Chine : une agence de presse a mis au point des présentateurs TV virtuels animés par l'IA
Pour réduire le coût de production des actualités

Le , par Bill Fassinou

61PARTAGES

13  0 
L'agence de presse chinoise Xinhua, la plus grande et la plus ancienne des deux agences de presse nationales chinoises, compte désormais dans son équipe des présentateurs virtuels entièrement animés par une intelligence artificielle. Lors de la cinquième édition de la Conférence mondiale sur l'Internet dans la province de Zhejiang à l'est du pays, l'un d'entre eux, baptisé Qiu Ha, a fait ses premiers pas à la télévision. L'objectif de Qiu Ha est réduire le coût de production des actualités mais aussi, de générer de brèves d'informations de dernière minute plus rapidement que d'ordinaire et ainsi, améliorer la rapidité d'exécution de certains reportages et leur qualité. Qiu Ha a une véritable forme humaine, car, des images d'un vrai présentateur ont été utilisées pour créer son apparence humanoïde.

Les lèvres et le visage de ce journaliste virtuel se modulent de façon naturelle en fonction des mots prononcés. Au total, Xinhua a développé deux présentateurs virtuels, afin de pouvoir diffuser des programmes en langue anglaise et chinoise. Qiu Ha est développé grâce à un partenariat entre Xinhua et Sogou, un moteur de recherche appartenant à la société Sogou, filiale de Sohu.com. L'agence de presse a annoncé que les présentateurs virtuels sont officiellement devenus des membres de son équipe de reportage. « Ils travailleront avec d'autres présentateurs pour vous fournir des informations d'actualité faisant autorité, de façon réactive et avec précision, en chinois et en anglais », a déclaré l'agence.


Michael Wooldridge, professeur de l'Université d'Oxford, estime que le présentateur a eu du mal à paraître complètement naturel. Il est assez difficile de suivre pendant plusieurs minutes les présentateurs virtuels. « Il n'y a ni rythme, ni accentuation », a déclaré le professeur Wooldridge à la BBC. Il a également souligné que les présentateurs humains sont traditionnellement, dans de nombreux cas, devenus des personnalités publiques de confiance et que « si vous ne regardez que de l'animation, vous allez complètement perdre ce lien de confiance ». Noel Sharkey, professeur d'intelligence artificielle et de robotique à l'université de Sheffield a, quant à lui, reconnu que cela était un effort salutaire. Il a ajouté qu'avec le temps, ces présentateurs virtuels seront certainement améliorés.

Les présentateurs virtuels sont déjà disponibles dans les applications Web et mobiles de Xinhua News, sur son compte public WeChat, et sur sa page Web TV et Youtube. Ces présentateurs virtuels sont capables de travailler tous les jours, 24 heures sur 24. L'intelligence artificielle continue donc d'être une menace réelle aux emplois. Un rapport publié il y a quelques semaines par le World Economic Forum (WEF), une fondation suisse à but non lucratif, a établi une estimation selon laquelle la robotique et l’intelligence artificielle généreraient 58 millions d’emplois de plus qu’elles n’en coûteront au cours des cinq prochaines années. Ainsi, selon le rapport « The Future of Jobs 2018 », d’ici 2022, les technologies d’automatisation et d’intelligence artificielle pourraient entraîner la suppression de 75 millions d’emplois. Par contre, une prévision de Forrester Research, une entreprise indépendante qui fournit à ses clients des études de marché sur l'impact des technologies dans le monde des affaires, indique qu'en 2019, 10 % des emplois US seront perdus au profit de l'automatisation et seulement 3 % seront créés.

Par cet exploit, la Chine confirme son intention de devenir leader mondial de l'intelligence artificielle avec un plan de développement national visant à augmenter son poids économique. Le gouvernement chinois a, en effet, rendu public l'année dernière le plan de développement national qu’il compte mettre en place pour l’émergence de l’intelligence artificielle « made in china ». Ce projet prévoyait d’augmenter le poids économique de ce secteur d’avenir de 150 milliards de yuans (22,15 milliards USD) d’ici 2020 à 400 milliards de yuans (59,07 milliards de dollars) à l’horizon 2025, selon les chiffres officiels fournis par le gouvernement chinois.

Source : SCMP, BBC

Et vous ?

Que pensez-vous de ces présentateurs virtuels ?

Voir aussi

La Chine veut devenir leader mondial de l'intelligence artificielle avec un plan de développement national visant à augmenter son poids économique

La Chine pourrait devenir le leadeur mondial de l'IA plus tôt que prévu en dépensant plus que les États-Unis en R&D sur l'IA cette année

Chine : un ancien spécialiste de l'IA chez Baidu et Google travaille avec Foxconn pour introduire l'IA dans l'industrie manufacturière

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de olaxius
Membre actif https://www.developpez.com
Le 12/11/2018 à 10:52
En France on a déjà ça depuis longtemps avec le 13 heures de TF1
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/11/2018 à 11:52
Bluffant mais on a pas l'air con de regarder un robot nous présenter les news!
Avatar de CoderInTheDark
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 12/11/2018 à 16:07
Mes guignols de l'info faisaient aussi bien comme marionnettes, mais au moins ils étaient drôles
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 26/02/2019 à 9:35
Une agence de presse chinoise a dévoilé sa première présentatrice TV virtuelle animée par l'IA,
mais est-ce vraiment de l'IA ?

L'agence de presse nationale chinoise, Xinhua News, a dévoilé la semaine passée une seconde IA pour présenter les informations à la télévision. Baptisée Xin Xiaomeng, il s’agit d’une présentatrice de news développée conjointement par l’agence de presse et un groupe de recherche dénommé Sogou. C’est la deuxième fois que la chaîne dévoile une IA pour servir de journaliste télé après une première en novembre de l’année dernière. En novembre 2018, l'agence de presse chinoise Xinhua, la plus grande et la plus ancienne des deux agences de presse nationales chinoises, insérait dans son équipe deux présentateurs virtuels entièrement animés par l’intelligence artificielle. Lors de la cinquième édition de la Conférence mondiale sur l'Internet dans la province de Zhejiang à l'est du pays, l'agence avait présenté l’un de ses présentateurs virtuels, Qiu Ha.

Derrière Qiu Ha, l’objectif était de réduire le coût de production des actualités, mais aussi, de générer de brèves informations de dernière minute plus rapidement que d'ordinaire et ainsi, améliorer la rapidité d'exécution de certains reportages et leur qualité. Qiu Ha possède une véritable forme humaine, car, des images d'un vrai présentateur ont été utilisées pour créer son apparence humanoïde. Ce dernier est lui aussi, sorti d’un partenariat entre Xinhua et Sogou. Après cette présentation, l’agence de presse annonçait que les présentateurs virtuels sont officiellement devenus des membres de son équipe de reportage. « Ils travailleront avec d'autres présentateurs pour vous fournir des informations d'actualité faisant autorité, de façon réactive et avec précision, en chinois et en anglais », avait déclaré l'agence.


Présentée jeudi dernier dans une vidéo sur les médias sociaux, Xiaomeng paraît remarquablement réaliste. À part quelques rides sur le visage, la présentatrice est capable de faire des ajustements de la main pendant qu'elle présente devant la caméra et ses clignotements des yeux ressemblent quelque peu à celui d’un humain. Cette présentatrice virtuelle rejoindra ses coéquipiers Qiu Ha et Xin Xiaohao. Sur ce dernier, Xinhua News a complété jeudi, qu’il a subi des améliorations et quelques mises à jour importantes. Selon The National, Xin Xiaohao a non seulement obtenu un nouveau registre des langages corporels, mais il a également été promu d'une position assise à une position debout lors de ses émissions. Voici ce que dit le présentateur virtuel dans sa récente apparition :

« Désormais, plutôt que de travailler derrière le bureau, je diffuserai les nouvelles devant le bureau. Je diffuserai en position debout. Je peux faire plus de gestes de la main et d’expressions faciales. Maintenant, j'ai mon propre nom, Xin Xiaohao. Grâce à cette mise à niveau, je serai en mesure de présenter de meilleures émissions ». Dans une vidéo sur Twitter, Xin Xiaomeng, la nouvelle présentatrice a fait une présentation du monde en chinois avec des sous-titres en anglais. Jeudi dans sa présentation, elle a dit d'abord "Bonjour à tous ceux qui la regardaient" et a annoncé ensuite qu’elle tiendra le rôle de diffuseur lors des conférences politiques de la Chine qui se tiendront au mois de mars prochain. Ces présentateurs virtuels sont déjà disponibles dans les applications Web et mobiles de Xinhua News, sur son compte public WeChat, et sur sa page Web TV et YouTube.

Ces présentateurs virtuels sont capables de travailler tous les jours, 24 heures sur 24. Tous ces outils d’IA renforcent sans doute la position de la Chine dans la recherche et le développement sur l’IA. Seulement, beaucoup craignent, et ce, même dans le rang des journalistes que la multiplication de ces agents non humains n’élimine de nombreux emplois en Chine ou encore ailleurs dans le monde. L'intelligence artificielle continue donc d'être une menace réelle aux emplois. Dans d’autres commentaires, certains abordent la notion de confiance qui selon eux est ce qui rend les humains différents des machines. À les écouter, on comprendrait qu’ils estiment qu’à cause de cette relation de confiance qui va manquer, une grande majorité d’agences de presse n’adoptera pas ce type de présentateurs.

Lors de la première présentation en novembre, Michael Wooldridge, professeur de l'Université d'Oxford, disait que les présentateurs virtuels ont du mal à paraître complètement naturels. Il ajoute qu’il est assez difficile de suivre pendant plusieurs minutes les présentateurs virtuels. « Il n'y a ni rythme ni accentuation », commentait le professeur Wooldridge aux micros de la BBC. Il avait également souligné que les présentateurs humains sont traditionnellement, dans de nombreux cas, devenus des personnalités publiques de confiance et que « si vous ne regardez que de l'animation, vous allez complètement perdre ce lien de confiance ».

Ces présentateurs virtuels sont-ils vraiment de l'IA ?

À part cela, d’autres groupes de personnes pensent que ces présentateurs ne sont pas des produits IA, mais de simples robots. Pour eux, beaucoup de personnes se trompent sur la réelle définition de l’IA et qu’il ne suffit pas juste de mettre en marche un robot capable de répéter un texte préconçu pour dire qu’on est en présence d’une IA. « Ce n'est pas une IA réelle, ça n'existe pas ou du moins ça n’y ressemble absolument pas. Arrêtez de crier IA chaque fois que vous réussissez à mettre en marche un robot », s’exclament-ils.

D’après un autre analyste, l'intelligence artificielle de ce radiodiffuseur prend des morceaux de toutes les technologies et les combine avec notre compréhension des humains et des gestes humains. Une technologie que vous pouvez trouver dans les jeux vidéo. Selon lui, toute la technologie est là, mais personne ne l'avait jamais mis dans une telle situation pour l'application de la diffusion d'informations. Contrairement à tout ce qui précède, certains y voient un nouveau visage pour le journalisme et donnent quelques raisons. L’une de ces raisons parle du fait que là, nous sommes en présence d’un présentateur qui ne discutera pas les ordres. Il servira donc de lecteur sur toutes les questions sans être limité par une conscience ou une éthique personnelle qui empêche souvent les journalistes à livrer une version parfaite ou exacte des faits qui se produisent réellement. Cependant, est-ce une raison suffisante pour remplacer les journalistes humains par des machines ?

Source : The National

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Selon vous, ces présentateurs virtuels sont-ils vraiment basés sur l'intelligence artificielle ? Quelles sont vos raisons ?

Voir aussi

Chine : une agence de presse a mis au point des présentateurs TV virtuels animés par l'IA pour réduire le coût de production des actualités

La Chine veut devenir leader mondial de l'intelligence artificielle avec un plan de développement national visant à augmenter son poids économique

La Chine pourrait devenir le leadeur mondial de l'IA plus tôt que prévu en dépensant plus que les États-Unis en R&D sur l'IA cette année

Chine : un ancien spécialiste de l'IA chez Baidu et Google travaille avec Foxconn pour introduire l'IA dans l'industrie manufacturière
Avatar de yoyo3d
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 26/02/2019 à 10:04
Ces présentateurs virtuels sont-ils vraiment de l'IA ?
ça dépend...

si le présentateur répète simplement le texte qu'un rédacteur lui dicte, c'est pas de l'IA c'est de la lecture et de l'animation 3d
si le présentateur "choisi" ses postures ou le ton employé en fonction du sujet qu'il présente, ça commence à être un peu de l'IA (si le sujet est triste, j'adopte un ton en rapport, si le sujet est drôle , je souris etc. ce n'est pas franchement de l'IA... un simple TAG en début de sujet permet au "bot" d'adopter une attitude programmée à l'avance...
si le présentateur est capable de prendre des "décisions" et si il choisi la manière dont il va présenter le sujet, j'entend par la "écrire" son propre texte de manière autonome par exemple, ou interagir avec un co-présentateur ça peut clairement devenir de l'IA, surtout si cet avatar "se forge" sa propre personnalité et sa propre expérience..

bref on se perd un peu entre ces 50 nuances d'IA
Avatar de guppyworld
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/02/2019 à 13:00
il ne suffit pas juste de mettre en marche un robot capable de répéter un texte préconçu pour dire qu’on est en présence d’une IA
Oui Merci enfin un peu de bon sens. Faut vraiment arrêter d'appeler tout programme de l'IA.
Avatar de ijk-ref
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/02/2019 à 15:47
Ca fait un peu mal aux yeux de voir les dents du haut bougées par rapport au crane

Sinon "IA", "holographique", etc... des mots utilisés avant tout pour du marketing sans rapport à ce qu'ils veulent réellement signifier.
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/02/2019 à 21:04
Toujours la même rengaine.

Il y a un domaine des sciences informatiques qu'on appelle IA, où l'on imagine des nouvelles méthodes et implémente de nouvelles technos pour effectuer différentes tâches liées à des activités humaines. Il existe aussi un concept d'IA, qui représente une entité artificielle capable de monter en expertise de manière autonome sur n'importe quel sujet.

Ce qu'on a ici, c'est un ensemble de technos du domaine de l'IA, mises ensembles pour produire un animateur virtuel. Pas un représentant du concept d'entité autonome (il s'améliore par mises à jour humaines). Selon ce qu'on s'accorde à appeler "IA", on pourra donc répondre par l'affirmative ou par la négative. En ce qui me concerne, ce sera par la négative.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web