Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Pentagone voudrait prédire les manifestations anti-Trump grâce à la surveillance des médias sociaux
Pour réprimer l'insurrection domestique

Le , par Stéphane le calme

102PARTAGES

14  2 
Selon des études scientifiques, des documents officiels du gouvernement et des dépôts de brevets examinés par le quotidien MB, le gouvernement des États-Unis intensifie ses efforts pour surveiller les médias sociaux afin de prévenir les grandes manifestations antigouvernementales aux États-Unis. Les publications sur les réseaux sociaux de citoyens américains qui n’aiment pas le président Donald Trump sont au centre des dernières recherches financées par l’armée américaine.

La recherche, financée par l’armée américaine et co-écrite par un chercheur basé à la West Point Military Academy, fait partie d’un effort plus vaste de l’administration Trump visant à consolider le rôle et l’influence de l’armée américaine sur le renseignement intérieur.

L'ampleur de cet effort est reflétée dans un certain nombre de brevets gouvernementaux de surveillance des médias sociaux accordés cette année, qui se rapportent à un programme d'espionnage que l'administration Trump a sous-traité à une entreprise privée l'année dernière. Les experts interrogés par MB affirment que la nouvelle recherche technologique du Pentagone pourrait avoir contribué à la modification de la doctrine de la défense du territoire des chefs d’état-major, qui élargit le rôle du Pentagone dans la fourniture de renseignements pour les « urgences » nationales, y compris « l’insurrection ».

Quand l'armée américaine se tourne vers le renseignement intérieur

MB rappelle que le Pentagone a financé une étude Big Data sur la manière dont la surveillance par les médias sociaux peut aider à prévoir les comportements de population à grande échelle, en particulier l’éclatement de conflits, le terrorisme et les troubles civils.

Une grande partie de cette recherche porte sur des théâtres étrangers tels que le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord - où le Printemps arabe qui a commencé en décembre 2010 a déclenché une vague de protestation qui a balayé la région et renversé les gouvernements. Il faut noter que certains sont allés jusqu’à parler de révolution Facebook, d’une révolution Twitter voire d’une révolution 2.0 tant l’usage des réseaux sociaux et des géants du Net aurait été important.

Depuis lors, le Pentagone a dépensé des millions de dollars pour trouver des modèles dans des publications sur des plateformes telles que Facebook, Twitter, Instagram, Tumblr et d’autres encore, afin de permettre la prédiction d'événements majeurs.

Mais le Pentagone ne souhaite pas seulement anticiper les surprises à l’étranger. La recherche semble également être destinée à être utilisée aux États-Unis.


En août, une étude soutenue par l’armée américaine sur les troubles civils au sein de la patrie américaine a été publiée dans une anthologie obscure de documents présentés à la conférence Big Data organisée à Kiev (Ukraine) au début du mois de juin. Cette anthologie a été publiée dans le cadre de la série de livres de Springer-Nature intitulée Les progrès des systèmes intelligents et de l’informatique.

Le document en question est une étude du lien entre les médias sociaux et les manifestations anti-Trump après les élections présidentielles de 2016, intitulée "La structure des réseaux sociaux en tant que prédicteur du comportement social: le cas des manifestations lors de l'élection présidentielle américaine de 2016". a été financé par le laboratoire de recherche de l'armée américaine (ARL), qui fait partie du RDECOM (Research Development and Engineering Command) de l'armée américaine.

Rédigé par des chercheurs de la plus ancienne université technologique américaine, le Rensselaer Polytechnic Institute (RPI) de New York, le document conclut que des manifestations après les élections américaines auraient pu être prévues en analysant les publications sur Twitter de millions de citoyens américains dans la période qui a précédé les démonstrations. Après l’élection de Trump, des manifestations immédiates à grande échelle « Pas notre président » ont été organisées aux États-Unis en réponse directe à sa victoire, dont certaines sont devenues violentes. Cette manifestation a été suivie de nombreuses autres manifestations telles que les événements de la Marche des femmes en janvier, les manifestations contre l’interdiction de voyager imposée par Trump, entre autres.

« Les troubles civils sont associés à des cascades d'informations ou à une explosion d'activité dans les médias sociaux, et ces phénomènes peuvent être utilisés pour prédire des manifestations, ou du moins des pics d'activité de protestation », indique le journal. « Le fait de ne pas prévoir une manifestation inattendue peut entraîner des blessures ou des dommages ».

Les auteurs Molly Renaud, Rostyslav Korolov, David Mendonca et William Wallace du département d'ingénierie industrielle et des systèmes de RPI expliquent que leur étude tente d'identifier les « propriétés structurelles des réseaux sociaux afin de prédire l'occurrence de protestations », en utilisant un « des ensembles de données avec des mots-clé Twitter associés à l'élection présidentielle américaine de 2016 ».

Suivi en temps réel de médias sociaux de citoyens américains

Les ensembles de données pour la recherche ont été collectés à l'aide de l'outil Apollo Social Sensing, un logiciel de suivi des événements en temps réel qui recueille et analyse des millions de publications dans les médias sociaux.

L'outil avait été initialement mis au point sous l'administration Obama en 2011 par le laboratoire de recherche de l'armée américaine et l'Agence de défense américaine pour la réduction des menaces, en partenariat avec le Rensselaer Polytechnic Institute, l'Université de l'Illinois, IBM et Caterva (une entreprise de marketing social fondée en 2013). Des documents antérieurs associés au projet montrent que l'outil a été largement testé sur des théâtres étrangers comme Haïti, l'Égypte et la Syrie.


Mais l'utilisation de l'outil Apollo pour se concentrer sur les manifestations dans la patrie américaine s'est produite sous l'administration Trump. L'ensemble de données « électorales » compilé à l'aide d'Apollo pour l'étude financée par l'armée américaine en 2018 comprend 2,5 millions de tweets envoyés entre le 26 octobre et le 20 décembre 2016, sous les mots « Trump », « Clinton » et « élection ».

Les tweets ont été géolocalisés pour se concentrer sur « les lieux où des manifestations ont eu lieu après l'élection » en fonction des profils d'utilisateurs. Les lieux ont ensuite été comparées aux données de localisation notées dans la presse.

Des millions de tweets ont été utilisés pour donner un sens aux « fréquences des manifestations dans 39 villes » en utilisant 18 façons différentes de mesurer la « taille, la structure et la géographie » d’un réseau, ainsi que deux manières de mesurer la façon dont ce réseau transforme un dialogue social en « mobilisation » ou en action.

Source : MB

Et vous ?

Que pensez-vous d'une telle initiative ?
Les échanges sur les réseaux sociaux vous semblent-ils pouvoir être un indicateur d'une tendance en matière de protestation populaire ?

Voir aussi :

Jeff Bezos confirme qu'il prendra le contrat JEDI Cloud avec le DoD, et défend sa coopération technologique avec le Pentagone
Google refuse un contrat de 10 milliards de dollars sur le cloud avec le Pentagone, évoquant des conflits avec ses valeurs
Le Pentagone investit 2 milliards de dollars dans le développement de l'IA, afin de financer des projets de recherche avancée de défense
USA : Oracle porte plainte contre le DoD qui veut accorder à un seul fournisseur le contrat JEDI Cloud, un contrat de 10 milliards $ du Pentagone
Le Pentagone restreint l'utilisation des trackers de fitness ainsi que d'autres dispositifs, après la controverse suscitée par l'app de fitness Strava

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 31/10/2018 à 15:00
Ce dispositif nous met à un pas du fichage politique...
3  0 
Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/11/2018 à 8:07
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Oui, enfin est-ce qu'on parle des manifestations "anti-Trump toutes gentilles", ou des antifa (classés terroristes domestiques) qui tabassent les personnes dans les rues ?
Rien ne le précise donc ce sera les deux, voire plus pour le premier cas que pour le second car ils seront sans doute plus facile à maîtriser.
On l'a bien vu en France avec les lois "anti-terroriste" utilisées contre des manifestants écolo pacifistes, dès qu'on ouvre ce genre de portes il y a toujours une mauvaise utilisation derrière.
2  0 
Avatar de slowsaz
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 31/10/2018 à 15:23
Réseaux sociaux -> données personnelles -> gouvernements

C'est le simple cheminement et c'est tout à fait possible de le suivre sans aucun outil de surveillance, juste avec des mots-clefs. Bienvenue dans l'époque où on se croit anonyme et où on divulgue toute notre vie sur internet.
0  0 
Avatar de Bruno PICART
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 31/10/2018 à 23:15
D'une part ils auront cela, qu'ils ne se fassent pas d'illusions (avant une extension globale, évidemment).

D'autre part il ont déjà leur second amendement constitutionnel qui rappelle qu'une insurrection populaire armée constitue le seul rempart à l'établissement d'une dictature.

Comment faire simultanément tout et son contraire ? Justement voici une nouvelle recette
0  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/11/2018 à 9:17
Citation Envoyé par Bruno PICART Voir le message
D'autre part il ont déjà leur second amendement constitutionnel qui rappelle qu'une insurrection populaire armée constitue le seul rempart à l'établissement d'une dictature.
Ce qui ne donne pas le droit d'aller tabasser gratuitement ses opposants politiques.
0  0 
Avatar de FDussault
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/11/2018 à 13:53
Bonjour Big Brother! :-(
0  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/11/2018 à 17:58
Citation Envoyé par halaster08 Voir le message
Rien ne le précise donc ce sera les deux, voire plus pour le premier cas que pour le second car ils seront sans doute plus facile à maîtriser.
Pour rappel, il faut déclarer les manifestations au préalable, tout du moins, c'est le cas en France.

Ce n'est donc pas prédire des manifestations, ça ils le savent déjà, c'est savoir si les groupes terroristes (appelons un chat un chat) vont se pointer ou non.

Je suis d'accord quant au fait que les moyens sont critiquables. En revanche, je ne suis pas d'accord quant à la critique de la finalité, comme le laisse entendre cet article, en légitimant des terroristes.
0  1 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/10/2018 à 17:35
Oui, enfin est-ce qu'on parle des manifestations "anti-Trump toutes gentilles", ou des antifa (classés terroristes domestiques) qui tabassent les personnes dans les rues ?

On peut remettre en cause les moyens, mais la finalité est toute légitime : éviter aux citoyens américain de se faire tabasser, se faire réprimer leur liberté d'expression, d'association, et de mouvement, par une minorité extrémiste violente.

Et ce sont les mêmes personnes qui vont ensuite crier au fascisme…
0  2