Trolldi : à partir de quel âge est-il raisonnable pour un développeur de s'orienter ailleurs ?

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
À partir de quelle tranche d'âge est-il raisonnable pour un développeur de s’orienter ailleurs ?
À partir de quel âge est-il raisonnable pour un développeur d’arrêter de coder et de passer à autre chose ? Avant de répondre à cette question, il faut avant tout préciser que nous faisons ici allusion à la programmation dans le cadre professionnel et comme activité principale, donc comme principale source de revenus. Il ne s’agit donc pas de la programmation en passant ou en tant que hobby.

Cela dit, certains diront quand même qu’un développeur peut continuer à coder même en étant beaucoup avancé en âge, et ce n’est pas faux. Mais les réalités de nos sociétés suggèrent autre chose. Si ce développeur décide de se lancer en freelance ou de monter sa petite start-up, il peut continuer à programmer, si telle est sa passion. Mais s’il doit travailler pour une entreprise, il se trouvera plus ou moins obligé de laisser la programmation à un certain âge et d’envisager une porte de sortie, comme un poste de management, de peur de finir sa carrière au chômage.

Dans le milieu des développeurs, la discrimination basée sur l’âge est en effet une réalité plus ou moins présente. Vivek Wadhwa, un ancien de Harvard et entrepreneur d’origine indienne avait déjà dénoncé ce fait il y a quelques années : « Avec l’âge, la valeur d’un programmeur diminue sur le marché de l’emploi, il devient plus difficile pour ce dernier d’obtenir un job », disait-il. Même si les jeunes programmeurs ne bénéficient pas d’une solide expérience, Vivek Wadhwa pense que les entreprises les préfèrent aux programmeurs âgés. Entre recruter un programmeur sénior expérimenté et un jeune en début de carrière, leur choix se porte facilement sur les jeunes plus enthousiastes, mais aussi moins coûteux et plus facilement exploitables, avait-il indiqué. Il a donc proposé que les programmeurs se forment dans des domaines variés de sorte à pouvoir se lancer facilement dans l’auto-entrepreneuriat quand ils seront trop âgés pour être acceptés comme développeurs.


Cette forme de discrimination semble être présente aussi bien chez les petites entreprises que chez les géants de technologie mondialement reconnus. En 2015 par exemple, deux ingénieurs en informatique américains, Robert Heath et Cheryl Ann Fillekes ont porté plainte contre Google pour discrimination basée sur l’âge. Le premier a plus de 65 ans aujourd’hui et la deuxième a une quarantaine d’années d’expérience en programmation. Ils disaient tous deux être très qualifiés pour les postes à pourvoir et avoir fait une bonne impression aux recruteurs lors de leurs entretiens chez Google. Mais, ils ont fini par être écartés à cause de leur âge avancé.

Chez Apple également, l’un de ses plus grands ingénieurs a été refusé à un poste de technicien dans un Apple Store à cause de son âge. JK Scheinberg est celui qui a réussi, en 2005, à convaincre Steve Jobs de faire passer les Mac de PowerPC vers une architecture Intel x86. Après 21 ans de service chez Apple, il a pris une retraite anticipée en 2008. Huit ans plus tard, à 54 ans, il a décidé de travailler à nouveau, probablement pour fuir l’ennui en s’adonnant à sa passion. Il choisit de retrouver son ancien employeur, mais il a été refusé à un poste de technicien à un Genius Bar, un support technique au sein des magasins d’Apple pour fournir de l’aide et un support aux utilisateurs des produits de la firme.

En France, la réalité semble la même, sinon pire. On peut facilement se sentir vieux avant même d'atteindre la quarantaine, surtout quand on se retrouve dans une entreprise où les trois quarts des nouveaux développeurs embauchés viennent de sortir de l’école. Le chemin est parfois déjà tracé pour un développeur : il faut dès que possible s’orienter vers un poste de responsabilité ou de management pour ne pas finir au chômage, surtout si l’on n’a pas su développer une expertise technique quelque part. La société étant ce qu’elle est aujourd’hui, on ne peut donc rester durablement développeur dans une entreprise. Il faut chercher une porte de sortie, mais à partir de quel âge serait-il raisonnable de s'orienter ailleurs ?

Et vous ?

Avez-vous déjà été victime de ce type de discrimination ?
Pensez-vous qu'il est possible de rester durablement développeur dans une entreprise ?
À partir de quel âge pensez-vous qu’il est raisonnable pour un développeur de s’orienter ailleurs ?
Quel est l'âge maximum des développeurs dans votre entreprise et que deviennent-ils une fois passée leur "date de péremption" ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de steflinux steflinux - Membre habitué https://www.developpez.com
le 28/04/2017 à 10:36
En France, la réalité semble la même, sinon pire.
C'est la catastrophe quasiment partout, plus de 35 ans = poubelle, c'est tout ce qu'il y a à voir.
Je rappelle qu'en cas de propagande TV ou radio, la plainte au CSA est une excellente réponse :
http://www.csa.fr/Services-en-ligne/...r-un-programme
Notamment, laisser dire que les plus de 35 ans ne seraient pas formés comme il se doit, quelle insulte,
surtout quand on voit le contenu des formations de certaines écoles (qui le plus souvent n'a que peu bougé en vingt ans).

Et comme malheureusement excercer nos professions se fait le plus souvent dans des villes au coût de la vie élevé,
il n'y a pas toujours de matelas de brouzoufs suffisamment épais pour se réorienter efficacement.

De plus, faire dentiste, ophtalmologue, psychiatre (pour s'occuper des salariés) ou kiné-ostéopathe,
ce sont des études longues, et il faut un courage incroyable pour s'orienter vers de telles voies à 40 ans.

De fait, s'agglutiner à Paris semble être la voie royale de la réorientation en France, dans l'espoir de se recaser dans d'autres métiers.
Avatar de grunk grunk - Modérateur https://www.developpez.com
le 28/04/2017 à 11:52
L'age n'est en soit pas un problème. Ce qui l'est plus en revanche c'est la volonté du développeur à rester à jour.
Notre métier évolue très vite et il faut constamment se mettre à jour , parfois sur des "side projects" hors cadre pro. Ca demande de l'energie et une volontée que l'on ne garde pas forcément aux fils des années.

Si on arrête cette veille c'est la mort assurée. Quelqu'un qui s'est "empaté" dans du C++ 98 depuis 10 ou 15 ans va vite être découragé :
- Il ne sera plus à jour sur son langage de prédilection et ne passera probablement pas les entretiens préliminaires
- Il sera complètement largué sur les technos à la mode du moment.

Du coup il devient plus facile de se diriger vers un poste plus "administratif" de gestion.
Avatar de Cincinnatus Cincinnatus - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 28/04/2017 à 12:02
Les plus âgés sont plus expérimentés, mais moins malléables à la "culture d'entreprise". Je mets ça entre guillemets car les entreprises qui en parlent le plus l'ont créée artificiellement, elle n'est pas naturelle du tout, mais plutôt imposée d'en haut.

L'argument officiel peut être le coût plus élevé, généralement c'est un non-sens, du fait de la plus grande expérience le senior sera efficace plus rapidement à son arrivée et sera plus performant, donc plus rentable.
Avatar de FreeDev83 FreeDev83 - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 28/04/2017 à 12:22
Après ma 500ème candidature, dignement fêtée auprès d'EPSILON Ingénierie, je ne peux que dresser ce même constat.

Pour autant, je ne m'attendais absolument pas à devoir à ce point ramer pour décrocher un job lorsque j'ai entrepris ma reconversion par un Master en développement logiciel, après plus de 10 ans dans les systèmes réseaux. Au contraire !
Au début, c'était mon cursus qui posait problème : presque intégralement tourné vers C# .NET (Entity, ADO, WCF/WPF, etc. etc.). Du fait de mes affinités avec le monde de l'industrie et de la recherche (expériences DCNS, Airbus, divers SI industrie militaire et fonction publique, CNRS...) et de ma principale expérience en développement logiciel (CNRS), j'ai pu convertir l'intégralité de mes compétences sous C++/Python, apprendre à manipuler les bibs Qt et Numpy/Matplotlib, et asseoir mes compétences JS avec Node.js et d'AngularJS côté client ; afin de coller au mieux à mon marché de prédilection (et dans lequel il y a beaucoup de boulot).

Depuis, je participe à des processus de recrutement qui se déroulent très bien, si bien que j'ai souvent la naïveté de croire que "cette fois-ci c'est la bonne". Raté. Dans le meilleur des cas, on m'expliquera que mon ratio âge/expérience en développement est trop faible ("à expérience égale, on préfère embaucher un jeune"), et dans le pire des cas, on ne me dira rien ("Monsieur X n'est pas disponible mais il vous rappellera dès que possible, bla bla bla..." - et ne rappellera jamais) ou carrément que quelqu'un d'autre, plus compétent, a été pris sur le poste... alors que le processus de recrutement est toujours en cours. Et ceci dans quasiment tous les principaux bassins d'emploi de France où je suis mobile. Je n'ai pourtant que 36 ans ; et cela fait déjà 1 an et demi que je suis au chômage

J'ai donc pris la décision de continuer de développer, coûte que coûte et plus que jamais, à la fois en freelance (parce qu'il faut bien manger, même si faire du web commercial n'est pas toujours grisant) et pour moi-même ; comme si je n'avais jamais arrêté de bosser pour l'industrie. Je me dis qu'après tout, si je développe chez moi et fini par balancer sur Github ce qui nécessiterait une habilitation de confidentialité dans l'industrie, je finirais peut être par attirer l'attention d'un employeur.

Les vieux, en force !^^
Avatar de abbe2017 abbe2017 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 28/04/2017 à 13:03
étant donné qu'aucune (1%) entreprise d'embauchera de dev de +40ans car elles veulent toutes des JD (jeune diplomés) ou des m25s (moins de 25ans subventionnables), il faut surtout pas quitter un poste de développement quand on a passé 25ans car après c'est très dur d'en retrouver une.

donc, d'expérienc, je dirai qu'il faut vite sauter sur une occassion d'upgrade de carrière dès que l'opportunité arrive (et que les conditions de paiement et d'attractivité de l'offre se présentent).

biensûr, si on aime à fond le dev, ce que je dis ne vous concerne pas, à terme on finit comme un ver de terre à programmer tout seul dans son coin.
Avatar de nirgal76 nirgal76 - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 28/04/2017 à 13:13
ah la la !Ce vieux mal français qui dit qu'un type qui reste développeur toute sa vie à raté sa carrière...c'est triste.
Et pour l'expérience perso, je me suis fait débauché de ma boite par un concurrent (avec augmentation substantielle du salaire donc) en tant que dev à 39 ans, donc oui c'est tout à fait possible, on est pas mort à +25 ans. (bon, c'était il y a 7 ans).
Avatar de el_slapper el_slapper - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 28/04/2017 à 14:41
Certaines boites recherches des gens expérimentés. Ma boite recrute des gens dans la tranche d'âge 30/50, la plupart du temps(enfin, c'est gelé pour quelques mois), et un voisin à moi a retrouvé un poste à 48 ans. Mais ce n'est pas la tendance lourde. La tendance lourde, c'est CAP Gémini et ses hordes de jeunots.
Avatar de Aurelien.Regat-Barrel Aurelien.Regat-Barrel - Expert éminent https://www.developpez.com
le 28/04/2017 à 14:46
Citation Envoyé par abbe2017 Voir le message
il faut surtout pas quitter un poste de développement quand on a passé 25ans car après c'est très dur d'en retrouver une.
Je pense exactement le contraire : 25 ans est l'âge idéal pour prendre une (ou deux!) année sabbatique : poser sa démission et partir en voyage au moins 6 mois, car généralement on n'a pas d'enfant, pas d'attache, un diplôme avec 2 ou 3 ans d'expérience : c'est l'idéal pour retrouver du boulot. C'est ce que j'ai fait à cet âge là (et j'ai recommencé à 30 ans), et je constate avec plaisir que d'autres les font aussi.

A 30 ans je ne me fais pas d'inquiétude car en général il y a un écart de compétence important avec les juniors de moins de 2/3 ans d'expérience.

Par contre, à 40 ans, des anciens m'ont expliqué que des + jeunes avec 2 fois moins d'expérience sont suffisant pour la plupart des tâches et donc c'est plus difficile car on est + cher et en effet moins malléable (on commence à les connaitre les carottes...). Alors il faut nécessairement élargir son champ de compétence à des domaines tels que l'architecture logicielle, les méthodologies, l'encadrement d'équipe (leader technique) pour convaincre. L'autre option c'est de créer sa propre boite.

Récemment j'ai vu une série d'interviews de Microsoft à propos des 20 ans de Visual Studio, et j'ai été frappé par la nombre de développeurs de plus de 40 ans qu'ils ont. Et ils sont très respectés! Ca change de la mentalité de certains RH par chez nous : "si à 40 ans tu fais encore du code c'est que t'as raté quelque chose". C'est clair qu'il faut se diversifier et être bien au jus des technos de pointe aujourd'hui. C'est pas toujours compatible avec une vie de famille...
Avatar de rattlehead rattlehead - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 28/04/2017 à 15:36
Honnêtement aujourd'hui ça n'est qu'une question de salaire. à plus de 40ans t'as connu les "belles" années donc t'as un salaire on va dire normal pour ton expérience.
et en plus les RHs sont souvent des jeunots qui quand tu leur dis ton salaire te regarde avec des gros yeux.
je compléterais par le fait qu'aujourd'hui l'expérience salaire n'est pas correlé. vous verrez dans de nombreuses études publiées bien sur par
des cabinets et des SSII on parle en 5+ d'XP. que t'es 5ans ou 20ans d'expérience le salaire sera globalement le même.
donc si t'es vieux et que tu demandes 40K tu seras pris. si tu demandes 60 toutes les portes se referment.
Avatar de NSKis NSKis - Membre émérite https://www.developpez.com
le 28/04/2017 à 17:06
En Europe, ce n'est pas le développeur qui décide de s'orienter ailleurs, c'est le "marché" qui décide pour lui!!!

Aux USA, "être développeur" est un vrai métier, tu es jeune développeur, tu deviens expérimenté au fil du temps et... tu montes dans la hiérarchie de l'entreprise. Une boite américaine reconnait plusieurs chemins hiérarchiques, en restant "technique", tu peux finir directeur.

En Europe, "être développeur" c'est juste une occupation de "gamin boutonneux"! Après 5 ans max, il faut se mettre à un travail sérieux, il faut passer au management, sinon tu n'est qu'un looser qui n'a rien compris à la vie... A noter qu'en restant développeur, tu ne monteras jamais dans la hiérarchie (et que ton niveau de rémunération va stagner). Une entreprise européenne aura toujours pour directeur un mec issu de la branche "vente-marketing", jamais un mec issu de la carrière technique.

Au final, les entreprises européennes se retrouvent avec des développeurs jeunes et peu expérimentés (quand le mec devient bon, il quitte le code pour devenir chef de projet). Ce n'est pas un hasard si le monde du logiciel est dominé par les USA...
Offres d'emploi IT
Ingénieur système de commande de vol H/F
Safran - Ile de France - Massy (91300)
Ingénieur conception électrique / électronique H/F
Safran - Ile de France - Villaroche
Ingénieur développement logiciel embarqué temps réel (model based) H/F
Safran - Ile de France - VILLAROCHE

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil