Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook reconnaît que des acteurs malveillants ont lancé des campagnes de désinformation sur sa plateforme
Durant les élections présidentielles US

Le , par Stéphane le calme

90PARTAGES

10  0 
Étant donné la taille de Facebook en termes de nombre d’utilisateurs (il a franchi le seuil du milliard d’utilisateurs actifs), mais également son importance dans le quotidien de plusieurs personnes, il n’est pas étonnant de voir cette plateforme servir de terrain pour tenter de manipuler la masse.

Dans un rapport, six mois après les élections présidentielles américaines, le réseau social a enfin admis que le débat politique durant cette période a quelque peu souffert de ce que Facebook a appelé des « opérations d’informations ». Il faut noter que ce rapport n’est pas signé de son PDG, Mark Zuckerberg, qui assurait que « l’idée que Facebook ait influencé l’élection de la moindre manière à cause de ses faux articles d’actualité, qui représentent une partie infime de notre contenu, me paraît ridicule », mais plutôt d’une équipe en charge de la sécurité de la plateforme.

Dans son rapport, Facebook a expliqué que l’expression « fake news » est apparue comme une phrase attrayante pour se référer à tout, qu’il s’agisse d’articles d’actualité qui sont factuellement incorrects, de parodies et de sarcasmes, de canulars, de rumeur, d’abus et de méconnaissances factuelles par des personnalités publiques.

« La sur-utilisation et l'utilisation abusive du terme « fake news » peuvent être problématiques car, sans des définitions communes, nous ne pouvons pas comprendre ou résoudre pleinement ces problèmes », a avancé le numéro un des réseaux sociaux. Aussi, il a adopté les terminologies suivantes pour se référer à ces concepts :
  • opérations d’information (ou d'influence) : mesures prises par les gouvernements ou des acteurs organisés non étatiques pour fausser le sentiment politique national ou étranger, le plus souvent pour parvenir à une stratégie et/ou un résultat géopolitique. Ces opérations peuvent utiliser une combinaison de méthodes, telles que les fausses actualités, de la désinformation ou de faux comptes sur les réseaux sociaux (faux amplificateurs) visant à manipuler l’opinion publique ;
  • fausses actualités : articles de presse qui prétendent être factuels, mais qui comportent des anomalies intentionnelles de fait dans l'intention d'éveiller des passions, d'attirer l'auditoire ou de tromper ;
  • faux amplificateurs : activités coordonnées par des comptes non authentiques dans le but de manipuler des discours politiques (par exemple, en décourageant les parties spécifiques de participer à la discussion) ;
  • désinformation : information/contenu inexact ou manipulé qui se propage intentionnellement. Cela peut inclure les fausses actualités ou peut impliquer des méthodes plus subtiles, telles que les fausses opérations de drapeau, le remplissage de citations inexactes ou des histoires reposant sur des intermédiaires innocents. La désinformation se distingue de la mal-information par son caractère intentionnel ; la mal-information pour sa part est commise par inadvertance, une propagation involontaire d'informations inexactes sans intention malveillante.


Facebook assure avoir vu trois opérations d’influence majeures sur sa plateforme :
  • collecte de données ciblées, dans le but de voler et souvent d'exposer des informations qui ne sont pas publiques et peuvent offrir des occasions uniques de contrôler le discours public ;
  • création de contenu, factice ou réel, soit directement par l'opérateur d'information, soit en propageant des articles à des journalistes et d'autres tiers, y compris via de faux personnages en ligne ;
  • fausse amplification, que Facebook définit comme activité coordonnée par des comptes n’étant pas authentiques avec l'intention de manipuler le discours politique.


Les objectifs stratégiques déployés par ces faux amplificateurs que Facebook a notés sont :
  • la promotion ou le dénigrement d’une cause ou d’un problème spécifique : c'est la plus simple manifestation de faux amplificateurs. Il peut s'agir de l'utilisation de la désinformation ou des fausses actualités. Ces acteurs exploitent souvent un problème qu’ils vont amplifier selon le panel ciblé. Cela peut inclure des sujets autour de personnages ou partis politiques, religion, gouvernements nationaux, nations et/ou groupes ethniques, institutions ou événements actuels ;
  • semer la méfiance dans les institutions politiques : dans ce cas, les faux opérateurs de compte cherchent plutôt à saper le statu quo de la politique ou des institutions civiles à un niveau plus stratégique ;
  • répandre la confusion : les administrateurs de réseaux de faux comptes peuvent avoir comme objectif à long terme de troubler les discours civiques et d’alimenter des rivalités au sein d’un même groupe. Facebook assure que, dans plusieurs cas, il a identifié des acteurs malveillants sur Facebook qui, via des comptes qui ne sont pas authentiques, sont activement engagés dans le spectre politique avec l'apparente intention d'accroître les tensions entre les partisans de ces groupes et de fracturer leur base de soutien.

Facebook a souligné l’importance de faire des efforts pour combattre les opérations d’influence : « Les opérations d'information peuvent affecter l'ensemble de l'écosystème de l'information, des consommateurs individuels d’informations et des partis politiques aux gouvernements, aux organisations de la société civile et aux entreprises de médias. Une réponse efficace nécessite donc une approche globale de la société qui offre une collaboration sur les questions de sécurité, d'éducation, de gouvernance et d'éducation aux médias. Facebook reconnaît qu'une poignée de groupes d'acteurs clés doit assumer plus de responsabilités pour aider à prévenir les abus, et nous nous engageons non seulement à aborder les composants qui impliquent directement notre plateforme, mais aussi en soutenant les efforts des autres ».

En France, Facebook a supprimé 30 000 comptes peu avant le premier tour de l’élection présidentielle, ces campagnes visaient à récolter illégalement des informations privées présentes sur le réseau social pour les dévoiler au public.

Source : rapport Facebook (au format PDF)

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aurelien Plazzotta
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/10/2017 à 12:48
Les méchants russes nous ont piraté et nous on est les gentils américains victimisés. Voilà la propagande de Reuters et Google, ou comment faire et défaire les opinions publiques...
12  3 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 20/02/2018 à 11:37
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Mais ce serait bien si le point de vue des gens étaient entre les deux.
Et si tu commençais par te l'appliquer à toi-même pour montrer l'exemple ?

Non parce que dans le genre "binaire" et "manichéen", tu te pose là quand même, il suffit de voir ta position sur les différents sujets (rien que niveau USA / Russie, ou Trump / Hillary, ou Assad / rebelles / terroristes, ou je ne sais quoi d'autre xD), pas une once de nuance, un avis tranché qui ne bouge pas d'un pouce même quand on te mets les faits devant les yeux, etc. etc.

La seule différence avec les autres, comme le rappelle cdusart, c'est que tu es dans la contradiction, juste pour le plaisir d'être dans la contradiction, même si ce que tu soutiens est faux. Moi j'appelle pas ça avoir du recul, ou être nuancé, ou faire entendre "l'avis inverse", j'appelle cela de la bêtise pure.

Que tu soutienne un avis contradictoire quand il y a effectivement de quoi se poser des questions et que tu as des éléments probants dans ce sens, c'est très bien, mais avoir un avis contradictoire juste en fonction de la source ou du sujet traité, basé sur un simple "j'ai le droit d'affirmer ça même si j'ai aucune preuve, juste car j'ai envie", c'est idiot.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

On est plus surveillé que le peuple de la pire dictature totalitaire de l'histoire.
T'as vraiment aucune honte...
9  0 
Avatar de JawDrool
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 31/10/2017 à 13:46
Donc les manipulations russes ont empêché les médias américains de manipuler tranquillement l'electorat pour faire élire leur candidat manipulé par les lobbies? C'est plutôt positif, non? Je commence à avoir du mal à suivre... Et dans tout cela on oublie les manipulations illuminati et reptiliennes #OnTeManipule
10  2 
Avatar de nchal
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/11/2017 à 14:25
troll \tʁɔl\ (masculin) : (Internet) (Péjoratif) Internaute postant sur des forums et autres espaces de discussion des messages provocateurs ayant généralement trait à des sujets prompts à susciter des débats houleux.
mauvaise foi (féminin) : (Au singulier) Hypocrisie dans les paroles, dans les propos.

Grâce à ces deux définitions, @Nekara, tu peux arrêter de répondre à Ryu, tu gagneras du temps...
9  1 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 15/07/2018 à 10:51
Cela me fait doucement rire.

On en parle des théories du complots d'extrême-gauche avec le patriarcat et consorts ?
On en parle des appels à la haine effectués par ces mêmes personnes ?
On en parle des mensonges et de la diffamation en qualifiant tout ce qui ne nous plaît pas de "nazi"/"extrême-droite"/"fasciste" ?
On en parle des mensonges par omission en ne mettant en avant que ce qui nous plaît, et en cachant ce qui dérange ?
On en parle des documentaires/reportages un peu ésotériques ?

Cela ne gêne personne qu'on retrouve de telles choses sur CNN, la BBC, Arté, etc. ?
Qu'ils balayent déjà devant leur porte avant de s'occuper de celle des autres.

Je ne regarde pas InfoWars, in-empêche, lors des manifestations américaines, ils fournissaient des rushs complets, ce qui couplé avec d'autres rushs, permettait d'avoir une idée claire de la situation. Et pendant ce temps là, les autres médias se contentait de sélectionner très habilement les passages qui les intéressent pour avancer leur histoire.

À leur place je me ferais tout petit, car c'est bien à cause de leur incapacité à produire du journalisme de qualité que des personnes s'éloignent des médias mainstream et se redirigent vers des médias "alternatifs", et de "réinformation", dont la qualité n'est malheureusement pas meilleure.
11  3 
Avatar de goomazio
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 07/09/2018 à 10:10
Citation Envoyé par Thorna Voir le message
donc rassure-toi : ils ne sont pas prêts d'interdire quoi que ce soit sur nos réseaux !
Ce qu'ils font est pareil, ils bloquent des comptes, ils en ferment, ils censurent. Ils interdisent aussi.

Oui, que la Terre est plate, que l'Evolution c'est de la *biip*, etc. Ca n'en fait pas pour autant des vérités, ni n'autorise les gens à vouloir imposer ces pensées. Le monde n'est pas une gigantesque secte !
Ces avis de fous ne sont pas le résultat de la liberté d'expression ! Vous critiquez la liberté d'expression totale sous prétexte que des gens trouvent un intérêt à raconter des inepties ? En sachant que dans tous ces cas complètement débiles ce n'est certainement pas la croyance en la véracité de l'idée qui porte les idées mais d'autres choses modernes du genre le fait que ça buzz, que ça rassemble, que ça met une ambiance de clash où on se bagarre à coup de réparti provocante, acère et débile.

En fait dans l'absolu tu as raison: les gens, qui sont doués de discernement, savent en général trier le vrai du faux, surtout quand ce qu'on leur annonce entre tant en contradiction avec les faits ou avec l'histoire.
Que la pomme vient du pommier et qu'un clignotant doit être utilisé et utilisé avant d'amorcer le virage, et encore... Parce que les gens normaux, on va dire, ne savent en général que suivre l'avis fournit par la TV. Ou alors les gens dont vous parlez, ceux doués de discernement, sont les quelques experts qui ne représentent qu'une partie infime de la population ?

Le problème, c'est le début de la phrase: "les gens, qui sont doués de discernement..." 40 ans de Culture Télé et 10 ans de Culture Réseaux Sociaux ont largement fait disparaitre ce qui pouvait vaguement exister auparavant dans ce domaine et ce que les progrès des siècles passés avaient commencé à faire émerger.
Et donc, qu'on soit fan de The Voice, Les Zamours, Les anges de la téléréalité, Ko Lanta ou le JT c'est pareil parce que, même si un jeune entrepreneur motivé qui regarde euronews ne t'insultera pas directement (peut-être qu'il le fera dans ton dos en se moquant bien fort à son cours de Golf, soit) comme un jeune kéké qui adore une bonne bagarre style Booba, il n'est pas moins lobotomisé par ce qu'il connait et ne s'intéresse pas assez aux choses avant de partager tout son "savoir" ou n'a simplement pas la capacité d'admettre qu'il ne sait RIEN (comparé à quelqu'un de calé, d'expert).

Et donc oui, ces avis nocifs qui mettent en danger le fonctionnement de pays entiers et dont il parait qu'ils reposent sur pas grand chose de factuel ou de réel, devraient peut-être être un peu plus filtrés... ou discernés
Discernés, oui ! Discernés dans le sens "contre-dit" si nécessaire et non pas censurés. Si on ne sait pas contre-dire et remettre une personne dans le droit chemin c'est qu'il y a un problème que la censure ne fera qu'empirer ou, au mieux, que cacher ou alors c'est que la personne est peut-être déjà dans le droit chemin, ou qu'il y a plusieurs chemins... Alors le discernement, oui, mais la censure certainement pas.
8  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/08/2017 à 23:10
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Fake news : Facebook va désormais priver de publicités les pages qui partagent des articles marqués comme faux
par les organisations de fact-checking

Après les dernières élections présidentielles des États-Unis, Facebook a fait face à de nombreuses critiques pour avoir été le siège de la diffusion des fausses actualités ; lesquelles auraient, pour bon nombre de personnes, influencé les élections américaines en faveur de Donald Trump. Si l’entreprise a au début négligé ce problème, Facebook a fini par le prendre au sérieux et enchainer les mesures pour essayer de freiner les fake news et canulars sur sa plateforme.
Vu que le sire Zuckerberg est pressenti pour devenir candidat démocrate, et que le soucis semble uniquement être les articles qui ont soutenu Donald Trump (et ce pour suivre le leitmotiv de la candidate démocrate après sa défaite humiliante), on peut considérer que la neutralité politique de cette plateforme est fortement compromise.
8  1 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/09/2017 à 13:48
C'est lundi, c'est trolldi :



Oups...

Facebook va priver de publicité la presstituée subventionnée officielle ?
7  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 31/10/2017 à 17:19
Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
ce n'est pas si ridicule que ça....un paquet d'hommes politiques vont chercher des sources de financement auprès de financiers russes.
Par le passé notamment François Bayrou avait poliment décliné ce genre d'offres
Ce qui est ridicule, c'est de montrer du doigt les Russes alors que les Etats-Unis sont allés foutre la merde en Russie lorsque l'URSS s'est désintégrée. Ca n'a pas fait la Une des journaux à cette époque, mais là, on vient te sortir une histoire qui, je ne dis pas que ça n'a pas existé, est amplifiée 10000 fois. C'est ridicule.
Qu'on nous parle des documents de snowden, qu'on nous parle de l'affaire du Panama, qu'on nous parle de la blanchisseuse au Luxembourg, qu'on nous parle de l'affaire Karachi, de l'affaire Sarko-Lybie, qu'on nous parle du coup d'etat en Cote d'Ivoire, qu'on nous parle des révolutions colorées, qu'on nous parle de la main mise des US sur l'Ukraine et du coup d'etat... non, on te parle de la Russie qui est intervenue dans les éléctions US. Sans déconner.

Ah j'oubliais la guerre au Pakistan, en Irak avec les fausses fioles à l'ONU et les bébés jetés des couveuses , la guerre en Syrie, en Yougoslavie ou les US ont fait appel aux moudjahidines d'Afghanistan . Non, viens me parler de la Russie.
7  0 
Avatar de VivienD
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/01/2018 à 14:29
Récapitulons: les fausses informations se propagent comme un feu de brousse sur les réseaux sociaux parce que leurs usagers ne vérifient pas les sources ou ne sont pas capables d'en juger la valeur; et pour combattre ce fléau, parce que c'en est un, Facebook propose de laisser le soin à ses usagers de déterminer quelles sources sont fiables ou non. À moins que mon récapitulatif soit erroné, on peut voir là un énorme problème dans leur raisonnement.

Passons outre cet aspect et attardons-nous sur un autre problème que soulève pareille mesure. Que se passera-t-il si une communauté, prétendument lésée par certaines informations pourtant véridiques, décide de faire un raid pour que les sources, ayant publié les dites informations, se retrouvent inscrites sur la liste noire? Que se passera-t-il si une communauté décide d'en faire autant pour que des sources, publiant des informations fausses mais la confortant dans ses idées, soient approuvées et considérées comme fiables? Qu'en sera-t-il des éditoriaux, ou autres, soulevant des polémiques ou invitant à des débats d'idée?
7  0