Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le vice-président américain demande à Google de renoncer à Dragonfly
Une version censurée de son moteur de recherche proposée à Pékin

Le , par Stéphane le calme

186PARTAGES

15  0 
Google a mis au point un prototype de moteur de recherche censuré pour la Chine, qui relie les recherches des utilisateurs à leurs numéros de téléphone personnels, facilitant ainsi la surveillance par le gouvernement chinois des requêtes des internautes.

Le moteur de recherche, baptisé Dragonfly, a été conçu pour les appareils Android et supprimerait les contenus jugés sensibles par le régime du Parti communiste chinois, tels que les informations sur les dissidents politiques, la liberté d’expression, la démocratie, les droits de l’homme et même sur les manifestations pacifiques.

Mi-septembre, le quotidien The Intercept a affirmé avoir obtenus des détails qui montrent que Google a compilé une liste noire de censure comprenant des termes tels que « droits de l'homme », « protestation des étudiants » et « prix Nobel » en mandarin.

Les principaux groupes de défense des droits de l’homme ont critiqué Dragonfly, affirmant que cela pourrait avoir pour conséquence que l'entreprise « contribue directement aux violations des droits de l'homme ou en devienne complice ». Une préoccupation centrale exprimée par les groupes est que, au-delà de la censure, les données des utilisateurs sauvegardées par Google sur le territoire chinois pourrait être accessible aux autorités chinoises, qui ciblent régulièrement les militants politiques et les journalistes.

Des sources proches de Dragonfly ont déclaré que la plateforme de recherche semblait également avoir été conçue pour remplacer les données sur la pollution atmosphérique et la météo par des informations fournies directement par une source anonyme à Beijing. Le gouvernement chinois a l'habitude de manipuler des détails sur la pollution dans les villes du pays. Une source de Google a déclaré que la société avait mis au point un système intégré à Dragonfly qui était « essentiellement codé pour forcer leurs données [fournies par la Chine] ». La source craignait que le système de recherche Dragonfly fournisse de fausses données sur la pollution qui afficheraient une quantité de toxines dans l'air inférieure à ce qu’il en est réellement.


Pendant ce temps, la pression sur Google ne fait que s’intensifier. Le mois dernier, 16 législateurs américains ont écrit au PDG de Google, Sundar Pichai, exprimant de « sérieuses inquiétudes » à propos de Dragonfly et exigeant des informations sur les projets chinois de la société. Pendant ce temps, Jack Poulson, un ancien chercheur principal de Google, a déclaré à The Intercept qu’il était l’un des cinq employés à avoir démissionné de la société en raison de Dragonfly.

Cette fois-ci, c’est le vice-président américain, Mike Pence, qui s’en est pris avec virulence jeudi au vol de technologies américaines par la Chine, et il a exhorté Google à renoncer sans attendre à poursuivre la mise au point de Dragonfly.

Washington a montré un scepticisme croissant à l'égard des liens du secteur américain de la technologie avec la Chine. Les démocrates et les républicains ont exprimé leur inquiétude à propos du retour de Google sur le marché chinois. En outre, au début de l’année, l’administration Trump avait interdit aux employés du gouvernement d’acheter des technologies auprès d’entreprises chinoises comme Huawei et ZTE.
« Il existe un nouveau consensus sur la montée en puissance de la Chine à travers l'Amérique », selon lequel de plus en plus de dirigeants d'entreprises « réfléchissent à deux fois avant de se lancer sur le marché chinois si cela signifie renoncer à leur propriété intellectuelle ou s’incliner devant la répression exercée par Pékin », assure Mike Pence.

« Par exemple, Google devrait sans attendre arrêter le développement de son moteur de recherche ‘Dragonfly’ qui va renforcer la censure du Parti communiste et s’insinuer dans la vie privée des utilisateurs chinois », a continué le vice-président.


Intra, le compromis qui tombe à pic ?

Ironiquement, Jigsaw, une division de Google, a proposé Intra, une nouvelle application dédiée à combattre la censure.

Dans un billet, Jigsaw explique que « 60 % des utilisateurs d'Internet, soit la majorité des internautes, vivent dans des pays qui ont recours à une forme de censure. Chaque jour, des informations importantes sont passées sous silence, et des activistes sont réprimés par des gouvernements qui cherchent à restreindre la liberté d'expression. Il est possible, pour seulement 20 $, de réduire au silence un site d'informations avec une cyberattaque, et des pare-feu gouvernementaux peuvent empêcher les internautes d'accéder aux informations dont ils ont besoin. Dans certains pays, les journalistes peuvent être emprisonnés ou torturés s'ils traitent de sujets controversés, et certains gouvernements votent des lois d'une extrême sévérité pour entraver le droit à la liberté d'expression ».

Il faut souligner que Jigsaw a été créé avec pour objectif d’empêcher les attaques par manipulation DNS et de protéger les utilisateurs contre la censure parrainée par l’État. C’est dans cette optique que cette division a développé une application baptisée Intra. Cette dernière transmet toutes les requêtes de navigation et le trafic applicatif via une connexion chiffrée à un serveur de noms de domaine approuvé, garantissant ainsi que les utilisateurs puissent se servir du réseau et accéder au site de manière appropriée, sans interférence.

Sur la description de l’application, qui est disponible sur Play Store, nous pouvons lire « Intra vous protège contre les manipulations DNS, un type de cyber-attaque utilisé pour bloquer l'accès aux sites d'actualités, aux plateformes de médias sociaux et aux applications de messagerie. Intra vous aide également à vous protéger contre le phishing et les logiciels malveillants. C’est facile à utiliser - il suffit de télécharger l’application et de commencer en quelques secondes à peine. Vous pouvez le laisser et l'oublier ».

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Google lancerait-il la maladie tout en proposant le remède ?

Voir aussi :

Jigsaw, une division de Google, présente une nouvelle application dédiée à combattre la censure ! Intra est déjà disponible sur Play Store
Google aide le Pentagone à développer une IA pour analyser les vidéos capturées par drone et certains de ses employés sont furieux
Non, l'IA de Google ne doit pas être au service de la guerre ! Plus de 3000 employés de Google protestent contre la collaboration avec le Pentagone.
L'EFF appelle à ne pas utiliser l'intelligence artificielle pour la guerre s'adressant à Google et aux entreprises de l'IA
Des employés de Google présentent leur démission pour protester contre la participation de l'entreprise à un projet en IA du Pentagone

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mrsky
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/10/2018 à 11:13
Il faudrait vraiment un énorme coup pour que Google renonce aux data de 20% de la planète.
1  0 
Avatar de bogonbo
Inactif https://www.developpez.com
Le 27/11/2018 à 21:19
Dragon Endormi et Jeune Phénix, un seul suffit pour conquérir le monde. Je les ai tous les deux. Il est temps de faire revivre l'empire de Puyi.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/03/2019 à 10:00
Citation Envoyé par Jonathan Voir le message
Que pensez-vous de ce moteur de recherche censuré ?
En Chine internet est censuré et Google ne souhaite pas se passer d'un gros marché.
Il doit y avoir plus d'1 milliard de chinois, ils peuvent devenir rentable pour Google. (il y a un paquet de pubs à afficher et d'informations personnelles à récupérer et à exploiter)

Il y a des gens en France qui rêvent de pouvoir censurer internet, mais ce n'est pas dans la culture française, donc ça ne devrait pas arriver.
Christophe Barbier : "Ça se régule aussi Internet... Les Chinois, ils y arrivent bien !"

Citation Envoyé par Jonathan Voir le message
Quelles peuvent être les conséquences de son lancement ?
Des employés de Google vont être un peu déçu par les décisions de leur entreprise, mais pour les chinois ça ne changera pas grand chose, tout est déjà censuré là-bas...

Le truc qui craindrait ce serait que Google remonte au gouvernement chinois la liste des utilisateurs qui ont effectué certaines requêtes (le gouvernement ferait ensuite baisser la note de civilité).
1  0 
Avatar de Itachiaurion
Membre averti https://www.developpez.com
Le 16/10/2018 à 16:58
Plus d'argent, pluuuuuuus, mon précieuuux argent, il en faut plus. retransmission d'une réunion chez le pdg d'alphabet

C'est quand même assez risible qu'il essaye encore de faire semblant d'être "gentil" et de respecter la confidentialité et tout ce qu'il ne pourront pas respecter en chine (et ne respecte pas ailleurs).
0  0 
Avatar de Programming-Z
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 17/10/2018 à 8:39
Il essaie quand même de justifier la violation des droits de l'homme et la censure!
0  0 
Avatar de FatAgnus
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 01/12/2018 à 14:35
La vraie nouvelle donnée par cet article est qu'on apprend que Google possède une équipe de protection de la vie privée !
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/12/2018 à 8:08
Citation Envoyé par Doksuri Voir le message
donc la quadrature du net c'est poubelle ?
Il ne me semble pas que ce soit en lien avec Google et la Chine.

Mais sinon on peut parler de la neutralité du net, normalement tous les utilisateurs sont égaux, il n'y a pas de priorité et aux USA certains veulent changer ça.
Donc on s'éloigne de la philosophie de base du net.

Au début tout le monde disait "Internet c'est génial tout le monde peut partager ses passions et ses opinions !" et maintenant ça fait peur au système, puisque avec internet on peut partager des informations qui ne vont pas dans le sens des médias dominant, sans internet il n'y aurait peut-être pas eu l’élection de Trump, le Brexit, les Gilets Jaunes, l'alliance extrême gauche/extrême droite en Italie, etc.

Citation Envoyé par Doksuri Voir le message
vu que ca se passe en chine, il n'y a aucune chance pour que ca nous arrive, c'est ca ?
Les pratiques chinoises sont contre nos valeurs. (c'est une civilisation totalement différente de la notre)
En théorie en France on défend la liberté.
Malheureusement les gouvernements veulent de plus en plus surveiller et contrôler leur peuple.
Avant c'était facile les gens n'avaient pas d'alternative aux médias mainstream, mais maintenant c'est fini, les gens ont perdu confiance dans les grands médias et s'informent ailleurs.
Par exemple :
«BFM, collabos»: trois journalistes conspués à la mobilisation toulousaine des Gilets jaunes (VIDEO)

Du coup le modèle chinois risque de déteindre sur la France
Certains en rêvent depuis longtemps :
Christophe Barbier : "Ça se régule aussi Internet... Les Chinois, ils y arrivent bien !"

===
Le modèle chinois n'est pas compatible avec nous.
Par exemple, là-bas il y a un système de point pour déterminer si on est un bon citoyen.
J’espère que ça n'arrivera jamais en France, mais on sait jamais...

On sait que la surveillance US possède les informations personnelles de tout le monde, grâce à Google, Microsoft, Apple et tout ça.
Peut-être qu'un jour la NSA et les services de surveillance Français collaboreront ensemble.
0  0 
Avatar de Doksuri
Membre expert https://www.developpez.com
Le 03/12/2018 à 17:04
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Le but de Google c'est de gagner de l'argent, il y a des milliards et des milliards à se faire en Chine.

Si les GAFA respectaient un code d'éthique, elles ne seraient pas si grosse.
Google n'est pas là pour faire avancer les libertés dans le onde, Google est là pour faire de l'argent.
donc la quadrature du net c'est poubelle ?
vu que ca se passe en chine, il n'y a aucune chance pour que ca nous arrive, c'est ca ?
0  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/12/2018 à 15:23
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Qu’en pensez-vous ?
Tout est dit ici : "Amnesty International est monté au créneau : « Ce sera un jour sombre pour la liberté sur Internet si Google a accepté les règles de censure extrêmes de la Chine pour accéder au marché"
Les utilisateurs chinois ne pourront pas aller sur Wikipedia ni chercher « droits de l'homme », « protestation des étudiants », « prix Nobel » et alors ?
Le but de Google c'est de gagner de l'argent, il y a des milliards et des milliards à se faire en Chine.

Si les GAFA respectaient un code d'éthique, elles ne seraient pas si grosse.
Google n'est pas là pour faire avancer les libertés dans le monde, Google est là pour faire de l'argent.

J’espère que ce genre de mesure n'arrivera jamais chez nous, mais on sait jamais...
Le mouvement des Gilets Jaunes est apparu grâce à internet, donc le gouvernement ne doit pas être hyper content du pouvoir de la liberté sur internet.
Le système aimerait bien contrôler internet comme la Chine le fait.
0  2 
Avatar de ShigruM
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 06/03/2019 à 19:58
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Le truc qui craindrait ce serait que Google remonte au gouvernement chinois la liste des utilisateurs qui ont effectué certaines requêtes (le gouvernement ferait ensuite baisser la note de civilité).
quel genre de recherche ? quand on vois ou cela nous mene cette "internet" on peu se posé des questyon
genre ceux qui font des recherches sur le fn, les curée sur la pédophilie, les magouille européennes...etc. tous le système européen bâtie est la dessus.
comme qui dirais un typeque je ne nomerais point :
Un coup de pied dans cette baraque pourrie et tout s'écroulera
0  2