Facebook priorise les infos locales dans le fil d'actualité des utilisateurs
Pour mieux concilier leur vie en ligne et hors ligne

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
À travers son service de flux d’informations, Facebook permet à ses utilisateurs de partager les informations qu’ils trouvent utiles et pertinentes avec leur public et leurs lecteurs. Le géant des réseaux sociaux améliore régulièrement ce service afin de l’adapter aux besoins et aux exigences en constante évolution du marché.

À titre d’exemple, on peut rappeler que, l’année dernière, l’entreprise technologique américaine a révélé qu’elle s’employait à mettre au point un outil qui devrait à terme lui permettre de lutter plus efficacement contre les « fake news ». Elle avait aussi annoncé de nouvelles mises à jour pour son service de flux d’informations visant à lutter contre la désinformation, les liens publicitaires et les spams.

La société d’Internet a fait part plus tôt ce mois d’une mise à jour de l’algorithme qui sous-tend le fonctionnement de son service de flux d’informations. Désormais, ce dernier donne la priorité aux publications émanant des proches des utilisateurs, amis ou famille, par rapport à toutes les autres publications disponibles.

Plus récemment, Facebook a communiqué sur les dernières améliorations apportées à son service de flux d’informations en marquant sa volonté de mettre plus en valeur les informations locales au niveau du fil d’actualités des utilisateurs de son réseau social. Cette mesure devrait permettre à ces derniers de consulter en priorité les sujets qui pourraient avoir un impact réel et plus palpable sur eux ou sur la communauté au sein de laquelle ils évoluent.


Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a déclaré à ce propos : « Les nouvelles locales nous aident à prendre conscience des problèmes qui comptent dans nos communautés et qui affectent nos vies. La recherche suggère que la lecture des nouvelles locales est directement liée à l'engagement civique », suggérant ainsi que les personnes qui sont plus au fait de ce qui se passe autour d’elles auraient tendance à s’impliquer davantage au sein de leur communauté.

« Si vous suivez un éditeur local ou si quelqu'un partage une histoire locale, il peut apparaître plus haut dans le flux d'actualités », a écrit le patron de Facebook en soulignant le fait que les dernières optimisations apportées à son réseau social s’inscrivaient dans la volonté de son groupe d’afficher un nombre sans cesse croissant de « nouvelles fiables et de haute qualité ».

Ce service devrait, dans un premier temps, n’être disponible qu’aux États-Unis, mais il sera probablement étendu à d’autres pays au cours de l’année.

Source : Facebook Newsroom

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Est-ce que passer du temps sur les réseaux sociaux peut nous porter mentalement préjudice ? Des chercheurs de Facebook essayent d'y répondre
Dangers des médias sociaux : Facebook devrait être réglementée comme les entreprises de l'industrie du tabac affirme le PDG de Salesforce


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Grogro Grogro - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 31/01/2018 à 10:19
Priorisation hein... Bizarrement, Vox.com qui est un pure player US tellement proche du parti démocrate qu'il en est presque un organe de communication officieux (loin d'être mauvais d'ailleurs, juste ultra partisan), est toujours autant priorisé dans mon fil de news.
Avatar de laerne laerne - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 01/02/2018 à 17:04
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
On devrait réellement prendre en compte le vote blanc et pouvoir annuler un second tour, sinon on aura toujours le choix entre la Peste et le Choléra.
Le second tour est littéralement «*choisir le moindre des deux mals*» par conception. Aussi bien les états-unis que la France devrait avoir un système de représentation proportionnel qui ne met pas autant d'emphase sur un individu, le président. Ça pourrait être un peu comme l'Allemagne ou les suisses. Idéalement trouver une solution qui ne laisse pas de vote stratégique.

En tout cas, arrête de présenter Trump comme une rupture du système. Ça n'a été qu'une rupture de comment mener une campagne…

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Le système était pro Hillary...
Une plus large part l'était, oui. Trump était trop incohérent et représentait un plus gros risque.
Mais le système n'est pas 100% uni. Les frères Koch, Paul Singer et bien d'autres ont toujours soutenu le candidat républicain pour pousser des dérégulations obscènes. Après la primaire, quand il est devenu plus clair que Trump acceptais au final les grosse donations, ils se sont senti plus à l'aise avec lui. Et çaintenant qu'il est clair que Trump est à leur bon service, Hillary n'est qu'un utile outil de propagande. Combien de fois a-t-on défendu Trump en disant qu'Hillary aurait été pire ?

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Moi je crois sincèrement qu'il est non interventionniste, il y a des guerres qui ne sont pas assez rentable pour lui.
Mais l'industrie de l'armement est puissant et influe sur la politique du pays.
Les gouvernements changent, mais il y a des groupes qui sont toujours influent.
Tu es bien naïf. Ses deux seuls intérêts n'ont jamais été que l'argent et son image. Quand on voit le fric qui suinte dans l'industrie de l'armement et que le médias du système ne font que balancer des louanges quand les états-unis entre en guerre (Y'a qu'à voir leur réactions aux missiles lancés sur Shayrat), son intérêt final était pas si difficile à deviner, quand bien même ses croyances personelles seraient différentes. C'est aussi vérifiable au niveau de la santé, ou Trump a explicitement complimenté des systèmes financés par l'état et a finalement tenté de libéraliser davantage le système d'assurance privées de la santé.
Avatar de Dwalin_7 Dwalin_7 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 02/02/2018 à 12:26
Du coup le sondage peut servir à déterminer si les utilisateurs classent correctement ...
Avatar de VivienD VivienD - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 02/02/2018 à 12:47
Citation Envoyé par Dwalin_7 Voir le message
Du coup le sondage peut servir à déterminer si les utilisateurs classent correctement ...
Attendons-nous donc au pire...
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 17/02/2018 à 7:41
La justice américaine inculpe treize Russes pour ingérence dans les élections présidentielles,
Moscou monte au créneau

Les premières inculpations sont tombées, dans le cadre de l'enquête sur les liens entre la Russie et l'élection de Donald Trump à la Maison-Blanche. Les investigations menées par le procureur spécial Robert Mueller, ont conduit à la mise en cause de treize Russes et trois entités, russes elles aussi. Selon le communiqué, tous les inculpés sont accusés de complot en vue de tromper les États-Unis, trois d'entre eux sont accusés également de fraude bancaire et cinq autres de vol aggravé d'identité.

Dans son acte d’accusation, Robert Mueller a expliqué que « La défenderesse INTERNET RESEARCH AGENCY LLC («ORGANISATION») est une organisation engagée dans des opérations pour interférer avec les élections et les processus politiques. Les défendeurs MIKHAIL IVANOVICH BYSTROV, MIKHAIL LEONIDOVICH BURCHIK, ALEKSANDRA YURYEVNA KRYLOVA, ANNA VLADISLAVOVNA BOGACHEVA, SERGEY PAVLOVICH POLOZOV, MARIA ANATOLYEVNA BOVDA, ROBERT SERGEYEVICH BOVDA, DZHEYKHUN NASIMI OGLY ASLANOV, VADIM VLADIMIROVICH PODKOPAEV, GLEB IGOREVICH VASILCHENKO, IRINA VIKTOROVNA KAVERZINA et VLADIMIR VENKOV ont travaillé à divers titres pour lancer des opérations d’interférences ciblant les États-Unis pour le compte de l’ORGANISATION défenderesse. Depuis ou vers 2014 jusqu'à présent, les défendeurs ont sciemment et délibérément conspiré entre eux (et avec des personnes connues et inconnues du Grand Jury) pour tromper les États-Unis en altérant et en entravant les fonctions du gouvernement par la fraude et la tromperie dans le but d'interférer avec les processus politique et électoral des États-Unis, y compris l'élection présidentielle de 2016. »

« Les défendeurs, se faisant passer pour des citoyens américains et créant de fausses pièces d’identité, ont exploité les médias sociaux en créant des groupes et des pages pour attirer le public américain. Ces groupes et pages, qui ont traité des questions politiques et sociales controversées aux États-Unis, étaient prétendument contrôlés par des militants américains alors qu’en réalité ils étaient contrôlés par des défendeurs. Les défendeurs ont également utilisé de vraies identités volées à des Américains pour publier sur les comptes de médias sociaux contrôlés par l'ORGANISATION. Au fil du temps, ces réseaux sociaux sont devenus les moyens des défendeurs pour atteindre un nombre important d'Américains dans le but d'interférer avec le système politique américain, y compris l'élection présidentielle de 2016. »

« Certains défendeurs se sont rendus aux États-Unis sous de faux prétextes aux fins de recueillir des renseignements pour éclairer les opérations des défendeurs. Les défendeurs ont également acheté et utilisé une infrastructure informatique, basée en partie aux États-Unis, pour cacher l'origine russe de leurs activités et pour éviter la détection par les autorités de réglementation américaines et les forces de l'ordre. »

Plus loin, l’acte d’accusation affirme qu'Evgueni Prighozine, un allié du président russe Vladimir Poutine, a financé ce groupe ayant « pour objectif stratégique de semer la discorde dans le système politique américain » et qui a, à partir de la mi-2016, soutenu la campagne de Donald Trump et dénigré Hillary Clinton. Il aurait notamment contacté « à leur insu » des membres de l'équipe du candidat républicain.

L’acte d’accusation précise que « les opérations des défendeurs incluaient le soutien de la campagne présidentielle du candidat d'alors Donald J. Trump ("Campagne Trump" et le dénigrement d’Hillary Clinton. Les défendeurs ont fait diverses dépenses pour mener à bien ces activités, parmi lesquelles l'achat de publicités politiques sur les médias sociaux au nom des personnes et entités. Les défendeurs ont également organisé des rassemblements politiques à l'intérieur des États-Unis, tout en se faisant passer pour des entités et personnes américaines, sans révéler leur identité russe et l’affiliation de leur ORGANISATION, ont sollicité et indemnisé de réelles personnes américaines pour promouvoir ou dénigrer les candidats. Certains défendeurs, se faisant passer pour des personnes américaines et sans révéler leur association russe, ont communiqué avec des individus associés à la campagne Trump et avec d'autres militants politiques pour chercher à coordonner les activités politiques. »

À Moscou, le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié d'absurdes ces accusations. « Treize personnes ont interféré dans les élections américaines ? Treize contre des services de renseignement (américains) dotés de milliards de dollars ? Contre les services de renseignement et de contre-espionnage, contre les dernières technologies ? Absurde, oui ! », a écrit sur Facebook Maria Zakharova, porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe.


L'équipe de Robert Mueller cherche à établir s'il y a eu collusion de l'équipe de campagne de Donald Trump avec la Russie et si Donald Trump a tenté de faire obstacle aux investigations. Trois membres de l'équipe de campagne du futur président américain, dont son ex-directeur Paul Manafort, ont été mis en accusation et l'ancien conseiller du président à la sécurité nationale Michael Flynn a reconnu avoir menti au FBI et accepté de coopérer avec la justice.

De son côté, Donald Trump a réaffirmé que son équipe de campagne n'avait rien fait d'illégal : « La Russie a commencé sa campagne antiaméricaine en 2014, bien avant que je n'annonce ma candidature à la présidentielle. Les résultats de l'élection n'ont pas été impactés. La campagne Trump n'a rien fait d'illégal – pas de collusion ! », a tweeté le président, tenu informé des inculpations annoncées ce vendredi.

Source : acte d'accusation
Avatar de Cpt Anderson Cpt Anderson - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 19/02/2018 à 9:59
Les Russes, ce sont les méchants. J'ai vu ça dans la série 24. C'est vrai que s'ingérer dans les affaires d'un pays étranger, c'est pas bien, heureusement, les États-Unis (ni la France d'ailleurs) ne l'ont jamais fait, ça se saurait. Vite, condamnons la Russie et faisons blocus sur les importations, ca me parait la meilleure des solutions. De toute façon, comme nous sommes en pleine emploi, perdre quelques milliards avec le marché Russe, on s'en fou. Regardez ce qu'il s'est passé avec les produits agricoles, la Russie nous a boycotté mais la France est tellement puissante, qu'elle n'a absolument pas senti ce retour de bâton.

Eh puis, nous devrions carrément envoyer le Charles de Gaules en Mer de Chine, histoire de leur mettre un peu la pression. Avec notre techno de pointe et nos rafales, les Russes vont certainement trembler.

Au final, le monde sans la Russie, la Chine, l'Iran, l'Inde et la Corée du Nord, ca serait quand même mieux. Donc rayons les de la carte, qu'on en finisse.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 19/02/2018 à 10:36
Cette actualité est à mettre en parallèle avec celle la :
Enquête russe : Trump accable le FBI et les démocrates plutôt que Moscou
Donald Trump a poursuivi ce dimanche ses attaques contre l'enquête russe, niant toujours toute collusion entre son équipe de campagne et Moscou. Il s'est plutôt appliqué à éreinter le FBI pour son enquête tout en évitant de mettre en garde le Kremlin contre toute ingérence dans les élections américaines. « Ils sont morts de rire à Moscou. Réveille-toi l'Amérique ! » a écrit le président américain au petit matin dans une de ces salves de tweets qu'il affectionne. « Si le BUT de la Russie était de semer la discorde, le désordre et le chaos aux États-Unis, alors, avec toutes les auditions en commissions, enquêtes et haine entre partis, elle a réussi au-delà de ses rêves les plus fous », a-t-il écrit.
C'est un peu ridicule, la justice américaine s'intéresse à des publications sur les réseaux sociaux qui ont touché quasiment personne, et pour eux c'est ça qui est 100% responsable de l’élection de Trump ?!
Pendant la campagne la propagande pro Hillary était un milliard de fois plus importante que la propagande pro Trump.
Hillary avait tous les soutiens.
Les médias US étaient soit pro Hillary soit anti Trump.

Du coup Facebook et Twitter vont censurer encore plus de contenu qui ne va pas dans le sens de leur idéologie.
Il y a plein de façon de faire en sorte que les idées contraire à celles du système ne soient pas vu par tout le monde.
On perd de plus en plus de liberté d’expression.
On ne peut plus penser ce qu'on veut.
Avatar de Zirak Zirak - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 19/02/2018 à 10:45
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

On perd de plus en plus de liberté d’expression.
On ne peut plus penser ce qu'on veut.
D'ailleurs à ce propos, toujours aucune réaction de ta part sur le sujet des pressions du gouvernement russe pour faire retirer des publications d'Instagram et de Facebook postées par des opposants pour dénoncer la corruption du gouvernement.

Ca aurait été en France ou aux USA, on aurait déjà 15 messages de ta part.
Avatar de cdusart cdusart - Membre habitué https://www.developpez.com
le 19/02/2018 à 11:01
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est un peu ridicule, la justice américaine s'intéresse à des publications sur les réseaux sociaux qui ont touché quasiment personne, et pour eux c'est ça qui est 100% responsable de l’élection de Trump ?!
Pendant la campagne la propagande pro Hillary était un milliard de fois plus importante que la propagande pro Trump.
Hillary avait tous les soutiens.
Les médias US étaient soit pro Hillary soit anti Trump.

Du coup Facebook et Twitter vont censurer encore plus de contenu qui ne va pas dans le sens de leur idéologie.
Il y a plein de façon de faire en sorte que les idées contraire à celles du système ne soient pas vu par tout le monde.
On perd de plus en plus de liberté d’expression.
On ne peut plus penser ce qu'on veut.
Tu as réellement suivi les média américain pendant la campagne ? Trump insulte les média et ment 90 % du temps, comment tu fais pour avoir un coverage positif de la personne ? Il suffit à un média de simplement reporter les paroles de Trump sans même avoir besoin d'ajouter des commentaires pour que la couverture soit négatif.

Et puis va voir comment les déclarations du directeur du FBI ont été couvert juste avant les élections, ou va voir pendant combien de temps les média ont parlé des emails de Clinton et en quel terme, ou l'affaire Bengazhi qui revient régulièrement sur la table sans raison, ...

Les études réalisé outre-atlantique sur la dernière élection usa montre un léger biais qui est assez difficile à analyser, pour faire simple, la couverture de trump était beaucoup plus importante (un facteur entre 3 sur les publications type articles), mais elles étaient globalement plus négative.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 19/02/2018 à 11:12
Citation Envoyé par cdusart Voir le message
Tu as réellement suivi les média américain pendant la campagne ? Trump insulte les média et ment 90 % du temps, comment tu fais pour avoir un coverage positif de la personne ? Il suffit à un média de simplement reporter les paroles de Trump sans même avoir besoin d'ajouter des commentaires pour que la couverture soit négatif.
Ouais mais là c'est l’œuf ou la poule...
Si Trump attaquait les médias, c'est parce que les médias l'ont attaqué en premier et continuait de s'acharner sur lui.
Au départ tout le monde prenait la candidature de Trump pour une blague, tout le monde disait qu'il n'irait pas loin dans les primaires républicaines.
Au final il a réussi à être le candidat républicain ce qui est un exploit immense, parce que c'était impossible à première vue.

Citation Envoyé par cdusart Voir le message
la couverture de trump était beaucoup plus importante (un facteur entre 3 sur les publications type articles), mais elles étaient globalement plus négative.
Là c'est "Toute publicité est une bonne publicité ?".
Si c'est vraiment ça, ça voudrait dire que Trump a fait exprès de dire et faire ce qui allait énerver les médias pour avoir des articles.
C'est peut être le cas, mais en tout cas c'est pas gérer par une force étrangère, c'est lui tout seul qui a dit ce qu'il a dit.

===
C'est surtout le discours de Trump qui l'a fait élire, c'est pas des publications sur des réseaux sociaux...
Les étasuniens n'ont pas de travail, ils n'ont plus confiance dans les médias, les banques, les politiciens, ils s'en foutent complètement de la politique étrangère.
Trump arrive, promet de faire revenir des emplois, il est l'ennemi du système, il est non interventionniste et veut s'occuper de la nation plutôt que du monde (ce qui est logique !).
C'est normal que ça ait plu dans cette période de crise.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil