Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook incarnerait-il le Big Brother dont George Orwell parlait dans son roman 1984 ?
Quelques éléments de réponse

Le , par Stéphane le calme

80PARTAGES

10  0 
Selon vous, Facebook incarne-t-il Big Brother ?
En 1949, George Orwell a publié son roman 1984 dans lequel il a mis sur scène un monde dans lequel l’entité « Big Brother » était au courant des faits et gestes de la population et où le gouvernement a développé ses plans en s’appuyant sur la propagande, l’espionnage et le contrôle de la pensée.

Bien des décennies plus tard, cette situation qui pouvait sembler irréaliste autrefois semble de plus en plus avoir des illustrations : nous pouvons par exemple évoquer le cas de certaines Smart TV qui avaient été accusées d’effectuer des enregistrements vocaux de leur environnement.

Nous avons donc de nombreuses illustrations dans la technologie qui ont amené les défenseurs de la vie privée à lancer de plus en plus de combats.

Mais ce n’est pas tout. Avec l’avènement des réseaux sociaux, les individus eux-mêmes semblent se prêter au jeu : partage de photos (les siennes, celles d’amis, etc.), de géolocalisation, mises à jour des statuts qui viennent souvent indiquer l’état émotionnel de l’utilisateur, indication d’événements auxquels ils souhaitent participer, autant d’informations qui sont parfois partagées avec ses amis ou le public.

Rappelons-nous que peu importe le peu d’informations que nous partageons, que ce soit sur Facebook ou ailleurs, toutes les métadonnées impliquées dans ce que nous faisons en ligne peuvent servir à définir notre profil numérique.

Mais le cas de Facebook soulève de nombreuses inquiétudes, tant le réseau déploie des efforts pour diffuser une publicité encore plus ciblée à son énorme base d’utilisateurs. Rappelons qu’en juin, le PDG de Facebook a annoncé avoir franchi le cap des deux milliards d’utilisateurs mensuels actifs, soit plus du quart de la population mondiale.

Nous pouvons rappeler par exemple le brevet qu’il a déposé et qui suggère que Facebook travaille sur des « techniques pour la détection d’émotions et de la diffusion de contenus ». Facebook explore en effet la possibilité d’utiliser la caméra du smartphone d’un utilisateur pour « voir » son visage lorsqu’il consulte l’application, et détecter ses émotions et son état d’esprit en fonction des contenus consultés.

Pour surveiller l'utilisateur, Facebook propose d'utiliser des « données d'imagerie passive », ou des données visuelles capturées automatiquement à l'aide d'un appareil photo portable ou de la caméra frontale d'un téléphone. L'utilisateur fait souvent face à cette caméra sans y prêter attention, tout en utilisant normalement le téléphone ou l'ordinateur, et Facebook espère commencer à exploiter ces données d'imagerie.

Une fois que le système capture les images, un composant d’API identifiera l'émotion de l'utilisateur et stockera les données. Ensuite, Facebook pourrait :
  • déterminer quelles émotions un produit provoque, ce qui pourrait être utile pour Facebook et les producteurs de contenus ;
  • et livrer du contenu à l'utilisateur en fonction de l'émotion affichée, ce qui pourrait aider Facebook à garder les utilisateurs plus engagés.

Un brevet qui vient donner un peu plus de poids à l’accusation à laquelle a fait face Facebook l’année dernière : le réseau social aurait aidé les annonceurs à cibler des adolescents en fonction de leur état émotionnel.

Selon les documents divulgués par les médias, l'algorithme de Facebook était alors en mesure de déterminer à quel moment les adolescents se sentent « inutiles », « stressés », « idiots », « stupides », « sans valeur » et « vaincus ». Ainsi, en se servant des outils de Facebook ainsi que la reconnaissance d'image, les annonceurs auraient été en mesure de trouver des adolescents dans des situations assez difficiles - et ensuite, les cibler pour des annonces.


De plus, Facebook a racheté WhatsApp, l’un des services de messagerie sur mobile les plus populaires, et a annoncé son intention de partager des numéros de téléphone de ses utilisateurs avec le réseau social, allant à l’encontre de la promesse de séparation faite lors du rachat de WhatsApp.

Une affaire qui avait également suscité la polémique parmi les internautes a été publiée par Kelli Burns, professeure en communication à l'université de Floride du Sud, qui a lancé une théorie selon laquelle, si vous avez activé votre microphone avec Facebook, « À chaque fois que vous utilisez votre téléphone, Facebook le sait ». Pour tester sa théorie, elle dit à haute voix, à proximité de son téléphone, être intéressée par un safari en Afrique en jeep. Peu de temps après, le premier post affiché dans le fil d'actualité de l'universitaire a été une publication au sujet d'un safari, mise en ligne à l'origine trois heures auparavant par un de ses contacts et qui aurait donc été remontée par l'algorithme de Facebook.

Face aux vives réactions que cette affaire a provoquées, le réseau social s’est vu contraint de vite recadrer les choses. Aussi, il a déclaré « Facebook n'utilise pas le micro de votre téléphone à des fins publicitaires ou pour changer ce que vous voyez dans le fil d'actualité. De récents articles ont suggéré que nous écoutions les conversations des gens pour leur proposer de la publicité ciblée. Ce n'est pas vrai.

« Nous montrons des publicités basées sur les centres d'intérêt des gens et autres informations contenues sur leur profil - et pas sur ce qu'ils disent à voix haute. »

Le réseau social a rappelé qu’il accède au micro des téléphones seulement si les mobinautes ont autorisé l'application à le faire et s'ils utilisent à ce moment-là des fonctionnalités bien précises nécessitant de l'audio, comme l'enregistrement d'une vidéo, par exemple.

Source : communiqué Facebook, Publicité : Facebook est accusé d'avoir aidé les annonceurs à cibler les adolescents en fonction de leur état émotionnel, Facebook : Mark Zuckerberg annonce avoir franchi le cap de deux milliards d'utilisateurs mensuels actifs, plus du quart de la population mondiale, Facebook envisagerait d'utiliser la caméra de votre téléphone ou votre ordinateur pour analyser vos émotions et diffuser de la publicité ciblée

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Ces craintes sont-elles justifiées ou est-ce de la pure paranoïa ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pyros
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/08/2017 à 9:27
Pour moi nous sommes dans une société à l'opposé complet de 1984, en tout cas dans la société occidentale. Je m'explique:

J'ai toujours considéré la surveillance de masse de 1984 comme étant un simple outil temporaire. Le but ultime de BigBrother n'est pas tant de surveiller la population que de créer une société extrêmement stable et équilibré. L'idée étant de la faire tomber dans un cycle qui se renouvelle sans cesse. L'équilibre militaire a été atteint avec un conflit cyclique contre l'une ou l'autre des 3 grandes puissances. Aucune des puissances ne cherche à gagner, mais cherche juste à entretenir le conflit. Ce même équilibre militaire assure un équilibre économique. L’économie alimente le conflit en arme, qui alimente l'économie en retour. Même le progrès scientifique est banni car le progrès va à l'encontre même de la stabilité. Il n'y a pas de course à l'armement non plus. On s'assure juste que la production est suffisante pour alimenter le conflit.

Reste donc à trouver un équilibre social. Pour assurer un équilibre sociale, il convient de supprimer toute idée nouvelle à court terme par la force, d'où la surveillance de masse, et à long terme entre autre par la novlangue comme la dit dourouc05. On a donc une entité unique qui contrôle l'ensemble de l'information, et une population qui n'a aucun moyen de s'exprimer pour faire germer de nouvelles idées. Une fois le novlang installé, la surveillance de BigBrother ne sera plus utile, car il sera fondamentalement impossible ne serait-ce qu'exprimer une idée nouvelle. A ce moment, BigBrother aura "gagné" et le monde sera dans un cycle sans fin jusqu'à ce qu'un élément externe vienne le briser (catastrophe naturelle sans doute).

Regardons notre société maintenant. Elle prône le bonheur individuel et le progrès. Le culte de la personne ne se fait plus envers des dirigeants qui maintiennent le peuple "heureux" et les assiettes pleines, mais envers des businessmen comme Elon Musk, Steve Job, Bill Gate qui révolutionne le monde. On cherche la nouveauté, tout devient instantanément obsolète, on ne produit pas pour subvenir aux besoins mais pour créer de nouveau besoin. Et surtout, n'importe quelle andouille est capable de faire savoir à la terre entière sa façon de penser. L'emmergence de ces nouvelles idée est de plus favorisé par les grande compagnie. Pas pour faire avancer progret, mais parce qu'une idée nouvelle provoque des réactions, quel qu'elle soit. Donc des "click".

De plus, il n'est pas nécessaire de contrôler ce que le peuple pense, il s'en occupe tout seul. Dès qu'une idée "anormal" émerge, comme par exemple que les hommes et les femmes ont des capacités différentes à cause de facteur biologique, la population elle-même s'empresse de lyncher l'individu. Là où dans toutes les utopies classiques le peuple était opprimé par une puissance politique, nous somme dans le cas inverse. La politique est dirigée par les grandes compagnies qui sont elle-même dirigée par la loi du marché, autrement dit le consommateur. Jamais dans l'histoire de l'humanité le peuple n'a été aussi puissant. Il ne sait juste pas se servir de ce pouvoir et se déresponsabilise en rejetant la faute sur le gouvernement, les grandes compagnies ou la société de consommation.

Le peuple a le pouvoir d'arrêter la surveillance de masse de Facebook, Google et autre. Il suffit juste de ne plus poster sa vie, ne plus laisser son smartphone connecté en permanence, utiliser DuckDuckGo ou Qwant, etc... Il n'y aura pas de répression, pas d'emprisonnement, pas d'amende. Mais le veut-il vraiment ?
11  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 13/08/2017 à 17:51
Google, Facebook, Microsoft, Amazon etc... ils vont tous dans la même direction, même mozilla s'y met avec sont filtrage de "vrai" et "fausse" information... aux chiottes le libre arbitre, ce sont des entreprises qui vont décider ce qu'on doit croire ou pas.
3  0 
Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 14/08/2017 à 13:53
Citation Envoyé par pyros Voir le message

Le peuple a le pouvoir d'arrêter la surveillance de masse de Facebook, Google et autre. Il suffit juste de ne plus poster sa vie, ne plus laisser son smartphone connecté en permanence, utiliser DuckDuckGo ou Qwant, etc... Il n'y aura pas de répression, pas d'emprisonnement, pas d'amende. Mais le veut-il vraiment ?
Comme je l'ai dit dans mon précédent message c'est pas aussi simple.

Facebook meme sans compte peut avoir des infos sur toi, il suffit qu'une photo avec toi dessus soit posté ou que tes amis parle de toi dans leurs conversation
Google, meme sans utiliser leurs service te pisterons quand meme avec google analytics
Se priver de Windows c'est se priver d'un nombre important de logiciels notamment les jeux vidéos

Quand aux options pour ne pas envoyer nos datas à google (android) et ms (windows) j'ai de gros doute quand à leurs efficacité d'autant plus que ces paramètres se remettent par défaut à chaque maj. Et que dire de 99% des apps android ou une simple lampe torche à besoin de tous avoir/collecter sur ton smartphone.

Et pour certains notamment les jeunes, se priver de facebook ou autres peut etre vécu comme une pression social, tu peut vite etre marginaliser, les élèves d'une classe d'école véhicules les infos pratiquement que sur des groupes facebook maintenant par exemple.

Il est facile de limiter "la collecte de données pour améliorer l'expérience utilisateur", mais s'en défaire est quasiment impossible.
3  0 
Avatar de dourouc05
Responsable Qt & Livres https://www.developpez.com
Le 13/08/2017 à 14:48
Un élément important de 1984 est aussi la langue, plutôt les évolutions imposées. Le novlangue a pour objectif principal d'empêcher toute révolution, parce que les mots correspondants n'existeront tout simplement plus. Facebook pousse-t-il dans cette direction ?
2  0 
Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 13/08/2017 à 17:44
J'aurais plutot dit Google pour ma part... Voir meme MS & Apple.

Tous ce qui est onligne c'est quasi du google, meme sans compte google vous etes pisté avec google analytics.
MS car quasi tous le monde doit utiliser des outils MS : en entreprise Windows est imposé, peu de logiciels commercialisé sont dispo sous linux (photoshop, c4d, les outils cao/pao...)
Apple avec sa masse de clients enfermé dans une prison dorée ou Apple peut y faire la pluie et le beau temps

Facebook... à ma connaissance c'est juste un site web ou les kékés parle de leurs vie qui n’intéresse personne. Dans le cas de Facebook seul ces kékés sont concernées pas les autres. Quoique si un de tes "amis" kékés te prend en photo et de mets dessus...

Pour avoir le titre prestigieux de big brother il faut etre indispensable, Google et MS sont devenue hélas indispensable qu'on le veuille ou non, ce qui n'est pas le cas de Facebook.

Ah oui j'oubliai MS à aujourd'hui linkedin, on peut en apprendre beaucoup sur un cv quoique google possède lui aussi une partie de la bdd de linkedin (avec le cache du moteur de recherche) en plus de posseder ton historique web, c'est utile aussi de connaitre tes achats, tes gouts porno... google analytics est compatible linux et duckduckgo et meme le store de mozilla firefox sont trop fort quand meme, et je parle pas d'android, facebook à une apps pour pomper des datas, mais google à lui l'os
2  0 
Avatar de Conan Lord
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/08/2017 à 10:07
Citation Envoyé par pyros Voir le message

Le peuple a le pouvoir d'arrêter la surveillance de masse de Facebook, Google et autre. Il suffit juste de ne plus poster sa vie, ne plus laisser son smartphone connecté en permanence, utiliser DuckDuckGo ou Qwant, etc... Il n'y aura pas de répression, pas d'emprisonnement, pas d'amende. Mais le veut-il vraiment ?
Et s'il ne le veut pas, alors c'est la minorité qui doit se plier, ou se révolter. On commence à l'entrevoir. Déjà, avec les caméras de sécurité dans les lieux publics, et maintenant avec les réseaux sociaux. Pour les caméras de sécurité, la solution est maintenant de ne plus aller dans les lieux publics qui en ont (quand c'est affiché). Pour les réseaux sociaux, il viendra un moment où on devra maintenir un compte fictif pour pouvoir montrer patte blanche.

Si le peuple ne veut pas de cette surveillance de masse, il n'y aura pas de répression, mais si de simples individus n'en veulent pas, il y en aura. C'est le danger.
2  0 
Avatar de pyros
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/08/2017 à 14:11
Et s'il ne le veut pas, alors c'est la minorité qui doit se plier, ou se révolter.
Ou parasiter le système au sens premier du terme. C’est-à-dire consommer les ressources d’un hôte sans rien lui apporter.

La majorité utilise Facebook, Google, Waze, … et se font aspirer leur vie pour remplir des bases de données. Une minorité parasite ces bases de données en y accédant sans y contribuer. Je n’utilise pas Waze mais je regarde souvent le trafic en temps réel sur google map par exemple.

Autre exemple, le business model des smartphone repose essentiellement sur les store, ce qui fait que le device en lui-même n’est pas spécialement rentable, donc peu chère (mise à part les têtes de gondole Iphone, S8, etc…). J’ai donc un smartphone qui ne m’a pas vraiment ruiné mais je n’utilise jamais le play store. J’ai viré les Google services, désactivé la Geolocalisation et les Data et télécharge exclusivement sur F-Droid. Si j’ai besoin d’une app spécifique, je récupère l’APK sur le smartphone d’un ami. Le mieux, c’est que certaines appli censé afficher de la pub, ne trouvant pas les google services, n’affichent du coup pas de pub. Au pire un message d'erreur au lancement. J’ai donc l’appli gratuitement, légalement et sans pub.

Ce genre de parasitage ne marche que s’il reste acceptable pour l'hôte. Avant qu'AdBlock devienne populaire, une minorité pouvait surfer tranquillement en bloquant la pub pendant que la majorité faisait tourner l’économie en se prenant des pubs en permanence. AdBlock est devenu populaire, le parasite est devenu trop « encombrant » et se fait combattre par l’hôte. Mais bon, il y a d'autre système qu'AdBlock pour être tranquille

Parfois être dans la minorité a du bon
2  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 14/08/2017 à 15:11
Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message

Facebook meme sans compte peut avoir des infos sur toi, il suffit qu'une photo avec toi dessus soit posté ou que tes amis parle de toi dans leurs conversation
Google, meme sans utiliser leurs service te pisterons quand meme avec google analytics
Pour Facebook, même principe qu'analytics avec leur bouton "J'aime".

Citation Envoyé par pyros Voir le message

Ce genre de parasitage ne marche que s’il reste acceptable pour l'hôte. Avant qu'AdBlock devienne populaire, une minorité pouvait surfer tranquillement en bloquant la pub pendant que la majorité faisait tourner l’économie en se prenant des pubs en permanence. AdBlock est devenu populaire, le parasite est devenu trop « encombrant » et se fait combattre par l’hôte. Mais bon, il y a d'autre système qu'AdBlock pour être tranquille
C'est surtout que la pub s'est mise à déconner... J'ai connu Internet avec des pubs juste en bannière et sur les côtés, ça ne me dérangeait pas... (cf DVP). C'est avec l'arrivée des pubs qui bloquent l'accès à la page, chargement de vidéos, affichage durant x secondes, etc... que AdBlock est devenu obligatoire...
2  0 
Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 14/08/2017 à 15:53
Citation Envoyé par pyros Voir le message

Autre exemple, le business model des smartphone repose essentiellement sur les store, ce qui fait que le device en lui-même n’est pas spécialement rentable, donc peu chère (mise à part les têtes de gondole Iphone, S8, etc…). J’ai donc un smartphone qui ne m’a pas vraiment ruiné mais je n’utilise jamais le play store.
j'ai du mal à comprendre la... ce business est plus sur les consoles de jeux ou les imprimantes mais pas sur les smartphones je trouve
Aucun constructeurs ne vends de smartphones à perte et aucun constructeur (a part google & Apple) touche quoique se soit du play store ou du Apple store. Oneplus, xiaomi, wiko... vendent des smartphones et gagne du fric dessus.

J’ai donc un smartphone qui ne m’a pas vraiment ruiné mais je n’utilise jamais le play store.
Sauf si c'est un Iphone ou un Nexus, les autres en on rien à foutre que tu utilise le play store ou non. Leurs but serait plutot que tu soit satisfait du produit pour racheter un smartphone dans 2ans de la meme marque.

Pour les imprimantes je parasite leurs business en achetant des cartouches compatible à 12€ au lieu de 120€
2  0 
Avatar de DonQuiche
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/08/2017 à 9:40
Citation Envoyé par pyros Voir le message
Le peuple a le pouvoir d'arrêter la surveillance de masse de Facebook, Google et autre. Il suffit juste de ne plus poster sa vie, ne plus laisser son smartphone connecté en permanence, utiliser DuckDuckGo ou Qwant, etc... Il n'y aura pas de répression, pas d'emprisonnement, pas d'amende. Mais le veut-il vraiment ?
Il faudrait aussi cesser d'aller sur Internet (toute page contient des trackers à la pelle et la moitié des sites sont hébergés par Amazon/Google/MS/Wordpress), cesser d'avoir un téléphone portable (qui transmet ta position à Google, aux apps, à ton opérateur, à l'état), cesser d'aller dans les grandes surfaces (même sans carte de fidélité tu es identifié via tes achats, qui sont ensuite reliés à ton identité réelle via la présence de ton téléphone dans le magasin), et bientôt dans la rue grâce à l'identification via les caméras de surveillance.

Et puis échapper à la surveillance, c'est jouir de droits moindres : tu deviens moins employable, tu vois les prix de tes crédits, assurances et mutuelles augmenter, on te loue moins facilement un logement, tu es plus facilement suspecté par le renseignement aujourd'hui et la police demain, tu es plus facilement retenu, questionné et fouillé intimement à l'aéroport, on te refuse plus facilement un visa ou le droit d'entrée sur le territoire, ... Et en Chine ton score social déterminera sans doute bientôt ton droit à avoir des enfants, les endroits où tu pourras habiter, les profils qui te seront présentés sur un site de rencontre, ou ta prise en charge médicale.
2  0