Étude : les campagnes politiques peuvent manipuler les élections avec des fake news
Il suffit de débourser 350 000 euros pour influencer une élection

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
Ces derniers mois, le débat sur la propagation des fake news est devenu un sujet d’actualité et des géants comme Facebook et Google ont été vivement critiqués pour leur rôle dans la diffusion de fausses informations à travers le monde. La prolifération de faux articles et les informations non vérifiées sont considérées par beaucoup comme un élément marquant de la dernière campagne électorale aux États-Unis.

Une nouvelle étude de la firme de sécurité Trend Micro montre que les campagnes politiques peuvent manipuler les élections en dépensant 400 000 dollars (350 000 euros) sur les fake news et les faux articles, selon un nouveau rapport qui analyse le coût d’influence de l’opinion publique à travers la diffusion de la désinformation. L’étude a trouvé également qu’il ne coûte que 55 000 dollars pour discréditer un journaliste et 200 000 dollars pour provoquer une protestation dans la rue basée sur de fausses informations. Ces chiffres inquiétants montrent à quel point il est devenu facile de faire de la cyberpropagande pour avoir des résultats dans le monde réel.


Cette étude vient à un moment de préoccupation générale à travers le monde concernant le piratage d’élections et les différentes façons dont les fake news sur les réseaux sociaux ont manipulé les électeurs. Le rapport explore les places en ligne clandestines qui permettent aux campagnes, aux partis politiques, aux entreprises privées et autres entités de créer et diffuser de façon stratégique un faux contenu pour changer les perceptions du public.

L’analyse des services de fake news chinois, russes, anglais et du Moyen-Orient a trouvé que ces options offrent une alternative rentable à la publicité traditionnelle et les efforts de promotion se servent souvent des réseaux sociaux pour diffuser un contenu douteux. « Que vous soyez en Chine, en Russie, en Europe ou aux États-Unis, il est très facile d’acheter ces services », a dit Simon Edwards de Trend Micro.

Avec des campagnes ciblées, un faux contenu peut provoquer des protestations. Ainsi, selon l’étude, des campagnes peuvent créer et monter des groupes sur les réseaux sociaux qui discutent des idéologies pertinentes pour le cout de 40 000 dollars, a écrit Trend Micro.

Pour maximiser l’étendue du contenu, les campagnes peuvent dépenser 6000 dollars pour avoir près de 40 000 j’aime (likes) de « haute-qualité ». Dans ces services de fake news, il faudra compter 5000 dollars pour avoir 20 000 commentaires et 2700 dollars pour un faux reportage. Les campagnes peuvent aller plus loin en achetant des retweets et d’autres services promotionnels comme le placement de vidéos sur YouTube qui aident les news à devenir virales.

L’étude a noté que ces campagnes s’appuient sur des fake news partagées en tant que réalité pour courtiser les idéologies de l’audience et donner une illusion du futur, de quoi forcer les gens à rejoindre une cause supposée.

Manipuler les résultats des élections peut aussi être relativement abordable pour les politiciens et les partis politiques, selon le rapport. Un responsable d’une campagne peut acheter des sites de news ciblées contre 3000 dollars par site et remplir ensuite ces sites de fausses informations qui se déguisent en news légitimes. Le maintien de ces sites avec un faux contenu coûte 5000 dollars par mois et les campagnes de promotion sur les réseaux sociaux coûtent 3000 dollars supplémentaires par mois.

Le fait d’acheter des reposts et des commentaires biaisés sur ces contenus peut booster une campagne. Quelques-uns de ces réseaux distribuent également des informations légitimes permettant aux sites d’avoir une réputation et de brouiller la frontière entre ce qui est propagande et le contenu légitime. Au total, l’étude a trouvé qu’une campagne annuelle de 400 000 dollars doit être capable de manipuler de façon décisive le cours d’une action.

Un groupe qui veut aussi attaquer un journaliste peut facilement monter une campagne de fake news de quatre semaines. La propagande hebdomadaire, couplée à 50 000 retweets et attirant 100 000 visites coûte 2700 dollars. En plus de discréditer le journaliste, une conséquence plus effrayante est comment le reportage ou les points que le journaliste a voulu soulever seront engloutis dans une vague de désinformation générée par la campagne, a écrit Trend Micro.

D’autres chiffres impressionnants montrent qu’un compte sur les réseaux sociaux peut devenir une célébrité en un mois avec 300 000 abonnés et pour le cout de 2600 dollars.

Vu l’efficacité et les bas couts de ces types de campagnes de propagande, certains ont peur qu’elles deviennent courantes lors des élections. « Il est important que nous mettions un terme à ces pratiques le plus vite possible avant qu’elles ne deviennent mainstream. »

Suite au débat sur les fake news et comment elles se propagent sur les réseaux sociaux surtout après l’élection présidentielle américaine, Facebook et Google ont entrepris de développer des outils pour faire face à la désinformation. En France, les deux entreprises se sont associées aux médias français et ont lancé leurs propres outils pour lutter contre les fausses informations.

Edward a noté qu’il est important pour les lecteurs et utilisateurs de médias sociaux de devenir capables de distinguer les fausses informations : « Il est vraiment important que les gens puissent réfléchir et remettre en question tout ce qu’ils voient. »

Source : Trend Micro - The Guardian

Et vous ?

Quelles sont selon vous les raisons de la prolifération de fake news et qui rendent la propagande en ligne si efficace ?

Voir aussi :

Facebook reconnaît que des acteurs malveillants ont lancé des campagnes de désinformation sur sa plateforme durant les élections présidentielles US
Tim Berners-Lee : le web tel que nous le connaissons est menacé par plusieurs dangers, notamment la perte de contrôle de nos données et les fake news


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre émérite https://www.developpez.com
le 14/06/2017 à 14:03
le pire dans toute cette histoire c'est que j'ai l'impression que c'est légale d'acheter des likes Facebook ou des commentaires

je pense que c'est légal car une simple recherche sur google et on tombe sur pleins d'entreprise proposant ce genre service. Pour "augmenter le traffic" ou sa "visibilité".
Et puis c'est pas des bots qui le font mais de vrais humains (des philippiens, chinois, indiens... payé 1$/jours)

et puis concernant les fake news, il y'a vérité et vérité.
si j'emploie le conditionnel ou bien des rumeurs on doit rester dans la légalité non ?
"celons certaines rumeurs X aurait un compte en suisse, car un rapport mentionne qu'il aurait acheté un billet d'avions pour bern le 01/01/2006" suivie de 200000 likes et de 19000 commentaires allant dans ce sens.

le rumeurs étant lancé sur un site comme reddit avec un utilisateur anonyme mais se disant proche de cette personne. Moi j'ai rien à craindre, je ne fais que mon boulot de journaliste puteaclic. tant que mes chiffres sur google analytics monte c'est tout bon à défaut de pouvoir acheter des cliques sur ma pub parce que les bots de google deviennes un peu trop performant.

et voila comment on influence une élection en voulant à l'origine juste doubler le bénef sur adsense
Avatar de scandinave scandinave - Membre averti https://www.developpez.com
le 14/06/2017 à 14:16
Demander au gens de réfléchir ... Mais ou va le monde
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 14/06/2017 à 14:27
L'impact d'internet sera toujours plus faible que l'impact des médias traditionnaux.
En France une grosse partie des médias appartiennent à des banques, Macron était le candidat des banques, par conséquent ces médias ont fait la promotion de Macron et à la fin il a gagné...
C'est important de savoir à qui appartient un média, parce qu'un média est toujours influencé, par exemple si le patron de Free est actionnaire dans un journal, ce journal ne va pas souvent critiquer les freebox...

Dans une élection classique ce sont les médias qui disent à la masse du peuple pour qui voter.
Normalement c'est le candidat le plus soutenu par les médias qui gagne.

La seule anomalie c'est Trump, quasiment aucun média n'était derrière lui et pourtant il a gagné.
Les sondages manipulés donnaient Hillary bien devant.

Je crois que Berlusconi possédait des médias et par conséquent ça l'a aidé à se faire élire :
Berlusconi et les médias, ou la démocratie à l'agonie
Pour bien saisir la situation italienne, il faut se figurer un homme politique français qui soit à la fois propriétaire de TF1, de France 2 et de M6, capable de nommer ses fidèles à la tête de Radio France et du reste du service public. A cela il faudrait ajouter quelques bricoles comme Hachette, Le Point, Le Figaro et une fortune personnelle évaluée par Forbes à 6,5 milliards de dollars.


Les gros candidats à une élection présidentielles peuvent s'acheter de faux amis facebook, de faux followers twitter, des j'aime, des retweets, des bots, des trendings, mais au final ça n'influence pas tant que ça.
Par contre les chaines de TV, les radios et les journaux influencent à fond.
Dans notre système dit démocratique, c'est celui qui a la campagne la plus chère qui gagne (sauf pour Trump).

Pour l’élection française la justice à jouer un rôle, d'habitude pour les dossiers comme celui de Fillon elle prend son temps mais là ça a tracé.
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 14/06/2017 à 14:33
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
traditionnaux
Jolie celle-là

Sinon, c'est une bonne idée d'avoir publié les coûts, ça rend le phénomène plus tangible. Maintenant, est-ce qu'Internet a réellement plus d'influence sur les votes que les bistrots avant ? Je n'en suis pas certaine. Soit on éduque les enfants, soit on accepte que les votes ne soient pas éclairés. Il n'existe aucun moyen efficace de juguler les commérages.
Avatar de Cpt Anderson Cpt Anderson - Membre actif https://www.developpez.com
le 14/06/2017 à 14:46
J’espère qu'un jour on définira qu'est ce qu'un fakenews parce que pour le moment, ça me parait complétement opaque. C'est un post du gorafi ? un article du cercle des volontaires ? une news fausse ou orientée de l'AFP ?
Avatar de Skury Skury - Membre régulier https://www.developpez.com
le 14/06/2017 à 15:26
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
J’espère qu'un jour on définira qu'est ce qu'un fakenews parce que pour le moment, ça me parait complétement opaque. C'est un post du gorafi ? un article du cercle des volontaires ? une news fausse ou orientée de l'AFP ?
D'après moi, c'est un article qui présente volontairement des informations fausses, ou sans fondement, ou non confirmées comme étant légitimes.

Le gorafi fait des posts volontairement "faux", mais en sachant que leurs lecteurs (normalement) ne doivent pas le prendre au sérieux. Ce ne sont donc pas des fakenews selon moi.
Avatar de TallyHo TallyHo - Membre averti https://www.developpez.com
le 14/06/2017 à 16:58
Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
le pire dans toute cette histoire c'est que j'ai l'impression que c'est légale d'acheter des likes Facebook ou des commentaires
Ce qui m'étonne, c'est qu'on a l'impression que c'est tout nouveau, qu'ils découvrent ça maintenant. Alors que ça existe et utilisé depuis un moment, que ce soit les commentaires comme tu dis, le negative seo, etc... Et dans tous les domaines. Ca existait même avant le net, la rumeur (créée de toutes pièces ou pas).
Avatar de ParseCoder ParseCoder - Membre habitué https://www.developpez.com
le 14/06/2017 à 17:22
“Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.” Jacques-Bénigne Bossuet
Avatar de nox1492 nox1492 - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 14/06/2017 à 17:50
L'internet à une influence marginale en France dans l'information.

Les média traditionnels forment encore l'opinion.

A qui appartiennent ces média :
http://www.acrimed.org/Medias-francais-qui-possede-quoi

Les propriétaires de ces média ont également une influence sur des média qu'ils ne possèdent pas, grâce à leurs réseaux d'influence comme "le siècle" ou la french american foundation.

Par exemple le président du CSA Olivier Schrameck est membre du siècle ainsi que deux autres membre du CSA. Ils nomment les président de l'audio-visuel public provenant des même cercles : Delphine Ernotte (le siècle), Rémy Pfimlin (le siècle et fils du Bilderberg Pierre Pfimlin), Patrick de Carolis (le siècle), Jérome Clément (le siècle)...

Voir le reportage du cercle des volontaires sur "le siècle" :
https://youtu.be/QgNAu2d-wFg
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 15/06/2017 à 8:34
Citation Envoyé par nox1492 Voir le message
A qui appartiennent ces média :
Il y a un truc pas mal choquant, c'est qu'un type qui s'appelle Patrick Drahi possède Libération, l'Express, RMC, BFM TV :
"Libé", "L'Express", RMC, BFM TV…, Patrick Drahi met ses médias dans ses télécoms

Il a essayé de refuser à sa nationalité Française pour être totalement israélien :
Quand le futur actionnaire de SFR voulait renoncer à être Français

Dans ce sketch Canteloup appelle RMC "Radio Macron Champion" :


Ça c'est vu à des km que BFM TV et RMC étaient des organes de propagande pro Macron.

MAIS POURQUOI MACRON EST-IL SI SOUTENU PAR BFM TV ?
Pas mal, le soutien massif de BFM TV à Emmanuel Macron. On a l’habitude de voir les mêmes informations passer en boucle sur cette chaîne, donc on n’est pas complètement surpris. Mais à ce point tout de même… La chaîne n’en a pas démordu de toute la journée, comme si plus rien d’autre ne se passait en France que la déclaration de candidature de l’ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée.

BFMTV, la chaîne Macron-compatible ?
Selon un calcul effectué par le site web de Marianne, la première chaîne d’information en continu de France diffuse autant d’images des meetings du candidat d’En Marche ! que de ceux de tous ses principaux concurrents réunis. BFMTV dément.

====
Je vous assure que niveau propagande BFM TV + RMC c'est autre chose que des likes facebook...
Offres d'emploi IT
Responsable de projet (calculateur moteur) H/F
Safran - Ile de France - Massy (91300)
Responsable de lot / architecte fpga H/F
Safran - Ile de France - Éragny (95610)
Architecte / concepteur électronique numérique H/F
Safran - Ile de France - Éragny (95610)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil