Encore faut-il être en position de faire jouer la concurrence...

Si tu es dans un truc de niche, avec peu de candidats, là oui, tu peux éventuellement le faire.

Mais dans le gros du développement dans les langages plus recherchés, comment tu veux demander X K euros en plus sur le salaire proposé sur l'annonce, alors qu'il y a Y mecs qui sont près à accepter le salaire en question ? La majorité des recruteurs se moquent du fait que tu es peut-être plus doué que ceux qui accepteront le salaire moins alléchant, la plupart du temps, ils seraient bien incapable de le remarquer de toutes façons, et eux verront surtout la plus-value sur la marge qu'ils vont se faire.

Et cela prouve bien que cette pénurie dont on nous rabâche les oreilles, c'est du pipeau, quand il y a pénurie, on se bat pour avoir le mec / le produit / le service, et la personne qui peut fournir cela, décide effectivement du tarif. Aujourd'hui, on n'a pas grand chose à dire sur la tarification de notre force de travail (ou alors il faut passer indépendant et encore il ne doit pas y avoir des dizaines de milliers d'indé pouvant se vendre beaucoup plus cher que les prix du marché), tout simplement car vu le nombre de demandeurs sur le marché, nous sommes remplaçables à loisir, quitte à perdre quelques mois de rentabilité qui coûteront toujours moins cher pour la SSII (pas forcément pour le client attention) en embauchant un junior vendu comme un expert, que d'augmenter quelqu'un.

Sachant que pour faire marcher la concurrence, il faut déjà que ton CV ai atteint le stade des entretiens, ce qui n'est pas forcément gagné dans certains domaines / langages, vu les quantités qui passent chez les RH, même en étant "bon" voir "excellent" (cf les témoignages de certains membres ici ayant eu à gérer des embauches).

Citation Envoyé par Kihmé Xs Voir le message

Les développeurs ont éduqué leurs client et leur hiérarchie, il est temps d'éduquer les RH, croyez moi, ils cherchent à comprendre pourquoi on ne leur répond pas.
J'ai ri.

Si rien que les clients étaient vraiment si éduqués, il n'y aurait presque plus de SSII, une bonne partie des SI auraient été ré internalisés, et surtout, mais alors surtout, on arrêterait de pratiquement systématiquement prendre le SI pour un centre de coût seulement et de prendre les devs pour des gens qui se managent et dont l'emploi du temps se gère, comme celui de mecs travaillant à la chaîne en usine...
8  0 
Avatar de DuyBinh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/12/2018 à 11:09
Citation Envoyé par GLDavid Voir le message
Je te plussoie !
J'ai connu pareil entreprise (une mid-size pharma). A la difference, ce n'est pas le KPI (quoique...), mais le joli miroir aux alouettes que sont les bonus sur performances.
Ah! Quoi de mieux pour ruiner une équipe et instaurer un climat où l'agressivité est portée sur l'interne et non sur la concurrence! On se battait évidemment pour tout faire à accomplir nos objectifs (curieusement irréalistes) de l'année.
Et le plus drôle, c'est l'aveu du CSO qui demandait à ses managers à ce que les "notes" (si, si, comme à l'école) soit lissées sous forme de Gaussienne. Autrement dit, le chouchou se voyait promu meme s'il est une quiche absolu et celui qui ne revenait pas à la tête du manager se voyait durement impacté.
Et tout ça pourquoi? Pour un bonus qui se résume à une 'gratification' de 1/10 de votre salaire mensuel...net! Et vous étiez heureux d'avoir ça grâce à votre note incroyable de 3/5. J'ai un jour eu 4/5 (ouais!!! Vive le sacrifice d'un an) pour être promu de IS Business Analyst à ... IS Business Analyst (merci patron) et une augmentation de à peine supérieure à celle de l'inflation.
Et puis, ces évaluations de fin d'année! On nous demandait quels étaient nos points faibles. Evidemment que les managers nous blâmaient dessus comme du poisson pourri.
J'ai quitté cette entreprise il y a 2 ans après avoir frôlé, je le confesse, le burn-out (management innefficace, équipe et ambiance pourries et surtout une opportunité/chance que je ne pouvais pas laisser passer). Aujourd'hui, mon chef est aux USA, l'entreprise est américaine, je travaille dans l'Europe entière et je retiens surtout que ça marche à la confiance. Il y aussi un pragmatisme que je n'ai que peu connu. On est factuel, et c'est bien.
La morale de mon histoire est, ne laissez surtout pas tomber votre chance. Si une opportunité se présente, saisissez-là! Et surtout, surtout, vous ne vous plaisez pas/plus dans votre boîte, quittez-là! Faites tout pour ne pas sombrer, ça ne vaut pas le coup.

@++
This. J'aurais tendance à dire si vous êtes techos comme la majorité des gens de ce forum, faites le mercenaire sans état d'âme, changer et bosser que pour le pognon et pas les discours tentant de vous caresser dans le sens du poil à coup de "baby-foot, esprit d'équipe" ou autre connerie. Dites vous bien que vous pouvez avoir une bonne ambiance dans les boites qui paient mieux (et c'est souvent le cas même bizarrement dans mon expérience perso).
8  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web