Chrome : Google va cesser d'afficher la publicité sur les sites Web non conformes
Aux meilleures normes d'annonces, dès début 2018

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Mise à jour le 20/12/2017 : Google ne va plus servir de publicité aux sites en violation des normes publicitaires, à partir du 15 février

En juin, Google a averti que son navigateur Chrome n'allait plus diffuser les annonces (y compris celles détenues ou servies par Google) sur les sites Web affichant des publicités non conformes aux standards définis par la Coalition for Better Ads début 2018. Pour cela, Google a mis en place l'outil Ad Experience Report via lequel sont signalées les violations de ces normes publicitaires. Les propriétaires de sites peuvent ainsi soumettre leur site pour une réévaluation une fois que des violations signalées ont été résolues.

Hier, la société a fixé la date d'entrée en vigueur de cette nouvelle mesure visant à lutter contre les publicités indésirables : le 15 février. « À compter du 15 février, conformément aux consignes de la Coalition, Google Chrome retirera toutes les publicités des sites qui ont un statut « défaillant » dans l'Ad Experience Report depuis plus de 30 jours. » Google va mettre en place cette mesure à l'aide d'un « filtre » qui semble-t-il sera activé à distance. Il faut en effet remarquer que la date fixée ne correspond pas à la sortie des prochaines versions de Chrome (les versions 64 et 65) prévues pour les mois janvier et 6 mars.

Source : Google
02/06/2017 : Voyant la croissance de ses revenus ralentie, l’industrie de la publicité en ligne est obligée de prendre des mesures visant à sanctionner les sites qui servent des annonces indésirables aux internautes. La publicité est en effet un élément essentiel qui permet notamment aux éditeurs de continuer à proposer tout ou partie de leur contenu gratuitement. Mais, au fil des ans, l’on a assisté à une croissance de publicités extrêmement frustrantes et intrusives, entrainant ainsi une forte augmentation de l’utilisation de bloqueurs d’annonces. Par rapport à l’année dernière, l’utilisation d’adblockers a déjà augmenté de 30 % d’après Google ; ce qui réduit donc la capacité des éditeurs à continuer de créer du contenu gratuit et menace la durabilité de l'écosystème Web.

Disposant du navigateur le plus utilisé au monde, Google (comme d’autres éditeurs de navigateurs Web) veut par tous les moyens faire disparaitre les annonces indésirables pour que l’industrie de la publicité en ligne regagne la confiance des internautes. Dans cette lancée, « Chrome s'est toujours concentré sur le fait de donner aux utilisateurs la meilleure expérience possible sur le Web. Par exemple, Chrome, comme d'autres navigateurs, empêche les fenêtres popup dans de nouveaux onglets compte tenu du fait qu'ils sont ennuyeux », explique Google, dans un billet de blog.

« Aujourd'hui, nous avons une meilleure compréhension des types d'expériences qui dérangent les utilisateurs en matière de publicité indésirable » et « nous prévoyons que Chrome cesse d’afficher les annonces (y compris celles détenues ou desservies par Google) sur des sites Web qui ne sont pas conformes aux Better Ads Standards à partir du début de 2018 », explique Rahul Roy-Chowdhury, VP Product Management chez Google.

Les Better Ads Standards sont des formats de publicité recommandés pour offrir aux internautes une expérience agréable en ligne. Ils ont été identifiés après une étude dont les résultats ont été publiés en mars dernier. L’étude a été menée par la Coalition for Better Ads (Coalition pour de meilleures publicités), un groupe d'acteurs du secteur de la publicité en Europe occidentale et aux États-Unis. La coalition est composée de géants de la publicité comme Google et Facebook, de médias comme le Washington Post et Reuters, mais aussi de grandes organisations de l'industrie de la publicité en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne et aux États-Unis.

Sur les 55 expériences d'annonces publicitaires sur desktop et 49 sur mobile prises en compte dans l’étude de la Coalition for Better Ads, 12 formats (4 sur desktop et 8 sur mobile) ont été jugés inacceptables. Sur mobile, il s’agit de :

  • les annonces popup : fenêtres surgissantes qui empêchent la lecture du contenu principal ;
  • les annonces prestitielles : elles s'affichent sur une page avant le chargement du contenu, ce qui empêche l'utilisateur d’accéder immédiatement au contenu recherché ;
  • les annonces s'affichant sur plus de 30 % de l'écran ;
  • les annonces animées clignotantes ;
  • les annonces avec compte à rebours : elles obligent l’internaute à attendre la fin du compte à rebours avant d’accéder au contenu de la page visitée ;
  • les annonces affichées en plein écran que l’utilisateur doit déplacer avant de pouvoir lire le contenu de la page ;
  • les annonces non déplaçables qui restent collées sur une partie de l’écran, quels que soient les efforts de l’utilisateur pour les déplacer ;
  • les annonces vidéo en lecture automatique avec son.


Et sur desktop, il s’agit des popups, des vidéos en lecture automatique avec son, des annonces avec compte à rebours et des annonces non déplaçables.


Dès le début de 2018, Google va donc cesser d’afficher sur Chrome les annonces sur les sites sur lesquels sera trouvé l’un de ces formats d’annonce indésirables mentionnés ci-dessus. Pour cela, Google va utiliser un outil qui sera intégré à Chrome ; lequel outil est défini par la firme comme un « filtre » plutôt qu’un bloqueur de publicités. L’outil devrait être activé par défaut dans les versions bureau et mobile de Chrome.

Conscient que de nombreux développeurs Web génèrent la plupart ou la totalité de leurs revenus à partir de la publicité numérique, Google veut les aider à se préparer aux changements à venir l’année prochaine. La firme met donc maintenant un outil baptisé Ad Experience Report à leur disposition. Ce nouvel outil va permettre d’alerter les éditeurs sur les infractions identifiées sur leurs sites et expliquer comment résoudre les problèmes identifiés. Ad Experience Report « fournit des captures d'écran et des vidéos sur les expériences ennuyeuses que nous avons identifiées pour faciliter la recherche et la résolution des problèmes », explique Google. « Les développeurs peuvent également utiliser l'outil pour resoumettre leur site pour examen une fois que les expériences problématiques ont été traitées. »

Sources : Google, The Wall Street Journal

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

USA : les annonceurs en transition du mobile-first vers le mobile-only, d'après le dernier rapport de l'IAB sur les revenus de publicité en ligne
Google se préparerait à intégrer un bloqueur de publicités dans Chrome, pour filtrer des annonces qui détériorent l'expérience Web
Quels formats de publicité les internautes détestent-ils le plus ? Les résultats d'une enquête de Coalition for Better Ads


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 03/06/2017 à 3:11
c'est bien mais si ils pouvaient arrêter d'empocher du fric les yeux fermer et faire la chasse au pub qui renvoient a des malwares, ou des sites d'arnaque c serait mieux
Avatar de koyosama koyosama - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 04/06/2017 à 15:18
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
c'est bien mais si ils pouvaient arrêter d'empocher du fric les yeux fermer
Je pense que tu peux rever un peu ^^.

Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
faire la chasse au pub qui renvoient a des malwares, ou des sites d'arnaque c serait mieux
Il faut faire tres attention a ce genre de penses, donner trop de pouvoir a un acteur et tu peux tres vite te retrouver a creer le nouveau Umbrella Corporation. Il va devenir plus que ton meilleur ami, il va devenir ta mere ou ton conjoint. Il est preferable d'utiliser des services tier pour sa, surtout si a l'avenir tu veux garder tes couilles. La centralisation des services c'est pas bien. Apres addblock, ghostery et autre plugin marche tres.
Si tu sais comment marche la collecte de data, je peux te dire tu ne veux pas avoir tout dans le meme panier.

Sinon tu peux commencer a utiliser le nouveau navigateur du createur de firefox, il m'a l'air prometteur : brave.

Je me rappelle d'un cas avec Filezilla qui disait que c'est a l'utilisateur de proteger son mot de passe par exemple. A moment, il faut arreter de vous tenir la main. Vous devez savoir vous proteger. Je sais que c'est pas evident pour l'utilisateur lambda mais si vous des vaccins pour m'importe quoi, vous etes pas mieux que le gars qui a decide de vendre les donnees a des fournisseurs internet. Apres je pense toujours que l'education est toujours la meilleur solution.

Sinon a part sa, je trouve enfin sympa que google chrome s'occupe de faire quelque chose contre les pub invasive.
Avatar de alexandre.ouillon alexandre.ouillon - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 05/06/2017 à 10:09
Les annonces compte a rebour?
Ils vont bloquer les pub sur youtube
Avatar de byrautor byrautor - Membre actif https://www.developpez.com
le 07/06/2017 à 20:32
c'est bien mais si ils pouvaient arrêter d'empocher du fric les yeux fermer et faire la chasse au pub qui renvoient a des malwares, ou des sites d'arnaque c serait mieux !
Bien d'accord
Avatar de StreamEarth StreamEarth - Membre du Club https://www.developpez.com
le 08/06/2017 à 17:17
Na mais lol...
enfin je dirai juste si un éditeur de site internet n'a pas l'argent : "MAIS ARRÊTE" !!! Soit tu as les sous pour financer ton/tes serveur(s) dédié(s) ou non... c'est trop facile le prétexte de l'éditeur internet qui doit avoir des sous VIA LA PUB pour financer son/ses serveur(s) web... soit t'as le fric ou tu stop !

C'est devenu une mode ou on se fait payer via la pub... à un moment donné faut arrêter ce troll géant via la pub... Surtout que la blinde de sites/blogs gratuits existent (même si ces éditeurs de sites/blogs font aussi des pub lol mais qui ne coûte pas un centime aux éditeurs de blogs/sites ^^)
Avatar de theophilusse theophilusse - Candidat au Club https://www.developpez.com
le 11/06/2017 à 13:17
koyosama
Après Adblock, Ghostery et autre plugin marchent très bien.
http://lifehacker.com/ad-blocking-ex...to-a-514417864
Avatar de St-Jean St-Jean - Membre actif https://www.developpez.com
le 28/12/2017 à 13:47
Excellente initiative. Attendons de voir ce que ça donnera en pratique. AdBlock ne sera/peut-être plus nécessaire.
J'ajouterais aussi à la liste des pubs à proscrire celles qui retardent le chargement de la page.
Avatar de domi65 domi65 - Membre averti https://www.developpez.com
le 28/12/2017 à 22:39
les annonces animées clignotantes
Qu'est-ce qu'ils entendent par là ? Un simple Gif peut servir d'annonce animée clignotante. Ils vont analyser tous les GIFs ?
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 12:40
Chrome : quel sera l'impact du bloqueur de publicité intégré sur l'expérience utilisateur ?
Son efficacité remise en cause

À partir d'aujourd'hui, Google Chrome va commencer à bloquer les publicités sur les sites qui se trouvent en violation des normes publicitaires définies par la Coalition for Better Ads, un groupe d'acteurs du secteur de la publicité en Europe occidentale et aux États-Unis. La coalition est composée de géants de la publicité comme Google et Facebook, de médias comme le Washington Post et Reuters, mais aussi de grandes organisations de l'industrie de la publicité en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne et aux États-Unis.

Avant son lancement, Google a tenu à expliquer comment va fonctionner son bloqueur intégré à Chrome. D'après, le géant de la publicité en ligne, les sites sont évalués en examinant un échantillon de pages. En fonction du nombre de violations des normes détectées, le site sera considéré comme acceptable (statut Passing), recevra un avertissement (statut Warning) ou sera classé comme étant non conforme (statut Failing). Le statut des sites pourra être consulté via l'API Ad Experience Report. Les propriétaires de sites pourront également voir des résultats plus détaillés, tels que les violations spécifiques des Better Ads Standards détectées, via Ad Experience Report dans la Search Console de Google. À partir du rapport, les propriétaires de sites pourront également demander que leur site soit réexaminé après avoir traité les expériences publicitaires non conformes.

Que voulez-vous dire ? Google va-t-il sacrifier une partie de l'une de ses principales sources de revenus pour préserver une bonne expérience utilisateur ? C'est ce que se sont surement demandé bien de personnes. Alors que le bloqueur de publicité intégré de Chrome est désormais opérationnel, on pourra mieux apprécier la manière dont il va affecter l'expérience en ligne.

Mais avant d'aller plus loin, précisons que c'est par abus de langage qu'on parle très souvent de bloqueur de publicités. La vérité est que Google a été bien clair sur ce point : ce n'est pas un bloqueur de publicités, mais plutôt un filtre de publicités, et cette précision n'est pas en vain. Cela en dit beaucoup sur ce qui devrait être son fonctionnement et quel est le positionnement de Google par rapport à l'industrie du blocage de publicités, et même par rapport à Apple avec sa fonctionnalité antitracking dans Safari.

« Bien que le résultat [du filtre] est que les utilisateurs de Chrome ne vont pas voir les annonces sur les sites qui enfreignent systématiquement les Better Ads Standards, notre objectif n'est pas de filtrer les annonces, mais d'améliorer l'expérience de tous les internautes », souligne Google. « À la date du 12 février, 42 % des sites qui ne respectaient pas les Better Ads Standards ont résolu leurs problèmes et sont en train de passer [le filtre]. C'est le résultat que nous espérions », affirme Google, et d'ajouter : son objectif est « que les sites prennent des mesures pour corriger eux-mêmes les expériences publicitaires intrusives et profitent à tous les utilisateurs du Web. Toutefois, si un site continue de gérer des annonces non conformes dans les 30 jours suivant la notification des violations, Chrome commencera à bloquer les annonces sur ce site. »

Cela dit, quel est donc l'impact du filtre de Google sur les annonces ? Pour ceux qui ne rejettent pas catégoriquement la publicité et qui sont donc prêts à l'accepter si elle est moins intrusive, au sens de la Coalition for Better Ads, la solution proposée par Google est tout à fait convenable. C'est également la solution idéale pour l'industrie de publicité en ligne. Mais pour ceux pour qui les annonces sont répulsives, il va falloir envisager une autre solution, parce qu'il semble que le filtre de Google laisse passer beaucoup de pub. C'est ce qu'indiquent en effet plusieurs rapports.

Interrogé par ses utilisateurs sur ce que serait le nouveau filtre d'annonces de Google Chrome avant son lancement, Eyeo, l'éditeur d'Adblock Plus, a décidé de mener ses propres investigations. Et qu'a-t-il donc découvert ? Rien de surprenant : Google ne va bloquer que les publicités qui ne répondent pas aux normes définies par la Coalition for Better Ads (CBA). Découvrons maintenant ce que cela veut dire, pour comprendre l'efficacité du bloqueur de Chrome.

Ce que révèle Eyeo c'est que sur 55 types de publicité en ligne sur desktop, la CBA (et donc Google) ne bannit que 9, là où le comité d'experts indépendants, Acceptable Ads Committee, rejette jusqu'à 51 types d'annonces. Rappelons que ce sont les critères de l'Acceptable Ads Committee qui sont observés par Adblock Plus pour bloquer les annonces. Eyeo souligne que certaines publicités, comme les vidéos qui se lancent automatiquement, sont acceptées par la CBA (tant qu'elles ne jouent pas automatiquement le son), alors qu'elles sont rejetées d'office par l'Acceptable Ads Committee. En ne bannissant que neuf types d'annonces sur desktop, d'après Eyeo, Google se retrouve à ne bloquer que 16 % des annonces, alors qu'Adblock Plus se vante d'en bloquer jusqu'à 93 %.


Partant de ce constat, pour Adblock Plus, l'outil de Google ne mérite même pas le titre de filtre d'annonces. Mais, là encore, il semble qu'Eyeo a été trop optimiste en ce qui concerne son efficacité. Dans une exclusivité accordée au quotidien américain Axios la semaine dernière, Google a révélé que seulement environ 1 % des éditeurs ne respectent pas les normes de publicités définies par la Coaltion for Better Ads ; ce qui signifie que la grande majorité des éditeurs Web ne seront pas affectés par le « bloqueur de publicité » intégré à Chrome. Google aurait en effet examiné plus de 100 000 sites Web en Amérique du Nord et en Europe depuis juin. Et sur les plus de 100 000 sites examinés, seulement 0,5 % ont reçu le statut « Warning ». Il n'y a eu également que 0,9 % parmi ces sites qui ont reçu le statut « Failing » qui indique qu'ils seraient bloqués. Google a également affirmé que 37 % des sites trouvés en violation des Better Ads Standards avaient déjà corrigé leurs problèmes de publicité ; un taux qui est passé à 42 % à la date du 12 février comme l'a dit Google précédemment.

Le géant de la publicité en ligne a en outre donné quelques précisions concernant son filtre. Il explique par exemple que les éditeurs ne seront pas punis juste pour une mauvaise annonce. Mais ils auront un seuil de non-conformité de 7,5 % à ne pas dépasser au risque de voir les annonces bloquées sur leurs sites pour les utilisateurs de Chrome. Ce seuil devrait passer à 2,5 % à mesure que les éditeurs travaillent pour se conformer aux normes. Google précise encore, entre autres, que les autopromotions (annonces faisant la promotion de votre propre application) ne sont pas prises en compte par le filtre de Google. Avec Axios également, Google a été clair sur son positionnement : « Notre objectif est de ne filtrer personne, notre objectif est de nous débarrasser des expériences publicitaires agaçantes pour améliorer Internet. »

Sources : Blog Google, Axios, Adblock Plus

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avez-vous espéré que le bloqueur d'annonces de Chrome soit plus efficace que la manière dont il est décrit ici ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil