Modules Java : Mark Reinhold d'Oracle remet en cause la bonne foi de Red Hat et IBM
Et invite le comité exécutif du JCP à soutenir le projet Jigsaw

103PARTAGES

8  0 
Red Hat et IBM ont récemment annoncé qu’ils n’apporteront pas leur soutien au système de modules implémenté dans Java 9, dans sa forme actuelle. Ils estiment que le JSR 376 (Java Platform Module System) n'est pas prêt en ce moment pour dépasser l'étape de la révision publique et qu’un délai supplémentaire vaut le coût pour résoudre les problèmes évoqués. En ce qui concerne ces problèmes, on peut les résumer comme suit : le système de modules introduits dans Java 9 apporte une solution qui ne couvre pas tous les cas d'utilisation, mais vient également avec des capacités d'interopérabilité insuffisantes et d'autres restrictions, qui pourraient créer une fragmentation de la communauté Java.

Le problème est qu’il existe d’autres implémentations de modules dans Java, dont les principales sont les modules JBoss de Red Hat, et OSGi qui est pris en charge par un certain nombre de fournisseurs, y compris IBM. Ainsi, les objections de Red Hat et IBM sont-elles de bonne foi ou visent-elles simplement à défendre leurs intérêts personnels ? Pour Mark Reinhold d’Oracle, ces entreprises cherchent simplement à défendre leurs intérêts. L’architecte en chef du JDK chez Oracle a donc sévèrement critiqué les deux fournisseurs, dans une lettre ouverte publiée hier, avant d’inviter les membres du comité exécutif du Java Community Process (JCP) à soutenir le JSR 376.

Mark Reinhold rappelle avant tout que l'objectif de ce JSR (soumis et approuvé par le comité exécutif en décembre 2014) est de concevoir un système de module accessible à tous les développeurs pour leur utilisation dans leur propre code, mais évolutif vers la modularisation de la plateforme Java SE elle-même. Et la spécification actuelle a atteint cet objectif.

Mark Reinhold affirme que Red Hat « a d'abord accepté les objectifs et les exigences du JSR, mais a travaillé de façon constante à les saper. Ils ont tenté de transformer ce JSR en autre chose que ce qui était prévu. Plutôt que de concevoir un système de module à la fois accessible et évolutif, ils ont plutôt voulu concevoir un "méta" système de modules par lequel plusieurs systèmes de modules différents pourraient interagir profondément ». Et de déduire : « Je ne peux supposer qu'ils ont poursuivi cet objectif alternatif afin de préserver et de protéger leur système de modules non standardisé, qui est peu utilisé en dehors de l'écosystème JBoss/Wildfly », dit-il. « La conception d'un "méta" système de modules serait un projet intéressant », poursuit Mark Reinhold, « mais ce serait encore plus large et beaucoup plus difficile que ce JSR. En se concentrant sur un public d'experts de système de modules, cela entraînerait probablement une conception qui n'est pas accessible à tous les développeurs. C'est pourquoi j'ai souligné à maintes reprises à Red Hat Middleware que beaucoup des fonctionnalités qu'ils préconisaient étaient hors de portée, mais ils ont choisi de ne pas accepter ces décisions. »

La décision de Red Hat de ne pas soutenir le système de modules introduit dans Java 9 n’est donc pas une surprise pour Mark Reinhold. Par contre, le « non » d’IBM était vraiment inattendu. « IBM a dit très peu de choses au cours de ce JSR. Après avoir annoncé qu'ils voteraient contre, ils ont ensuite envoyé une liste de problèmes spécifiques au groupe d’experts (EG), mais seulement en réponse à une demande d'un autre membre de l’EG. Aucun de ces problèmes n'est nouveau, beaucoup d'entre eux ont été discutés depuis longtemps, et IBM était silencieux pendant la plupart des discussions », affirme Mark Reinhold. « La position récente d'IBM semble être figée sur un désir vague d’un meilleur consensus parmi les membres de l’EG. Je préférerais davantage de consensus, mais ce n'est pas possible compte tenu de la position de Red Hat Middleware. Je ne peux donc conclure que IBM a décidé que ses intérêts sont mieux servis en retardant ce JSR et aussi le JSR 379 (Java SE 9), ce qui est regrettable ».

Mark Reinhold reconnaît que la spécification actuelle de ce JSR n'est pas parfaite, mais reflète des années de développement, de test et d'amélioration avec des feedbacks actifs de nombreux développeurs. Il est d'accord avec le fait que la spécification pourrait être améliorée s'ils y passent plus de temps. Il estime également que « ce que nous avons maintenant ne résout pas tous les problèmes pratiques liés à la modularité auxquels sont confrontés les développeurs, mais ils répondent aux objectifs et aux exigences convenus et constituent une base solide pour les travaux futurs. Il est temps de livrer ce que nous avons, de voir ce que nous en tirons comme leçon et d'améliorer itérativement », dit-il, avant d’ajouter de ne pas laisser la recherche du parfait empêcher de livrer ce qui est déjà bien : « Ne laissez pas le parfait être l'ennemi du bon ».

Pour conclure, Mark Reinhold réaffirme qu’on ne devrait pas retarder ce JSR (peut-être pendant des années) afin d'obtenir un meilleur consensus, sachant que certains poursuivent un objectif différent ; lequel objectif pourrait aboutir à une plateforme bloatware et complexe qu'aucun développeur n’utiliserait, ce qui n’est pas dans le meilleur intérêt de la communauté Java. Il rappelle également que le JCP « ne prévoit pas de consensus et pour une bonne raison. Il donne délibérément des pouvoirs de décision aux Specification Leads, précisément pour empêcher les membres de l'EG d'obstruer les progrès afin de défendre leurs propres intérêts. » Il appelle les membres du comité exécutif qui se demandent ce que sera leur vote, de juger la spécification sur le fond et non de voter contre le JSR en raison du manque de consensus dans l'EG. Un tel vote sera « un vote contre le JCP lui-même », dit-il, et condamne les futurs JSR « au consensus des "experts" qui se servent ».

Source : Lettre ouverte de Mark Reinhold

Et vous ?

Que pensez-vous des déclarations de Mark Reinhold ?
Red Hat et IBM essaieraient-ils de protéger leurs intérêts au détriment de celui de la communauté ?
Faut-il livrer ce qu’on a déjà ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/05/2017 à 7:27
La prédiction n'a jamais été une science exacte, d'une part, et d'autre part la manie d'établir des dates de rendu même quand on n'en sait fichtrement rien n'aide pas à ce qu'elles soient respectées. Dans ces conditions, on a beau faire ce qu'on peut, il ne faut pas s'étonner que ça arrive.
2  0 
Avatar de adiGuba
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/09/2017 à 17:24
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Et c'est où qu'il prend en compte ce qui est faisable en interne ? Parce que bon, copier les autres a ses avantages, mais si c'est pour avoir en pratique le même rythme et se contenter de sortir des versions qui sont juste de moins en moins boguées, les utilisateurs resteront au rythme habituel pour éviter de perdre leur temps, en se contentant d'ignorer les versions intermédiaires.
L'intérêt c'est que les versions intermédiaires pourront proposer de nouvelles fonctionnalités plus "simple", sans avoir à dépendre du temps de développement trop important d'une autre fonctionnalités.

Par exemple si cela aurait été le cas on aurait déjà pu avoir le REPL, HttpClient avec support d'HTTP2, l'évolution de la classe Process, etc.

Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Ce qui veut dire qu'à terme il n'en restera qu'un seul. L'objectif, si on lit entre les lignes, et de supprimer l'un des deux. La question est alors de savoir lequel. Je vous le laisse en mille. Reste à voir ensuite l'évolution que ça engendrera, style pas en arrière sur les licences avec celui qui reste. En surface, ça semble génial, mais où sont les garanties ?
Moi je vois plutôt çà dans le sens où çà leur permettra de proposer plus facilement leur JDK commerciale.

S'ils tuent l'OpenJDK ils se prendront un gros bad-buzz, se retrouveront éjecté des distributions, et risqueraient de voir un fork...

Citation Envoyé par ParseCoder Voir le message
Dommage qu'Oracle n'ai pas choisit une license aussi libérale que la license du .NET Compiler Platform (Roslyn).
C'est à dire ?
On est sur du GPLv2 là je ne vois pas où est le problème...

a++
2  0 
Avatar de kilroyFR
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 07/09/2017 à 20:38
Oracle ne faisant rien sans arriere pensée (il faut bien payer l'ile de l'insatiable ellison), du business, rien que du business dans cette strategie.
2  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 11/09/2017 à 15:11
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
La position que je prend est plus celle du questionnement : qu'est-ce qui empêcherait Oracle de prendre de telles mesures aux dépends de la communauté ? À l'heure actuelle, je ne vois pas de garantie qui permette de se dire "ça c'est une bonne chose". J'ai l'impression qu'à l'heure actuelle, c'est plus une question de pari/confiance.
On peut toujours ce méfier, mais cette question n'a rien de particulier à la situation. On peut tout a fait la poser pour n'importe quel langage/société. Il n'y a pas plus de raison d'être sceptique qu'envers Microsoft, Google, Apple, Redhat, ...
2  0 
Avatar de bouye
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 09/05/2017 à 23:10
Erf, a deux mois de la sortie planifiée et déjà repoussée de nombreuses fois, c'est limite ridicule...
1  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/05/2017 à 14:29
Je viens d'ailleurs de terminer de lire un chapitre à ce sujet :
Dunning, David. «*Prediction: The Inside View*». In Social psychology: handbook of basic principles, édité par Arie W. Kruglanski et E. Tory Higgins, 2nd ed., 69‑90. New York: Guilford Press, 2007.

En résumé : l'homme est une machine à prédire de la merde, mais ça se soigne.
1  0 
Avatar de sekaijin
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/06/2017 à 14:25
Bonjour,

Java9 semble s'approcher. J'utilise Karaf de longue date et après avoir relu le sujet, je pense que la notion de module de java9 et de module de OSGI sont suffisamment différentes pour ne pas être contradictoires.

J'ai vu que beaucoup de questions se posaient autour des deux notions de module.
De que j'ai conclus des mes essais avec le jdk9 et de mon expérience Karaf c'est que nous ne sommes pas du tout dans le même scope, bien qu'il y ait des usages qui se recouvre.

Je veux faire une application découpée en modules pour faciliter l'évolution la maintenance, etc. Mais que je lance comme un tout. Dans ce cas tant la notion de module de java9 que celle de OSGI peuvent faire l'affaire.

Je veux une application qui fonctionne comme un conteneur dans lequel je veux déployer des modules à la volée en arrêter les relancer les supprimer, etc. je veux qu'ils puissent interagir, se reconnaitre, etc. là le jdk9 ne le permet pas.

Pour moi l'apport de la modularité dans java9 permet essentiellement d'obtenir un runtime adapté au besoin de l'application. de définir des sous-ensembles réutilisables d'appli en appli. Alors que OSGI est plus un conteneur, et/ou un système de plug-in à chaud.

Je vais donc continuer à utiliser Karaf, aider à le faire fonctionner sur java 9. quant à l'usage que je fais du tout forcément se posera la question module java9 ou bundle OSGI. ce qui semble se dessiner c'est que les librairies de base vont probablement devenir des modules java9 alors que les composants de l'application resteront des bundles.

A+JYT
1  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 07/09/2017 à 14:47
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
« En m’appuyant sur les modèles de publication utilisés par d'autres plateformes et par diverses distributions de système d'exploitation, je propose qu'après Java 9, nous adoptions un modèle strict et basé sur le temps avec une nouvelle version de fonctionnalités tous les six mois, des mises à jour chaque trimestre et une LTS tous les trois ans », peut-on lire dans son billet.
Et c'est où qu'il prend en compte ce qui est faisable en interne ? Parce que bon, copier les autres a ses avantages, mais si c'est pour avoir en pratique le même rythme et se contenter de sortir des versions qui sont juste de moins en moins boguées, les utilisateurs resteront au rythme habituel pour éviter de perdre leur temps, en se contentant d'ignorer les versions intermédiaires.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
L'objectif est de rendre l'OpenJDK et le JDK d'Oracle interchangeables. « Bien que nous sachions qu'il y aura d'abord des différences, notre intention est que, après quelques versions, il n'y ait plus de différences techniques entre les builds OpenJDK et les binaires Oracle JDK », a déclaré Smith.
Ce qui veut dire qu'à terme il n'en restera qu'un seul. L'objectif, si on lit entre les lignes, et de supprimer l'un des deux. La question est alors de savoir lequel. Je vous le laisse en mille. Reste à voir ensuite l'évolution que ça engendrera, style pas en arrière sur les licences avec celui qui reste. En surface, ça semble génial, mais où sont les garanties ?
2  1 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 07/09/2017 à 17:43
Citation Envoyé par adiGuba Voir le message
S'ils tuent l'OpenJDK ils se prendront un gros bad-buzz, se retrouveront éjecté des distributions, et risqueraient de voir un fork...
Fait converger les deux, après convergence tu justifies la suppression de l'un des deux avec les meilleurs arguments du monde : les deux sont équivalents, inutile de bosser deux fois, on est une structure solide et allons donc prendre en main le projet entièrement en embauchant les gens compétents qui travaillent sur l'autre. Cela passe donc notamment par l'acquisition des compétences clés de l'autre projet pour bosser sur le leur (pour rappel, on parle d'avoir OpenJDK en GPL, pas le JDK d'Oracle). De là, petite régression par petite régression, pour éviter que ça n'arrive trop vite, à coup de messages "oui mais comprenez, on fait de notre mieux mais c'est pas facile", le JDK officiel fini par perdre les attraits qu'on vend ici, et de là des voix recommencent à monter et à parler de forker le projet. Tu gères ça bien jusqu'à ce que la différence soit trop forte pour justifier la création d'un fork... sauf que trop tard, le JDK actuel n'est pas forkable, car c'est celui sous GPL qui a été arrêté il y a maintenant X années, et on doit donc repartir d'une version obsolète pour forker. Ajoute à cela que les experts du sujet sont désormais principalement chez Oracle et (potentiellement) contraint de par leur contrat de ne pas participer au projet concurrent, pour des raisons tout à fait normale de non concurrence, sous peine de licenciement, avec des poursuites judiciaires pour ceux qui n'auraient pas peur du licenciement.

Si tu t'organises pour tuer le projet à petit feu, d'ici à ce qu'un fork se recrée, tu auras déjà eu le temps de mettre à bas les forces vives concurrentes et d'établir une dépendance à ton propre JDK.

Évidemment, ce n'est que de la spéculation, qui plus est particulièrement pessimiste. Mais je ne vois pas ce qui l'empêcherai à l'heure actuelle.
2  1 
Avatar de adiGuba
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/09/2017 à 19:20
Oui mais s'ils comptent "tuer" OpenJDK ils peuvent le faire dès maintenant.
Pas besoin d'y ajouter des fonctionnalités...

L'intérêt au contraire c'est de déployer OpenJDK au maximum, et de pouvoir proposer leur offre commerciale derrière.
1  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web