Microsoft va ouvrir une région Azure en Afrique « d'ici quelques semaines »
Les datacenters seront à Johannesburg et Cape Town

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Dans l'optique de satisfaire davantage les utilisateurs (entreprises et particuliers) et particulièrement ceux de l'Afrique, Microsoft a porté à l'attention du public son intention d'installer pour la première fois des centres de données (datacenters) en Afrique ; cela afin de fournir des services complets et intelligents du Cloud Microsoft à l'instar de Microsoft Azure, Office 365 et Dynamics 365. Il convient de signaler que dans son annonce de mai 2017, Microsoft nous fait savoir que ces nouvelles installations, attendues d'ici l'horizon 2018, seront faites en Afrique du Sud notamment à Johannesburg et Le Cap.

Selon Microsoft, ces régions nouvellement dédiées au cloud devraient soutenir la croissance et permettre aux populations et aux organisations d'accéder facilement à Internet et aux services de cloud, et cela au niveau de tout le continent africain. Pour ce faire, Microsoft a affirmé que lesdites régions proposeront des services performants intégrant une fiabilité de qualité professionnelle.

« Nous sommes ravis de constater la demande croissante des services de cloud en Afrique qui, en plus de cela, ont la capacité d'être un catalyseur pour de nouvelles opportunités économiques », a déclaré Scott Guthrie, vice-président, Cloud and Enterprise Group, Microsoft Corp. « Avec des services de cloud qui vont de la collaboration intelligente à l’analyse prédictive, les solutions de Cloud Microsoft qui seront fournies en Afrique à partir des centres de données qui y seront installés vont permettre aux développeurs de créer de nouvelles applications innovantes, aux clients de transformer les entreprises, et aux gouvernements de mieux répondre aux besoins des citoyens », a-t-il continué.

Selon la firme de Redmond, cette initiative entre dans le cadre de la volonté de l'entreprise d'élargir l'accessibilité et les opportunités dans l'ensemble du continent africain, cela en proposant des services de cloud disponibles, évolutifs et sécurisés accompagnés d'une proposition d’hébergement des données en Afrique du Sud.

Citation Envoyé par Microsoft
Avec les nouvelles installations de centres de données ou datacenters en Afrique, Microsoft va disposer globalement de 40 régions dans lesquelles des services de cloud sont proposés. Avec cela, la firme de Redmond deviendra le fournisseur de services de cloud qui dispose du plus de régions au monde. « En associant son infrastructure globale de cloud à ces nouvelles régions en Afrique, Microsoft va permettre aux entreprises d’accéder à plus d'opportunités dans le monde entier. Cela contribuera également à accélérer les nouveaux investissements et à faciliter l’accès aux services Internet et de cloud pour les populations et les organisations, du Caire au Cap », note-t-on dans l'annonce.

Microsoft, dans son annonce, soutient que cette décision est relative à une augmentation des investissements qui sont en train d'être faits en Afrique. Sur ledit continent, un grand nombre d'entreprises se servent déjà des services mobiles et cloud en guise de plateforme d'innovation sur les domaines de la santé, de l'agriculture, de l'éducation et de l'entrepreneuriat.

Microsoft a permis de connecter à Internet 728 000 petites et moyennes entreprises (PME) à travers l’Afrique, et ces dernières ont ainsi pu transformer et moderniser leurs activités. Plus de 500 000 d’entre elles utilisent désormais les services de cloud Microsoft et 17 000 se servent du portail 4Afrika pour promouvoir et assurer la croissance de leurs entreprises. En formant 775 000 personnes sur divers sujets tels que la culture numérique ou le développement de logiciels, le Cloud Microsoft aide aussi la population africaine à acquérir des compétences professionnelles. Le Cloud Microsoft en Afrique devrait booster les nouvelles opportunités offertes à nos 17 000 partenaires régionaux, mais aussi à nos clients.

Une nouvelle région Azure dans les semaines à venir

Depuis cette annonce, Microsoft n’a pas fait de communications sur l’évolution des progrès. En octobre 2018, Amazon a annoncé la création de services Web Amazon pour les centres de données ouverts en Afrique du Sud d'ici à 2020. Alors que Huawei, qui venait de se terminer l'événement AfricaCom 2018, a dévoilé le cloud Huawei en Afrique du Sud.

Le directeur des partenaires commerciaux de Microsoft en Afrique du Sud, Lionel Moyal, a déclaré que les deux régions de centre de données Azure (Johannesburg et Cape Town) devaient être opérationnelles à la fin de 2018. Il a indiqué que cela va arriver dans les semaines à venir. Lionel s’adressait aux entrepreneurs et aux startups lors de la Global Entrepreneurship Week 2018 en Afrique du Sud au sujet de la nouvelle initiative Head Start de Microsoft. Il a fait savoir que « la latence ne sera plus un problème. Ce n'est pas seulement pour l'Afrique du Sud, c'est un cloud pour l'Afrique. Pour créer de la confiance et des projets qui ont de l’impact ».

Du point de vue des investissements, Lionel Moyal a déclaré que, selon IDC, l’Afrique du Sud comptait créer 112 000 emplois dans le domaine des technologies de l’information d’ici à 2022. Il existe une pénurie de compétences dans les postes informatiques. Et le taux de croissance des emplois dans le secteur est trois fois plus élevé que les possibilités d’emploi au niveau national. Ceux qui sont intéressés gagneraient donc à maîtriser les technologies cloud, l'apprentissage automatique, l'IA, les technologies mobiles et les outils de développement.

Source : MicrosoftcareGH

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Microsoft veut qu'Azure devienne la solution serveur multijoueur pour toutes les plateformes, grâce à PlayFab Multiplayer Servers
Microsoft lance un kit de développement blockchain sur sa plateforme cloud Azure pour permettre aux développeurs de créer des applications plus vite
Microsoft Azure serait supérieur à Google Cloud Platform et à AWS en termes de performances réseau, d'après un rapport de ThousandEyes
Machines virtuelles Azure : Linux met fin au règne de Windows Server, et est désormais (par moment) l'OS le plus utilisé sur le cloud de Microsoft
Windows Virtual Desktop : la solution de virtualisation basée sur Azure pour une expérience Windows 10 multi-utilisateurs optimisée pour Office 365


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil