Publicité : Facebook est accusé d'avoir aidé les annonceurs à cibler les adolescents en fonction de leur état émotionnel
Ce que la firme a nié

Le , par Malick SECK, Community Manager
L'éditeur The Australian a publié aujourd'hui un rapport dans lequel il porte à l'attention du public l'information selon laquelle plusieurs documents mettant en cause des agissements de Facebook ont été divulgués un peu partout. D'après les informations collectées, lesdits documents ont mis en évidence la façon dont Facebook a aidé les annonceurs, dans le cadre de leurs campagnes de publicité, afin de leur permettre de cibler les adolescents en fonction de leur état émotionnel.

Selon plusieurs médias, les documents divulgués de l'équipe de Facebook en Australie montrent clairement la capacité du géant social à aider les annonceurs à cibler les adolescents qui se sentent inutiles. Ces documents auraient également montré que Facebook a la capacité de repérer les adolescents qui « ont besoin d'un coup de foudre ».

À en croire certains médias, les documents seraient encore plus précis en affirmant que l'algorithme de Facebook peut déterminer à quel moment les adolescents se sentent « inutiles », « stressés », « idiots », « stupides », « sans valeur » et « vaincus ». Ainsi, en se servant des outils de Facebook ainsi que la reconnaissance d'image, les annonceurs seraient en mesure de trouver des adolescents dans des situations assez difficiles - et ensuite, les cibler pour des annonces.

Les documents divulgués auraient également expliqué comment les annonceurs pourraient utiliser les algorithmes de Facebook pour trouver des adolescents intéressés à « travailler et à perdre du poids », à promouvoir des produits de santé, etc. Il semble même que l'équipe de Facebook en Australie aurait cherché à capitaliser 6,4 millions d'adolescents qui utilisent le réseau social dans leur région.

Face à ces accusations, Facebook n'est pas resté les bras croisés, car il a nié en bloc toutes les accusations portées contre lui. « Le 1er mai 2017, l'éditeur The Australian a publié un rapport dans lequel Facebook est accusé d'avoir apporté de l'aide aux annonceurs. Les affirmations avancées dans l'article sont trompeuses. Facebook n'offre pas d'outils pour cibler les personnes en fonction de leur état émotionnel », a déclaré Facebook dans un billet. Il ajoute qu'il y a eu une analyse qui a été effectuée par un chercheur australien et dont l'objectif était d'aider les spécialistes du marketing à comprendre comment les gens s'expriment sur Facebook. Les résultats de cette analyse n'ont jamais été utilisés pour faire des publicités ciblées et étaient basés sur des données anonymes et agrégées.

Source : The Australian - Facebook

Et vous ?

Que pensez-vous de ces accusations ?

Pensez-vous que la réponse fournie par Facebook est satisfaisante ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de vanskjære vanskjære - Membre actif https://www.developpez.com
le 02/05/2017 à 9:32
Etat dépressif >> Publicité Smith & Wesson
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 02/05/2017 à 13:10
Grave accusation.

Vous remarquerez que ces grosses boites ne sont jamais coupables!
Avatar de NSKis NSKis - Membre émérite https://www.developpez.com
le 02/05/2017 à 18:53
Houlala! La concurrence est rude cette année!

Qui va donc gagner l'Oscar de la boite la moins ethique et la moins morale? "Fessebook" ou "Hubert"???

Ils sont au coude-à-coude... Le suspense est à son paroxysme!!!
Avatar de Carhiboux Carhiboux - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 03/05/2017 à 14:21
« Le 1er mai 2017, l'éditeur The Australian a publié un rapport dans lequel Facebook est accusé d'avoir apporté de l'aide aux annonceurs. Les affirmations avancées dans l'article sont trompeuses. Facebook n'offre pas d'outils pour cibler les personnes en fonction de leur état émotionnel »

=> Notez bien qu'ils ne disent pas qu'ils n'ont pas d'outil pour cibler les personnes en fonction d'autres critères...

Et puis est-ce qu'ils ne jouent pas sur les mots? Comme les coyotes ou Waze qui ne signalent pas "les radars" mais "les zones de danger". Personne n'est dupe.
Offres d'emploi IT
Ingénieur produit (Landing gear) H/F
Safran - Ile de France - MASSY Hussenot
Expert Technico Fonctionnel Sharepoint H/F
Safran - Ile de France - Corbeil (91)
Responsable de lot vérification et qualification (IVVQ) H/F
Safran - Alsace - MASSY Hussenot

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil