Le noyau Linux 4.19 est disponible :
Tour d'horizon des nouveautés qui accompagnent cette version LTS

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
Il y a deux semaines, Linus Torvalds a pris une initiative qui n’a pas manqué de surprendre : il a demandé pardon aux développeurs qu’il a blessés et a annoncé son désir de prendre une pause pour « comprendre les émotions » :

« C’est ma réalité. Je ne suis pas une personne émotionnellement empathique et cela ne surprendra probablement personne. Le fait que j’ai mal jugé les gens et que je n’ai pas réalisé (pendant des années) à quel point j’ai mal jugé une situation et contribué à un environnement non professionnel n’est pas bon [...]. Je vais prendre un congé et obtenir de l’aide pour comprendre les émotions des gens et réagir de manière appropriée ».

Et pour ceux qui pourraient penser qu’il annonce son départ définitif, Torvalds précise que : « Il ne s’agit pas ici d’une sorte de “je suis épuisé, je dois juste partir”. Je n’ai pas l’impression de ne plus vouloir continuer à maintenir Linux. Au contraire. Je veux vraiment continuer à travailler sur ce projet sur lequel je planche depuis près de trois décennies ».

En attendant la fin de la thérapie de reconstruction émotionnelle de Torvalds, le développement du Kernel Linux se poursuit.


Après l’officialisation de la première Release Candidate (RC1) du Kernel Linux dans sa version 4.19 en aout dernier, Greg Kroah-Hartman vient d’annoncer, avec quelques jours de retard, la disponibilité du noyau Linux 4.19 dans sa forme finale. Le noyau Linux 4.19 a été présenté comme une version LTS (Long Term Support) et devrait, de ce fait, être mis à jour au cours des 6 prochaines années.

Le noyau Linux 4.19, n’est peut-être pas aussi fournie en termes de nouveautés que son prédécesseur de la version 4.9 qui, jusqu’à présent, détient le palmarès en la matière, mais Torvals l’avait présenté comme une évolution importante du noyau Linux introduisant de nombreux changements, du moins plus que les trois derniers noyaux.

Parmi les modifications les plus notables pour l’utilisateur, signalons que le noyau Linux 4.19 ajoute un pilote de mode alternatif pour le support USB Type-C/DisplayPort Type-C, tandis que ceux qui utilisent Linux sur une plateforme prenant en charge les nouveaux processeurs Ryzen Threadripper 2 d’AMD bénéficieront d’un contrôle des températures plus précis grâce à la correction des bogues liés au monitoring de température sur ces CPU.

Quiconque exécute Linux 4.19 sur un ordinateur portable Asus ZenBook Flip appréciera le fait que les pilotes ASUS WMI reconnaissent maintenant l’évènement « retournement de couvercle », tandis que les utilisateurs d’un Dell Totem ou de Microsoft Surface Dial apprécieront le support amélioré du noyau (bien que, comme toujours, ces outils reposent sur les applications qui en font usage). Signalons au passage que Linux 4.19 supporte les accessoires guitare et batterie de la Nintendo Wii !


Linux 4.19 prend également mieux en charge le sous-système LPSS (Low Power Subsystem) d’Intel, grâce notamment à l’ajout du support LPSS pour les CPU Intel de la génération Ice Lake, et introduit une série d’améliorations pour l’architecture ARM 64 bits. Le nouveau Kernel Linux apporte aussi de nouveaux correctifs pour atténuer l’impact de vulnérabilités telles que Spectre sur les CPU POWER d’IBM et les CPU x86.

De manière générale, parmi les changements attendus du côté matériel graphique/affichage, on peut signaler :

  • la fusion du pilote DRM VKMS pour le paramétrage du noyau virtuel ;
  • l’arrivée du réglage Atomic pour le pilote DRM Armada et la prise en charge du contrôle de la console différée pour le FBDEV ;
  • l’ajout du support pour les circuits graphiques Adreno de la série 600 de Qualcomm et les circuits graphiques « Gen 11 » Ice Lake d’Intel ;
  • l’ajout du support pour le mode « stutter », le moteur JPEG VCN, GFXOFF et le pilote de calcul AMDKFD des derniers des APU Zen Raven Ridge d’AMD.

Parmi les changements attendus du côté des processeurs, on peut signaler :

  • des mises à jour pour les options de chiffrements ;
  • des optimisations affectant l'émulation NUMA et le code RISC-V ;
  • des améliorations nombreuses pour le KVM (Kernel-based Virtual Machine) x86 et mineures pour OpenRISC.

Parmi les changements attendus du côté du stockage/système de fichier, on peut signaler :

  • l'ajout du support de OverlayFS ;
  • une augmentation des performances avec SMB3/CIFS ;
  • des améliorations affectant les systèmes de fichier Btrfs et F2FS ;
  • L’introduction de EROFS, un système de fichiers en lecture seule développé par Huawei pour une utilisation éventuelle sur les futurs appareils mobiles Android.

Parmi les autres nouveautés, on peut citer :

  • la fusion du framework de pilotes GASKET de Google ;
  • la prise en charge de nouvelles cartes son incluant la Recon3D de Creative ;
  • la fusion du plug-in STACKLEAK GCC pour empêcher certaines attaques de pile sur le noyau ;
  • l’intégration d’un sous-système GPS au noyau et de nouveaux profils pour la gestion de l’alimentation sur Linux ;
  • l’ajout du pilote ChromeOS EC CEC avec support du chargement USB pour la prise en charge HDMI CEC sur certains Chromebooks ;
  • l’ajout d’un pilote de tension pour Raspberry Pi pour le support des fonctionnalités en rapport avec la manipulation des tensions appliquées à certains composants du dispositif.

Outre la description habituelle des changements accompagnant la sortie de chaque nouvelle version du noyau Linux, Greg KH a tenu à rappeler : « chaque année, de nouvelles personnes entrent dans la communauté avec l’objectif ou l’exigence d’accomplir des choses dans le cadre de leur emploi, leur passe-temps ou simplement parce qu’ils veulent contribuer à l’amélioration d’un outil qui a conquis le monde entier et qui a permis à tout un chacun de disposer d’un OS solide sur lequel ils peuvent s’appuyer pour construire leurs rêves ».

Rappelant, qu’une « partie de l’apprentissage du fonctionnement des choses consiste à traiter de l’interaction entre les gens et à essayer de comprendre les normes et les objectifs sociaux de base que nous partageons tous, il a fait part de l’engagement de la communauté à accueillir de nouvelles personnes et à les aider à apprendre des choses afin de faciliter leur intégration.

Source : LKML, Kernel Newbies

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Linux en statistiques : en 2018, le kernel a grandi de 225 000 lignes de code et de presque 50 000 commits
Le noyau Linux fait le ménage dans sa base de code et devient plus léger, faut-il donc passer à la version 5.0 ? Linus Torvalds aborde le sujet
Controverse autour de Linux 4.17 : la dernière mouture du kernel supporte Speck, un algorithme de chiffrement rejeté par l'ISO
Avec la version 4.18, Linux poursuit le nettoyage de sa base de code, le noyau devient encore plus léger avec de nouvelles fonctionnalités


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil