Un bioingénieur italien crée le premier steak végétalien (sans viande) imprimé en 3D
à partir de protéines 100 % végétales

Le , par Christian Olivier

60PARTAGES

14  0 
En partant du principe que le mot steak ne désignerait en réalité qu’une matière organique fibreuse découpée et présentée sous une forme particulière, on pourrait dire que toute viande (bœuf, cheval, cochon, chèvre…) ou matière protéique d’origine animale ou végétale peut être utilisée pour faire un steak.

C’est dans cet ordre d’idée que Giuseppe Scionti, un bioingénieur Italien travaillant pour la startup espagnole Novameat, a créé le tout premier steak sans viande imprimé en 3D au monde à l’aide d’un logiciel de conception assistée par ordinateur et d’une imprimante 3D. Ce steak végétalien imprimé en 3D est fait à base de protéines 100 % végétales. Il a été créé à partir d’une pâte alimentaire permettant de reproduire un morceau de chair fibreuse qui imite la texture de la viande de bœuf.


Pour son premier prototype, Scionti a mélangé des ingrédients riches en protéines végétales (algues, riz, pois…) avec un colorant utilisé pour la paella afin de réaliser une pâte rouge vif pouvant ensuite être imprimée en 3D pour former une gelée avec une forte teinte rouge ressemblant à un steak cru traditionnel. Le scientifique italien a également mis au point de la poitrine de poulet sans viande ni colorant qui, une fois cuite, ressemble à la viande de poulet cuite ordinaire.


Bien que certaines entreprises travaillent à la création de « ;viande propre ;», viande artificielle créée à partir de cellules animales cultivées in vitro en laboratoire, ces méthodes sont longues et coûteuses. La méthode de Scionti permet d’imprimer un steak végétalien de 100 grammes en 30 minutes. Pour la production à grande échelle, le bioingénieur prédit que la technologie permettra de réduire de dix fois le temps et les coûts de fabrication, par rapport aux valeurs actuelles.

Source : Dezeen

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Yhnova : la première maison imprimée en 3D a été inaugurée à Nantes et va recevoir ses premiers locataires en juin 2018
Êtes-vous pour ou contre la mise à disposition publique de fichiers 3D pour imprimer les armes à feu ? Des procureurs US s'opposent à cette pratique
Les imprimantes 3D auraient toutes une sorte « d'empreintes » qui permettrait de suivre les armes qu'elles impriment à la trace, selon une étude
Impression 3D : HP lance une machine qui construit des articles non pas en plastique, mais en acier

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de wolinn
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 03/12/2018 à 10:57
Un précurseur
9  0 
Avatar de Edrixal
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 03/12/2018 à 10:17
Pourquoi lutter pour arrêter de manger de la viande pour au final créer un aliment sans viande qui ressemble à de la viande afin de la consommer... J'comprendrais jamais ce principe des végans qui veulent continuer à manger de la viande sans viande...

Sinon l'idée est bonne, mais par pitié trouver autre chose qu'un steak, ça manque cruellement d'originalité...
7  1 
Avatar de plegat
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 03/12/2018 à 13:18
Et il est où l'intérêt de l'impression 3D pour faire un gros pâté tout plat?
Il aurait fait un mickey ou une vache en 3D, à la limite... mais là... il aurait mis la louche directement dans un moule, il l'aurait eu en deux minutes sont "steak".

Après, il vaudrait mieux rester sur le principe des soupe chinoise instantanée... elles sont toutes goût bœuf, gout poulet... alors qu'il n'y a ni bœuf ni poulet dedans, mais au moins ils le disent texto, ils ne cherchent pas à faire comme si c'était du bœuf et du poulet!

Pas besoin de tortiller du popotin, un magret de canard qui ne vient pas d'un canard, ça ne sera jamais un magret de canard. Point. Ca sera autre chose, peut-être très bon et gustativement et pour la santé, mais autant appeler un chat un chat...
6  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/12/2018 à 8:37
Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message

En comparaison, même un poulet de batterie (pratique que je ne soutiens pas, par ailleur) mange à satiété, dors tranquillement, n'est jamais aggressé ou blessé, et est soigneusement protégé de la maladie. Le seul problème qu'il a, c'est le manque d'espace. Il sera bien moins en état de stress qu'un animal sauvage.

Quant aux excréments, les oiseaux n'ayant pas le controle de leur sphinctère chient même dans leur nid et là où ils mangent, cages ou pas cages.

Ce qui montre bien ta méconnaissance des conditions de vie des animaux dans les élevages industriels (et oui je fais bien la différence entre élevage industriel et le petit éleveur qui laisse paître 20 têtes de bétail dans son champ, n'en déplaise à certains).

https://www.lemonde.fr/planete/artic...5235_3244.html

La vidéo a été réalisée fin janvier au sein de l’EARL de Trégonguen, une exploitation de taille moyenne, qui fait naître et engraisse chaque année plusieurs milliers de cochons pour les envoyer à l’abattoir. On y voit des animaux maigres, blessés, malades, voire agonisants. Dans leurs enclos et leurs cases gisent un cadavre de truie en état de putréfaction et plusieurs porcelets morts. Des ossements porcins, notamment de mâchoire et de pied, parsèment le couloir principal.
Plus largement, les images attestent d’une absence de nettoyage et de désinfection des bâtiments : des excréments jonchent les allées et d’immenses toiles d’araignée couvrent les murs et les plafonds, barrant même les couloirs permettant d’accéder aux salles d’engraissement. Des seringues usagées et des produits vétérinaires périmés traînent sur des étagères, tandis que le matériel chirurgical destiné à la section des queues gît à même le sol.
Les défauts de ventilation entraînent des problèmes respiratoires pour les animaux, comme en témoignent les médicaments trouvés dans l’élevage.
Le risque de transmission de dangers ayant un impact sur la santé animale, mais aussi sur la santé humaine, est maximal », prévient la vétérinaire Hélène Gateau, à laquelle l’association a soumis les images
Les porcs charcutiers, eux, sont engraissés dans des salles communes depuis leur sevrage jusqu’à leur abattage, 180 jours plus tard. La mortalité est élevée : 14 % des porcelets nés vivants n’atteignent pas cette étape


https://www.lyoncapitale.fr/actualit...e-qui-derange/

Une souche permettant une croissance hyperrapide des poulets, qui arrivent à maturité en 35 jours. Et ce au prix de certains sacrifices pour l'association L214 : "il n'y a que les muscles des poulets qui grossissent, et ce déséquilibre entraîne des problèmes pulmonaires chez les volailles, qui sont victimes de crise cardiaque…"
L'autorité de sûreté européenne des aliments déclare ainsi que "75 % du poulet industriel est contaminé par la bactérie campylobacter, principale responsable des maladies diarrhéiques et des intoxications alimentaires"


https://actu.fr/normandie/montville_...e_4665103.html

Ces animaux ne voient jamais le jour. Ils sont sur des caillebotis. Les porcs sont enfermés dans des hangars les uns sur les autres à respirer leur urine et leurs excréments. On leur coupe la queue et les dents pour ne pas qu’ils se mordent. Ces élevages soulèvent des questions de cruauté envers les animaux.


https://blogs.mediapart.fr/edition/d...-vie-de-cochon

De nombreux troubles du comportement sont alors observés : gestes stéréotypés (mouvements pendulaires, grattage du sol, mâchonnement des barreaux ...), automutilation et caudophagie. Pour éviter ce dernier comportement (qui consiste à grignoter la queue de ses congénères), les porcelets subissent peu après la naissance un traitement de choc : meulage ou coupe des dents (respectivement à l'aide d'une meuleuse électrique ou d'une pince coupante) et section de la queue (à l'aide d'un bistouri ou d'un coupe-queue thermique) ; des "soins" effectués sans anesthésie
Logiquement, ces grossesses multiples affaiblissent les truies et fragilisent leurs organes. Pour faciliter la mise bas, celles-ci se voient alors injecter de fortes doses d'hormones (lesquelles favorisent les contractions, l'expulsion, la montée du lait ...) ; et quand les porcelets ne veulent toujours pas sortir (ce qui est assez fréquent), c'est l'éleveur qui va les chercher en plongeant sa main gantée dans l'intimité de la truie. Incapable de se mouvoir, et donc, de manifester le moindre comportement maternel, la truie allaitera ses petits à travers les barreaux de la stalle ; des petits qui seront ensuite sevrés ultra-précocemment (à l'âge de 3-4 semaines, au lieu de 3-4 mois de façon naturelle)
Maladies, blessures, stress : les sources de mal-être sont diverses en élevage. Chez les cochons, les problèmes ostéo-articulaires (ostéochondrose, lésion des sabots, arthrite ...) figurent parmi les principaux syndromes douloureux connus. En cause, la dureté des sols (en béton le plus souvent) et le manque d'exercice physique (espaces réduits, faible luminosité), mais aussi et surtout un niveau alimentaire élevé et une sélection génétique orientée vers la production (croissance accélérée des chairs). Notons que les opérations de sélection génétique ont d'autres conséquences néfastes : par exemple, la sélection pour un nombre accru de naissances a engendré des taux de mortalité/morbidité élevés chez les porcelets ; autre exemple, la sélection pour des viandes moins grasses a engendré des cochons intolérants au stress (syndrome de stress aigü). Entre autres facteurs de souffrance avérés, citons (pêle-mêle) les maladies pulmonaires (dues à la respiration continuelle des gaz remontant des lisiers), les blessures (proximité, combats, transports), les complications post-opératoires (hernies, abcès ...), les prolapsus, les mammites ...

Etc Etc, tu peux trouver des liens par dizaines, et la ce n'est que en France.

Mais effectivement, ils respirent le bonheur et la bonne santé...

Ce que je vais dire va choquer les "spécistes" qui pensent l'homme au-dessus des animaux, mais tu as le discours typique des mecs qui défendaient l'esclavage à l'époque : "c'est pour leur bien"...

Et encore une fois je le redis, je ne suis même pas vegan, mais il faut arrêter de se voiler la face sur ce qui se passe dans de nombreux élevages...

Et il y a de nombreux vegans qui s'en sortent très bien sans compléments, le problème vient surtout du fait de gens qui veulent se mettre au véganisme sans se renseigner comme il faut, sans prendre en compte les particularités de leur organisme, etc. Etre vegan ne consiste pas à juste arrêter la viande du jour au lendemain, et à ne plus manger que des patates et des haricots, il y a certaine protéines / vitamines que tu peux trouver dans des légumes verts, des légumineuses, des fruits, des plantes, que l'on n'a pas forcément l'habitude de consommer.

Donc oui, le veganisme c'est loin d'être parfait pour tout le monde, et je le redis, mon discours n'est pas pour que tu deviennes vegan, je ne le suis pas moi-même, mais ta vision des élevages industriels est légèrement biaisée.

Ah et ton loup qui peut manger de tout, bah en fait non, en dehors de la viande, cela peut lui arriver de manger de petits fruits si il est vraiment en galère pour compléter son alimentation, mais il est carnivore et mange essentiellement de la viande :

http://www.oncfs.gouv.fr/Connaitre-l.../Le-Loup-ar636

Régime alimentaire : carnivore (mais peut consommer des fruits à l’occasion)
En moyenne 2 à 5 kg par jour, mais peut jeûner plusieurs jours. Prédateur essentiellement des ongulés sauvages (en France : chevreuil, chamois, mouflons, cerfs) et d’espèces domestiques (surtout ovins, caprins, moins fréquemment et selon circonstances jeunes bovins et équins)
Donc non, ce n'est pas comparable à l'homme.
4  0 
Avatar de Buffet_froid
Inactif https://www.developpez.com
Le 03/12/2018 à 12:30
3  0 
Avatar de ztor1
Membre actif https://www.developpez.com
Le 03/12/2018 à 11:09
En clair,

TOP Chef 2029 :

Une dizaine d'imprimantes 3d
2  0 
Avatar de MiaowZedong
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/12/2018 à 12:50
C'est peut-être beau, mais si ça ne résout pas les problèmes de B12, carnitine, carnosine, taurine, créatine, acides gras essentiels, etc des végétariens et surtout des végétaliens, ça n'a aucun intérêt. De même que si pour résoudre ces problèmes nutritionels, il faut polluer (comme actuellement la synthèse de la taurine est si polluante qu'elle est interdite dans tous le pays Occidentaux, la taurine des suppléments alimentaires et boissons énérgisantes provient de Chine...qui finira sans doute par l'interdire à son tour).
3  1 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/12/2018 à 16:24
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Purée je m'attendais à avoir cette réponse beaucoup plus rapidement
J'ai fais exprès d'écrire cette provocation pour voir les réactions.
Ben voyons.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Après c'est basé sur un truc vrai, les humains sont des omnivores, il y a écrit là :
Omnivore
Omnivore signifie que tu PEUX manger de tout, pas que tu DOIS manger de tout

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Mais bon devenir végétarien ou pire vegan, ça fait bien chier tout le monde.

Un vegan invité à un repas va casser les couilles à tout le monde. Même pour lui ça doit être chiant. Soit il amène sa boite en verre avec sa bouffe, soit il vient pas. (au moins les anorexiques sont moins chiantes ^^)
Bof, c'est pas plus chiant que ceux qui aiment pas le poisson ou, tel légume, ou qui sont allergiques à ceci ou cela. Tout dépend de ce que tu avais prévu de cuisiner, c'est pas obligé de te faire chier, après ce n'est pas possible avec tous les plats, mais dans bien des cas, il suffit juste de ne pas cuire la viande mélangée avec le reste.

Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
C'est vrai, pour être normal ont devrait faire comme les autres prédateurs, pourchasser les animaux longtemps, les déchirers a coups de griffes et de dents, commencer à les manger avant même qu'ils décèdent...

Quand je vois l'état des souris ou des oiseaux ramenés par les chats, je me dit que même les poulets de batterie ont une meilleure vie.
Euh lol, t'es en train de comparer des carnivores qui chassent pour se nourrir à des humains qui "peuvent" se passer de viande, et surtout, que rien n'oblige à élever les animaux dans ces conditions ?

Même moi qui suis un "carniste" (même si j'en mange peu, je mange toujours de la viande), je trouve cette comparaison extrêmement débile...

Accessoirement, même si ton chat fait souffrir sa proie pendant qu'il la bouffe, sa proie aura vécu librement à l'air libre avant cela, et en bouffant des trucs normaux, elle n'aura pas passé X mois / années dans un truc sans sortir, sans place et à bouffer de la farine animale ou autre saloperie, en pataugeant dans sa fiente.
3  1 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/12/2018 à 15:25
Citation Envoyé par Edrixal Voir le message
Pourquoi lutter pour arrêter de manger de la viande pour au final créer un aliment sans viande qui ressemble à de la viande afin de la consommer... J'comprendrais jamais ce principe des végans qui veulent continuer à manger de la viande sans viande...

Sinon l'idée est bonne, mais par pitié trouver autre chose qu'un steak, ça manque cruellement d'originalité...
Je l'ai compris à force de discussion et de débats avec un ami vegan. Les vegans agissent par convictions d'ordre éthique (la souffrance animale), et d'ordre écologique (l'impact vraiment gigantesque de la production de viande et de lait). Mais globalement, d'après ce qu'il m'a expliqué, ils aiment la viande et la texture.

Au vu du prix de la viande, et de l'impact environnemental de celle-ci, ce type d'innovation a pour moi beaucoup d'avenir.
2  0 
Avatar de sergio_is_back
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 03/12/2018 à 10:37
Très appétissant... J'ai hâte de gouter
1  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web