Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le gouvernement invite les industriels et fournisseurs de service à donner leurs avis
Sur sa stratégie d'utilisation du Cloud dans l'administration

Le , par Christian Olivier

120PARTAGES

15  0 
Au début de ce mois, le gouvernement français a fait part de sa vision sur l’emploi du Cloud au sein de l’administration. En dévoilant sa stratégie d’utilisation du Cloud dans l’administration, il souhaitait notamment mettre l’accent sur l’importance de disposer d’une autonomie d’actions pour protéger les données et systèmes les plus sensibles dans cet environnement. Il ne faut, cependant, pas oublier que cette stratégie n’est qu’une étape dans un projet plus grand de « ;dématérialisation des démarches administratives ;» lancé récemment par le gouvernement français. Ce projet vise le désengorgement des administrations en rendant toutes les démarches numériques d’ici 2022.

Cette nouvelle approche du Cloud souverain basée sur le développement d’une offre Cloud hybride variant en fonction des usages et de la sensibilité des données permet, dans sa forme actuelle, de distinguer trois composantes clés de cet ensemble : un Cloud externe, un Cloud dédié et un Cloud interne.

Le Cloud interne, hébergé par l’administration, devrait prendre en charge les données et applications considérées comme sensibles. Il sera assigné aux « ;exigences régaliennes de sécurité ;» et accessible à l’ensemble des ministères depuis un portail interministériel.

Le Cloud dédié, hébergé par des tiers, sera associé à des applications diverses et aux données de sensibilité moyenne. La sécurité de cette solution sera assurée par l’agence de sécurité des systèmes d’information (ANSSI).

Le Cloud externe devrait, pour sa part, s’occuper des données et des applications peu sensibles. Il comportera un catalogue d’offres cloud accessibles sur internet depuis des plateformes d’achat public.

Un document de cadrage sur l’utilisation du Cloud au sein de l’administration va prochainement être remis aux différents ministères. Le gouvernement a néanmoins souhaité consulter les industriels et fournisseurs de service concernés afin d’avoir leurs points de vue sur l'ébauche actuelle de la stratégie. Cette consultation est ouverte jusqu’au 8 aout 2018. Le gouvernement assure que toutes les contributions seront analysées et n’exclut pas le fait que certaines pourraient être prises en compte pour l’élaboration du document final qui sera distribué aux administrations.

Dans sa forme actuelle, le texte explique que « ;la doctrine nationale d’utilisation du Cloud computing doit rechercher un équilibre entre plusieurs enjeux ;», en intégrant « ;la diversité des usages ;». Plus loin, il précise que « ;l’élaboration des règles et contraintes de sécurité se fera de façon à équilibrer d’une part le besoin de protection des actifs numériques de l’État, d’autre part le besoin de développer l’usage grâce à des services faciles à utiliser, performants, et économiquement performants ;».

Il ne faut, cependant, pas perdre de vue le fait que le Cloud computing « ;implique des problématiques de maitrise des données, de réversibilité, de sécurité informatique et de souveraineté ;», surtout si des prestataires externes, étrangers ou locaux, sont engagés. Il est donc important de tenir compte de l’environnement international et de certaines réglementations qui pourraient favoriser une « ;ingérence numérique ;» extérieure dans la vie en ligne des Français.

Source : Democracyos

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Création d'un OS souverain français : un non-sens technologique estime le responsable de la sécurité informatique de l'État

Les premiers résultats de Numergy sont-ils bons ? Le Cloud "souverain" français fête ses un an et continue d'embaucher des profils techniques

Numergy lance sa première offre dédiée aux développeurs accessible en ligne "un Cloud 100% français" pour sites, applis et environnements de test

Click&Cloud : la nouvelle plateforme PaaS dédiée au marché français s'ouvre aux développeurs avec une période d'essai gratuit de 30 jours

La commission d'enrichissement de la langue française s'attaque au vocabulaire de la cyberdéfense avec des équivalents français pour les anglicismes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/07/2018 à 20:35
Y en a-t-il qui comme moi sentent le projet pharaonique de 3 niveaux de Cloud interopérables partir en cou***e ? Tel le Titanic, trop lourd à maneuvrer donc ne pouvant éviter l'iceberg de l'investissement autant financier qu'humain.

L'appel des SIRHEN du Cloud.
10  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/07/2018 à 8:33
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Ce projet vise le désengorgement des administrations en rendant toutes les démarches numériques d’ici 2022.
Et je suppose qu'ils ont prévu qu'en 2022 TOUS les français auront accès au très haut débit... Non ?
1  0 
Avatar de Bubu017
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 31/07/2018 à 9:29
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Et je suppose qu'ils ont prévu qu'en 2022 TOUS les français auront accès au très haut débit... Non ?
Toutes les démarches seront possibles numériquement en 2022, cela ne veut pas dire qu'elles ne seront plus possible de visu. Même si le truc que je sens venir, c'est de foutre des PC dans les halls des administrations, et laisser les gens faire leurs démarches.
1  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/07/2018 à 11:05
Citation Envoyé par Bubu017 Voir le message
Toutes les démarches seront possibles numériquement en 2022, cela ne veut pas dire qu'elles ne seront plus possible de visu. Même si le truc que je sens venir, c'est de foutre des PC dans les halls des administrations, et laisser les gens faire leurs démarches.
Oui, ça va être cool.
1  0 
Avatar de redcurve
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 31/07/2018 à 1:46
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Y en a-t-il qui comme moi sentent le projet pharaonique de 3 niveaux de Cloud interopérables partir en cou***e ? Tel le Titanic, trop lourd à maneuvrer donc ne pouvant éviter l'iceberg de l'investissement autant financier qu'humain.

L'appel des SIRHEN du Cloud.
Ils feraient mieux de tout mettre sur Azure y'a deux datacenter en cours de certification un à paris un à marseille, OVH opère déjà des services cloud Azure donc au lieu de monter un projet débile qui finira en échec cuisant l'état ferait mieux de prendre contact avec OVH et Ms deux boites qui s'y connaissent quoi ... et faire des devis pour du Azure pure ou du cloud hybride Azure ou du cloud dédié et faire opérer tout ça par OVH pis vala.
1  5 
Avatar de Aeson
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 31/07/2018 à 8:40
OVH et Ms deux boites qui s'y connaissent quoi ...
OVH s'y connais ? mdrr j'y suis revenue apres quelques années pour des tests et leur manager est toujours aussi buggé... leur communication avec PayPal ne fonctionne pas comme il faut... et je n'ose meme pas demander si leur support s'est amelioré...

Concernan Azure ils sont 2 année en trated sur les possibilitées qu'offre leurs Cloud et niveaux perf c'est limite...
0  7