La Russie essaye des technologies plus précises pour bloquer le service de messagerie Telegram
Après avoir bloqué d'autres services par inadvertance

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
L’année dernière, le FSB (services de sécurité russes et ex-KGB) a demandé à Telegram, une application populaire (plus de 200 millions d’utilisateurs) de messagerie connue pour son niveau de confidentialité élevé (notamment grâce à l’emploi d’un protocole basé sur un chiffrement AES-256) de lui fournir ses clés de chiffrement, évoquant la sécurité nationale. Ce à quoi le service de messagerie s’est refusé. S’en est alors suivi un bras de fer en justice par Roskomnadzor, l'organe de régulation des télécommunications de la Russie, qui s’est soldé par une injonction de blocage de cette application en avril 2018.

Après une tentative de blocage sur l’ensemble du territoire qui ne s’est pas montrée des plus efficaces sans dommages collatéraux, notamment sur d’autres trafics, la Russie relance la machine en expérimentant une technologie qui pourrait être plus précise.

Il faut dire que lorsque les autorités russes ont commencé à bloquer le service en avril, elles ont bloqué par inadvertance l'accès des utilisateurs russes à un grand nombre de services en ligne, notamment les appels vocaux sur le service de messagerie Viber, les applications cloud pour les voitures Volvo et les applications contrôlant les caméras Xiaomi. .

Autant de dommages qui ont obligé les autorités à suspendre temporairement cette initiative. Pour le moment donc, le service est toujours accessible aux utilisateurs russes.

Un blocage plus chirurgical ?

Depuis le 6 août, l’organe de régulation des télécommunications, le Roskomnadzor, et l’agence de sécurité nationale, le FSB, ont lancé des tests de systèmes conçus pour permettre un blocage plus précis des services individuels, selon le compte rendu d’une réunion entre responsables pour discuter du plan et qui a été rapporté par Reuters.


Anton Pinchuk, copropriétaire de la société de technologie russe Protei, qui, selon le procès-verbal, a été invité à participer aux essais, a confirmé à Reuters que les essais étaient en cours. Il a déclaré que son entreprise avait refusé de participer.

La tentative précédente de bloquer Telegram consistait à cibler des adresses de protocole Internet exploitées par Amazon, Google et d'autres hébergeant le trafic Telegram. Le problème était que ces adresses IP hébergeaient souvent aussi du trafic pour plusieurs autres services également affectés.

Les systèmes testés utilisent maintenant une technologie appelée Deep Packet Inspection. La technologie fonctionne de manière plus chirurgicale, en analysant le trafic Internet, en identifiant les flux de données d'un service particulier et en les bloquant.

Cependant, les dirigeants de deux des sociétés invitées à participer ont déclaré que les tests initiaux n’avaient pas abouti, car les services autres que ceux ciblés étaient toujours bloqués involontairement.

« Jusqu'à présent, personne n'a réussi les tests », a déclaré l'un des dirigeants. Ils ont déclaré que les essais devaient se terminer avant le 20 août, mais le délai a été repoussé.

Roskomnadzor, en réponse aux questions de Reuters sur les tests, a déclaré qu'il n'avait pas d'informations. Le FSB n’a pas répondu aux questions, pas plus que le fondateur de Telegram, l’entrepreneur technologique russe Pavel Durov. Oleg Ivanov, vice-ministre des communications et du développement numérique, a refusé de commenter.

Selon le document, dont une copie a été vue par Reuters, neuf entreprises technologiques russes ont été invitées à soumettre leurs technologies Deep Packet Inspection à des fins de test.

Une source proche de Roskomnadzor et l'un des dirigeants d'une entreprise invitée à participer ont déclaré que l'objectif était de choisir la technologie la plus efficace, de l'affiner si nécessaire, puis de l'installer sur les réseaux de tous les opérateurs de télécommunications russes.

Source : Reuters

Et vous ?

Utilisez-vous Telegram ? Que pensez-vous de ce service de messagerie instantané ?
Que pensez-vous de la décision de la Russie ?
Bloquer une application est-elle la réponse adéquate selon vous ? Les personnes ciblées ou susceptibles de l'être ne peuvent-elles pas se tourner vers un autre service ?

Voir aussi :

La Russie et la Chine sont les deux principales origines des cyberattaques dans le monde entier, d'après un rapport de Carbon Black
Scandale Cambridge Analytica : c'est au tour de la Russie d'attendre un témoignage de Mark Zuckerberg, sur la question de la vie privée
Les États-Unis durcissent les sanctions à l'encontre de Kaspersky Lab soupçonné d'être de connivence avec la Russie
Piratage du DNC : les démocrates US poursuivent la Russie, le camp Trump et WikiLeaks pour avoir conspiré pour perturber les élections de 2016


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil