La Russie travaille à la mise sur pied d'une infrastructure DNS à l'usage des BRICS
Regards braqués sur août 2018

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
Le gouvernement russe travaille à la mise sur pied d’une infrastructure Internet indépendante qui sera utilisée par les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud. Il s’agit de l’un des sujets abordés lors d’une réunion du Conseil de Sécurité russe au mois d’octobre. Vladimir Poutine a approuvé l’initiative et fixé le délai de livraison de l’infrastructure au 1er août 2018, d’après ce que rapporte le média russe RT.

Mis en image pour les non-férus en informatique, il s’agit pour le gouvernement russe de créer une alternative au système de noms de domaine (DNS). On parle ici d’une espèce d’annuaire géant utilisé par les ordinateurs et les smartphones pour retrouver l’adresse d’un site Web ou d’un autre dispositif connecté au réseau global. L’heure est à la cyberguerre et le Conseil de Sécurité russe n’a pas manqué de le souligner en pointant la forte emprise des « nations occidentales » sur l’Internet actuel ; « une sérieuse menace pour la Russie », rapporte RT.

Cyberattaques en surface et profonds désaccords idéologiques en toile de fond… Russes et Chinois sont pour une gouvernance globale de l’Internet au travers de l’Union Internationale de Télécommunications, l’agence des Nations Unies pour le développement spécialisé dans les technologies de l’information et de la communication. D’avis d’observateurs, ce positionnement des deux membres du BRICS permettrait de se faire entendre au sein du Conseil des Nations Unies pour renforcer les mesures de contrôle de l’Internet global par les gouvernements.

À date, les discussions relatives à la gouvernance d’Internet ne se font pas dans les sphères des Nations Unies. Il faut néanmoins noter que les États-Unis ont fait des « efforts » dans le sens d’une ouverture aux avis de la communauté globale dans la gouvernance d’Internet. Une publication parue sur cette plateforme il y a un an fait état de ce que l’autorité suprême de régulation de l’Internet chargée notamment de l’adressage IP (ICANN) n’est plus sous leur tutelle. Dans son entretien accordé à l’équipe de rédaction de Developpez.com en 2016, Mathieu Weill, alors directeur de l’Association française pour le nommage Internet en coopération (Afnic) donne des détails sur le modèle de gouvernance multipartite de l’Internet qui prévaut au sein de l’ICANN.

De façon brossée, la notion de consensus prime avec l’impossibilité pour un acteur du secteur privé ou un gouvernement de dicter sa loi ; un clin d’œil ici aux Russes et aux Chinois. L’IANA, département clé de l’ICANN responsable de l’attribution des noms de domaine de premier niveau (TLD) et des adresses IP est donc hors des velléités de contrôle attribuées aux membres du BRICS.

L’annonce d’une infrastructure DNS en gestation côté BRICS n’est donc pas surprenante. D’après ce que rapporte RT, la Russie aurait une longueur d’avance sur les autres membres du BRICS grâce à des essais similaires effectués en 2014. Ce projet ne serait donc qu’une extension de cette alternative au système de noms de domaine sur lequel le rival étasunien « garde la main mise d’une certaine façon. »

Source

RT

Votre avis

Quel commentaire faites-vous de cette information ?

Voir aussi

Un comité du Sénat américain planche sur un modèle de gouvernance internationale de l'Internet, vers la mondialisation de l'ICANN ?
ICANN : la fonction de tutelle des États-Unis prendra fin au 1er octobre, et ce, dans le cadre d'une gouvernance Internet multipartite
ICANN : Donald Trump s'oppose au plan d'Obama de renoncer au contrôle de l'internet et appelle les Américains à le soutenir


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de mh-cbon mh-cbon - Inactif https://www.developpez.com
le 02/12/2017 à 13:35
Bof, ça reste du dns centralisé, l'antithèse d'internet.

ce truc est antique.
Avatar de ON5MJ ON5MJ - Membre du Club https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 12:53
Avec un blockchain pour éviter la centralisation ?
Avatar de alexetgus alexetgus - Membre du Club https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 4:41
Vouloir s'affranchir du DNS, oui, l'idée est louable.
Mais si c'est pour recréer un système centralisé identique au DNS, où est l'intérêt ?

Les seuls personnes ayant un intérêt quelconque dans cette histoire sont les gestionnaires eux même de ce DNS.
L'internaute lambda reste la cinquième roue du carrosse...
Avatar de Grogro Grogro - Membre expert https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 9:29
Citation Envoyé par alexetgus Voir le message
Vouloir s'affranchir du DNS, oui, l'idée est louable.
Mais si c'est pour recréer un système centralisé identique au DNS, où est l'intérêt ?
Se protéger des intrusions des États-Unis dans le système existant des DNS, à des fins de nouvelles guerre froide contre la Russie (ou la Chine). A mettre en lien avec les attaques contre internet des républicains. Mais s'ils forkent le système existant, avec la même centralisation, comment ils vont gérer les risques de redondance avec l'ICANN ?

On risque d'avoir des web cloisonnés nationalement à terme.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil