Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google accuse ouvertement Uber d'avoir planifié le vol de sa technologie de voiture autonome
En complicité avec l'un de ses anciens ingénieurs

Le , par Michael Guilloux

80PARTAGES

10  0 
Après la plainte déposée contre Uber par Waymo, la bataille juridique entre les deux entreprises a commencé ce mercredi, devant le juge William Alsup, le même qui a jugé l’affaire entre Google et Oracle sur la copie des API Java dans Android. Mais cette fois, c’est plutôt Google, par le biais de la filiale d’Alphabet en charge du projet de voiture autonome Google Car, qui demande la protection de sa technologie. Waymo veut en effet obtenir une injonction du tribunal pour demander à Uber d’arrêter son travail sur les voitures autonomes, étant donné qu’il utiliserait sa propriété intellectuelle.

Rappelons-le, Waymo a porté plainte contre Uber et sa filiale Otto pour vol de technologies de voiture autonome. D’après Waymo, cela aurait été possible grâce à Anthony Levandowski, l’un de ses anciens employés, qui a quitté l’entreprise pour créer une start-up de technologies de voiture autonome (Otto), laquelle a été rachetée quelques mois plus tard par Uber. Dans l’audience de ce mercredi, l’avocat de Google soutient qu’Uber a comploté avec Levandowski pour voler les documents de Waymo, ensuite créer Otto pour la racheter plus tard, pour permettre à l’entreprise de rattraper son retard sur le marché naissant des voitures autonomes, mais déjà assez compétitif.

Arguments de l’avocat de Waymo

Plusieurs preuves ont été avancées par l’avocat de Waymo pour soutenir ses déclarations. D’abord, une note datant d’octobre 2015. Celle-ci indique que deux ingénieurs d’Uber, Scott Boehmke et Brian McClendon, avaient eu une discussion sur un certain « NewCo », qui aurait de « l'expérience avec les concurrents de l'automobile », d’après la note.

Waymo affirme également qu’Uber aurait rencontré Levandowski en janvier 2016, avant son départ de Google. Dans un courriel, McClendon disait en effet qu'il se préparait à rencontrer un « Anthony » le lendemain. « NewCo », qui serait la même personne que le dénommé « Anthony », aurait également fourni des livrables à Uber. Dans un autre email interne d’Uber, avec un fichier « NewCo Deliverables », il est en effet indiqué que « cette liste de produits livrables met la barre haute, ça ne fait aucun doute, mais encore une fois, ce qu’il demande est en $$ ». Cet email laisse donc croire que ce « NewCo », qui aurait de l'expérience avec les concurrents de l'automobile, aurait demandé des sommes importantes pour les livrables en question. Le même mois, le 27 janvier, Levandowski quitte alors Google sans préavis.

L’avocat de Waymo dit également qu’Uber a promis 5 millions d'actions à Anthony Levandowski, un jour après son départ de Google, dans un « avis d'attribution d'actions restreintes ». Ce montant vaut plus de 250 millions de dollars, selon l’avocat de Waymo. M. Verhoeven affirme également que Levandowski a reçu ces actions quand il a créé sa propre entreprise, et « alors qu’il était censé construire sa propre technologie, il travaillait secrètement pour Uber ».

Verhoeven cite également des emails échangés par Uber avec ses avocats, le 29 janvier 2016 ; lesquels portaient sur une « anticipation de litige » liée à l'acquisition d'Otto. Et en avril 2016, Uber et Levandowski concluent un accord de défense conjointe. Il faut noter que tout cela s’est passé bien avant l’annonce de l’acquisition d’Otto par Uber le 18 août 2016.

Explications de l’avocat d’Uber

Arturo Gonzalez a réfuté point par point les arguments de l’avocat de Google. D’après l’avocat d’Uber, le document portant sur l’attribution d’actions à Levandowski a été établi en août 2016, mais avec pour date d’entrée en vigueur le 28 janvier 2016, juste pour couvrir la période au cours de laquelle l’ex-employé de Google a travaillé sur sa technologie, avec Otto.

En ce qui concerne la note de Scott Boehmke à propos de « NewCo », Arturo Gonzalez soutient que cela faisait partie de l'évaluation des éventuelles sociétés tierces de technologie LiDAR, et que cela aurait pu inclure une conversation avec Levandowski au cas où il aurait décidé de créer une entreprise. Il affirme également qu’Uber a découvert en mars 2016 que Waymo envisageait de le poursuivre, ce qui aurait peut-être justifié l’accord de défense conjointe signé avec Levandowski en avril 2016, mais pas les emails échangés bien avant, en janvier, sur une anticipation de litiges liés à l’acquisition d’Otto.

Uber a également montré un dispositif, connu sous le nom de Spider, qu'il dit être l'un des systèmes LiDAR qu'il a développés indépendamment et quelque chose que Waymo dit utiliser sa technologie propriétaire.

Qu’en pense le juge William Alsup ?

L’avocat de Google a fourni des preuves montrant que Levandowski a accédé aux serveurs Waymo avant de partir et téléchargé 9,7 Go de données sur son PC. Il les a copiées sur un disque dur externe avant de reformater le disque dur de l'ordinateur portable, pour couvrir ses traces. Sur ce, le juge Alsup semble un peu convaincu. Il a déclaré qu'il y a bien de fortes évidences que Levandowski a volé des documents, mais Waymo devrait encore montrer qu'Uber l’a chargé de le faire, a utilisé ces documents ou même connaissait les documents volés.

William Alsup pense en effet qu’il y a des chances qu’Uber soit innocent. Peut-être que « la pire des choses qu'ils ont faites est d’avoir payé beaucoup d'argent pour embaucher un gars brillant d'un autre concurrent », explique le juge. « Vous ne l'avez pas poursuivi », poursuit-il en s'adressant à Google. « Vous avez poursuivi Uber. Alors, qu'est-ce qui arrivera s'il s'avère que Uber est totalement innocent ? », a-t-il demandé. Alsup défie donc Google de montrer qu’Uber était en complicité avec Levandowski. L’avocat de Google pense toutefois qu'il n’est pas possible de le prouver actuellement parce que Levandowski met en avant son droit contre l'auto-incrimination et Uber a retenu plus de 3000 documents qui pourraient le prouver. En ce qui concerne la rétention des documents en question, Uber dit ne rien cacher, mais avoir un privilège qu’il fait valoir sur ces documents.

Sources : Business Insider, Axios

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Uber poursuivi en justice pour invasion illégale de la vie privée des chauffeurs de Lyft, avec son programme de surveillance Hell
Uber aurait manipulé les données de navigation pour reverser moins aux chauffeurs et faire payer plus aux passagers
Greyball : Uber a eu recours à des techniques de data mining pour duper les forces de l'ordre, dans les villes où son service a été banni

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de nchal
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 05/12/2017 à 11:07
Je suis comme le juge, j'ai rarement vu une boite aussi jeune avec autant de casserole au cul.
Au nom de la dignité, achever moi ce monstre, messieurs les jurés.
4  0 
Avatar de zecreator
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/12/2017 à 10:19
UBER est représentative des entreprises d'aujourd'hui. Gagner de l'argent rapidement, avec peu de scrupules sur les méthodes de fond. L'humain, c'est quoi l'humain ?
Quand je pense qu'il suffirait de ne plus consommer leurs services pour que ce genre de sociétés n'existe-pas...
4  0 
Avatar de Vulcania
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 05/05/2017 à 11:35
Citation Envoyé par cbleas Voir le message
bonjour c est pas Google qui est en procès avec oracle et qui prône le libre sauf si cela le contrarie
Ya quand même un gouffre entre utiliser une API et une magouille d'espionnage industrielle, Google n'a pas payé un employé d'Oracle pour récupérer des plans très précieux....
2  0 
Avatar de Vulcania
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/05/2017 à 16:01
Le premier truc qui me choque, c'est qu'un juge émette un avis subjectif et personnel durant l'affaire.
Le second, c'est que le juge pense qu'avec une transaction de 250 millions de $ Uber n'avait aucune idée de ce qu'il faisait
1  0 
Avatar de zecreator
Membre expert https://www.developpez.com
Le 11/02/2018 à 19:21
UBER Société créé en 2009, et côtée à 50 milliards de dollars en 2015. 6 ans et 50 milliards. Et ça choque personne... C'est normal, pour être devenue aussi riche en si peu de temps, que l'on puisse se poser des questions sur ses méthodes.
1  0 
Avatar de goomazio
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/02/2018 à 13:33
Citation Envoyé par zecreator Voir le message
UBER Société créé en 2009, et côtée à 50 milliards de dollars en 2015. 6 ans et 50 milliards. Et ça choque personne... C'est normal, pour être devenue aussi riche en si peu de temps, que l'on puisse se poser des questions sur ses méthodes.
Ses méthodes... Parlons plutôt des actionnaires et de l'impacte de ce genre de société. Les sociétés qui marchent sont celles qui transforment le monde afin qu'il devienne ce que certains désirent.

Ont pris part à ce tour de table les fonds BlackRock, Fidelity Investments et Wellington Management, ce qui donne une allure de Who's Who à l'actionnariat de la startup: avant cette levée d'argent frais, Uber comptait déjà comme actionnaires le géant de l'internet Google, via son fonds Google Ventures, la prestigieuse banque d'affaires Goldman Sachs ou encore Jeff Bezos, le patron du mastodonte de l'e-commerce Amazon.
http://www.huffingtonpost.fr/2014/06...n_5461566.html
1  0 
Avatar de zecreator
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/02/2018 à 17:48
Citation Envoyé par goomazio Voir le message
Ses méthodes... Parlons plutôt des actionnaires et de l'impacte de ce genre de société. Les sociétés qui marchent sont celles qui transforment le monde afin qu'il devienne ce que certains désirent.
Je suis d'accord. Le problème de ces sociétés, ceux sont toujours et encore les actionnaires, qui ne voient que le chiffre en se foutant carrément de la manière de l'atteindre. Je me souviens d'avoir discuté avec un actionnaire très investi. Quand je lui ai demandé si il était sensible à la manière dont les entreprises atteignent le chiffre que les actionnaires demandent, il m'a répondu de manière totalement décomplexée : "Et si le PDG veut rester à son poste, il va devoir trouvé la meilleure manière de me satisfaire. C'est du donnant-donnant. Et l'avis du p'tit peuple, je m'en foûs, il a qu'à faire comme moi."
1  0 
Avatar de Namica
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 04/05/2017 à 18:42
Uber über alles !
0  0 
Avatar de Lyons
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/12/2017 à 19:40
ça va faire plaisir aux chauffeurs sous-payés de voir où partent tous ces millions
1  1 
Avatar de nchal
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 06/12/2017 à 10:59
Citation Envoyé par zecreator Voir le message
Quand je pense qu'il suffirait de ne plus consommer leurs services pour que ce genre de sociétés n'existe-pas...
© Coluche - il faut toujours citer ses sources
1  1