Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Nous avons besoin d'un ensemble de principes directeurs permettant de définir le type de Web que nous voulons demain »,
Déclare l'inventeur du Web

Le , par Bill Fassinou

160PARTAGES

15  0 
« Ces dernières années, il est devenu évident que le Web ne répondait plus aux grands espoirs que nous avions placé en lui. Construit comme un outil ouvert de collaboration et d'autonomisation, le Web a été détourné par des "escrocs et des trolls" qui l'utilisent pour manipuler des gens partout dans le monde. Pour préserver un réseau qui serve toute l'humanité, pas seulement les privilégiés et les puissants, nous devrons nous battre pour ça. C'est pourquoi je demande aux gouvernements, aux entreprises et aux citoyens du monde entier de souscrire à un ensemble de principes fondamentaux pour le Web », c'est ce que propose l'inventeur du Web, Tim Berners-Lee, dans un article du quotidien The New York Times.

Rappelons qu'en novembre 2017, dans une tribune accordée à The Gardian, Tim Berners-Lee, avait livré ses inquiétudes quant à l'avenir de la toile. L’informaticien britannique pointait du doigt les nombreuses failles qui rendent le Web moins sûr et exposent ses utilisateurs. Selon lui, le recul des protections de la neutralité du Net, la prolifération de « Fake News », la propagande et la polarisation croissante du Web sont autant de maux qui menacent l’avenir d’un Web sûr. Il se préoccupe notamment de la manière dont les systèmes publicitaires de grandes plateformes ont été conçus pour attirer l'attention des internautes à tout prix.


« Le système est en train d'échouer. La manière dont les revenus publicitaires fonctionnent, avec les Clickbait, n’est pas conforme à l’objectif d'aider l'humanité à promouvoir la vérité et la démocratie. Je suis donc préoccupé », affirme Tim Berners-Lee. Selon lui, quelques entreprises puissantes sont aujourd’hui en train de s’approprier le Web. En effet, il déclare que « ce n'est pas de la démocratie » que de mettre tout entre les mains d’entreprises qui sont « les plus manipulatrices ».

Tim Berners-Lee souhaitait qu’il s’opère un changement de mentalité dans la conscience collective pour que les habitudes puissent changer de manière positive. Il déclare que « nous sommes tellement habitués à ce que ces systèmes soient manipulés que les gens pensent que c'est comme cela qu'Internet fonctionne ». Pour lui, ce sont les internautes ensemble qui doivent « réfléchir à ce à quoi le Web devrait ressembler ». Les réseaux sociaux sont à l’origine de plusieurs polémiques ces derniers mois notamment à cause de campagnes publicitaires qui ont visé à influencer des électeurs. Cependant, l’inventeur du Web pense que s’il est vrai que cela pose de nombreux problèmes, ces derniers ayant été créés par des humains « peuvent et doivent être résolus » pour que le Web reste fidèle à son objectif premier.

D'ici fin 2019, 50 % de la population mondiale sera connecté à l'Internet, selon un rapport récent de la Commission sur le large bande pour le développement numérique, affiliée aux Nations Unies. Or, ces dernières années, la propagande informatique ne cesse de prendre de l'ampleur. Récemment, un rapport de l'Oxford Internet Institute (OII), un institut multidisciplinaire et basé à l'Université d'Oxford en Angleterre qui est consacré à l'étude des implications sociétales d'Internet indique que la manipulation de l'opinion publique sur les plateformes de médias sociaux est devenue une menace critique pour la vie publique. Le rapport a révélé que malgré les efforts pour lutter contre la propagande informatique, le problème s'aggrave à grande échelle. Partout dans le monde, des agences gouvernementales et des partis politiques exploitent les plateformes de médias sociaux pour diffuser des informations indésirables et la désinformation, exercer une censure et un contrôle, et saper la confiance dans les médias, les institutions publiques et la science.

« Cependant, nous ne devons pas abandonner la promesse du Web. Toutes les technologies comportent des risques. Nous conduisons des voitures malgré la possibilité d'accidents graves. Nous prenons des médicaments sur ordonnance malgré le danger d'abus et de dépendance. Nous intégrons des garde-fous dans les innovations afin que nous puissions gérer les risques tout en tirant parti des opportunités. Le Web est une plate-forme mondiale. Ses défis dépassent les frontières et les cultures. Tout comme le Web a été créé par des millions de personnes collaborant dans le monde entier, son avenir dépend de notre capacité collective à en faire un meilleur outil pour tous », déclare Tim Berners-Lee.

« Pour forger le Web de demain, nous avons besoin d’un ensemble de principes directeurs permettant de définir le type de Web que nous voulons. Les identifier ne sera pas facile à cause de la diversité de pays, de cultures et d'intérêts de chacun. Mais je pense qu'il est possible de développer un ensemble d'idéaux de base sur lesquels nous pouvons tous nous mettre d'accord, ce qui améliorera le fonctionnement du Web pour tout le monde, y compris les 50 % de la population mondiale qui ne sont pas encore connectés. Les gouvernements, les entreprises et les particuliers ont tous un rôle unique à jouer. La World Wide Web Foundation, une organisation que j'ai fondée en 2009 pour protéger le Web en tant que bien public, a défini un ensemble de principes fondamentaux qui définissent les responsabilités de chaque partie en matière de protection d'un Web au service de toute l'humanité. Nous demandons à tous de souscrire à ces principes et de nous rejoindre lors de la création d'un contrat formel pour le Web en 2019 », explique Tim.

Ces principes spécifient que les gouvernements sont responsables de la connexion de leurs citoyens à un réseau ouvert qui respecte leurs droits. Ils disent que les entreprises technologiques doivent jouer leur rôle pour s'assurer que le Web est sécurisé, accessible et protège les données des utilisateurs. Ils expliquent clairement que chaque citoyen a la responsabilité d’agir avec compassion et d'éviter les comportements négatifs qu’il ne tolérerait pas hors ligne. Plus important encore, les principes disent que nous devons nous lever et nous battre pour un Web qui serve tout le monde. « Si nous, les milliards de personnes qui utilisent le Web, ne le défendons pas, qui le fera ? », se demande Tim.

« Sur la base de ces principes fondamentaux, le contrat pour le Web établira un nouvel ensemble de normes pour guider les programmes de politiques numériques des gouvernements et les décisions des entreprises dans la construction des technologies Web de demain. Ceux qui soutiennent et aident à développer le contrat ne montreront pas seulement leur engagement pour l'avenir du Web, ils aideront à le façonner. Si nous voulons un Web qui fonctionne pour nous, nous devons travailler pour son avenir. [...] La bonne nouvelle est que l'appétit pour relever les défis du Web n'a jamais été aussi grand. Faisons en sorte que le prochain milliard de personnes se connecte à un site Web qui vaille la peine d'être créé. Faisons de 2019 l’année où nous repoussons les forces qui subvertissent l’esprit ouvert du Web. Nous avons besoin d'un site Web gratuit et ouvert pour tous », explique Tim.

Rappelons qu'en 2017, Alors que le web fêtait ses 28 ans, Tim Berners-Lee, l’un des fondateurs du World Wide Web inquiétait déjà de la direction que prend Internet. Le père du web avait publié une lettre ouverte aux allures de bilan qui dépeint les menaces auxquelles fait face le web. S’il est fier de ce qu’est devenue sa création, il a toutefois listé les enjeux qui sont, selon lui, les plus préoccupants pour l'avenir du web. Dans une colonne publiée dans The Guardian aux allures du bilan inquiet, Tim Berners-Lee s’alarmait et mettait en garde contre les dangers qui menacent les idéaux sur lesquels s’est bâti le web dans les années 1990. « J’ai inventé le web. Voici trois choses que nous devons changer pour le sauver : la perte de contrôle sur nos données personnelles, les “Fake news” et l’exploitation des données personnelles à des fins politiques », avait-il déclaré.

Source : The New York Times

Et vous ?

Que pensez-vous de la proposition de Tim Berners-Lee ?

Voir aussi

L'inventeur du Web, Tim Berners-Lee livre ses inquiétudes quant à l'avenir de la toile et pointe du doigt le recul de la neutralité du Net

L'EFF fait appel de la décision de Tim Berners-Lee qui a approuvé la spécification Encrypted Media Extensions la Foundation s'explique

Tim Berners-Lee estime à son tour que le démantèlement des sociétés comme Facebook et Google devrait être envisagé face à leur ultra-domination

Tim Berners-Lee : le web tel que nous le connaissons est menacé par plusieurs dangers notamment la perte de contrôle de nos données et les fake news

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Alexcouter
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 10/12/2018 à 16:07
Comme chaque outil, l'homme se chargera toujours d'en faire très bon, et très mauvais escient.. Peu importe les règles, les bases, elles, sont inaltérables.
0  0