Les États-Unis durcissent les sanctions à l'encontre de Kaspersky Lab
Soupçonné d'être de connivence avec la Russie

Le , par Victor Vincent

110PARTAGES

11  0 
Le gouvernement des États-Unis envisage d’appliquer des sanctions contre Kaspersky alors que la société a intenté deux procès contre lui. Soupçonnant la société russe d’être sous influence du Kremlin, Donal Trump avait introduit en décembre 2017 le retrait de l’usage de l’antivirus dans les agences fédérales dans le cadre d’un projet de loi sur les dépenses de défense. Elle fait suite à la directive de son administration en septembre qui demandait aux agences civiles de retirer le logiciel de Kaspersky Lab dans les 90 jours. L’application des sanctions définies dans le « National Defense Authorization Act » pourrait « priver  » la société de toute opération aux États-Unis et peut-être même dans les pays alliés.

Ces mesures s’inscrivent dans le cadre des mesures que le pays est en train de mettre en place à l’encontre des intérêts de la Russie. « La preuve de liens étroits et de coopération entre Kaspersky Lab et le Kremlin est accablante, c'est pourquoi j'ai dirigé les efforts au Congrès pour débarrasser les systèmes fédéraux des produits de Kaspersky. Sanctionner Kaspersky Lab est une suite logique », déclare Jeanne Shaheen, auteure de la législation qui bannit l’antivirus. Le responsable de la sécurité à la maison blanche, Rob Joyce a qualifié Kaspersky, d’une preuve que l'administration Trump prend la Russie au sérieux.


Le gouvernement américain craint que le Kremlin ne puisse nuire à ses intérêts sachant que la Russie pourrait utiliser ses produits dans des opérations d'espionnage. En effet, Moscou est déjà cité dans plusieurs scandales liés à la cybersécurité, dont le scandale du Cambridge Analytica, ou encore le ransomware « NotPetya ». Certains médias rapportent que les services de renseignements américains soupçonnent que Moscou a déjà réussi à infiltrer l’administration américaine lorsque des espions ont reconfiguré la fonction de détection de logiciels malveillants de l'antivirus Kaspersky pour rechercher des documents confidentiels. Cela n'a jamais été confirmé par le gouvernement américain et la société nie toute implication dans un tel programme.

Même si de nombreux détails de l'affaire opposant le gouvernement américain à Kaspersky restent classifiés, certains responsables des États-Unis et du Royaume-Uni ont fait directement référence à la loi russe comme une racine fondamentale du problème de Kaspersky. L'analyse de la loi russe a été au cœur de la stratégie juridique du gouvernement américain dans la défense contre les poursuites en cours de Kaspersky. Dans sa réponse aux soupçons que font peser le gouvernement américain contre lui, Kaspersky Lab avait déclaré en octobre qu'il soumettrait le code source de son logiciel et les mises à jour futures pour inspection par des parties indépendantes. La société a nié à plusieurs reprises avoir des liens avec n'importe quel gouvernement et a déclaré qu'il n'aiderait pas un gouvernement pour du cyberespionnage.

En réponse aux menaces de sanction, la société russe qualifie les actions continues du gouvernement américain contre elle comme sans fondement. Selon Kaspersky, elles ont été prises sans preuve d'actes répréhensibles de la part de l'entreprise et reposent sur des sources publiques subjectives et non techniques telles que des rumeurs anonymes. Elle se réjouit des appels à déclassifier toute information crédible pouvant justifier ces sanctions. Ces événements surviennent dans un contexte assez compliqué pour la société russe. En effet, Twitter aurait pris en janvier la décision de ne plus accepter les publicités de Kaspersky Lab remettant en cause le modèle économique de l’entreprise, qui contreviendrait aux pratiques commerciales de Twitter Ads.

Source : Cyberscope

Et vous ?

Pensez-vous que Kaspersky Lab ait des liens avec le Kremlin ?

Voir aussi

Kaspersky envisage d'ouvrir un centre de données en Suisse pour répondre aux préoccupations US, quant à une connivence hypothétique avec la Russie

Des chercheurs de Kaspersky découvrent de façon fortuite le spyware ultra sophistiqué Slingshot, qui a réussi à échapper à toute détection depuis 2012

Kaspersky : le président Donald Trump promulgue une loi interdisant l'utilisation des produits de l'éditeur, au sein du gouvernement

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 12:25
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Que pensez-vous de cette affirmation du Parlement européen ?
C'est n'importe quoi !
Kaspersky n'est pas une menace !
Après tout ce que Kaspersky a fait pour la sécurité d'Internet...

Encore une fois l'UE suit les USA. (ce qui ne surprendra personne)
Alors qu'on sait que les USA nous espionnent, donc pourquoi on ne considère par les USA comme une menace ? Ce sont quand même les spécialistes des attaques informatiques.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Personnellement, considérez-vous Kaspersky comme une société malveillante ou comme une firme de sécurité dont il faut saluer les efforts ?
Pour moi c'est clairement une excellente firme de sécurité qui a fait beaucoup pour la sécurité informatique.
Mais là il y a un gros racisme anti Russe, digne d'une guerre froide...
Il n'y a pas de preuve contre Kaspersy.

Le jour où on trouvera des backdoors dans Windows 10 et Norton, ça fera moins de bruit...
11  0 
Avatar de Le gris
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 13:34
Quand des états ne font que suivre l'ineptie de leur camarade, on se trouve à se tirer une balle dans les pieds. Pauvre Europe!
8  0 
Avatar de slowsaz
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 13:44
J'ai l'impression d'être dans un rêve, ou plutôt un cauchemar, dans lequel on tourne le dos à une entreprise qui fait tous les efforts du monde pour prouver sa bonne foi pendant que nous accordons notre confiance à des sociétés (principalement américaines) qui prennent les données des gens depuis toujours sans même parler des potentielles portes dérobées qui peuvent se trouver dans leurs logiciels.

Est-ce qu'un jour, l'union européenne cessera d'être le pantin des Etats-Unis et de suivre tous ses avis et ses instructions ou elle continuera comme ça jusqu'à son extinction ?
8  0 
Avatar de Christian Olivier
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 14:54
Je croyais avoir déjà tout entendu dans cette affaire
Mais là... c le summum...... Ça frise le ridicule un tel niveau d'asservissement
Bien entendu c'est Kasper qui espionne seul, les autres spywares made in USA sont blancs comme neige

Du coup, quitte à me faire espionner, je préfère que ce soit par qlq1 de déjà reconnu ou du moins qui est unanimement pointé du doigt. Je vais de ce clic m'installer une bonne vieille solution Kasper pour livrer à la méchante Russie et à Poutine mes données ... Et puis Windows 10 même dans 10 ans je compte pas m'intoxiquer avec, Seven ou Kubuntu c suffisant.
8  0 
Avatar de Patounoff
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 16/07/2018 à 18:51
Lorsque l'on voit le nombre de mouchards installés dans W10.
C'est d'un ridicule...
6  0 
Avatar de kedare
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 16:19
Faudrait pas faire barrage a la NSA avec des solutions efficaces non mais ho
Après tout les Americains sont les gentil sauveurs contre les villains Russes
5  0 
Avatar de jml17
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 23/06/2018 à 19:16
Très peu actif sur le site, mais lecteur assidu de la newsletter, et également abonné à Kaspersky depuis longue date, je ne changerai pas aujourd'hui.
Cet avec ce genre de décision du parlement européen, que les élus nous détourne de l'Europe !
Le pouvoir ne rend pas nécessairement intelligent, d'ailleurs, un certain Bedos à dit: Pour les aveugles, on dit non-voyant, pour les sourds, non-entendant, et pour les cons, non-comprenant.
5  0 
Avatar de lubric_monkey
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 25/06/2018 à 12:04
on voit finalement qui est à la solde de quelqu'un .
on voit bien au fil des pseudo loi qui sortent de l'europe, que les lobbys sont tous puissants notamment ceux qui reflechissent en dollars.
on voit de mieux en mieux que ces gens la bas, pour lesquel d'aucun n'ont voté et qui de par leur statut sont inattaquables.
en effet, nous ne pouvons ni les revoquer , ni les poursuivre pour trahison, ou haute trahison.
nous sommes dans une democratie, dirigée par un systeme feodal , c'est ca la modernité... nouveau millenaire qui commence comme le dernier.....
je suis bien inquiet car personne ne bouge.
attendons ...attendons .... encore et bientôt nous n'aurons plus de forum...
5  0 
Avatar de Danfre
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/04/2018 à 8:32
J'imagine que Kaspersky a a peu près autant de chances d'avoir des liens avec le gouvernement russe, que certains GAFA avec le gouvernement américain... (sans parler de ce qu'ils font des données personnelles de leurs utilisateurs). Eugène Kaspersky a au moins le mérite de vouloir être transparent sur le sujet.

En tout cas en attendant les preuves qu'il y a eu espionnage ou que les fuites sont dues à leurs logiciels, on peut toujours trouver d'autres raisons objectives pour l'administration Trump de taper sur Kaspersky : protectionnisme, diversion de ses propres petits ennuis avec en rapport avec la Russie.
4  0 
Avatar de Charvalos
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/05/2018 à 12:32
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
1.
Sans faire dans la polémique, je ne vois pas ce qui peut vous permettre de dire "...clairement pas lié au gouvernement Russe"...

Est-que Poutine vous a fait des confidences?

2. Dire que les GAFA collaborent avec le gouvernement US mais affirmer que les sociétés russes ne le font pas, c'est juste du Troll...
Tu ne connais pas encore Ryu ?
4  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web