Les réformes sur le copyright de l'UE pourraient forcer les artistes à se tourner vers YouTube
Et renforcer la position du groupe sur le marché

Le , par Christian Olivier

172PARTAGES

17  0 
Dans un effort visant à créer et à encadrer un marché unique du numérique permettant de fondre en un seul les 28 marchés nationaux des pays membres de son organisation, l’Union européenne (UE) a élaboré une stratégie axée sur plusieurs initiatives : cybersécurité, droits d’auteur, connexion à haut débit, intelligence artificielle… Dans le cadre de ce programme, l’UE a entrepris d’importantes réformes dans le domaine spécifique de la protection des droits d’auteur, incluant la mise en place d’un règlement relatif au blocage géographique et d’un nouveau cadre légal régissant le droit d’auteur.

À cet effet, les ministres en charge de la compétitivité au sein de l’organisation avaient souligné, en mai 2015, l’importance de mettre l’accent sur des règles appropriées en matière de droit d’auteur, sur l’actualisation des règles du commerce électronique et sur le renforcement de la confiance, de la sensibilisation et de la protection des consommateurs. De leur côté, les ministres de la Culture au sein de l’UE s’étaient prononcés en faveur de la portabilité transfrontière des contenus, de la lutte contre les contenus illicites et de la nécessité de trouver le juste équilibre en ce qui concerne le droit d’auteur.


Le droit d’auteur a vocation de garantir la protection des œuvres musicales, cinématographiques, des écrits, des photographies, des créations de mode, des logiciels, des jeux... De même que les ayants droit de ces créations. Cette protection permet surtout aux créateurs et ayants droit d’une œuvre d’autoriser ou non sa diffusion ou sa reproduction, de traduire en justice les auteurs de contrefaçons et d’exiger une rémunération suite à l’exploitation de leurs œuvres.

L’UE s’est engagée à remettre au gout du jour la législation sur le droit d’auteur en vigueur depuis 2016. Cependant, le projet de loi sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique défendu par la Commission contient deux articles controversés (11 et 13).

L’article 11 prône l’instauration d’un droit voisin, un droit de créance en cas de republication d’un article soutenu par les éditeurs de presse de l’UE. Il traite du droit de reproduction des publications de presse et de leur accessibilité au public. Il ne s’applique pas aux créateurs d’une œuvre, mais aux personnes et entités participant à sa création.

L’article 13, quant à lui, voudrait rendre obligatoire l’utilisation de technologies de filtrage basées sur les algorithmes afin d’identifier si les contenus téléchargés (textes, images ou vidéos) sont protégés par le droit d’auteur. Les contenus susceptibles d’enfreindre la législation devraient être bloqués de façon automatique afin d’empêcher leur diffusion.

Le point de vue de YouTube, et par extension de Google, sur la question

Robert Kyncl, Chief Business Officer chez YouTube, a donné son point de vue par rapport à l’article 13 controversé émanant du texte initial proposé par la Commission européenne.

Rappelant que YouTube dispose déjà d’un outil de gestion des droits, baptisé Content ID, qui accélère les procédures débouchant sur le déréférencement, le blocage ou la suppression de contenus illicites présents sur la plateforme YouTube de la firme technologique américaine, il a averti que Google peut et va créer des outils pour se conformer à l’article 13.

Kyncl estime que, du point de vue de Google, l’article 13 est une grossière erreur et qu’il ne faudrait probablement pas laisser un tel projet aboutir. Cependant, la firme de Mountain View préfèrera se conformer à la législation en vigueur plutôt que risquer de perdre de l’argent à vouloir jouer les fortes têtes sur le marché européen. D’un autre côté, il a affirmé que l’adoption de ce projet de loi ne serait pas forcément une mauvaise chose pour son entreprise, soulignant que ça pourrait aider à renforcer la position de YouTube face à la concurrence sur le marché du numérique.

L’adoption de l’article 13 devrait pousser de nombreuses plateformes offrant des services similaires à YouTube à opter pour un principe de précaution en bloquant plus de contenu (et probablement plus que nécessaire), ce qui réduira la diversité et l’attrait pour ces plateformes. En retour, cette situation pourrait, d’après Kyncl, être néfaste au développement ou plus simplement à la survie d’acteurs plus modestes de l’industrie du numérique s’affichant comme des concurrents de YouTube.

« C’est une chose d’essayer d’accueillir et de recommander des vidéos comme sur YouTube, c’en est une autre de consacrer des centaines de millions comme YouTube pour se conformer à l’article 13 », a précisé le Chief Business Officer de YouTube, soulignant au passage que la création de Contend ID a couté la bagatelle de 60 millions USD à Google.

Source : Boingboing

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Google signe un accord favorable aux ayants droit avec des représentants de l'audiovisuel français pour combattre le piratage de vidéos sur YouTube
Facebook pourrait payer les ayants droit d'œuvres musicales pour que ses utilisateurs puissent légalement inclure des musiques dans leurs vidéos
Des bailleurs de fonds européens créent une coalition pour interdire aux scientifiques bénéficiaires, de publier dans des revues payantes dès 2020
Directive Copyright : les amendements aux articles 11 et 13 proposés par deux eurodéputés avant le vote du 12 septembre

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de CinePhil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 06/09/2018 à 10:26
Citation Envoyé par Ryu2000
Je maîtrise pas le sujet assez loin.
Donc on critique sans savoir !
Je sais juste qu'il y a différents types de libéralisme (ben déjà : libéralisme classique / libéralisme économique / libéralisme politique / libertarianisme).
On peut effectivement considérer qu'il y a, pas vraiment différents types de libéralismes mais différents types de libéraux :
- les plus radicaux sont les anarco-capitalistes, appelés aussi en France les libertariens. Ils sont pour la suppression complète de la sphère publique et la réalisation de tout par des organismes privés ;
- les minarchistes qui souhaitent une restriction du périmètre étatique aux fonctions régaliennes (sécurité, justice, affaires étrangères) ;
- ceux qu'ont peut qualifier de libéraux classiques qui, en plus des fonctions régaliennes, estiment que certaines choses communes doivent aussi être gérées par la puissance publique, telles que les routes, voies navigables, réseaux de transport nationaux ;
- les libéraux conservateurs quant à eux sont pour une réduction de l'intervention publique dans la sphère économique mais restent attachés par exemple à l'école républicaine, à l'hôpital public. Ils sont souvent également conservateurs sur le plan sociétal et plutôt opposés aux évolutions des moeurs (mariage homo, adoption par couple homo...) ; ils restent attachés à ce qu'on appelle communément les "valeurs traditionnelles" ;
- il parait qu'il existe des "libéraux de gauche", favorables à la liberté sociétale mais encore assez interventionnistes dans la sphère économique, plutôt keynésiens.

Le point commun de tous ces libéraux et qui peut constituer un début de définition du libéralisme : la défense, sous certaines formes ou d'autres, de la liberté individuelle.

J'aurais pour ma part tendance à considérer comme véritablement libéraux seulement les trois premières familles citées ci-dessus. Les libéraux conservateurs n'ont pas fait le chemin intellectuel vers la liberté sociétale et ne sont en fait libéraux que sur le plan économique ; les libéraux de gauche sont davantage des libertaires et restent collectivistes.

Pour savoir ce qu'est vraiment le libéralisme, voir l'encyclopédie libérale Wikiberal.

Moi ça me fait penser à "libéral-libertaire", il y a aucune limite et ça fini en pédophilie ou d'autres trucs atroce,
Preuve que tu ne sais pas ce qu'est le libéralisme !
La pédophilie n'est pas du tout libérale !
Le libéralisme considère que la limite de la liberté est la propriété d'autrui, y compris la propriété de son propre corps. Le libéralisme est basé sur le principe de non-agression. La pédophilie est une agression envers un humain qui n'a pas la possibilité et/ou la capacité de jugement pour se défendre.

Il y a le libéralisme et le néo libéralisme qui sont des gros ensembles.
Définis "néo-libéralisme" !
Cite-moi une personne qui se revendique néo-libéral !

C'est comme le capitalisme qui a des centaines de formes.
Des centaines, c'est sans doute exagéré. Mais c'est vrai qu'entre le capitalisme du petit entrepreneur et le capitalisme de connivence des grands groupes en collusion avec les puissances étatiques, il y a des différences.
Au fait, si tu mets un peu d'argent de côté, tu es capitaliste !

Libéral ou capitaliste: ce n’est pas la même chose
L'auteur de l'article prétend démonter des travers de pensées sur le libéralisme et le capitalisme... en en commettant lui-même !
Il y aurait pas mal de choses à dire sur cet article ; ce n'est pas spécialement l'endroit pour ça. Déjà que cette discussion sort largement de son sujet...

Pour moi, un libéral ne peut qu'être capitaliste ; il ne peut pas être communiste ou même socialiste parce qu'un libéral défend la propriété privée.
Donc le principe capitaliste fait partie logiquement de la philosophie libérale mais ce n'est effectivement pas la même chose. On pourrait dire que le capitalisme est une conséquence logique de l'application du libéralisme.

Citation Envoyé par Ryu2000
Citation Envoyé par CinéPhil
Sans actionnaire, pas d'entreprise. Sans entreprise, peu d'emplois.
Bullshit !
Tu peux commencer avec ton argent
Donc tu constitues un capital pour ton entreprise ; de facto, tu es ton propre actionnaire, même si juridiquement ce n'est pas forcément le terme employé (l'actionnaire étant, juridiquement, celui qui détient des actions d'une entreprise. Celui qui a créé une SARL détient, seul ou avec d'autres, les "parts sociales" de l'entreprise ; ce ne sont pas des actions et il n'est donc pas actionnaire au sens juridique).

tu peux aller voir une banque
... qui peut te prêter de l'argent pour constituer ou augmenter le capital de l'entreprise dont tu seras "actionnaire" (de fait ou juridique), ou bien qui entrera dans le capital de l'entreprise et deviendra donc de facto actionnaire de l'entreprise.

maintenant il y a même des financements participatif
... qui font, de facto, des financeurs des "actionnaires" de l'entreprise.

Il y a des entreprises qui ne sont pas en bourse comme Steam par exemple
Mais il y a plein d'entreprises dont le capital est constitué d'actions et qui ne sont pas en bourse !
Elles ont pourtant des actionnaires ! Toutes les SA ont un capital divisé en un certain nombre d'actions... possédées par les actionnaires de la SA.
Ce n'est pas la bourse qui fait l'actionnaire mais le fait de posséder tout ou partie d'une entreprise, que celle-ci soit cotée en bourse ou pas.

Je trouve que les entreprises accordent trop d'importance aux actionnaires
C'est bien normal ; ce sont les propriétaires de l'entreprise. Ce sont ceux qui risquent leur argent dans l'entreprise et qui en espère un rendement et une valorisation. Parfois, ils n'obtiennent ni l'un, ni l'autre, voire perdent la totalité de leur mise.

alors que des alternatives existent
La coopérative ? Des fois ça marche ; parfois ça plante lamentablement parce que ses membres, ayant idéologiquement choisi cette forme d'entreprise, ne savent pas la gérer selon les règles économiques de base.

Je crois qu'Elon Musk voulait retirer Tesla de la bourse à un moment donné, ça aurait été chouette.
Elon Musk a eu un coup de burn out récemment. S'il aavait retiré Tesla de la bourse, ça n'aurait rien changé au caractère capitaliste de sa société. Au passage, il est même peut-être à classer dans les capitalistes de connivence parce qu'il me semble que ses activités sont largement subventionnées par la puissance publique américaine.

Une entreprise informatique ça commence dans un garage ça ne commence pas avec des actionnaires.
Presque toutes les entreprises commencent tout petit, que ce soit dans un garage, une chambre, un magasin, un local loué dans une pépinière d'entreprises...
Mais j'ai écrit que sans actionnaire, il n'y aurait que pas ou peu d'emplois. S'il n'y avait que des entreprises individuelles, nous ne serions pas là à discuter sur Internet mais plutôt à travailler avec peu de moyens pour survivre.

Ça me rappelle eLive / Showprime qui était financé par des actionnaires et c'était hyper bizarre.
En fait c'était une étude et ça a fermé du jour au lendemain.
Je ne connais pas ce cas mais, d'une manière générale, il y a des entreprises qui naissent, grandissent et deviennent Google ou Amazon et d'autres qui meurent au bout d'un temps plus ou moins long.

Ce que j'ai dis c'est qu'il était impossible de ne pas les voir.
Et alors ? Tu obéis à tout ce que tu vois ? Es-tu donc si influençable ?

Une bonne pub passe par l'inconscient ou le subconscient, ou ce que tu veux, en tout cas tu ne te rends pas forcément compte qu'elle t'a impacté.
Ben je dois avoir le cerveau suffisamment fermé à l'influence publicitaire alors !
Peut-être tout simplement parce que l'agacement que me procure généralement la publicité est supérieur à la puissance de son influence.
Et c'est si simple de zapper, regarder ailleurs, porter son attention sur autre chose.

La pub ça craint quand tu dépends d'elles, comme les médias qui ne disent pas du mal des sociétés qui leur achète des pages de pub.
Peut-être que le modèle économique des médias traditionnel est obsolète ?

Du coup tu ne peux plus rien dire dans une vidéo YouTube sinon c'est démonétisé directement pour 3 fois rien.
Si on base ses revenus sur ce que rapporte Youtube, évidemment...
Il y a d'autres moyens moins aléatoires de gagner de l'argent, non ?
J'ai justement tendance à zapper quand une vidéo Youtube commence par de la pub.
Avatar de CinePhil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 06/09/2018 à 10:35
Citation Envoyé par Danfre
Ces entreprises ne vivent pas qu'avec des actionnaires : soigner les dividendes c'est bien sauf quand c'est fait au détriment de l'investissement et des salariés... et donc de l'emploi.
Exemple:
https://www.lesechos.fr/14/05/2018/l...tionnaires.htm
Un article des Echos qui reprend les diatribes anti-capitalistes d'Oxfam sans en faire une critique raisonnée... ce journal économique me déçoit !

Voici un contrepoint :
https://www.contrepoints.org/2018/09...des-dividendes
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2018 à 11:17
Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Donc on critique sans savoir !
Je sais qu'il existe plusieurs types de libéralisme, je ne sais pas les expliquer dans le détail.
Mais j'ai déjà vu plusieurs libéraux débattre sur ce qu'était le libéralisme pour chacun...

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
- les libéraux conservateurs quant à eux sont pour une réduction de l'intervention publique dans la sphère économique mais restent attachés par exemple à l'école républicaine, à l'hôpital public. Ils sont souvent également conservateurs sur le plan sociétal et plutôt opposés aux évolutions des moeurs (mariage homo, adoption par couple homo...) ; ils restent attachés à ce qu'on appelle communément les "valeurs traditionnelles" ;
Libéraux conservateurs c'est une oxymore non ?

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
- il parait qu'il existe des "libéraux de gauche"
Il y a même un schéma ici :
Libéraux de gauche
Le libéralisme est un ensemble de courants qui vise à faire reconnaître la primauté de l'individu. Parmi les libéraux, les libéraux de gauche se distinguent en insistant sur la nécessité d'une certaine égalité des conditions de départ pour tous.
Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Le point commun de tous ces libéraux et qui peut constituer un début de définition du libéralisme : la défense, sous certaines formes ou d'autres, de la liberté individuelle.
Ouais mais voilà, liberté individuelle ça fait penser à une gauche hardcore et ça conduit à des pédophiles, si on pousse la liberté trop loin, si il n'y a plus de règle et tout ce qui compte c'est l'individu...
Pour moi c'est mieux de penser en peuple qu'en individualisme.
Il peut rapidement il y avoir de l'abus si on part dans la «liberté individuelle», si on tolère tout pour que chacun puisse jouir, ça va très mal finir.

Donc il y a libéralisme dans le sens "contre l'état" et libéralisme dans le sens "liberté individuelle" (j'aime ni l'un ni l'autre, ça tombe bien)

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Les libéraux conservateurs n'ont pas fait le chemin intellectuel vers la liberté sociétale et ne sont en fait libéraux que sur le plan économique ; les libéraux de gauche sont davantage des libertaires et restent collectivistes.
Je suis pas un fan du sociétale et des libertaires.
Les prochains progrès sociétal ça va être le mariage à 3, la légalisation de l'inceste, la légalisation de la pédophilie, ce genre de choses...

Je pense directement à Thierry Levy, Daniel Cohn Bendit, Frédéric Mitterrand, Roman Polanski, Jack Lang (pour ceux qui suivent...).

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Le libéralisme considère que la limite de la liberté est la propriété d'autrui, y compris la propriété de son propre corps.
Je connais des libertaires qui vont te dire que l'enfant prend beaucoup de plaisirs.
D'ailleurs il y a un fou qui a fait des "études" là dessus.
Alfred Charles Kinsey né le 23 juin 1894, mort le 25 août 1956 est considéré comme le pionnier de la sexologie moderne mais aussi comme un précurseur de la « révolution sexuelle » des années 1960-1970. Au départ professeur d’entomologie et de zoologie, spécialiste des insectes, il commence à étudier le comportement sexuel humain grâce à des fonds de recherche qu’il obtient de la Fondation Rockefeller.

En 1948 il publie Le comportement sexuel de l’homme. Puis en 1953 Le comportement sexuel de la femme.

Mais Alfred Kinsey est aussi sinistrement connu pour ses études sur la sexualité infantile et sur la définition en particulier des « orgasmes » des enfants.
Renseignez vous sur les études de la sexualité infantile réaliser par Alfred Kinsey, vous allez voir ce que ça peut donner d'être libertaire...

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Cite-moi une personne qui se revendique néo-libéral !
Admettons que personne ne se définisse comme étant néo-libéral, ça n'empêche qu'ils peuvent l'être sans se le reconnaître à eux même.
Après c'est qu'une question de point de vue et de terminologie.
C'est un terme péjoratif ? (comme néo conservateur du style d'Hillary Clinton ?)

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Au fait, si tu mets un peu d'argent de côté, tu es capitaliste !
De toute façon ça ne sert à rien, les monnaies sont basé sur rien et perdront de la valeur.
Les occidentaux rigolent "Ah ces connards d'Argentins ils ont connu une période d'hyper inflation, ils sont vraiment sous développé".
Attendez un petit peu vous risquez de moins rigoler un jour. (les QE ça ce paie, c'est pas gratuit et dans l'histoire ça a toujours fini très mal, les révolutionnaires français avaient bien fait de la merde avec la monnaie basé sur rien, c'est pour ça qu'on s'est retrouvé avec Napoleon au pouvoir)

Pour moi le capitalisme c'est autre chose que posséder des choses (ça ça existait avant le capitalisme).
Le capitalisme c'est une minorité de personne qui exploite beaucoup de monde pour leur profit.
Le capitalisme c'est détruire l'environnement pour s'enrichir.
Le capitalisme c'est faire des guerres, ou placer des dictateurs pour s'enrichir.
Le capitalisme c'est qu'une infime minorité est ultra riche et 99% se partage les miettes.
Le capitalisme créer des parasites qui s’accaparent les ressources sans jamais rien produire. (la finance ne créer rien de concret, selon comment on regarde)

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Pour moi, un libéral ne peut qu'être capitaliste ; il ne peut pas être communiste ou même socialiste parce qu'un libéral défend la propriété privée.
Ok ben ça doit être facile de trouver des libéraux qui ne sont pas d'accord avec ta définition du libéralisme.

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Donc tu constitues un capital pour ton entreprise ;
Non mais les actionnaires ne produisent rien, ce sont des parasites, les bénéfices de l'entreprise ne devraient pas aller vers eux en priorité.
(je parle des gros actionnaires, pas des petits gens qui se font voler par leur banque)

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Il y a d'autres moyens moins aléatoires de gagner de l'argent, non ?
Ouais mais c'est un choix de carrière, il y en a qui sont des "entertainers", qui sont doué pour animer quelque chose.
C'est cool si t'arrives à vivre de ta passion.
Y'en a qui vivent en faisant des streams, y'en a qui vivent en faisait tous les jours des vidéos qu'ils détestent (mais ils ont un publique de petits cons et ça rapporte la blinde), y'en a qui passent des mois à faire un truc bien et qui ne font pas de vues.
Générer l'équivalent d'un SMIC en étant vidéaste c'est un gros challenge.

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
J'ai justement tendance à zapper quand une vidéo Youtube commence par de la pub.
Il y a les vidéastes sympa qui disent dans le titre que le contenu est sponsorisé.
Mais il y a des fourbes qui ne précisent à aucun moment que le contenu est sponsorisé, c'est pas gentil
Et y'en a qui présentent un produit en milieu de vidéo vite fait.
C'est cool la sponsorisation, si vous avez été webmaster un moment dans votre vie, vous devriez savoir que l'argent de la pub et le seul moyen de générer des revenus. (maintenant il y a les dons, mais c'est spéciale...)

Une marque a donné une tablette graphique à ce dessinateur (je trouve ça chouette, tout le monde est gagnant) :
Avatar de Tagashy
Membre averti https://www.developpez.com
Le 06/09/2018 à 12:05
Il me semble que l'article est sur la vision google/youtube de l'article 13 pas le capitalisme/libéralisme etc
pourriez vous arrêtez de polluer la news avec des commentaire ayant aucun rapport?

merci d'avance.
Avatar de Itachiaurion
Membre actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2018 à 12:30
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est plutôt le reflet des lobbies.
L'UE centralise les députés dans un même bâtiment donc ça simplifie leur travail. (ils n'ont plus à aller dans 28 pays et corrompre 28 gouvernements, là tout est centralisé)

Bruxelles, les lobbies à la manœuvre
Bruxelles, paradis des lobbies

Il y a des intérêts privés qui manipulent l'opinion des députés. (ça doit être facile de les corrompre)
À Bruxelles, plongez dans la discrète mais intense bataille que les lobbies livrent à l’intérêt général
C'est vrais que les lobbies ne sont pas du tout actif a l’échelle des nations, non non non, il n'y a QUE l'Europe qui leur permet d'influencer les politiques... Faut un peu sortir de sa bulle anti Europe absolutiste, les loups étais déjà dans la bergerie avant que l’Europe ne se fasse, au moins cependant ça met en lumière le phénomène.

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Citation Envoyé par Itachiaurion
L'UE n'est malheureusement que le reflet des états qui la composes, des états en majorité libéral et plus ou moins liberticide
Décidément, vous êtes très drôles aujourd'hui !

Des état libéraux liberticides !
Vous ne craignez pas l'emploi des oxymores, vous !

en commençant de la Pologne
45ème dans le classement de la liberté économique de la Heritage Foundation. C'est mieux que la France (71ème) mais il y a beaucoup mieux. Comme la France, la Pologne est située dans les "Moderatly free".

jusqu'au états d’Europe du nord
Voyons...
Finlande : 26ème (Mostly free), pas mal !
Norvège : 23ème, pas mal non plus !
Suède : 15ème, on approche du top mais ce n'est pas encore ça !
Danemark : 12ème, on approche encore !
Islande : 11ème, presque le top ten !
Irlande : 6ème, ça y est ; on est dans le top ten !

C'est effectivement mieux que la France ! Voyons les résultats maintenant...
Taux de chômage (2017) :
Pologne : 4,9
Finlande : 8,6
Norvège : 4
Suède : 6,7
Danemark : 5,7
Islande : 2,8
Irlande : 6,7

France : 9,4
=> Les pays cités plus libres économiquement ont un plus faible taux de chômage que la France.

PIB par habitant :
Pologne : 29 300
Finlande : 44 050
Norvège : 58 790
Suède : 48 905
Danemark : 49 600
Islande : 52 150
Irlande : 71 472

France : 43 600
=> C'est moins flagrant mais la France est quand même à la traîne. C'est vrai que la Pologne est encore moins forte. Elle vient aussi de beaucoup plus loin, ayant appartenu au "bloc soviétique".

C'est quand même pas mal, la liberté, non ?

Là dessus tous les états sont a peu près d'accord sur une chose, internet est bien trop peu taxer et réguler comme ça, ce n'est pas bon du tout eux.
Ce qui n'est pas du tout libéral ! #TaxIsTheft

Aussi la faute au média
... qui sont largement subventionnés par qui ?
Je te parle de libertés individuelle et tu me parle... de libertés économique? Mais cela n'a rien a voir, c'est grave a ce point là si l'on doit mesuré les liberté dans un pays a travers le seul prisme de l'économie. Bien sur que l’Irlande est top 10, pourquoi Apple y est et pourquoi Hong Kong y est première dans ton fameux classement? Les pays du top 10 sont soit des pays ultra libéral comme le Royaume Unis soit des paradis fiscaux et bancaire comme la Suisse et l'ancienne colonie anglaise ainsi que sa voisine. Oui la France n'est pas la mieux classé même au niveaux des libertés individuel mais faut pas pousser la comparaisons avec des pays de l'est ou la situation est quand même bien plus préoccupante. En en parle du droit a l'avortement en Pologne?

Oui effectivement j'emplois peut être mal le terme libéral où pour moi l'on parle de néo libéralisme avec un désengagement totale de l'état (sauf quand il faut renfloué quand on provoque une crise économique, les banques voudrais pas voir disparaître leur filet de sécurité) et une dérégulation a outrance. Et là oui effectivement la France est mal classé et ça me va très bien, tu n'es pas d'accord là-dessus grand bien t'en fasse chacun peut avoir ses idées.

Oui la France a un taux de chômage plus élevé merci de la nouvelle on l'entend pas assez a la télé, une corrélation n'est cependant pas indicative systématiquement de l’origine d'un problème, sinon on aurais demandé aux statisticiens de réglé tout les problèmes du monde en faisant corréler tout ce qui ne vas pas.
Avatar de CinePhil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 06/09/2018 à 12:33
Libéraux conservateurs c'est une oxymore non ?
Oui, c'est presque un oxymore dans la pratique puisqu'ils sont opposés à pas mal de libertés sociétales.
Mais c'est plus un phénomène historique qui fait qu'on trouve davantage les libéraux en économie du côté des partis conservateurs. Ils ont juste un cheminement intellectuel à faire pour remettre en cause leurs préjugés ou leurs acquis éducatifs au regard des principes libéraux. C'est ce que j'ai fait au fil des ans. Je fus d'abord un libéral conservateur ; je suis maintenant libéral classique, voire minarchiste et très intéressé par les théories anarco-capitalistes, même si je n'arrive pas à croire à la faisabilité à grande échelle de ces dernières.

Ouais mais voilà, liberté individuelle ça fait penser à une gauche hardcore et ça conduit à des pédophiles
C'est obsessionnel chez toi !

Encore une fois : l'un des principes fondamentaux du libéralisme étant le principe de non-agression, le libéralisme condamne évidemment la pédophilie.
La liberté individuelle, c'est : j'ai le droit de faire ce que je veux avec ce que j'ai tant que je ne porte pas atteinte aux droits naturels des autres.

si on pousse la liberté trop loin, si il n'y a plus de règle
Plus de règles, ça s'appelle l'anomie. Ce n'est plus du libéralisme ; c'est même au delà de l'anarchie.

Pour moi c'est mieux de penser en peuple qu'en individualisme.
Ça, ça peut conduire au fascisme, par contre !
Un peuple est constitué d'individus. Mettre le peuple avant l'individu, c'est rapidement priver l'individu de ses droits naturels.

Il peut rapidement il y avoir de l'abus si on part dans la «liberté individuelle», si on tolère tout pour que chacun puisse jouir, ça va très mal finir.
Est-ce que je porte atteinte à quelqu'un quand je jouis ? Elle est plutôt contente parce que je l'ai faite jouir aussi !
Du moment que la jouissance est obtenue sans porter atteinte aux droits naturels de l'autre, où est le problème ?

Donc il y a libéralisme dans le sens "contre l'état" et libéralisme dans le sens "liberté individuelle" (j'aime ni l'un ni l'autre, ça tombe bien)
Préfères-tu son contraire ? Le tout-état et la dictature collective ? Serais-tu fasciste ?

Les prochains progrès sociétal ça va être le mariage à 3, la légalisation de l'inceste, la légalisation de la pédophilie, ce genre de choses...
Mariage à 3 :
1) Le mariage est une affaire privée ; l'état ne devrait même pas s'en occuper.
2) Tant que les trois adultes sont pleinement consentants pour participer à ce trio, où est le problème ?

Inceste :
C'est une agression envers l'enfant, donc pas libéral. Si c'est entre un parent de 40 ans et un "enfant" de 20 ans ayant toutes ses facultés intellectuelles et que les deux sont consentants, par contre, où est le problème ?

Pédophilie :
Déjà évoqué plusieurs fois... agression envers un enfant => pas libéral !

Je pense directement à Thierry Levy, Daniel Cohn Bendit, Frédéric Mitterrand, Roman Polanski, Jack Lang (pour ceux qui suivent...).
En quoi ces gens seraient libéraux ?
Je ne connais pas le premier et rien dans sa page Wikipedia ne me laisse à penser qu'il le soit.
Cohn Bendit, Miterrand et Lang ne sont évidemment pas libéraux. Polanski, pas que je sache non plus.

Je connais des libertaires qui vont te dire que l'enfant prend beaucoup de plaisirs.
1) Ne pas confondre libertarisme et libéralisme !
2) Il y a des pédophiles, hélas, de toutes les mouvances politiques. Ramener la pédophilie au libéralisme, c'est juste n'importe quoi. J'ai déjà expliqué en quoi la pédophilie est non-libérale.

En quoi Kinsey serait-il libéral ?

Admettons que personne ne se définisse comme étant néo-libéral
Ah !
ça n'empêche qu'ils peuvent l'être sans se le reconnaître à eux même.
j'en reviens donc à la première question que tu as occultée : définis-moi le "néo-libéralisme".

C'est un terme péjoratif ?
OUI ! Même si son premier emploi ne l'était pas, puisqu'il a été employé pour parler de ceux qui prônaient le retour du libéralisme classique, aujourd'hui, il est systématiquement employé de manière péjorative et généralement pour qualifier des choses assez éloignées du libéralisme.

De toute façon ça ne sert à rien, les monnaies sont basé sur rien et perdront de la valeur.
Vaste sujet la monnaie !
Il y a des monnaies qui en perdent, d'autres qui restent fortes.

les QE ça ce paie, c'est pas gratuit et dans l'histoire ça a toujours fini très mal
D'accord avec ça !
Principe économique de base : si vous augmentez artificiellement la quantité de monnaie disponible sans que la production de richesses augmente, vous diminuez la valeur de chaque unité de monnaie.
Quand les robinets de l'argent facile vont se fermer et que les taux vont remonter, ça va faire mal ! Et la France sera probablement parmi les pays qui iront le plus mal vu qu'elle continue de dépenser sans compter.

Pour moi le capitalisme c'est autre chose que posséder des choses (ça ça existait avant le capitalisme).
Ce n'est pas seulement "posséder des choses" ; c'est accumuler du capital en vue d'une utilisation future. On parle de propriété privée des moyens de production ; ces moyens peuvent être des outils, machines, ou du capital monétaire pour permettre l'achat de ces outils.

Le capitalisme c'est une minorité de personne qui exploite beaucoup de monde pour leur profit...
Clichés anti-capitalistes habituels !
Je ne répondrai même pas, tellement c'est idiot !

Ok ben ça doit être facile de trouver des libéraux qui ne sont pas d'accord avec ta définition du libéralisme.
Ben cherche ! On verra s'ils sont vraiment libéraux.

Non mais les actionnaires ne produisent rien, ce sont des parasites
Encore un cliché !

J'invente un biglotron ; je le fabrique avec mes propres moyens. Je te le montre ; ça t'intéresse ; tu veux me l'acheter ; on convient ensemble d'un prix ; tu l'emportes.
Tu montres ton acquisition à des copains qui veulent aussi leur biglotron. Tu leur donne mes coordonnées. Comme il y a maintenant plusieurs biglotrons à produire et comme il semble que j'ai mis le droit sur un marché potentiel intéressant, je n'ai pas les moyens nécessaire à l'achat de ce qui est nécessaire à la production de ces biglotrons.
Je suis alors bien content de trouver un actionnaire qui s'intéresse à mon entreprise de fabrication et vente de biglotrons et qui va prendre le risque de m'avancer le capital pour que je puisse satisfaire tes copains puis les autres clients que je trouverai.
Il est bien normal qu'en retour je rémunère le risque pris par mon actionnaire en lui versant les bénéfices correspondant à son investissement dans mon entreprise.
Les ventes décollent et je n'arrive plus à produire seul pour satisfaire la demande. Je vais donc embaucher un salarié. En échange de son travail, je rémunère ce salarié (et je paye aussi ses charges sociales qui sont plutôt costaudes en France). Je dois aussi investir dans des outils pour qu'il puisse travailler. Le salarié a donc obtenu un emploi ; il a maintenant une rémunération sans avoir investi un centime dans l'entreprise. Pourquoi aurait-il droit à une part des bénéfices ? Il a son salaire, qui, au passage, est bien plus important que le dividende touché par l'actionnaire, sauf peut-être si je peux vendre mon biglotron à un prix tellement haut que la marge est énorme, mais c'est rare).
Au passage, comme j'avais un emploi salarié avant et que je l'ai quitté pour produire autant de biglotrons que je le peux, j'ai créé deux emplois : le mien et celui de mon employé.
Et je n'aurais pas pu faire ça sans l'actionnaire capitaliste puisque je n'avais pas les moyens financiers pour produire plusieurs biglotrons d'un coup.
Alors, c'est toujours pourri le capitalisme ?

Ouais mais c'est un choix de carrière
Un choix de vie, oui. La vie est faite de choix ! Et il faut assumer ses choix.

Une marque a donné une tablette graphique à ce dessinateur (je trouve ça chouette, tout le monde est gagnant)
Il y a donc eu un échange économique non monétaire entre le dessinateur et la marque qui y a trouvé un avantage commercial en faisant savoir que ce dessinateur de talent utilise sa tablette graphique.
C'est très fréquent dans le sport : des marques fournissent du matériel à des sportifs de haut niveau (pas toujours des professionnels) et ils font de la publicité en disant que Machin utilise les produits Truc.

Sur ce, bon appétit !
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/09/2018 à 13:24
Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
il semble que j'ai mis le droit sur un marché potentiel intéressant,
Le doigt, camarade, le doigt !

Sinon, d'accord avec l'ensemble (même si tu ne vas pas au bout des choses avec ton histoire de biglotron : quid du capitalisme de base quand ton usine fera bosser 250 000 employés répartis sur les 5 continents et que les actionnaires à gros cigare viendront te tapoter l'épaule en te parlant de rentabilité/productivité/tout_ce_genre_de_choses_qui_puent_les_plans_sociaux ?

)
Avatar de CinePhil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 06/09/2018 à 13:33
quid du capitalisme de base quand ton usine fera bosser 250 000 employés répartis sur les 5 continents et que les actionnaires à gros cigare viendront te tapoter l'épaule en te parlant de rentabilité/productivité/tout_ce_genre_de_choses_qui_puent_les_plans_sociaux ?
C'est l'entreprise non rentable ou au niveau de productivité insuffisant qui finit par licencier.
Sauf si c'est une entreprise publique : là c'est le contribuable qui paye les déficits !
Avatar de Kapeutini
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 06/09/2018 à 14:40
un algorythme de filtrage obligatoire ....
Wow ou va t on là ?

Stop, que ces fonctionnaires nous foutent la paix.
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2018 à 14:54
Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
C'est l'entreprise non rentable ou au niveau de productivité insuffisant qui finit par licencier.
Non rentable selon quoi ? qui ?
Beaucoup d'entreprises rentables ont du licencier pour assurer de plus gros dividendes pour des actionnaires, qui pour la plupart ne savent pas ce que l'entreprise produit, ni où. Ça, c'est la réalité du libéralisme actuel.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web