Java 9 : le comité exécutif du JCP rejette la spécification actuelle des modules Java (Jigsaw)
Qui a voté « Non » et pourquoi ?

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Comme prévu, le 8 mai, les membres du comité exécutif du Java Community Process (JCP) ont voté sur le système de modules Java (Jigsaw). Bien avant le vote, IBM et Red Hat avaient exprimé des préoccupations au sujet du système de modules Java (Java Platform Module System, en abrégé JPMS), et annoncé qu’ils allaient voter « Non ». Ils n’étaient toutefois pas les seuls parmi les membres du comité exécutif du JCP à désapprouver le JSR 376 (Java Platform Module System) et le vote d’hier vient de le prouver. Le comité exécutif du JCP vient en effet de voter avec 13 « Non » contre 10 « Oui ». Qui a voté contre le JSR 376 et pour quelles raisons ?


Avant d’aller plus loin, il est important de rappeler les conditions qu’il fallait remplir pour que le JSR soit approuvé. Le JSR est approuvé si (a) au moins une majorité des deux tiers des votes exprimés sont des votes « Oui », (b) un minimum de 5 votes « Oui » sont exprimés, et (c) Oracle vote également « Oui ». Autrement, il sera rejeté.

Comme vous pouvez le voir, la première condition déjà n’a pas été remplie, étant donné que les « Non » enregistrent plus de la moitié des votes ; ce qui indique un clair rejet des modules Java (version Jigsaw). Des commentaires des différents votants, on retient deux raisons principales à cette objection : la nécessité d’un consensus entre les membres du groupe d’experts travaillant sur le système de modules, mais surtout l’interopérabilité ou la compatibilité avec des outils et systèmes populaires de l’écosystème Java.

La nécessité d’un meilleur consensus entre les membres du groupe d’experts du JSR 376 est une raison évoquée par certains membres du comité exécutif ayant voté « Non ». D’après le fournisseur Hazelcast par exemple, « le manque de consensus au sein du groupe d'experts est un signe dangereux qui indique que tous les problèmes n'ont pas été clarifiés comme ils le devraient ou que certains problèmes ont été marqués résolus d'un seul point de vue. » Il est rejoint par Software AG qui lui aussi « s'inquiète de l'absence d'un consensus parmi les membres du groupe d'experts. » Bien que Software AG reconnaisse qu’un consensus parfait soit impossible, la société pense qu’un meilleur consensus reste quand même possible, et que cela « entraînerait un écosystème Java plus sain et une transition plus douce de l'industrie vers un monde Java modulaire. » Ils ne sont toutefois pas les seuls à demander un meilleur consensus. Tomitribe, Twitter, London Java Community et Crédit Suisse sont également de cet avis.

Mais dans le fond, c’est l’interopérabilité et la compatibilité avec les outils et systèmes populaires de l’écosystème Java qui sont à l’origine du rejet de la spécification des modules Java dans sa forme actuelle. C’est ce que résume Werner Keil, architecte logiciel et membre du comité exécutif du JCP depuis 2008. « Je comprends les raisons d'IBM et d'autres pour leur vote "Non" et j'ai entendu de nombreuses préoccupations similaires, par exemple, de la communauté OSGi ou de contributeurs derrière les grands systèmes de build comme Maven, Gradle ou Ant. La plupart de leurs préoccupations ne sont pas encore résolues », dit-il. Software AG, pour sa part, réclame également « une attention particulière » sur la question de « la migration des logiciels existants vers le monde modulaire et à la coexistence de la spécification avec les pratiques Java et les systèmes de build existants. »

Avec ce vote, le JCP accorde un délai de 30 jours au Specification Lead, Mark Reinhold d’Oracle, pour tenter de trouver un consensus au sein du groupe d’experts, donc probablement régler les problèmes évoqués et soumettre une nouvelle proposition. Il faut également préciser que certains membres qui ont voté « Non » disent être prêts à soutenir la spécification, si les membres du groupe d’experts trouvent un meilleur consensus. Mais vu les déclarations publiques de Red Hat et IBM, et celles d’Oracle, on peut se demander si ces 30 jours seront suffisants pour trouver un compromis. Cela dit, Java 9 sera-t-il encore repoussé ? Et combien de temps faudra-t-il encore attendre avant sa livraison ?

Source : Vote du comité exécutif du JCP

Et vous ?

Que pensez-vous du vote ?

Voir aussi :

Java 9 : une nouvelle proposition d'Oracle pour résoudre l'un des problèmes évoqués par Red Hat sur le système de modules Java (Jigsaw)
Modules Java : Mark Reinhold d'Oracle remet en cause la bonne foi de Red Hat et IBM et invite le comité exécutif du JCP à soutenir le projet Jigsaw
Java 9 : IBM et Red Hat vont voter contre l'implémentation des modules Java via Jigsaw, une solution qui ne couvre pas tous les cas d'utilisation


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de bouye bouye - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 09/05/2017 à 23:10
Erf, a deux mois de la sortie planifiée et déjà repoussée de nombreuses fois, c'est limite ridicule...
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 10/05/2017 à 7:27
La prédiction n'a jamais été une science exacte, d'une part, et d'autre part la manie d'établir des dates de rendu même quand on n'en sait fichtrement rien n'aide pas à ce qu'elles soient respectées. Dans ces conditions, on a beau faire ce qu'on peut, il ne faut pas s'étonner que ça arrive.
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 10/05/2017 à 14:29
Je viens d'ailleurs de terminer de lire un chapitre à ce sujet :
Dunning, David. «*Prediction: The Inside View*». In Social psychology: handbook of basic principles, édité par Arie W. Kruglanski et E. Tory Higgins, 2nd ed., 69‑90. New York: Guilford Press, 2007.

En résumé : l'homme est une machine à prédire de la merde, mais ça se soigne.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 21/05/2017 à 14:19
JDK 9 : Mark Reinhold fait une proposition pour faciliter la migration vers la plateforme,
mais prévient qu'il s'agit d'une solution temporaire

Pour répondre aux craintes des développeurs qui s’inquiètent du fait que le code qui fonctionne sur JDK 8 aujourd’hui puisse ne pas fonctionner sur JDK 9 notamment à cause de la forte encapsulation des API internes de JDK, Mark Reinhold, l’architecte en chef de Java d’Oracle, a fait une proposition qui pourrait « aider l'ensemble de l'écosystème à migrer vers la plateforme Java modulaire à un rythme plus décontracté » : autoriser par défaut la réflexion illegal-access.

Pour rappel, la réflexion consiste à faire de l’introspection de classe, c’est-à-dire découvrir de façon dynamique des informations relatives à une classe ou à un objet en chargeant une classe, créant une instance et accédant aux membres statiques ou non sans connaître la classe par avance.

Qu’est ce que cela signifie concrètement ?

L’architecte en chef a expliqué que « big kill switch » existant de l’option permit-illegal-access va devenir le comportement par défaut du runtime JDK 9, mais sans autant d'avertissements.

Il a également ajouté que le comportement actuel de JDK 9, où les opérations réflectives illegal-access depuis le code sur le chemin de classe n'est pas autorisé, deviendra la valeur par défaut dans une version future et rien ne changera au moment de la compilation.

Reinhold a précisé qu’à terme, il est question de remplacer l’option --permit-illegal-access par une option plus généralisée ; le illegal-access. Ce dernier pourra prendre en paramètre un seul mot clé :

--illegal-access=permit

Ce sera le mode par défaut pour JDK 9. Il ouvre chaque paquet dans chaque module explicite à coder dans tous les modules non nommés, c'est-à-dire coder sur le chemin de la classe, tout comme l’autorise `--permit-illegal-access`. La première opération réflexive illegal-access provoque un avertissement, comme avec `--permit-illegal-access`, mais aucun avertissement ne sera émis après. Cet avertissement unique décrira comment activer d’autres avertissements.

--illegal-access=warn

Cela provoque un message d'avertissement pour chaque opération réflexive illegal-access. Cela équivaut à l'option actuelle `--permit-illegal-access`.

--illegal-access=debug

Cela provoque à la fois un message d'avertissement et une trace de pile pour chaque opération réflexive illegal-access. Cette option équivaut à combiner l'option `--permit-illegal-access` actuelle avec `-Dsun.reflect.debugModuleAccessChecks`.

--illegal-access=deny

Cela désactive toutes les opérations réflexives illegal-access, sauf pour celles qui sont activées par d'autres options de ligne de commande, telles que `--add-opens`. Cela deviendra le mode par défaut dans une version ultérieure.

Qu’en est-il des implications ?

Reinhold a prévenu que « le mode par défaut proposé permet au système d'exécution d'émettre un message d'avertissement, éventuellement longtemps après le démarrage, sans avoir été explicitement invité à le faire. Cela peut être une surprise dans les environnements de production, car il est extrêmement inhabituel pour le système d'exécution d'émettre des messages d'avertissement. Si le mode par défaut permet une réflexion illegal-access, il est donc essentiel de le faire savoir afin que les gens ne soient pas surpris lorsque cela ne sera plus le mode par défaut dans une version ultérieure ».

Il a ajouté que les messages d'avertissement dans n'importe quel mode peuvent être évités, comme cela était déjà le cas, par l'utilisation judicieuse des options `-add-exports` et` -add-opens`.

Si elle est adoptée, la proposition nécessitera des modifications au JEP 260 qui « Encapsule la plupart des API internes ». Bien que les API internes au JDK soient encore fortement encapsulées du point de vue du code dans les modules, que ces modules soient automatiques ou explicites, ils ne semblent pas être encapsulés au moment de l'exécution du point de vue du code sur le chemin de la classe.

En outre, lorsque "deny" va devenir le mode par défaut, Reinhold s'attend à ce que `permit` reste supporté pour au moins une version, afin que les développeurs puissent continuer à migrer leur code. Il convient de mentionner que les modes `allow`,` warn` et `debug` seront, au fil du temps, supprimés, et la même chose arrivera à l'option` -galgal-access`.

Probablement, la chose la plus importante à saisir est que, même si la proposition est adoptée et que la modification prend effet, elle ne « résoudra pas magiquement tous les problèmes d'adoption JDK 9. Les types concrets des chargeurs de classes intégrés sont encore différents,` rt .jar` est toujours parti, la mise en page d'une image système n'est toujours pas la même et la chaîne de la version possède encore un nouveau format ».

Source : Proposition Mark Reinhold
Avatar de Gugelhupf Gugelhupf - Modérateur https://www.developpez.com
le 22/05/2017 à 12:26
Salut,

Je fais parti de ceux qui sont impacté par cette migration car j'utilise la méthode setAccessible() dans mes API pour accéder aux champs qui ne sont pas public

A+
Offres d'emploi IT
Chef de projet technique H/F
Safran - Ile de France - Melun (77000)
Ingénieur développement logiciel embarqué temps réel (model based) H/F
Safran - Ile de France - VILLAROCHE
Ingénieur produit (Landing gear) H/F
Safran - Ile de France - MASSY Hussenot

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil