La BCE se lance dans les systèmes de paiement instantané avec TIPS
Afin de contrer des acteurs comme PayPal en zone euro

Le , par Stéphane le calme

41PARTAGES

13  0 
Le marché des paiements est actuellement marqué par 3 grandes tendances (« 3D ») :
  • Disponibilité, marquée par « l’Économie de l’instantané », qui se traduit par un besoin de moyens de paiement adaptés aux nouveaux modes de consommation (Anytime Anywhere) ;
  • Dématérialisation, avec l’essor du numérique qui concerne particulièrement les échanges commerciaux ou les services ;
  • Dissémination, avec l’apparition de nombreux acteurs sur le marché (PSP1, GAFA2, Fintechs, etc.) qui font courir un risque de fragmentation de ce marché.

Le paiement instantané s’inscrit dans cette nouvelle dynamique pour mieux correspondre aux besoins des utilisateurs, en offrant des services disponibles en continu, à l’échelle du continent, pour payer en moins de 10 secondes.

L’industrie bancaire dans son ensemble a bien pris en compte cette évolution des comportements et propose déjà des solutions, tant du côté des opérateurs de systèmes de paiement que des offres de marché comme le service de paiement de personne à personne. Elles sont essentiellement domestiques à ce stade, dès lors que la demande est d’abord domestique. Pour autant, ce nouveau moyen de paiement doit s’inscrire à l’échelle européenne dans un schéma harmonisé et concurrentiel.

En clair, en réponse à la demande croissante des consommateurs en matière de paiements instantanés, plusieurs solutions nationales ont été développées ou sont en cours de développement dans l’UE. Un défi pour l’Eurosystème est de veiller à ce que ces solutions nationales n’introduisent pas (à nouveau) la fragmentation sur le marché européen des paiements de détail.

C’est dans ce contexte qu’a été développé TIPS (TARGET Instant Payment Settlement) par la Banque centrale européenne, qui vise à minimiser ce risque en proposant un service qui puisse aider à atteindre tout titulaire de compte bancaire en Europe.

Le système, qui a été lancé vendredi, est le fruit d’un développement qui aura duré un peu plus d’un an (son développement a commencé le 21 juin 2017). Il va permettre aux particuliers et aux entreprises d’Europe de virer des euros entre eux en quelques secondes et quelles que soient les heures d’ouverture de leur banque locale. En effet, TIPS propose un service de règlement paneuropéen de virements instantanés en monnaie Banque Centrale, avec une disponibilité continue 24/7/365.


Concrètement, que se passe-t-il avec TIPS ?

L'Europe bancaire, qui a perdu la bataille dans le domaine des cartes bancaires dominé par les américains Visa et Mastercard, veut être prête face aux mastodontes américains Google, Amazon ou Apple ainsi qu'au chinois Alibaba qui s'installent sur le marché des services de paiement.

«TIPS est un outil qui va permettre aux banques de ne pas abandonner la partie à ces acteurs du numérique», déclare à l'AFP Marc Bayle de Jessé, directeur général à la BCE, chargé des infrastructures de marché et des paiements.

Concrètement, le service offert par la BCE, permettra à chacun de transférer tout au long de l'année et en quelques secondes de l'argent via un smartphone, une tablette ou un ordinateur. «Cela équivaut à se servir d'argent liquide, pour peu que l'argent se trouve sur le compte du payeur», résume le directeur à la BCE.

La particularité est que les euros qui circuleront proviendront de comptes ouverts par les banques auprès d'une banque centrale, permettant une grande rapidité d'exécution des transactions et une quasi-gratuité, en sautant l'étape intermédiaire des portefeuilles électroniques type Apple ou Google.

TIPS va permettre de « remplacer l'argent liquide qu'on a dans sa poche par un paiement numérique instantané ». Certes, d'autres applications de paiement express en ligne existent déjà en zone euro, comme Paylib en France, ou d'autres qui rencontrent un grand succès au Royaume-Uni et en Scandinavie. Mais ces offres restent toutefois « nationales et réservées aux membres d'une même communauté », observe Bayle de Jessé, qui voit TIPS comme un outil allant à contre-sens d'une fragmentation du marché.


Huit acteurs bancaires dans un premier temps

Pour le moment cependant, Reuters rapporte que seules huit banques, principalement d'Espagne, d'Allemagne et de France et principalement de petite taille ou de taille moyenne, ont signé.

« Nous devons nous pencher sur les raisons de la rareté des principaux acteurs européens sur le marché des paiements », a déclaré Yves Mersch, directeur de la BCE, lors de la présentation de TIPS à Frascati, en Italie. « Si la capacité d'investissement est insuffisante (…), nous ne devons pas hésiter à mettre en commun ressources et volumes et à créer de plus gros acteurs ».

Un porte-parole de PayPal a déclaré que la société accueillait TIPS dans ce segment et appelait à « davantage de collaboration dans le secteur des paiements ».


Un premier paiement a déjà eu lieu vendredi

Le premier paiement via TIPS a eu lieu vendredi entre un client de la société espagnole CaixaBank et une de la banque française Natixis, a annoncé la BCE.

En dehors de l’espagnol BBVA, voici la liste des autres participants : les espagnols Abanca Corporación Bancaria, Banco de Crédito Social Cooperativo et Caja Laboral Popular Cooperativa de Crédito, les allemands Berlin Hyp et Teambank. À leurs côtés, figure la banque française BPCE (réunion des réseaux Banque Populaire et Caisse d'Epargne).

Le traitement prend moins de 10 secondes pour être traité et coûte au fournisseur de paiement un cinquième de cent d’euros, soit 0,002 euro. Il faut noter également que chaque banque sera exemptée de paiements pour les 10 premiers millions de transactions effectuées.

Ensuite « les banques devront définir comment elles factureront le service à leurs clients. Nous anticipons que la concurrence fera baisser les prix, qui devraient rester bien inférieurs à ce qui se passe aujourd'hui dans l'univers des cartes bancaire », explique Bayle de Jessé.

Selon une enquête de la BCE auprès d'acteurs de marché, quelque 10 millions de paiements instantanés pourraient se faire par jour en zone euro d'ici à 5 ans, soit environ 10% des transactions effectuées aujourd'hui à l'aide de cartes de paiement.

La BCE envisage l’ouverture à d’autres devises

TIPS n’est ouvert que pour les fournisseurs qui ont un compte dans une banque centrale connectée au réseau TARGET 2 de la zone euro, ce qui signifie qu’il est effectivement limité aux banques de l’Union européenne.

Le service propose dans un premier temps des règlements en euros, qui pourront être par la suite étendus à d’autres devises, en permettant à des Banques Centrales hors Eurosystème d’offrir ce service dans leur devise. D’autres devises seront donc prises en charge en cas de demande.

La plateforme a été développée par la Banca d’Italia - en coopération avec les banques centrales allemande, française et espagnole - qui la gère également à présent.

Source : Reuters, en savoir plus sur TIPS

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?

Voir aussi :

Les arnaqueurs modifient les coordonnées des banques sur Google Maps pour escroquer les clients qui demandent de l'assistance en ligne
L'IA pourrait menacer de nombreux emplois, prévient l'économiste en chef de la Banque d'Angleterre, une révolution des compétences serait nécessaire
Facebook demande aux banques d'adopter sa plateforme Messenger pour améliorer le service client, mais réclame les données financières des utilisateurs
Une banque suédoise ayant opté pour l'automatisation poussée réalise des bénéfices record, le secteur bancaire prochain eldorado de l'automatisation ?
La banque centrale de Pologne aurait payé en secret des chaînes YouTube populaires, pour attaquer la légitimité des cryptomonnaies

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !


 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web