Le fondateur de Microsoft Bill Gates souhaite l'instauration d'une taxe sur les robots,
Une idée non partagée par un haut responsable de l'UE

Le , par Malick, Community Manager
De nos jours, avec les nombreux progrès enregistrés dans le domaine de l'intelligence artificielle, on constate que de plus en plus de robots sont créés et les uns aussi sophistiqués que les autres. Ces robots, créés pour faire un large éventail de tâches habituellement effectuées par les humains, sont aujourd'hui considérés par certains analystes comme de véritables menaces pour l'emploi. Pour preuve, une récente étude menée par le cabinet financier Cornerstone Capital Goup a révélé que rien qu’aux États-Unis, entre 6 et 7,5 millions d’emplois sont menacés de disparition dans les dix prochaines années à cause de l'accroissement de l'automatisation du travail dans le secteur du commerce au détail.

C'est donc face à cette menace que constituent les robots pour les travailleurs que le fondateur de Microsoft, en l'occurrence Bill Gates, s'est prononcé sur la nécessité d'instaurer une taxe sur les robots qui sont en train d'occuper les emplois des humains. Cependant, comme nous le rapporte l'éditeur CNBC, les propos de Bill Gates n'ont pas été approuvés à l'unanimité, car un haut responsable de l' Union européenne (UE) du nom de Andrus Ansip n'est pas du même avis à savoir la taxation des robots.

Pour rappel, Andrus Ansip est commissaire au sein de l'Union européenne et à en charge la branche qui œuvre pour un marché unique numérique en anglais Digital Single Market (DSM).

Pour en revenir aux affirmations de Gates, pas plus tard qu'en ce début d'année précisément le 21 février dernier, le milliardaire a proposé l'application d'une taxe sur les robots. « Lorsqu'un humain effectue un travail rémunéré à 50 000 $ dans une usine, ce revenu est soumis à l'impôt sur le revenu », a déclaré Bill Gates dans une interview qu'il avait accordée à Quartz. « Si un robot arrive pour faire la même chose, ne pensez-vous pas qu'il devrait également être taxé au même titre que le travailleur humain ? », s'est également interrogé Gates.

Quant au commissaire Andrus Ansip, il est contre la taxe sur les robots et défend son idée en affirmant que le but de la fiscalité n'est pas seulement de collecter des revenus, mais d'améliorer le niveau des salaires payés aux enseignants et aux employés de la police. Il affirme être d'accord pour une taxation de certains produits comme les cigarettes, les boissons alcoolisées, etc.

Ansip a également déclaré qu'il n'était pas en faveur de « taxer le progrès », car cela pourrait impacter négativement le domaine de l'intelligence artificielle. Il souligne aussi que ce n'est pas une idée sur laquelle la Commission européenne réfléchit pour le moment.

« Je voudrais dire ... Les gens ont le droit d'avoir peur. Je crois aux progrès technologiques, et ces derniers ont toujours créé plus d'emplois qu'ils n'en détruisent. Nous ne pouvons pas arrêter le progrès », a déclaré Ansip.

Source : CNBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

USA : les robots vont détruire plus de 6 millions d'emplois dans le secteur du commerce au détail, dans les 10 prochaines années, d'après une étude

Les États-Unis, le Mexique et le Canada achètent de plus en plus de robots. Selon vous plus de robots c'est plus d'emploi ou le contraire ?

USA : vers l'instauration d'une taxe sur les robots à San Francisco ? Jane Kim, membre du comité des superviseurs de la ville, y travaille


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de bistouille bistouille - Membre averti https://www.developpez.com
le 04/06/2017 à 9:03
Citation Envoyé par Malick SECK  Voir le message
Quant au commissaire Andrus Ansip, il est contre la taxe sur les robots et défend son idée en affirmant que le but de la fiscalité n'est pas seulement de collecter des revenus, mais d'améliorer le niveau des salaires payés aux enseignants et aux employés de la police. Il affirme être d'accord pour une taxation de certains produits comme les cigarettes, les boissons alcoolisées, etc.

Ansip a également déclaré qu'il n'était pas en faveur de « taxer le progrès », car cela pourrait impacter négativement le domaine de l'intelligence artificielle. Il souligne aussi que ce n'est pas une idée sur laquelle la Commission européenne réfléchit pour le moment.

« Je voudrais dire ... Les gens ont le droit d'avoir peur. Je crois aux progrès technologiques, et ces derniers ont toujours créé plus d'emplois qu'ils n'en détruisent. Nous ne pouvons pas arrêter le progrès », a déclaré Ansip.

Je ne connaissais pas ce gus, mais vu son cursus, ça ne m'étonne pas finalement qu'il ait ce genre de propos.
Avatar de Robert_J Robert_J - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 04/06/2017 à 22:10
Croire à la croissance éternelle de la consommation et de la population c'est insulter l'écologie et le bon sens. Il parait que nous consommons en 9 mois ce que la terre produit en 12 et avec au moins 5 milliards de pauvres et plus si on les écoute.

Il est temps de moins produire de stopper la croissance non renouvelable et de stabiliser la population pour ensuite la réduire afin d'augmenter son confort.
Ne refaisons pas l'erreur de la révolution industrielle qui a appauvri les peuples dans un premier temps

Le chômage avec la productivité multipliée par les robots ira croissant c'est une certitude. Il va falloire réduire le temps de travail des gens, arrêter de produire des trucs fais pour casser et compenser la perte de salaire par une taxe sur les robots.
Surtout pas un revenu universel sans contrepartie, un revenu universel en contrepartie de la participation à la vie et au travail de la société.

j'arrive pas à comprendre que ce ne ça soit pas déjà à l'étude à l'ONU tant ça me parait évident. Evidemment ils y a de très gros intérêts en jeu.

Nota : Il ne s'agit pas de taxer le progrès il suffirait que la taxe sur les robots soit plus faible que celle sur les humains pour maintenir l'avantage du progrès mais celui qui veut augmenter le salaire des enseignants etc. il va augmenter les taxes sur les travailleurs humains? IL faudra un jour ramener les taxes sur le travail à ZERO
Avatar de byrautor byrautor - Membre habitué https://www.developpez.com
le 07/06/2017 à 20:29
Mais c'est la repentance de Bill Gates, elle est arrivée, elle est là.
Profitons en !
Avatar de TJ1985 TJ1985 - Membre actif https://www.developpez.com
le 08/06/2017 à 8:03
La France m'a fait découvrir le principe de la taxe systématique, je constate avec consternation qu'elle n'est pas seule à pratiquer ainsi. Pour moi, les taxes actuelles sont une hérésie, des bouts de scotch masquant la légèreté de l'Etat dans la gestion de ses finances et, surtout, son hypocrisie. Les citoyens sont par définition responsables, puisqu'ils sont électeurs. Il n'y a donc aucune raison honnête pour qu'on leur masque les coûts de leurs choix, et la manière de rendre ces coûts évidents est de les financer par l'impôt, directement.
Les taxes devraient être là pour financer des infrastructures communes d'usage, transport, sécurité, en partie enseignement.
Donc, une nouvelle taxe, non, merci. Même s'il est évident que notre système devra impérativement changer rapidement, je persiste, pour une question de principe. Car cette taxe serait un nouvel oreiller de paresse pour nos dirigeants, qui les maintiendrait dans leurs confortables habitudes d'irresponsabilité.
Pour conclure et pour l'anecdote, souvenons-nous de ce que Bill Gates ne voyait aucune utilité au réseau, à ses débuts... C'est un brillant homme d'affaire, un philanthrope respectable, mais comme visionnaire, on a déjà vu mieux.
Avatar de tralloc tralloc - Membre actif https://www.developpez.com
le 08/06/2017 à 11:56
On peut dire que je ne suis pas un fan de microsoft... ni de bilou bien sûr.
Mais il faut dire qu'il s'améliore, fondations caritatives...
Et maintenant il finit par avoir les même idées que moi, j'applaudis !

Quand au fond de l'affaire, il est inéluctable que les robots vont prendre les empois des gens, et il sera bien évidemment toujours plus rentable de prendre des robots que des employés.
Donc pour que tout le monde vive il faudra taxer les robots. Comme ça on pourra développer ces technologies sans avoir de remords.

Par contre cela implique qu'il faut que cette taxe soit généralisée dans tous les pays...
Avatar de AlaraDD AlaraDD - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 08/06/2017 à 20:19
La taxation des robots est une des evidence de ce siècle, avec la taxation des transactions financières notamment les transactions automatisées. Pourquoi ? Une taxe n'a jamais freiné le progrès qui est le plus souvent financé par les taxes, c'est le financement des centres de recherche. Une taxe n'a pas besoin d'être énorme.Un dixième de centime d'euros par transaction informatique permet de stopper la faim et la misère du monde. Enfin le progrès doit être une libération pour les hommes, chaque heure de robot doit participer au financement du travail.
Vive Bill Gates, c'est tout le contraire d'en marché.
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre émérite https://www.developpez.com
le 09/06/2017 à 11:06
Citation Envoyé par TJ1985  Voir le message
Il n'y a donc aucune raison honnête pour qu'on leur masque les coûts de leurs choix, et la manière de rendre ces coûts évidents est de les financer par l'impôt, directement.

Quelle différence fais-tu entre impôt et taxe ?
Si je m'en tiens à la définition de Wikipédia, la taxe sur les robots serait bel et bien un impôt.
Une taxe est théoriquement « la contrepartie monétaire d'un service rendu par une personne publique ».

Avatar de TJ1985 TJ1985 - Membre actif https://www.developpez.com
le 09/06/2017 à 11:30
Citation Envoyé par Conan Lord  Voir le message
Si je m'en tiens à la définition de Wikipédia, la taxe sur les robots serait bel et bien un impôt.
"la contrepartie monétaire d'un service rendu par une personne publique"

Peux-tu me dire où tu vois un service rendu par une personne publique dans un robot travaillant à la chaîne dans une entreprise financée sur fonds privés ? Moi, je ne vois pas.
Soyons précis : Il est évident que le modèle de revenu individuel actuel va disparaître, simplement parce que de moins en moins de personnes trouveront une vraie activité, qui les satisfasse, leur permette d'exprimer leur talent et en même temps leur assure un revenu suffisant pour ne pas en faire des frustrés et des assistés. Pour cela, je n'ai pas de solution réelle, à part du niveau de la discussion de café.
Le revenu universel permet assure la subsistance de base de chacun, mais ne fait rien pour l'image de soi. Hors, si vous discutez avec des gens qui ont abordé en pionniers des populations "pauvres" ou primitives vous les entendrez vous dire que ces gens étaient heureux, avant qu'on leur dise qu'il n'est pas naturel de vivre sans un iPhone ni une ambulance devant la maison... Pourquoi ? Car l'image qu'ils avaient d'eux-même était positive dans le contexte, ils pouvaient vraiment s'épanouir individuellement dans le cadre social qu'ils connaissaient. Aujourd'hui, ce ne sont que des malheureux de plus, traqués par les bonnes âmes qui veulent les amener à la civilisation.
Bref ! Pour en revenir au centre du débat, une taxe idiote est injustifiée par nature. Les robots seront financés par les entreprises privées, sur des fonds privés, avec éventuellement l'appui financier de banques privées. Ces machines assureront un service privé, dans un contexte privé. Pourquoi les taxer ? Parce qu'aujourd'hui, en France principalement, l'entreprise est considérée comme une malédiction ? Sans entreprise, pas de travail. Sans entreprise à pressurer, pas de service des impôts, pas de services sociaux avides, pas de fonctionnaires à re-re-re-re-re-re-re-re-re-re-re-saisir les mêmes données, jour après jour, pour justifier leur présence.
Je défends l'idée que l'état est un mal nécessaire qui doit rester aussi maigre que possible, aussi agile et réactif que possible, qui doit anticiper et préparer l'avenir. En France, à l'évidence, nous sommes assez éloignés de cet idéal... La taxation de ce qui est officiellement identifié comme la source d'un problème est simplement l'application stupide de la pratique qui domine depuis des siècles dans ce pays, où l'Etat, le Roi, avait tous les droits, tous les privilèges, notamment le droit de vie et de mort sur ses sujets.
Aujourd'hui, il faut grandir et demander aux dirigeants que nous élisons de réfléchir et de faire leur boulot de chefs, de visionnaires, de meilleurs que nous. Si nous les élisons juste pour avoir moins de travail ou plus d'allocations, alors nous sommes bien malades. L'excellence que nous pouvons exiger d'eux se traduit notamment par autre chose qu'un repli sur les reflexes anciens, qui se résume en gros à traire la vache-contribuable par tous les moyens, sans jamais remettre en cause quoi que ce soit du fonctionnement même de cet état.
Voilà. Et bien d'autres choses encore !
Avatar de Zirak Zirak - Inactif https://www.developpez.com
le 09/06/2017 à 11:45
Citation Envoyé par TJ1985  Voir le message
Bref ! Pour en revenir au centre du débat, une taxe idiote est injustifiée par nature. Les robots seront financés par les entreprises privées, sur des fonds privés, avec éventuellement l'appui financier de banques privées. Ces machines assureront un service privé, dans un contexte privé. Pourquoi les taxer ? Parce qu'aujourd'hui, en France principalement, l'entreprise est considérée comme une malédiction ?

Ptet parce que c'est l'Etat qui prend en charge tous les malheureux foutus dehors par ces entreprises ?

Que quand l'entreprise se casse la gueule, c'est l'Etat qu'on appelle pour sauver les emplois voir même l'entreprise entière ?

Vous voulez que l'Etat arrête de taxer les entreprises ? Bah que les entreprises cotisent sur des fonds "RSA/formation/chômage/que sais-je", pour que cela soit ensuite reversé aux bénéficiaires. Mais entre être taxé ou payer une cotisation, je ne vois pas la différence...

Le truc c'est que les entreprises, en fonctionnant avec ce mode néo-libéral là, ne veulent que les avantages sans les inconvénients, pouvoir faire tout ce qu'elles veulent pour gagner plus, mais que cela soit l'Etat qui gère les pots cassés, les formations, les reconversions, etc.

On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre indéfiniment...

Sans entreprise pas d'emploi, on est d'accord, sauf qu'aujourd'hui grâce aux robots, on ne pourra bientôt plus dire "sans employés, pas d'entreprise", on va avoir de plus en plus de gens sans-emploi, et qui est-ce qui fera tourner ces entreprises "privées" pleines de robots ? Bah personne, car il n'y aura plus personne pour acheter leurs produits en dehors de quelques centaines de très riches.

Produire beaucoup et à pas cher, avec pleins de robots, c'est super, mais si il n'y a plus personne pour acheter ce que tu produits, ça sert à rien...
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre émérite https://www.developpez.com
le 09/06/2017 à 11:55
Citation Envoyé par TJ1985  Voir le message
Peux-tu me dire où tu vois un service rendu par une personne publique dans un robot travaillant à la chaîne dans une entreprise financée sur fonds privés ? Moi, je ne vois pas.

Justement, donc ce n'est pas une taxe mais un impôt (selon cette définition). C'est la raison pour laquelle je te posais la question : tu dis qu'il ne faut pas appliquer des taxes, mais des impôts (si j'ai bien compris). Qu'est-ce que tu entends par là précisément ?

Citation Envoyé par TJ1985  Voir le message
Bref ! Pour en revenir au centre du débat, une taxe idiote est injustifiée par nature. Les robots seront financés par les entreprises privées, sur des fonds privés, avec éventuellement l'appui financier de banques privées. Ces machines assureront un service privé, dans un contexte privé. Pourquoi les taxer ? Parce qu'aujourd'hui, en France principalement, l'entreprise est considérée comme une malédiction ? Sans entreprise, pas de travail. Sans entreprise à pressurer, pas de service des impôts, pas de services sociaux avides, pas de fonctionnaires à re-re-re-re-re-re-re-re-re-re-re-saisir les mêmes données, jour après jour, pour justifier leur présence.

Parce que sans salariés, pas de consommateurs. Pas de consommateurs, pas de demande. Pas de demande, pas d'entreprises, etc. La taxe pourrait permettre soit (selon ce vers quoi on se dirige) de financer les non salariés de façon qu'ils puissent être des consommateurs, soit de rediriger les salariés des entreprises privées vers d'autres emplois qui aujourd'hui ne sont pas ouverts, faute d'argent public. En ce sens, l'Etat ferait son travail de préparation de l'avenir dont tu parles. Maintenant, savoir si la taxe sur les robots est la solution la plus logique, je ne le pense pas. Mais qu'est-ce qu'une taxe intelligente et justifiée ? Ça dépend du point de vue.

Citation Envoyé par TJ1985  Voir le message
La taxation de ce qui est officiellement identifié comme la source d'un problème est simplement l'application stupide de la pratique qui domine depuis des siècles dans ce pays, où l'Etat, le Roi, avait tous les droits, tous les privilèges, notamment le droit de vie et de mort sur ses sujets.

Sauf qu'aujourd'hui, l'État est censé représenter l'ensemble des individus. L'État et les sujets sont supposés ne faire qu'un (mais c'est un idéal duquel on est assez éloigné, je te l'accorde )

Citation Envoyé par TJ1985  Voir le message
Si nous les élisons juste pour avoir moins de travail ou plus d'allocations, alors nous sommes bien malades.

Voilà le fond du problème. Je ne crois pas que le sentiment général tende à rejeter le travail, au contraire. Même si à titre personnel, je ne serais pas contre pouvoir faire autre chose que travailler, l'idée de la taxe sur les robots n'est pas exclusivement focalisée sur le revenu universel. Tu estimes que moins de taxes = plus d'emplois, si j'ai bien compris ton propos. Mais je ne suis pas certaine que ce soit vrai dans le contexte actuel. Si jamais c'est une erreur, le risque est d'entraîner une grave crise. Si jamais le chômage atteint mettons 30 %, les retombées seront catastrophiques si l'État n'a pas de fonds pour pouvoir mettre des pansements (que ce soit avec des allocs ou des créations d'emploi, peu importe). Que devrait faire un État visionnaire dans ce cas précis ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil