Trolldi : Good Luck With That, enfin une licence pour le code spaghetti ?
Les devs peuvent modifier votre code tant qu'ils ne vous mentionnent pas

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Les référentiels publics sont souvent utilisés pour partager des logiciels open source. Pour que votre référentiel soit véritablement open source, vous devez lui affecter une licence afin que les autres utilisateurs puissent utiliser, modifier et/ou distribuer le logiciel.

Une licence de logiciel indique aux autres ce qu'ils peuvent et ne peuvent pas faire avec votre code source, il est donc important de prendre une décision éclairée.

Vous n'êtes pas obligé de choisir une licence. Cependant, sans licence, les lois sur les droits d'auteur par défaut s'appliquent, ce qui signifie que vous conservez tous les droits sur votre code source et que personne ne peut reproduire, distribuer ou créer des œuvres dérivées à partir de votre travail. Si vous créez un projet open source et que vous le partagez sur une plateforme open source, vous serez donc vivement encouragés à inclure une licence open source.

Il existe plusieurs types de licences de logiciel. Chez Creative Commons par exemple, nous avons entre autres la licence :

CC BY : Cette licence permet aux autres de distribuer, remixer, arranger, et adapter votre œuvre, même à des fins commerciales, tant qu’on vous accorde le mérite de la création originale en citant votre nom. C’est le contrat le plus souple proposé. Recommandé pour la diffusion et l’utilisation maximales d’œuvres licenciées sous CC.

CC BY-SA : Cette licence permet aux autres de remixer, arranger, et adapter votre œuvre, même à des fins commerciales, tant qu’on vous accorde le mérite en citant votre nom et qu’on diffuse les nouvelles créations selon des conditions identiques. Cette licence est souvent comparée aux licences de logiciels libres, “open source” ou “copyleft”. Toutes les nouvelles œuvres basées sur les vôtres auront la même licence, et toute œuvre dérivée pourra être utilisée même à des fins commerciales. C’est la licence utilisée par Wikipédia ; elle est recommandée pour des œuvres qui pourraient bénéficier de l’incorporation de contenu depuis Wikipédia et d’autres projets sous licence similaire.

CC BY-ND : Cette licence autorise la redistribution, à des fins commerciales ou non, tant que l’œuvre est diffusée sans modification et dans son intégralité, avec attribution et citation de votre nom.

CC BY-NC : Cette licence permet aux autres de remixer, arranger, et adapter votre œuvre à des fins non commerciales et, bien que les nouvelles œuvres doivent vous créditer en citant votre nom et ne pas constituer une utilisation commerciale, elles n’ont pas à être diffusées selon les mêmes conditions.

CC BY-NC-CA : Cette licence permet aux autres de remixer, arranger, et adapter votre œuvre à des fins non commerciales tant qu’on vous crédite en citant votre nom et que les nouvelles œuvres sont diffusées selon les mêmes conditions.

CC BY-NC-ND : Cette licence est la plus restrictive des six licences principales de CC, n’autorisant les autres qu’à télécharger vos œuvres et à les partager tant qu’on vous crédite en citant votre nom, mais on ne peut les modifier de quelque façon que ce soit ni les utiliser à des fins commerciales.


Un développeur s’est amusé à proposer une licence publique GLWT (Good Luck With That) en expliquant que si vous avez le sentiment que lorsque vous écriviez votre code « seuls Dieu et vous compreniez ce que vous faisiez » et que désormais « seul Dieu le sait », alors vous ne devriez plus hésiter et incorporer la licence à votre projet :

« Licence publique GLWT
« Copyright (c) [année] [nom complet]

« L'auteur n'a aucune idée de ce que fait le code dans ce projet. Cela pourrait fonctionner ou pas, il n'y a pas de troisième option.

« Tout le monde est autorisé à copier, distribuer, modifier, fusionner, vendre, publier, sous-licence ou ce que vous voulez avec ce logiciel, mais à votre propre risque.

« BONNE CHANCE AVEC CETTE LICENCE PUBLIQUE
« TERMES ET CONDITIONS DE COPIE, DE DISTRIBUTION ET DE MODIFICATION

« 0. Vous faites juste CE QUE VOUS VOULEZ tant que vous ne LAISSEZ PAS UNE PISTE POUR SUIVRE L'AUTEUR du produit original.

« EN AUCUN CAS LES AUTEURS OU LES DÉTENTEURS DE COPYRIGHT NE POURRONT ÊTRE TENUS RESPONSABLES DE TOUTE RÉCLAMATION, DOMMAGES-INTÉRÊTS OU AUTRE RESPONSABILITÉ, QUE CE SOIT DANS UNE ACTION CONTRACTUELLE, DÉLICTUELLE OU AUTRE, DÉCOULANT DE OU EN RELATION AVEC LE LOGICIEL OU L'UTILISATION OU AUTRE ACTIONS DANS LE LOGICIEL.

« Bonne chance et bon vent ».

Source : licence GLWT, licences Creative Commons

Et vous ?

Comment trouvez-vous la licence GLWT ? Vous êtes-vous déjà retrouvez dans une situation où vous auriez pu l'utiliser ?
Cette licence est-elle plus adaptée si vous avez honte de votre code ?
Enfin une licence pour la programmation spaghetti ?
À quelle(s) licence(s) CC la licence GLWT vous fait-elle penser ?
Avez-vous déjà utilisé une licence de logiciel ? Laquelle et pourquoi ?
Avez-vous d'autres exemples de licences à proposer sur lesquelles vous êtes tombés et que vous jugeriez intéressante / drôle / unique ?
Si vous pouviez proposer une licence aussi farfelue que possible, quel en serait l'énoncé ?

Voir aussi :

Trolldi : quelles sont les pires excuses que les entreprises pourraient avancer, pour refuser le passage à l'IPv6 ?
Trolldi : pour ou contre les noms de fonctions drôles dans son code ? Les développeurs du client mail Eudora semblent avoir été un peu farceurs
Trolldi : une blague de Richard Stallman sur l'avortement crée la polémique, 26 ans après avoir été écrite dans la documentation du projet glibc
Trolldi : une société propose de vous euthanasier pour conserver votre cerveau, dans l'espoir de pouvoir le sauvegarder plus tard dans le cloud
Trolldi : et si le rôle de la chance dans le succès était beaucoup plus important que nous ne le pensions ? C'est ce que suggère une étude


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Shepard Shepard - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 08/06/2018 à 9:43
Au cas où vous voudriez vous assurer un retour sur investissement :

Code : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
8
/*
 * ----------------------------------------------------------------------------
 * "THE BEER-WARE LICENSE" (Revision 42):
 * <phk@FreeBSD.ORG> wrote this file.  As long as you retain this notice you
 * can do whatever you want with this stuff. If we meet some day, and you think
 * this stuff is worth it, you can buy me a beer in return.   Poul-Henning Kamp
 * ----------------------------------------------------------------------------
 */
Pas de blague en rapport avec ma nationalité s'il-vous-plaît
Avatar de Darkzinus Darkzinus - Expert éminent https://www.developpez.com
le 08/06/2018 à 10:21
Un trolldi comme on les aime !
Avatar de esperanto esperanto - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 08/06/2018 à 10:33
Dommage que les licences CC soient mal adaptées aux logiciels (voir https://creativecommons.org/faq/#can...se-to-software)
Dommage parce que pour leur contenu, ce sont des bonnes licences avec des adaptations à la législation de chaque pays, contrairement aux GPL/BSD qui se veulent neutres mais en réalité sont très américaines dans leur formulation.
Avatar de Mc geek Mc geek - Membre régulier https://www.developpez.com
le 08/06/2018 à 15:00
Dommage parce que pour leur contenu, ce sont des bonnes licences avec des adaptations à la législation de chaque pays, contrairement aux GPL/BSD qui se veulent neutres mais en réalité sont très américaines dans leur formulation.
Peux-tu détailler ce que tu veux dire par là stp ? (c'est pas une attaque mais une vrai demande d'explication)
Avatar de jdddeschamps jdddeschamps - Membre régulier https://www.developpez.com
le 08/06/2018 à 22:39
Sans oublier la licence WTFPL :
https://fr.wikipedia.org/wiki/WTFPL
Avatar de v1cent v1cent - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 09/06/2018 à 9:46
Le problème étant que les gens qui écrivent ce genre de code ne savent pas toujours qu'ils n'y comprennent rien (et que Dieu non plus)

J'ai même vu des codes qui auraient pu être éligibles à cette licence où l'auteur était très fier de lui
Avatar de ArchiTech ArchiTech - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 11/06/2018 à 12:05
A propos de la licence GLWT : il s'agit d'un trait d'humour bien sûr, mais c'est l'occasion de rappeler un point souvent ignoré :

(Sauf changement récent) Le renoncement des droits d'auteur, qui est possible dans certains pays (États-Unis d'Amérique par exemple), n'est pas reconnu légalement en France (et d'autres pays ?), le droit moral ne pouvant faire l'objet d'une renonciation.

Donc les logiciels mis volontairement dans le "domaine public" sont illégaux en France (ou plutôt dans un état hors de la loi, l'auteur ne pouvant renier complètement sa responsabilité). En effet, le seul cas légal c'est un dépassement de la durée légale des droits d'auteur (qui est de 70 ans après la mort du dernier auteur - depuis le changement de 1997), autrement dit en informatique : aucun logiciel n'est concerné (il y 70 ans c'était les balbutiements de l'informatique, et de toutes façons aucun logiciel n'a un cycle de vie aussi long).

C'est précisément pour ces raisons que des licences telles que la CC0 (http://creativecommons.org/choose/zero/?lang=fr) existent : elles permettent de se rapprocher le plus possible du domaine public (qui est un état, pas une licence), en renonçant à autant de droits que le permet la loi. Mais c'est bien une licence, et non un état (comme le "domaine public").
Contacter le responsable de la rubrique Accueil